Les administrations de la culture doivent-elles s’ouvrir davantage au public ? Le Ministerio de Cultura à Lima, lieu décisionnel et centre culturel animé

Cet article est tiré de mes observations lors de mon stage au sein de la Direcciόn de Sitios Patrimonio Mundial au ministère de la Culture péruvien du 10 février au 13 mars 2020. Outre les intéressantes missions exercées par la Direcciόn, j’ai été rapidement frappée par le caractère vivant et animé des espaces dédiés à l’accueil des publics au sein du ministère. Il m’est vite apparu que ce dernier est à la fois un lieu de décisions administratives, comme n’importe quel ministère de la Culture à travers le monde, mais aussi, de manière plus inhabituelle, un lieu accueillant fréquemment du public, créant des liens forts avec ce dernier et endossant au final le rôle de principal centre culturel à Lima. C’est un lieu administratif, mais aussi de dialogue et de découverte.

Vue d’ensemble du ministère de la Culture (à droite) et du Gran Teatro Nacional (à gauche), depuis l’avenue Javier-Prado. © photographie Megan Mason.

Il ne m’avait jamais été donné de voir une telle variété de visiteurs au sein d’un espace aussi officiel, avec des Péruviens et Péruviennes issus des milieux socioculturels les plus favorisés, mais aussi des familles vivant dans des quartiers plus populaires. Pour autant, il n’est pas permis de dire ici que le Pérou a, à l’inverse d’autres pays, atteint un objectif de démocratisation culturelle totale, puisque des régions entières du pays se considèrent délaissées par les administrations de la capitale, notamment sur le plan culturel, et que tous les Liméniens ne se rendent pas au ministère. Je l’ai simplement trouvé moins élitiste que d’autres institutions, et plus animé et connecté avec les besoins culturels des habitants alentour.

Plusieurs éléments jouent en faveur de cette proximité entre Liméniens et leur ministère, à commencer par son emplacement géographique dans la ville. Achevé en 1990 sous le premier mandat du président de la République Alan Garcίa, l’édifice quelque peu massif du 2465 de l’avenue Javier-Prado fut construit à l’origine pour abriter le Museo de la Naciόn. Il s’agissait de la plus importante infrastructure muséale de Lima, retraçant l’histoire du Pérou avec des collections riches, de l’époque précolombienne à nos jours. Il n’est devenu le siège du ministère de la Culture qu’à la création officielle de ce dernier en 2010[1]. À la suite de ce changement de fonction, une petite partie des collections est demeurée dans les espaces souterrains du bâtiment, la majorité ayant rejoint d’autres musées à Lima. Le Museo de la Naciόn avait donc été stratégiquement implanté au centre de la capitale, dans le quartier dynamique de San Borja qui n’est ni dangereux ni trop élitiste. Cela en permit une bonne appropriation par un nombre important de Liméniens. L’avenue Javier-Prado, axe est-ouest principal, est de plus très empruntée, et la plupart des lignes de transport en commun — des plus chères aux plus abordables — desservent le ministère. Une grande esplanade en agrémente la façade principale. Elle sert notamment de lieu de rendez-vous à la jeunesse de Lima, dont de nombreux amateurs de skateboard, qui franchissent souvent la porte d’entrée du ministère une fois leurs figures terminées. Le président Alan Garcia, pour finir, eut l’ingéniosité de créer à côté du Museo le Gran Teatro Nacional, scène principale de la capitale avec une programmation particulièrement riche — ce que je confirme pour l’avoir beaucoup expérimentée durant mon stage ! Les spectateurs peuvent ainsi assister à des pièces de théâtre ou à des concerts de musique classique, mais aussi à des représentations d’artistes au style musical plus moderne, séduisant beaucoup d’adolescents. Le Museo aujourd’hui ministère et le Teatro forment donc depuis les années 1990 un pôle culturel à l’identité forte où les amateurs de spectacles vivants visitent le ministère, et inversement.

En effet, il est exact de dire que le ministère se visite. Contrairement à celui de Paris où les « visiteurs » sont le plus souvent des professionnels se rendant occasionnellement rue de Valois, les « visiteurs » du ministère de l’avenue Javier-Prado viennent pour l’offre culturelle qui leur est proposée. Ils y font du « tourisme » en quelque sorte. Il m’est apparu que cette offre peut être divisée en deux types d’activités : d’une part celles qui se trouvent au ministère de manière pérenne, d’autre part les événements plus ponctuels.

