La période contemporaine, un complexe foisonnement

Après avoir rappelé dans une première livraison l’histoire des premières formations consacrée à l’étude et à la conservation des biens patrimoniaux (École de Chaillot, École des chartes, École du Louvre), on abordera ici la période contemporaine, marquée par le développement rapide de nombreuses formations au sein des universités.

Des formations toujours plus nombreuses, de multiples causes

Les années du « tout Patrimoine »

À partir du début des années 1980, la France entre dans l’« ère des commémorations » (Pierre Nora), dont le bicentenaire de 1789 sera le point d’orgue. Le patrimoine fait l’objet d’un intérêt soutenu de la part du pouvoir politique, avec des projets « moteurs » : le Grand Louvre à partir de 1983, la Bibliothèque nationale de France après 1988. Ces grands projets entraînent à leur suite sur tout le territoire un profond renouvellement des métiers, pratiques et équipements dans ces institutions. La professionnalisation des fonctions et métiers qui y travaillent est spectaculaire. On parle de « moment musées » puis de « moment bibliothèques » (Pierre Nora) pour désigner ces deux périodes de cristallisation. La mutation des archives est plus lente, sur fond de décentralisation des archives départementales, mais elle s’accompagne d’une semblable professionnalisation des cadres intermédiaires des services.

Parallèlement, dès 1978, les institutions d’étude et de sauvegarde du patrimoine in situ (archéologie, Monuments historiques et Inventaire général) se structurent en une administration unique, la direction du Patrimoine, dont les effectifs s’étoffent considérablement au cours des décennies suivantes. Les étapes successives de décentralisation (1983-1986, 2004) conduisent les collectivités territoriales à développer (archives bibliothèques, inventaire des monuments) ou à créer (archéologie) de nombreux services patrimoniaux. L’ensemble de ces institutions (hors bibliothèques) se dote progressivement d’un corps de cadres supérieurs et de dirigeants unique (1990 : création du corps des conservateurs du patrimoine et de l’École nationale du patrimoine), d’un corpus législatif et réglementaire commun (Code du patrimoine, 2004), et d’une administration centrale unifiée (direction générale des Patrimoines, 2010).

Au sein de l’Université : croissance des effectifs et professionnalisation des formations

Ces besoins en personnels scientifiques et techniques formés aux métiers des musées, archives, bibliothèques monuments et sites archéologiques rencontrent le second grand mouvement de massification de l’enseignement supérieur en France, après celui des années 1960. Entre 1960 et 2000, la part de la population universitaire française passe de 0,4 à 2 %, soit une multiplication par 5. En 1985 est affiché l’objectif d’amener 80 % d’une génération au baccalauréat. Au sein des universités, à côté des filières traditionnellement dédiées à la recherche et à l’enseignement, les formations professionnelles (essentiellement au niveau master) se développent rapidement. Ainsi dans les métiers des archives, le nombre de formations universitaires passe de 2 dans les années 1980 à 18 en 2017.

Ce qui est observable pour les métiers des archives se vérifie sur l’ensemble des formations patrimoniales, avec une progression forte dans les années 1990, qui s’accélère encore au cours de la décennie suivante (voir graphique 1). On peut épouser ici l’analyse de Philippe Tanchoux et Florence Abrioux : « Cette explosion résulte en partie d’une réponse tardive à de nouveaux besoins, mais surtout des changements de l’Université. La nouvelle mission d’insertion professionnelle des étudiants [exigée par plusieurs lois successives], a eu pour conséquence de multiplier les masters professionnels. »

