Projet Vibrations et Conservation

Ce projet porte sur l’élaboration d’outils d’analyse pour quantifier l’impact à long terme des vibrations sur la conservation des œuvres et le développement de méthodes de contrôle hybrides (actives et passives) pour optimiser l’atténuation de vibrations subies par les œuvres. 

Existe-t-il un point commun entre un clavecin du Musée de la musique maintenu en état de jeu et un panneau de bois peint prêté pour une exposition temporaire aux antipodes ? 

Outre le fait qu’il s’agisse d’objets patrimoniaux en bois, du point de vue de la mécanique, le clavecin et le panneau de bois sont des structures contraintes soumises ponctuellement à des vibrations non contrôlées. Celles-ci sont imposées par leur environnement habituel sur leur lieu d’exposition, ou exceptionnelles à l’occasion des transports ou d’évènementiel. Pourtant, si aujourd’hui température, humidité et lumières ambiantes sont considérées comme des paramètres d’impact déterminant pour la conservation des objets patrimoniaux et sont encadrés par des normes de conservation, ce n’est pas le cas des sollicitations vibratoires.

Les œuvres sont parfois soumises à de forts niveaux vibratoires ou acoustiques dans les musées et les réserves, par exemple lors de travaux dans les bâtiments qui les hébergent (agrandissement, réhabilitation) ou de projets événementiels ou bien lors de leur transport entre les espaces d’exposition et de conservation ou entre établissements. Le niveau d’énergie mis en jeu peut engendrer des dégâts irréversibles, allant parfois jusqu’à la perte de matière.

Or peu d’études traitent de l’impact des vibrations sur les objets du patrimoine et des moyens de le prévenir. Ces travaux proposent des solutions passives, c’est-à-dire sans apport d’énergie, emballages de protection et amortisseurs, essentiellement adaptées au transport de panneaux.

Le premier objectif consiste en l’élaboration d’outils d’analyse pour quantifier l’impact à long terme des vibrations sur la conservation des œuvres. Ces outils permettront d’estimer la fatigue de différents types d’œuvres (tableaux, toiles, panneaux, statues, instruments de musique, …) en fonction des caractéristiques des excitations vibratoires subies (domaines de fréquence, amplitudes, …). On disposera alors des éléments nécessaires au dimensionnement des capteurs, actionneurs et autres paramètres intervenant dans la conception des systèmes de contrôle.

Le second objectif vise à développer des méthodes de contrôle hybrides (actives et passives) pour optimiser l’atténuation de vibrations subies par les œuvres. Les outils d’estimation proposeront une évaluation objective de ces méthodes.

PORTEURS DU PROJET

Sandie Le Conte, ingénieur de Recherche, responsable du laboratoire de l’Inp

PARTENAIRES

Musée de la musique – Cité de la musique – Philharmonie de Paris (M. Jossic, chercheur)
Musée du Louvre (B. Le Dantec, conservation préventive)
MAD (F. Bertin et Catherine Didelot)
Musée du Quai Branly – J. Chirac (E. Kissel & F. Sauvagnargues)
Ircam (H. Boutin, chercheur)
Institut Jean-Le Rond D’Alambert, Sorbonne Université (F. Ollivier, maitre de conférence)
SATIE, CY Université (N. Wilkie-Chancelier, professeur)

FINANCEMENTS

Bourse doctorale de la FSP
Stage M2 FSP
Fonds propres


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search