Le ministère de la Culture péruvien met à disposition plusieurs outils de valorisation culturelle en permanence, à commencer par la bibliothèque ouverte tous les jours de la semaine et qui propose en accès libre sans frais, les ressources bibliographiques du ministère. À la bibliothèque sont surtout acquis des ouvrages portant sur l’histoire du Pérou, mais pour l’avoir visitée en compagnie du directeur, les thématiques du patrimoine et de l’histoire de l’art en général sont bien représentées. Il n’y a pas besoin d’être un professionnel de la culture pour s’inscrire. Nombre d’étudiants s’y rend, ce qui renforce encore davantage le lien entre le ministère et la jeunesse. Sur le même modèle existe l’Instituto de Lenguas Indίgenas proposant des cours d’initiation à plusieurs dizaines de langues indigènes du Pérou, parfois par conversations téléphoniques lorsque les professeurs ne vivent pas à Lima. Le Pérou est d’une manière générale très investi dans la protection de son patrimoine culturel immatériel et fournit à présent de véritables efforts pour empêcher la disparition des langues originelles, après une longue période d’apprentissage forcé de l’Espagnol aux populations indigènes. L’Instituto est lui aussi ouvert à tous.
Parallèlement, une salle de cinéma, ancien auditorium du Museo, projette régulièrement des films de réalisateurs péruviens à des tarifs réduits. L’objectif est de mieux faire connaître le cinéma national face aux industries géantes étrangères. De la même manière, dans les anciennes salles d’exposition du Museo, la Direcciόn de Gestiόn, Registro y Catalogaciόn de Bienes Culturales Muebles, qui a en charge les musées et la gestion de leurs collections, continue d’organiser des expositions temporaires, en utilisant pour cela les objets toujours conservés dans les réserves du ministère. Ces expositions sont en permanence au nombre de quatre et durent un an, voire plus, ce qui permet aux équipes les réalisant de concevoir une programmation sans interruption, chaque exposition terminée étant immédiatement remplacée par une autre. Afin de s’adresser à un large public, les expositions abordent des sujets variés, avec, lors de mon stage : le genre musical du métal au Pérou, la ville de Lima au moment de l’arrivée des Espagnols, les trésors des tombes Mochica[2] et une exposition photographique sur la période de violence au Pérou depuis les années 1980 jusqu’aux années 2000, suite à l’émergence du mouvement politique révolutionnaire Sendero luminoso[3]. En somme, des expositions d’archéologie côtoient des expositions plus « sociétales » susceptibles d’intéresser la jeunesse.

En plus des activités pérennes, des événements ponctuels sont fréquemment organisés par les équipes du ministère. Il existe par exemple de nombreuses conférences portant sur le patrimoine archéologique. J’ai personnellement pu assister à une conférence sur le patrimoine subaquatique, thématique qui fait à présent l’objet de campagnes de fouilles au Pérou. Je précise que ces conférences ne sont jamais uniquement à destination du personnel du ministère. En parlant avec les spectateurs, on comprend d’ailleurs que la communication organisée sur les réseaux sociaux est efficace, car il s’agit le plus souvent de Liméniens travaillant dans les environs, mais sans lien avec le ministère. Pour les enfants, des ateliers sont également mis en place, mais l’interruption de mon stage par l’épidémie de coronavirus m’a empêchée d’assister à ceux de la fin du mois de mars. Très festif, le ministère organise également des foires de produits artisanaux représentatifs de la diversité culturelle du Pérou. Elles se tiennent à peu près tous les deux mois et offrent à la vente des plats de la gastronomie typique ainsi que de petits objets en tout genre. Des reportages sur ces pratiques traditionnelles sont par ailleurs projetés dans le hall d’accueil sur écran géant. De plus, lorsqu’un élément de patrimoine culturel immatériel devient protégé par l’État, une célébration publique a lieu devant le ministère, afin que ce patrimoine soit davantage reconnu et ne tombe pas dans l’oubli après sa protection. Lors de mon stage, la procession de Descente de la Vierge de Sabaino dans la province d’Antabamba lors de l’Épiphanie, a été reconnue comme patrimoine immatériel de la nation. Il s’agit d’une descente dans la vallée d’une effigie de la Vierge Marie abritée dans une église en altitude, dans un contexte particulièrement festif plusieurs jours durant, impliquant des danses, des chants et des costumes uniques. La population de Sabaino avait donc été conviée à effectuer une procession typique dans la capitale le jour officiel de l’inscription de cet élément cérémonie au Registro Nacional.