Après 2010, un panorama des formations patrimoniales

Les formations universitaires, une mosaïque

Les formations universitaires aux métiers du patrimoine sont désormais, et de très loin les plus nombreuses. Elles représentent en effet 88 % du total des formations patrimoniales en France. Elles se situent, pour 76 % d’entre elles, au niveau du master et ,parmi celles-ci, 90 % sont des masters à visée professionnelle et non des masters de recherche préparant, en principe, à l’entrée en doctorat. On évalue aujourd’hui à 126 le nombre de formations universitaires dédiées au patrimoine (Abrioux & Tanchoux). Comme l’indique le tableau n° 2, ces formations sont, dans leur écrasante majorité, rattachées aux facultés de lettres ou des sciences sociales. Une tout petite minorité fait partie des facultés de droit ou de sciences économiques, et une infime proportion est attachée aux institutions scientifiques.
Compte tenu de leur nombre, on ne saurait ici qu’esquisser à très grands traits le paysage institutionnel qu’elles forment. De fait, toutes ou presque affichent une spécialisation.

  • Ce peut être une spécialisation dans un domaine du patrimoine : par exemple le patrimoine écrit, comme le master du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, ou encore le tout nouveau master en ethnologie dédié au patrimoine culturel immatériel de l’université Toulouse - Jean-Jaurès.
  • Cette spécialisation peut aussi porter sur un segment de la chaîne de traitement des objets patrimoniaux : par exemple la numérisation, comme à Tours, déjà cité, ou encore la médiation du patrimoine — secteur très investi ces dernières années par de nouvelles formations. En effet, l’accès au patrimoine est de plus en plus affiché comme une priorité par les décideurs politiques et de plus en plus perçu par les visiteurs comme une expérience qui nécessite d’être contextualisée, accompagnée, médiatisée en un mot par des personnes compétentes.
  • On peut également citer les formations à la régie des œuvres et des expositions, peu nombreuses et très prisées par les musées. L’École du Louvre, notamment, a mis en place un master spécifique sur ces questions.
  • Certaines encore permettent à des étudiants en droit ou économie, secteurs  étrangers au monde traditionnel des spécialistes du patrimoine, de devenir des experts de ces disciplines appliquées au champ du patrimoine. C’est le cas notamment en droit, avec le très réputé master de l’université de Paris Sud (faculté de Sceaux), dont de nombreux diplômés sont ensuite recrutés dans les services juridiques du ministère de la Culture ou des établissements publics culturels. C’est aussi le cas en économie avec le master de management des organisations culturelles de Paris Dauphine.

Lorsque la spécialité du master est par elle-même trop vaste (par exemple, la muséologie), il est fréquent que se créent des sous-spécialités afin de circonscrire plus étroitement le programme pédagogique et d’augmenter la visibilité des diplômés sur le marché du travail par un effet de distinction. Ainsi, le master de muséologie de l’université de Strasbourg, lié au musée d’Ethnologie de l’université et à la faculté de sciences sociales, s’est doté d’une spécialisation « Muséologie et patrimoines immatériels » qui fait de lui le seul en France sur ce créneau. A contrario, les masters trop généralistes sont quelque peu dévalorisés, qualifiés par les enseignants eux-mêmes de masters « couteau suisse », réputés moins efficaces pour l’insertion professionnelle des diplômés.

La restauration, un cas très particulier

Peu nombreuses, souvent assez anciennes, et hautement sélectives, les formations à la restauration au niveau du master sont au nombre de quatre seulement en France, auxquelles il faut ajouter quelques écoles privées (telle l’École de Condé).
Leur appréhension complexe des œuvres (scientifique, intellectuelle, déontologique et pratique), les distingue nettement des formations aux métiers d’art (orfèvrerie, ébénisterie) qui se rattachent plus clairement aux métiers du design. Deux sont assurées par des universités (Paris Panthéon-Sorbonne et Avignon), une par une école des Beaux-Arts (Tours), et une par l’Inp (département des Restaurateurs). Celle-ci fut créée dès 1977 sous le nom « Institut français de restauration des œuvres d’art » (Ifroa), et constitue encore aujourd’hui le secteur le plus ancien de l’Inp, puisque le département des Conservateurs ne trouve son origine que dix ans plus tard.

