Esprit commun aux différentes formations : enjeux de la recherche

Dans cette dernière livraison, nous aborderons les principales caractéristiques qui réunissent ces formations, aussi importantes, sinon plus, que ce qui les distingue.

Un esprit commun

Cette distinction étant posée, il existe cependant une réelle communauté d’esprit entre les différentes formations, qu’elles se déroulent dans les universités ou au sein des écoles d’application, et quelle que soit la spécialité envisagée. Cette communauté d’esprit permet de dégager les caractéristiques générales de la conception française en matière de formation au patrimoine. Unique établissement attaché à former aussi bien des spécialistes de la restauration que des cadres en conservation, l’Inp est également un bon exemple pour envisager les points communs entre les deux systèmes, puisqu’il est à la fois, pour les élèves restaurateurs, une formation diplômante au niveau du master, et, pour les élèves conservateurs, une grande école d’application pour de futurs fonctionnaires des collectivités territoriales, de la Ville de Paris et de l’État.
On peut dégager un certain nombre de ces caractéristiques.

L’art de la synthèse entre connaissances académiques et savoirs professionnels

  • On ne commence pas ses études par le patrimoine. Dans l’immense majorité des cas, la formation aux métiers du patrimoine intervient après une formation de base dans une discipline académique (histoire, histoire de l’art, archéologie…) qui est nécessaire pour connaître les objets du patrimoine mais est insuffisante pour intervenir sur ceux-ci. Cette formation initiale se situe en général au niveau du master, parfois au niveau du doctorat, elle comporte toujours un travail de recherche original qui a permis au futur conservateur de faire la preuve de son aptitude à la recherche, et lui a permis de tester son appétence pour celle-ci. Les épreuves écrites du concours et certaines épreuves orales permettent d’évaluer les connaissances du candidat, l’originalité de ses idées, la qualité de son expression orale et écrite.
  • Le savoir patrimonial est une œuvre de synthèse, et cela parce que l’action patrimoniale est par elle-même une œuvre de synthèse qui suppose chez celui qui en est investi l’alliage de plusieurs compétences : soit l’expertise savante et la capacité d’agir en fonction du droit pour le bien commun (conservateur), soit l’expertise savante et l’habileté technique pour intervenir physiquement sur l’œuvre en vue de sa sauvegarde (restaurateur). Sur la base de ces savoirs académiques, l’acquisition des savoir-faire patrimoniaux  suppose l’apprentissage d’un art de la synthèse nourri d’apport multiples : droit, gestion, conservation matérielle, muséologie ou archivistique (pour les conservateurs), conservation matérielle, sciences exactes, habileté technique (cruciale pour les restaurateurs). À l’Inp, chez les restaurateurs comme chez les conservateurs, on n’étudie ni histoire, ni histoire de l’art, ni ethnologie ou archéologie. Les enseignements d’administration générale ou l’acquisition de connaissances substantielles en chimie et en physique jouent en revanche un rôle primordial.

Le goût du concret, l’apprentissage par la pratique, et l’objectif professionnel

  • Il n’est de patrimoine que du concret. À l’université comme dans les écoles d’applications, chez les conservateurs comme chez les restaurateurs de l’Inp, la part des stages est très importante dans les formations (entre 35 et 50 % du total). À titre d’exemple, les élèves conservateurs de l’Inp ont 9 mois de stage pour 9 mois de cours, le plus important de ces stages dure 6 mois, s’effectue dans un établissement de la spécialité de l’élève et comporte à la fois la réalisation d’un travail scientifique (catalogue, instrument de recherche, catalogue d’exposition) et une participation active à tous les aspects de la vie de l’institution (conduite de projet, management, question juridiques, etc.). Un autre stage, d’une durée de deux mois, se déroule à l’étranger (sa durée est de 6 mois pour les restaurateurs). Enfin, un stage se déroule obligatoirement dans un établissement d’une autre spécialité que celle de l’élève.
  • En dehors des stages, exercices pratiques et enseignements spécifiques visent à placer les étudiants comme les élèves dans ses situations qui tendent à se rapprocher de la vie professionnelle. Dans la plupart des masters, les étudiants organisent chaque année, collectivement une journée d’études (Angers : archivistique), une exposition (Strasbourg : muséologie), ou un événement culturel (Amiens : médiation du patrimoine), autant de situations qu’ils pourront rencontrer dans leur vie professionnelle. À l’Inp, depuis quelques années, la formation des futurs cadres du patrimoine inclut des séminaires de déontologie du service public, de communication et media training, ou encore de management, le perfectionnement de ces « savoir-être » de la fonction publique est réalisé par l’expérience directe durant les stages.
  • Le patrimoine s’incarne avant tout dans des métiers. Quel que soit le degré de spécialisation — et qu’elles garantissent ou non un emploi au service de l’État —, les formations françaises au patrimoine visent à donner accès à un métier. Toujours sélectives et visant des effectifs restreints de diplômés, ces formations accordent une importance marquée au suivi professionnel de leurs anciens élèves. L’Inp possède un important secteur de formation professionnelle continue, ouvert à tous les professionnels du patrimoine, avec une offre de séminaire de formation renouvelée chaque année, riche de quelques soixante propositions et s’adressant à un auditoire volontairement limité (en général, pas plus de vingt stagiaires par formation).

