Catégorie : PEEX 2 (2019-2020)

L’interdisciplinarité est une des compétences indispensables aux professionnels de la conservation et de la restauration. Pour développer ce savoir, en 5e année de formation à l’Inp, les élèves du département des restaurateurs consacrent une partie entière de leur mémoire de fin d’étude à l’élaboration d’un sujet technico-scientifique, dédié à une des problématiques posée par l’œuvre qu’ils étudient.
Le module Projet d’Étude EXpérimental (PEEX) proposé aux élèves, pendant la 3e année de leur cursus à l’Inp, les initie à cette interdisciplinarité par la mise en place d’une méthode scientifique adaptée à leur problématique de conservation-restauration.
Ce module de 140 heures repose sur des enseignements scientifiques, à la fois théoriques et pratiques, reçus à l’Inp en amont. L’enjeu pédagogique du module PEEX est multiple. Il s’agit tout d’abord pour les étudiants d’apprendre à poser une problématique sur un sujet d’intérêt pour la conservation-restauration et de développer une méthode scientifique et une expérimentation associée pour tenter de répondre à cette problématique. De plus, les données obtenues sont étudiées avec un regard critique, et synthétisées sous forme d’un rapport et d’une soutenance orale devant un jury.
Coordonné par Mandana Saheb, chargée de recherche CNRS (Lisa, UMR 7583, université Paris-Est et université Paris, IPSL) et Maroussia Duranton, ingénieur d’études (Inp) depuis 2014, l’évolution de ce module a entrainé une implication grandissante de la part des élèves. Au-delà de l’exercice pédagogique, leur curiosité et leur ingéniosité les a menés à développer des travaux présentant des avancées réelles pour le domaine de la conservation-restauration
En 2020, le contexte sanitaire a généré l’opportunité pour les étudiants de valoriser leurs travaux par la rédaction d’articles scientifiques de qualité. Les articles présentés témoignent de la qualité des études menées dans ce module, résolument formateur à l’interdisciplinarité.
Nous tenons à remercier Véronique Rouchon et Eléonore Kissel, coordinatrices scientifiques de l’Inp, pour leur participation active dans l’ensemble des étapes de ce module. Nous remercions également Angèle Dequier et Anne Genachte-Le Bail pour leur relecture et leur participation aux jurys de cette promotion.

Le mélange des résines Paraloid B72 et B44 : étude de la résistance mécanique de l’adhésion sous l’influence de la température

Le mélange des résines Paraloid® B72 et B44 est utilisé en conservation-restauration afin d’obtenir un adhésif adapté à la conservation dans un environnement à température non contrôlée ou en milieu tropical. Au cours de cette étude, nous avons comparé la résistance en collage des deux résines pures ainsi que leur mélange à parts égales. Des tests mécaniques ont été réalisés en variant la température et la durée d’exposition. Les résultats obtenus montrent que la température de déformation augmente proportionnellement à la part de Paraloid B44 présente dans le mélange. Concurremment, on note une diminution de la flexibilité de l’adhésif.

Impacts du retrait d’un film d’acétate de cellulose sur le papier de documents laminés

Les archives départementales de La Réunion possèdent un corpus de documents laminés entre des films d’acétate de cellulose. Ce matériau instable peut altérer les objets qu’il est censé protéger.

L’objectif de cette étude est de rechercher un protocole de délamination de terrain pour les conservateurs-restaurateurs à partir de solvants et de modes d’application couramment utilisés ayant l’impact le plus faible possible sur les documents graphiques. Cette étude a permis de sélectionner une méthode de délamination à l’acétate d’éthyle en bain et de l’appliquer sur un document des archives.

La mousse de colle d’esturgeon : actions du rayonnement UV et de l’humidité relative

De matériau d’isolation dans la construction à son emploi par les artistes du XXe siècle, la mousse polyuréthane est devenue un matériau omniprésent tant dans la vie quotidienne que dans les collections patrimoniales. Sa conservation est cependant souvent problématique. Une méthode récente de comblement repose sur l’utilisation de la colle d’esturgeon montée en mousse. Cette étude s’intéresse à la stabilité de ce matériau lors de deux vieillissements artificiels, l’un recourant à une exposition prolongée à un rayonnement ultraviolet, l’autre utilisant différentes conditions thermo-hygrométriques. Des résultats encourageants, démontrant une stabilité de ce matériau, ont été obtenus.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search