Longues et difficiles, ces formations nécessitent une spécialisation poussée des étudiants (90 % de jeunes femmes). Elles sont donc subdivisées en spécialités qui correspondent à des types d’œuvres (peinture, sculpture, arts graphiques, photographie, objets mobiliers), à des matériaux (bois, métal) ou à des typologies particulières (par exemple « Objets ethnologiques »). Certaines formations ne présentent qu’un panel restreint de spécialités (Tours et Avignon), d’autres (Sorbonne et Inp) une gamme très complète. Au cours de sa formation, chaque étudiant apprend donc tant sur le plan théorique (connaissances scientifiques) que sur le plan pratique (développement de l’habileté manuelle) à maîtriser un seul domaine de la restauration.
Le point commun à toutes les formations universitaires au niveau du master, qu’elles concernent la restauration ou une autre spécialisation patrimoniale, est qu’elles délivrent des diplômes mais ne garantissent pas un emploi. L’accès au marché du travail se fait en tant que profession libérale, salarié du secteur privé, salarié du secteur public (généralement en tant que contractuel). L’entrée dans la fonction publique suppose la réussite d’un concours d’accès à celle-ci. Il est à noter qu’en France, contrairement à la situation observée dans les pays anglo-saxon, les restaurateurs exercent majoritairement leur métier en tant que profession libérale.

Les écoles d’application, un parcours en plusieurs étapes

Jusqu’en 1990 l’accès au statut de conservateur d’archives ou des bibliothèques était offert de manière exclusive ou préférentielle aux diplômés de l’École nationale des chartes, tandis que l’École du Louvre constituait le vivier naturel des lauréats du concours de conservateur des musées ou d’inspecteur des Monuments historiques.
En 1990 ont été créés les corps des conservateurs des bibliothèques et des conservateurs du patrimoine (archéologie, archives, monuments historiques, inventaire, musées, patrimoine scientifique, technique et naturel). Il s’agit de corps de fonctionnaires d’encadrement supérieur pour l’État et les collectivités territoriales. Cette création s’est accompagnée de la création ou du développement d’écoles d’application de la fonction publique, accessibles uniquement sur concours, offrant le statut de fonctionnaire à leurs élèves (rémunération et obligation de service de l’État) et garantissant de manière plus ou moins systématique un emploi une fois le diplôme obtenu. Ces écoles sont au nombre de deux, l’École nationale supérieure des sciences de l’information (Enssib) pour les bibliothèques et l’Inp pour toutes les autres spécialités.
Il en résulte pour l’accès aux fonctions de conservateurs un parcours complexe, qui passe souvent par la réussite à deux concours successifs. Une fois obtenu le master, la préparation du concours des écoles d’application nécessite une année d’entraînement exclusif (parfois deux voire trois), suivie de dix-huit mois de formation (cours et stages) en cas de succès. La durée moyenne de formation d’un conservateur en France situe donc, à partir du niveau du baccalauréat, entre sept et huit années d’études supérieures, souvent plus.

Dans le cas de l’Inp, cette institution est, de plus en plus souvent, une école qui se fait « après une autre grande école » (École du Louvre, École des chartes, Institut d’études politiques, écoles normales supérieures), après un doctorat à l’Université (surtout en patrimoine scientifique, technique et naturel ou en archéologie) ou après un concours de l’enseignement général (agrégation d’histoire ou de lettres). Plus ponctuellement, certains élèves sont issus de grandes écoles de commerce (HEC, ESSEC) ou de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. L’école est également accessible par concours interne pour les fonctionnaires justifiant de cinq années de service effectif.  Elle accueille des élèves internationaux.

Auteur

Christian Hottin
Conservateur en chef du patrimoine, directeur des études du département des Conservateurs, responsable de la programmation et des publications scientifiques.



Citer ce billet
chottin (2021, 20 janvier). La période contemporaine, un complexe foisonnement. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcz8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search