Élaboration de protocoles de traitements pour la restauration du zip

Marion Cinqualbre, restauratrice du patrimoine, doctorante rattachée au laboratoire de l’INP, a  démarré son doctorat sur projet en 2019 (mention « Conservation-restauration du patrimoine»).

Le projet ZIP est dédié à l’étude de films plastiques auto-adhésifs, appelés zips, utilisés dans les dessins d’architecture. Il est importé des Etats-Unis à la fin de la Seconde Guerre Mondiale afin d’accélérer les méthodes de production des documents graphiques dans le contexte de la Reconstruction.

Omniprésent dans la pratique des architectes dès les années 1960, il disparaît dans les années 1990 avec l’arrivée des ordinateurs au sein des agences. Le zip se caractérise par une surface colorée ou un motif, imprimé à l’encre, sur un support plastique transparent et préencollé avec un adhésif. Présent au sein des collections d’architectures d’institutions culturelles, il apparaît sur une grande diversité de supports (carton, calque, papier, …) et son état de conservation est souvent préoccupant.

Le projet ZIP a pour objectif d’établir des protocoles de conservation-restauration adaptés aux problématiques posées par le zip. Confrontés à un corpus de dégradations très étendu, le projet se concentre sur les altérations face auxquelles les restaurateurs se trouvent démunis : les pertes d’adhésion, les réseaux de bulles et les variations dimensionnelles. Un protocole expérimental sera engagé sur des éprouvettes dont les dégradations auront été modélisées en laboratoire. Un suivi permettra de valider l’innocuité des traitements sur les matériaux en présence sur le court et le long terme. Afin de se mesurer aux contraintes d’une intervention en conditions réelles, des études de cas seront traitées en respectant une déontologie définie en amont.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search