Une brève histoire des formations au patrimoine en France

En décembre 2017, a été organisé par l’Institut de protection du patrimoine du Shaanxi, la Fondation des sciences du patrimoine et le Bureau du patrimoine de Xi’an un colloque international intitulé « Echanges et inspiration mutuelle. La protection du patrimoine culturel en Chine et en France ». L’institut national du patrimoine prit part à l’organisation de cette rencontre qui couvrait tous les aspects des politiques patrimoniales.

Dans le cadre de cette rencontre, il m’a été demandé de présenter une communication portant sur les formations aux métiers du patrimoine en France. En abordant cette question, je voulais avant tout éviter de centrer mon intervention exclusivement, ou même principalement, sur l’école d’application des conservateurs du patrimoine qu’est l’Institut national du patrimoine. Cet effort de contextualisation appelait une double mise en perspective, à la fois institutionnelle et historique : historique, tout d’abord, pour comprendre la progressive mise en place de dispositifs d’enseignement qui se sont superposés sans jamais entrainer de suppression, institutionnelle, ensuite, pour saisir les différences, mais aussi les points communs, nombreux, qui existent entre les différentes écoles d’application et les formations universitaires.

Dans le cadre de mon travail à l’INP, de fréquentes rencontres avec des professionnels étrangers (bien souvent eux-mêmes en charge de formations universitaires sur les questions patrimoniales) m’avaient fait saisir à quel point le système français des écoles de service public était difficile à faire comprendre à mes interlocuteurs : système « payé » et non payant, système largement étranger aux grades universitaires, système professionnel, enfin, qui fait du passage à l’école non le dernier temps de la vie étudiante mais le premier de la carrière du fonctionnaire. Faire comprendre la singularité, à l’intérieur d’un système dualiste, de l’un des deux éléments constitutifs de celui-ci, nécessitait tout autant une mise en contexte historique.

Le colloque se tint, mais il ne fut apparemment jamais question d’en publier les actes. Cette absence me conduisit à rechercher une autre voie de diffusion. Si une telle réflexion, compte tenu de ma position institutionnelle, n’est sans doute pas exempte de parti-pris ou de biais interprétatifs, il me semblait néanmoins utile de la partager, dans la mesure où les travaux sur ce sujet sont relativement peu nombreux et assez disparates. Un article récent de Philippe Tanchoux et Florence Abrioux constitue une bonne synthèse sur l’histoire des récentes formations universitaires, mais ni l’INP ni l’ENSSIB, écoles de création récente, n’ont fait l’objet d’études précises (en revanche, l’ENSB, qui précéda l’ENSSIB est le sujet du mémoire de fin d’études de Fabien Lafont, conservateur stagiaire des bibliothèques, en 2014). Un ouvrage collectif a été publié à l’occasion des 125 ans de l’Ecole de Chaillot et on attend avec impatience l’histoire de l’Ecole du Louvre rédigée par Philippe Durey. L’Ecole des chartes se singularise quelque peu, avec, en moins de vingt-cinq ans, pas moins de trois ouvrages collectifs et un volume d’actes de colloque consacrés à son histoire ou au rôle de ses anciens élèves dans l’écriture de l’histoire et la sauvegarde du patrimoine.

Après un retour sur la création des premières écoles dédiées à l’étude et à la sauvegarde des choses du passé, l’attention se portera sur la période contemporaine, qui sera envisagée d’un double point de vue : celui de l’histoire récente des formations au patrimoine d’une part, et celui des points communs et différences entre celles-ci de l’autre.

Un développement précoce des formations à la conservation du patrimoine, en dehors de l’université

Essor de la conscience patrimoniale et rôle de l’Etat

La révolution de 1789 et l’Empire napoléonien jouent un rôle considérable  dans l’émergence de la conscience patrimoniale en France (Voir Chastel et Balebon, La notion de Patrimoine, Dominique Poulot, Musées nation, patrimoine). De grandes institutions sont transformées et confortées (jardin du Roi, qui devient le Muséum, Bibliothèque royale, qui devient nationale), de nouvelles sont créées (Muséum central des arts de la République, conservatoire des arts et métiers, Archives nationales). Après 1830, sous le régime de la monarchie de Juillet, dans un contexte de développement de l’histoire nationale (Ecole des chartes, Comité de travaux historiques et scientifique), se mettent en place les premiers jalons stables d’une politique de recensement et de protection du patrimoine in situ : inspecteur des monuments historiques (1830) et commission des monuments historiques (1837).