 Le développement de la recherche chez les professionnels du patrimoine

Pour les étudiants qui réussissent les concours des écoles d’application, la pratique de la recherche scientifique est, en général, une réalité déjà présente dans leur cursus antérieur et l’entretien oral du concours peut être pour eux un moyen de la mettre en valeur. La plupart des étudiants issus de l’École du Louvre sont titulaires d’un ou deux masters, ceux passés par l’École des chartes ont un master et une thèse d’établissement dont le niveau est très proche du doctorat, tandis que les archéologues sont souvent déjà docteurs, tout comme certains élèves reçus en spécialité PSTN.

Pour les élèves, le temps de formation initiale doit être à la fois celui de la poursuite de leurs recherches individuelles et de l’apprentissage de la dimension collective de la recherche dans les institutions patrimoniales. Pour favoriser la réussite du premier objectif, les élèves de l’Inp disposent d’une journée hebdomadaire réservée à leurs travaux personnels, tandis que leur stage de spécialité de cinq mois fait la part belle à la réalisation d’une mission scientifique précise (environ 50 % du temps de travail total). En outre, un atelier de recherche est organisé chaque mois pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de présenter l’état d’avancement de leurs travaux à leur camarade et à un public extérieur. Pour s’initier à la pratique collective de la recherche, les élèves suivent un séminaire spécifiquement dédié aux politiques de recherche et organisent par leurs propres moyens une à deux journée d’études sur un thème de leur choix (seuls ou en partenariat avec les doctorants en droit du patrimoine de l’ISP ENS Paris-Saclay).

Pour celles et ceux qui, n’ayant pas passé leur doctorat avant l’entrée en école d’application, souhaiteraient obtenir ce titre par la suite, de nombreuses formules existent, adaptées à la situation personnelle et au contexte professionnel de chacun : doctorat classique (en trois ans, avec possibilité de prolonger jusqu’à six ans lorsque le doctorant exerce en parallèle une activité professionnelle), doctorat sur travaux en un an (réservé aux conservateurs du patrimoine et des bibliothèques, cette voie est proposée par l’École des chartes à celles et ceux qui, ayant déjà un nombre important de publications à leur actif, souhaitent les valoriser sous la forme d’un doctorat), ou, depuis 2018, doctorat par le projet en trois ou quatre ans (cette voie est offerte par l’Inp pour tous les scientifiques travaillant dans les secteurs du patrimoine ou des bibliothèques. Il s’accomplit dans le cadre de l’École universitaire de recherche « Humanités, création et patrimoines », portée par l’université Paris-Seine et dont l’Inp est membre. Le principe central du dispositif est qu’un projet professionnel conduit par le doctorant dans le cadre de sa vie active sert de substrat au parcours doctoral).

Pour tous, qu’ils soient ou non docteurs, existent de nombreux dispositifs qui permettent d’aménager dans le cours de sa carrière des temps réservés à la recherche fondamental : congé formation (trois ans pour toute la carrière, dont une année indemnisée), congé scientifique réservé aux conservateur du patrimoine issus de l’Inp (un an maximum, avec maintien du traitement), bourses de recherche de l’INHA (réservées aux conservateurs territoriaux grâce à un soutien du service des musées de France), postes de pensionnaires ou de conseillers scientifiques à l’INHA (pour toutes les spécialités du corps des conservateurs, du moment que le candidat est spécialisé en histoire de l’art), bourses de la Fondation Carnot (d’un montant de 6000 €, réservées pour des missions à l’étranger et attribuées chaque année par un jury pour deux anciens élèves de l’Inp, conservateurs ou restaurateurs).

En conclusion quel que soit leur niveau, ces formations visent à la vie active non pas des diplômés ou des chercheurs détenteurs d’un simple savoir académique, mais des scientifiques opérationnels au service de la collectivité formé à l’autonomie et à la prise de responsabilité.

Christian Hottin
Conservateur en chef du patrimoine, directeur des études du département des Conservateurs, responsable de la programmation et des publications scientifiques.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search