How not to disappear completely. Contribution au traitement des dessins techniques des archives Martenot (musée de la Musique de la Philharmonie de Paris)

Stage à dimension internationale effectué du 15 février au 26 mars 2021 au musée de la Musique de la Philharmonie de Paris, sous la direction de Christine Laloue.

« La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie. »
(Milan Kundera, L’Immortalité, 1990.)

Le traitement des plans et dessins du fonds Martenot qui m’a été proposé dans le cadre de ce stage concerne l’ensemble des documents graphiques à vocation technique (plans, dessins, croquis, schémas, etc.) issus des différents lots versés au musée de la Musique, à partir de 1991, par la famille de Maurice et Jean-Louis Martenot, concepteurs et producteurs des Ondes musicales Martenot.

En avril 1928, Maurice Martenot (1898-1980) déposait le brevet fondamental d’un nouvel instrument de musique monophonique fonctionnant sur le principe d’une variation de capacité entre deux fréquences produites par deux hétérodynes. Installée 52 rue de Longchamp à Neuilly, l’entreprise (reprise à sa mort par son fils Jean-Louis) a probablement fabriqué près de 300 instruments[1]. Les Ondes musicales Martenot font partie des tout premiers instruments électroniques. Elles se présentent sous la forme d’un clavier doté d’un ruban contrôlant la hauteur du signal. Elles furent conçues à partir de l’idée d’émettre un son pur et éthéré, semblable à celui des premiers postes de transmission que Maurice Martenot avait eu l’occasion de manipuler durant la Grande Guerre. Initialement dotée de lampes, puis de transistors et finalement déclinées en version numérique dans les années 1990 par Jean-Louis Martenot (1931-2016), les Ondes ont donné lieu à la production d’un important fonds d’archives au sein de l’entreprise familiale, aujourd’hui disparue.

La conservation et la diffusion de ces archives techniques revêtent aujourd’hui un intérêt fondamental pour la maintenance et la restauration des instruments encore existants. Face à ces enjeux, la politique de conservation, d’étude et de valorisation du fonds d’atelier Martenot menée par le musée de la Musique de la Philharmonie de Paris vise à promouvoir l’institution en tant que principal centre de ressource autour des instruments Martenot au niveau international.

Divers documents provenant du fonds Martenot conservé au musée de la Musique de la Philharmonie de Paris, 2021. © montage Rodolphe Hernandez.

Problématique, méthodologie et livrables

Une première approche du fonds met en lumière une problématique spécifique, celle d’un ensemble de documents techniques qui ont été produits puis réutilisés ou réarrangés à de nombreuses reprises, à mesure de la production de nouveaux modèles. La présence de plans antérieurs au sein de dossiers plus récents confirme qu’un même dessin a pu servir successivement à la production d’instruments à lampes et à transistors par exemple. Ainsi, les classeurs 61 à 65 du lot 1 (E.2019.0.1) contiennent, en plus des nomenclatures des pièces et composants, des plans remontant parfois jusqu’à trois générations d’instruments.

Face à la question des doublons, à l’impossibilité de dégager une chronologie stricte au sein des dossiers, il est apparu nécessaire de concevoir un outil de recherche propre à fournir une vue d’ensemble du fonds. Ainsi, ce travail a mené :

  • d’une part, à la conception d’un tableau répertoire reprenant l’ensemble des plans et dessins techniques (580 dessins traités) ;
  • d’autre part, à une première campagne photographique documentaire (2 181 clichés) couvrant l’ensemble des documents traités et restant à traiter.

Pour mémoire, le stage s’est déroulé dans un contexte de pandémie avec un rythme de travail organisé autour de 2,5 jours de présence (principalement dédiés à la prise de vues) et 2,5 jours à distance (traitement photographique). Faisant de nécessité vertu, la production des deux livrables (photos et répertoire) a permis d’alimenter le travail à distance et d’optimiser le temps de présence sur place. Ne pouvant être exhaustif sur une durée de quelques semaines, le répertoire a donc vocation à être renseigné et modifié par les travaux qui seront effectués sur le fonds dans le futur.

