Projet Dégraa-D

Les rubans auto-adhésifs (RAA) sont de nos jours largement utilisés dans de multiples domaines. Ces RAA sont constitués de deux composés majeurs dont la nature peut varier : un support souple et flexible sur lequel est appliqué un revêtement adhésif – simple ou double face – permettant une adhésion quasi instantanée à une surface. La terminologie anglaise (pressure sensitive tape) offre l’avantage de préciser que cette adhésion est favorisée par une pression exercée sur la bande lors du collage.

Les collections publiques n’échappent pas aux RAA : nous trouvons du ruban adhésif sur de nombreux objets patrimoniaux, qu’il soit entré dans leur fabrication au stade de la création ou qu’il fasse partie d’un montage ou d’une restauration ultérieurs. Dans les deux cas, son vieillissement et la dégradation associée peuvent compromettre l’intégrité et la lisibilité de ces œuvres, et conduire les restaurateurs à le retirer. Or, les RAA vieillis sont généralement difficiles à enlever sans laisser de traces, en raison de leur processus de dégradation et des interactions avec les matériaux sur lesquels ils ont été apposés.

Le projet Dégraa-D[1] a pour objectif d’étudier et de définir finement les stades de dégradation – au-delà des trois stades identifiés par les restaurateurs – de différents types de rubans adhésifs au moyen d’une méthodologie multimodale combinant analyses physicochimiques et imagerie scientifique. Grâce à une approche statistique, le projet cherchera en outre à corréler les états de dégradations aux propriétés optiques des RAA sur support. Cette classification permettra à plus long terme de proposer un outil d’aide au diagnostic de l’état de conservation des RAA : un réel atout, notamment pour les fonds d’archives.

 

Ce projet de recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux réalisés au cours de son master par une élève de 5e année à l’Institut national du patrimoine (INP). Son travail de fin d’étude a porté sur un projet de restauration de trois spicilèges[2] dans lesquels une multitude de documents très divers (courriers, tracts, photographies, prises de notes, informations administratives) ont été assemblés au moyen de RAA. Sous rayonnement ultraviolet (UV), les rubans adhésifs ont laissé apparaître des fluorescences hétérogènes qui semblaient liées à leur état de dégradation : il paraissait dès lors prometteur d’explorer l’existence d’une éventuelle corrélation entre la fluorescence UV de ces RAA et leur état de dégradation.

Un des trois spicilèges : carnet de bord de la section syndicale CGT de l’usine de la marque Obsession (avenue Galline, Villeurbanne), Fédération nationale des travailleurs de l’habillement, archives départementales de Seine-Saint-Denis (CGT / fonds IHS-CGT AD93 – 200J 135). © Chloé Bernard / INP.

De février à juillet 2023, Tiphaine Claverie a effectué un stage[3] de master 2 au sein du laboratoire de l’INP, en collaboration avec Antonio Mirabile, conservateur-restaurateur d’œuvres d’art sur papier. Dans le cadre de son stage, Thiphaine Claverie a soumis plusieurs RAA de différentes manufactures et compositions, utilisés en conservation-restauration du patrimoine culturel, à un vieillissement artificiel sur une durée de quatre mois (cycle en alternant, toutes les semaines, haute et basse température et humidité[4]) afin de les dégrader. Les échantillons de RAA – les uns montés sur châssis, les autres sur support « inerte » (lame de verre), d’autres encore sur support papier sans azurant optique –, ont été analysés par ATR-IRTF[5] et observés sous UV à intervalle régulier (toutes les deux semaines) afin de déterminer si, à mesure de leur dégradation, l’évolution chimique des rubans adhésifs est corrélable à l’évolution de leur fluorescence.

Échantillon de ruban auto-adhésif (RAA) photographié sous rayonnement ultraviolet (UV). © Thiphaine Claverie / INP.

Ce stage a permis de confirmer les variations de la structure chimique et de la fluorescence des RAA soumis à un vieillissement accéléré. Cependant, ces variations n’ont pu être corrélées, probablement parce que les RAA n’ont pu, durant ces quatre mois, atteindre un stade de dégradation suffisamment avancé. En outre, les RAA étant des matériaux composites, leur spectre infrarouge s’avère complexe à interpréter sans ambiguïté.

 

Pour donner suite à ces premières approches, nous envisageons de soumettre des RAA à un vieillissement artificiel plus long et d’analyser des modifications de leur composition chimique au moyen de techniques séparatives. Cette nouvelle étape devrait favoriser une meilleure compréhension de la dégradation des RAA par le croisement des nouvelles données récoltées à celles déjà enregistrées au cours du stage de 2023.

Porteuses du projet
  • Elsa PERRUCHINI, physicochimiste, ingénieure d’étude adjointe à la responsable du laboratoire de recherche de l’INP
  • Chloé BERNARD, chargée de l’imagerie scientifique au sein du laboratoire de recherche de l’INP.
Partenaires

Antonio MIRABILE, restaurateur d’œuvres d’art sur papier.

Financements

Domaine de recherche et d’innovation majeurs « Patrimoines matériels – innovation, expérimentation et résilience » (Dim Pamir).

 

 

[1] La construction de cet acronyme renvoie à l’étude des stades de « dégradation » des RAA. Le D final évoque leur « diagnostic ».

[2] Ces trois cahiers, propriété de l’Institut d’histoire sociale (Nanterre), sont conservés aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis (Bobigny).

[3] Stage soutenu et financé par le Domaine de recherche et d’innovation majeur (Dim) « Patrimoines matériels – innovation, expérimentation, résilience » (Pamir), réseau de recherche francilien voué à l’étude des sciences du patrimoine.

[4] Les échantillons étaient soumis alternativement à une température de 70 °C à 50 % d’humidité relative (HR) et à une température de 20 °C à 80 % HR.

[5] ATR-IRTF est l’acronyme de « spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier » en mode « réflectance totale atténuée » (« Attenuated Total Reflectance », ATR). Cette technique permet de connaître la structure moléculaire du matériau analysé, exprimée sous la forme d’un spectre infrarouge caractérisé par des bandes vibrationnelles spécifiques. Le vieillissement entraîne des modifications spectrales (variations d’intensité, élargissements ou déplacements des bandes vibrationnelles…) liés à la modification de sa structure moléculaire.



Citer ce billet
INP (2023, 9 octobre). Projet Dégraa-D. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd20

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search