Parallèlement, les opérations de désignation, d’identification et de conservation de ce patrimoine écrit, monumental ou mobilier contribuent à la constitution d’une histoire nationale et au développement de la conscience nationale. On peut reprendre à ce titre le titre de la thèse d’Arlette Auduc consacrée à l’histoire de l’administration des monuments historiques : « Quand les monuments construisaient la Nation »

Développement de formations spécifiques, en dehors de l’Université

Jusqu’à la troisième République, les facultés (lettres, sciences, droit et médecine) jouent un rôle assez limité dans la formation des cadres scientifiques de la nation : les étudiants sont peu nombreux, la recherche peu développée. L’Université connaît un renouveau spectaculaire après la défaite face à la Prusse en 1871, la science française se mettant à l’heure allemande.

A contrario, ce sont des établissements d’enseignement extérieurs à l’Université qui vont être les premiers lieux de formation de professionnels du patrimoine dans différents domaines :

  • Ecole des chartes (fondée en 1821 et recrée en 1829) : pour les archives, les bibliothèques et l’archéologie monumentale de la France (c’est-à-dire, en fait, l‘histoire de l’architecture nationale)
  • Ecole du Louvre (fondée en 1882), d’abord envisagée comme une « école d’administration des musées » pour les musées et l’Histoire de l’art
  • Le « cours Chaillot », c’est-à-dire en fait la « chaire d’histoire de l’architecture française du Moyen Âge et de la Renaissance », fondé en 1887, attachée au tout nouveau Musée des monuments français et confiée à Anatole de Baudot, disciple de Viollet-le-Duc

Des « savants d’Etat » ?

Tout au long du XIXe siècle, la formation des scientifiques en France privilégie l’alliance entre la  pratique et les compétences scientifiques et vise des fins pratiques, généralement au service de l’Etat. En effet, l’accomplissement de ces formations conduit à des postes de fonctionnaires spécialisés dans un secteur donné de l’administration. Les prémices de cette organisation remontent à la création de l’Ecole des Ponts et Chaussées en 1747, véritable acte de naissance de « l’ingénieur moderne » (Antoine Picon).

Sans s’inscrire totalement dans ce schéma, les formations à la conservation développées au cours de cette période en partagent certains traits. C’est particulièrement net pour l’École des chartes : à partir de 1846 la formation se conclut par une thèse, travail d’érudition original, et l’obtention du diplôme garantit à ses détenteurs un monopole de l’accès aux fonctions d’archiviste départemental et bientôt un accès privilégié aux fonctions de bibliothécaire.

Surtout, toutes ces formations insistent sur la fréquentation directe des objets, œuvres, et documents qui sont au cœur de la pratique des professionnels. Cette dimension concrète de l’enseignement est facilitée par la proximité physique entre écoles et collections au sein de mêmes bâtiments : l’Ecole des chartes est installée à la Bibliothèque royale puis au Archives nationales, L’Ecole du Louvre voisine avec le Musée au sein du Palais du Louvre, le « cours de Chaillot » est attaché au musée des Monuments français. On peut citer, pour illustrer cette ambition, le rapport de l’inspecteur des Beaux-arts Louis de Ronchaud sur la création de l’École du Louvre :
« Ce que [Le ministre] a voulu créer au Louvre et ce que nous y devons, ce me semble, organiser, c’est une école pratique d’archéologie et d’histoire de l’art (…). En un mot, je vois dans l’École du Louvre un séminaire de jeunes savants qu’un enseignement précis et familier, donné en présence des monuments par des maîtres autorisés, doit mettre à même de servir la science par leurs travaux et leurs découvertes dans toutes les branches de l’archéologie et de l’histoire de l’art ».

Auteur

Christian Hottin, conservateur en chef du patrimoine, directeur des études, chargé de la programmation et des publications scientifiques – Département des conservateurs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search