Les champs devant nécessairement apparaître dans le tableau ont été définis en amont et complétés au fur et à mesure :

  • numéro de lot ;
  • numéro de dossier ;
  • descriptif listing ;
  • descriptif détaillé listing ;
  • fichier photographie ;
  • support ;
  • format ;
  • numéro Martenot[2] ;
  • désignation / instrument ;
  • titre du dessin ;
  • lettre ou numéro d’ordre ;
  • échelles ;
  • notes hors cartouche ;
  • matériaux de la pièce et épaisseur ;
  • interprétation ou identification possible ;
  • date ;
  • marque / signature ;
  • état ;
  • au verso.

État d’avancement du dépouillement

La totalité du lot 1 (E.2019.0.1[3]) a fait l’objet d’un premier traitement des 580 dessins techniques (contenus dans 56 dossiers identifiés). Ils ont été photographiés (1 311 clichés) et entrés dans le répertoire.

Le lot 2 (E.2019.6.1 et E.2019.7.1) et le lot 3 (E.2019.8.1) ont fait l’objet de photographies systématiques mais n’ont pu être entrés au répertoire. Ils représentent 870 clichés, soit plusieurs centaines de dessins techniques restant à entrer au répertoire.

Le lot 4 n’a pas été traité.

photographiés entrés au répertoire
lot 1
(E.2019.0.1)
OUI
(1 311 clichés)
OUI
(580 entrées)
lot 2
(E.2019.6.1 et E.2019.7.1)
dossier I (I,1 à I,21)
(208 clichés)
NON
lot 3
(E.2019.8.1)
OUI
(662 clichés)
NON
lot 4 NON NON

Ce stage a permis de conduire un premier dépouillement au sein d’un fonds conséquent. Ce travail permet aussi d’estimer aujourd’hui à environ un millier le nombre des plans et dessins techniques pour les lots 1, 2 et 3 (le lot 4 restant à traiter).

Les brochures et documents promotionnels ou techniques d’entreprises autres sans lien direct avec Martenot, et qui semblaient figurer dans les dossiers à titre de simple documentation n’ont pas été traités. De même, les dessins techniques illustrant les brevets déposés par Martenot, ont été photographiés. Leur présence atteste de la stratégie mise en place par Maurice Martenot autour de la conception de son instrument. Ils mériteraient probablement une étude spécifique afin d’identifier les éléments concernés.

Premières observations

Les documents datent d’une période allant du milieu des années 1930 (pour les plans des premières Ondes à lampes produites par Maurice Martenot) au milieu des années 1990 (pour le dernier modèle numérique produit par Jean-Louis Martenot). La standardisation et le recours à la sous-traitance (en particulier avec l’avènement du numérique) ont amené l’entreprise à conserver toute une documentation émanant d’autres entreprises travaillant à la production de pièces pour Martenot (Gallopin, cabinet CRAC, Supersonic, Dream SA…). Des documents de nature et de formes assez diverses auxquels s’ajoutent des documents à vocation promotionnelle.

L’aspect le plus caractéristique du fonds reste qu’il est définitivement difficile d’y établir une « stratigraphie » stricte tant au sein des dossiers que parfois même à l’échelle d’un seul document, un plan réutilisé comportant le plus souvent de nombreux ajouts. En plus des annotations, les plans qui ont été réemployés à de nombreuses reprises portent des traces d’usages répétés.

À l’image des premiers instruments produits par Martenot, les dessins présentent également ce que Thierry Maniguet qualifiait en 2018 de « facture des pionniers[4] » pour désigner une hétérogénéité en termes de production qui invite à considérer les instruments comme autant de pièces uniques.

Perspectives

Ce travail documentaire mené au musée de la Musique avait vocation à préparer la numérisation et la mise en ligne du fonds Martenot. Il aura permis une appréhension plus globale du fonds, d’en faire un état des lieux et d’en dégager les éléments les plus importants. L’une des particularités de cette étude réside dans l’aller et retour constant entre les sources archivistiques et les instruments (désignation, interprétation), dans une démarche de rapprochement entre le fonds et les Ondes musicales existantes à Paris et ailleurs. Elle a vocation à se poursuivre à travers des actions de conservation, de restauration et de communication.

Pour de nombreux documents, une restauration sera un préalable indispensable à la diffusion. À titre d’exemple, au sein du lot 1, l’état du dossier 3 n’a pas permis à celui-ci d’être traité puisqu’il était impossible de le manipuler sans le détériorer. Son contenu devra néanmoins être évalué préalablement à une opération de restauration.