Vue du Gran Teatro Nacional depuis l’esplanade du ministère, le soir du concert de DJ Shushupe, jeune compositrice de musique électronique s’inspirant de la musique traditionnelle péruvienne. L’artiste est très appréciée de la jeune génération. © photographie Megan Mason.

Depuis quelques décennies seulement, les Péruviens se sentent fiers de leur héritage culturel. Pendant longtemps, seule la culture inca, fondatrice de l’immense empire ennemi des Espagnols à leur arrivée, primait[4]. C’est seulement récemment que d’autres cultures ont commencé à être davantage valorisées et reconnues par les Péruviens. Certains habitants d’Amérique latine expriment parfois leur difficulté à définir avec précision leur propre culture. En effet, dans le cas du Pérou par exemple, à l’exception des Incas, les cultures passées ont longtemps été considérées barbares de par leur pratique du sacrifice humain — bien que les Incas l’aient eux aussi pratiqué. La vision du passé en était biaisée. Pour autant, l’héritage des Conquistadors espagnols n’était pas mieux accepté, l’Espagne étant à présent considérée comme l’ancien colon dont il a fallu s’émanciper. Il importait donc de créer une culture péruvienne affranchie de son double passé, précolombien et espagnol colonial.
Pour autant, le Pérou ainsi que d’autres pays d’Amérique du Sud ont développé un regard ambigu sur les États Unis et le Canada, mélange de dédain et d’admiration. Ces dernières décennies, le remodelage des grandes villes s’est inspiré de celles des États Unis, avec le percement de grandes avenues orthonormées, tandis que les entreprises américaines sont de plus en plus nombreuses à s’installer dans le pays. C’est peut-être face à cette légère acculturation que les Péruviens éprouvent la nécessité d’être enfin fiers de leur culture dans sa globalité — mélange de civilisations précolombiennes, de peuples indigènes toujours existants, d’influence espagnole —, et réalisent que c’est dans ce mélange que réside une part de leur unicité. Les possibilités en matière de démocratisation culturelle sont nombreuses, tant toutes les classes du peuple péruvien semblent enclines à s’approprier enfin une histoire commune. Il faut espérer que les efforts déjà entrepris par le ministère de la Culture seront poursuivis et que d’autres initiatives innovantes verront le jour afin de démontrer que le ministère ne protège pas uniquement le patrimoine de manière abstraite, mais souhaite bien en offrir la jouissance au peuple qui en est héritier.

Auteur

Megan MASON
Conservatrice territoriale du patrimoine, promotion Hugo-Pratt.

Notes

[1] La culture était jusqu’alors la prérogative de l’Instituto Nacional de Cultura, dépendant du ministère de l’Éducation.

[2] La culture mochica est l’une des plus importantes du Pérou précolombien. Établie sur la côte nord du pays entre 100 et 800 de notre ère environ, dotée d’une organisation sociale élaborée, elle s’est illustrée par la construction de pyramides culturelles en adobes, et est particulièrement connue pour la place importante qu’elle réservait aux sacrifices humains. Les souverains mochica étaient inhumés avec de précieux éléments de parure, fleurons de nombreuses collections de musées aujourd’hui, mais aussi plus tristement victimes de nombreux pilleurs de tombes.

[3] Le Sendero luminoso, littéralement « Sentier lumineux », fut fondé par le professeur de philosophie Abimael Guzmán à Ayacucho dans le sud du Pérou, à une époque où les régions du Sud subissaient une grave crise économique et agraire. De mouvance communiste inspirée par Mao Zedong, le Sendero luminoso s’organisa rapidement en guérilla révolutionnaire particulièrement violente, ayant fréquemment recours à la prise d’otages et aux attentats à la voiture piégée.

[4] S’étendant sur 5 000 km le long de la côte Pacifique, l’empire inca fut le plus vaste d’Amérique précolombienne. Il est un cas unique d’empire constitué en un siècle seulement, du XVe au milieu du XVIe siècle, date à laquelle il fut renversé par le conquistador espagnol Francisco Pizarro. Avec un immense réseau de routes favorisant le commerce, les Incas ont créé des centres urbains dynamiques et une remarquable architecture de pierre sans mortier. Le site du Machu Picchu en est le plus célèbre exemple.



Citer ce billet
INP (2021, 10 février). Les administrations de la culture doivent-elles s’ouvrir davantage au public ? Le Ministerio de Cultura à Lima, lieu décisionnel et centre culturel animé. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qczv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search