Enfin, ce travail a permis de mettre au jour des documents ne relevant pas directement de la commande mais dont l’intérêt scientifique et technique intrinsèque invite signaler ici. Ainsi, le dépouillement aura apporté de nouveaux éléments concernant la composition de la poudre contenue dans la résistance du tiroir, une question qui a été l’objet de différents travaux de recherche ces dernières années[5] . Cette commande de volume totalement originale – dite « touche Martenot » – est issue de la double expérience de télégraphiste et de violoncelliste de Maurice Martenot. La pression du doigt de l’ondiste sur la touche affecte de manière dynamique l’intensité du signal électrique, qui y circule au travers d’une poudre faite d’un mélange conducteur / isolant, donnant à l’interface une sensibilité comparable à celle de l’archet sur une corde. Dans un contexte où les instruments sont aujourd’hui vieillissants, c’est la question de leur maintien en état de fonctionnement et de la conservation de la technologie analogique d’origine qui se joue autour de la composition de cette poudre ! À l’issue du dépouillement, deux documents manuscrits retrouvés dans les dossiers 21 et 65 livrent de nouvelles indications sur la proportion mica / graphite, et sur le procédé de préparation de cette poudre que Maurice Martenot savait apparemment adapter au jeu de chaque ondiste et dont la « recette » a été perdue avec son décès soudain en 1980.

Par ailleurs, les dossiers techniques de suivi des instruments (lot 3, dossier VIII, 62 E.2019.8.1), mentionnant l’identité de leur possesseur au fil des années 1980 et 1990, sont une source intéressante pour le suivi des instruments. Sur ce point, la limite entre la simple communication et une diffusion plus large est ambiguë.

Dans la situation assez précaire dans laquelle les Ondes Martenot se trouvent encore à ce jour[6], la diffusion des informations relatives à l’identification, la localisation et la maintenance des Ondes revêt un intérêt majeur pour la conservation du patrimoine tant matériel qu’immatériel que les Ondes et leur répertoire (environ 1 500 pièces musicales) constituent aujourd’hui. Une mission passionnante et singulière en environnement muséal puisque touchant à la sauvegarde d’un patrimoine vivant, concret mais aussi intangible dont l’enjeu de préservation dépasse aujourd’hui très largement nos frontières. Un travail de longue haleine auquel j’ai été honoré de pouvoir apporter ma modeste contribution.

Rodolphe HERNANDEZ

Élève conservateur du patrimoine, spécialité musées.

Remerciements

À l’ensemble des membres de l’équipe Conservation et Restauration ainsi qu’à la direction du musée de la Musique pour leur accueil chaleureux. À Christine Laloue, en particulier, pour ses précieux conseils et son soutien dans cette période difficile.

[1] En dehors des Ondes numériques produites par Jean-Louis Martenot (dont l’étude du fonds d’archive devrait permettre d’estimer la production), la numérotation des modèles analogiques plus anciens, à lampes ou à transistors, indique, selon Thierry Maniguet, une production de 264 instruments. On ignore combien sont encore actuellement en état de jouer.

[2] Les dessins des différents éléments des Ondes sont identifiés par des numéros qui se retrouvent dans les classeurs avec l’ensemble de la nomenclature. Ils sont nommés ici « numéros Martenot ».

[3] Seuls les numéros d’inventaire (E.2019.x.x) sont définitifs, les numéros de lots, de dossiers et de pièces mentionnés ici à titre indicatif sont temporaires.

 

[4] Intervention de Thierry Maniguet au cours du colloque international « Les lutheries électroniques : les Ondes Martenot et l’avènement des musiques éthérées » (Paris, Philharmonie de Paris 8-9 mars 2018) [disponible en ligne], https://pad.philharmoniedeparis.fr/CMDA/doc/CIMU/1085408/colloque-international-les-lutheries-electroniques-les-ondes-martenot-et-l-avenement-des-musiques-et [lien valide en octobre 2021].

[5] Voir bibliographie indicative en fin d’article.

[6] La production récente des Ondes musicales de Jean-Loup Dierstein (2011) et du clavier Ondomo de la marque japonaise Asaden (2016) a permis de maintenir une continuité, tout comme l’enseignement au sein du Conservatoire national de musique et de danse de Paris (CNSMD), mais la pratique amateure reste très confidentielle.



Citer ce billet
INP (2021, 12 octobre). How not to disappear completely. Contribution au traitement des dessins techniques des archives Martenot (musée de la Musique de la Philharmonie de Paris). Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search