L’expertise des conservateurs comme service public : les “opinions” au Victoria and Albert Museum

Au Victoria and Albert Museum (V&A, Londres), la pratique institutionnalisée des « opinions », permet aux particuliers de présenter des objets en leur possession aux conservateurs pour recueillir leur avis, sans engager la responsabilité du musée et en dehors de toute considération commerciale. Du point de vue du musée, il s’agit d’une opportunité pour nouer des liens différents avec le public et les collectionneurs, enrichir les connaissances sur les œuvres et les collections, ou encore faire mieux connaître les musées et leurs métiers au public. Ce service public, qui correspond à une véritable demande, peut également contribuer au renforcement de la légitimité des musées à recevoir des fonds publics. On pourrait donc s’interroger sur l’éventualité d’une évolution de la situation en France, où cette pratique est interdite statutairement aux conservateurs.

Au début des années 1960, John Pope-Hennessy, alors directeur du département des Sculptures au Victoria and Albert Museum, travaille au catalogue de l’importante collection de sculptures italiennes du musée. C’est dans ce contexte qu’il souhaite en apprendre davantage sur Giovanni Chellini, médecin florentin dont l’institution londonienne possède un buste sculpté par Antonio Rossellino en 1456 (inv. V&A: 7671-1861). Son collaborateur Ronald Lightbown, dépêché à Florence, y découvre dans des documents conservés à l’Archivio di Stato que Donatello (v. 1386-1466) avait offert au médecin un relief en bronze représentant la Vierge et l’Enfant avec des anges pour le remercier des soins qu’il lui avait prodigués. La description précise qui en est donnée par Chellini permet d’identifier plusieurs copies, mais l’original – qui présente la spécificité de posséder un revers creux pouvant servir de moule pour reproduire le relief de l’avers – n’est pas localisé.
En août 1966, un visiteur apporte au musée un relief en bronze jusque-là utilisé comme cendrier. Sa démarche s’inscrit dans le cadre des opinions, pratique bien établie au V&A qui permet aux particuliers de solliciter l’avis des conservateurs sur des objets leur appartenant. Ce « cendrier » en bronze n’est autre que la Madone Chellini[1]. L’histoire de la redécouverte aurait pu être belle, mais l’œuvre n’est alors pas reconnue comme telle par ceux qui l’examinent. Il faut attendre 1975 pour qu’un marchand présente le relief à John Pope-Hennessy, entretemps devenu directeur du British Museum, qui l’identifie immédiatement[2]. Le Victoria and Albert Museum en fait l’acquisition en 1976, suite à une souscription nationale : la Madone Chellini (inv. V&A: A.1-1976) est aujourd’hui exposée à quelques mètres du buste de son premier propriétaire.

Cette pratique des opinions pose la question de la nature du service public qui doit être rendu par les conservateurs, mais aussi celle de leurs relations avec les propriétaires privés d’œuvres d’art et avec le marché de l’art. Les modalités de cette pratique du musée britannique présentent un intérêt particulier au regard de la situation française, où elle est statutairement interdite aux conservateurs.

« Notre mission est d’être reconnus comme le premier musée d’art, de design et d’arts du spectacle au monde, et d’enrichir la vie des gens en faisant la promotion de la recherche, du savoir et de l’appréciation du monde fabriqué par l’homme auprès d’un public le plus large possible[3]. » Ainsi sont définis les principaux objectifs du Victoria and Albert Museum, auxquels les opinions days participent. Il est tout d’abord question de réputation du musée : cette pratique constitue une occasion pour les conservateurs de démontrer et donc de renforcer leur réputation d’excellence et d’experts sur le type d’objets dont ils ont la charge, à travers le partage de connaissances sur les techniques et contextes de production, les modalités de leur usage ou leur signification. Ce savoir que les conservateurs peuvent transmettre aux visiteurs sur les objets qu’ils possèdent, qui les entourent et font parfois partie de leur vie quotidienne, est à même de leur conférer une profondeur nouvelle, un supplément d’âme qui peut contribuer à « enrichir la vie des gens » et à « l’appréciation du monde fabriqué par l’homme ». La gratuité de ce service répond à l’objectif d’ouverture à « un public le plus large possible ». Mais il ne s’agit pas d’un échange à sens unique, uniquement descendant, où le personnel scientifique ne ferait que transmettre son savoir ; envisager la pratique ainsi la dénaturerait et l’appauvrirait considérablement, alors qu’elle a un rôle véritable à jouer dans la « promotion de la recherche » et ses avancées. Les visiteurs sont en effet bien souvent détenteurs d’un savoir d’une grande valeur sur leurs objets, parfois transmis sur plusieurs générations, qui permet d’enrichir les connaissances scientifiques à leur sujet, particulièrement sur leur usage, leur provenance, leur transmission et leur circulation. Comme pour la Madone Chellini, c’est également l’occasion pour les conservateurs de découvrir certains objets – parfois importants – en mains privées, ou encore de pratiquer des comparaisons avec des œuvres déjà présentes dans les collections. En mars 2020, une Charité en bronze de Nicolas Cordier, récemment acquise par un collectionneur privé a ainsi pu être confrontée avec la version conservée au musée (inv. V&A: A.83-1910), ce qui a permis de comparer leur état de conservation, les différences de détails et de finition. En plus de l’enrichissement des connaissances sur les collections, la pratique des opinions days permet dans certains cas l’enrichissement des collections elles-mêmes : il s’agit en effet pour certains visiteurs d’une première prise de contact en vue d’une donation au musée. Lorsque le V&A possède déjà des pièces comparables, les conservateurs redirigent le donateur potentiel vers d’autres musées susceptibles d’être intéressés : un visiteur souhaitant faire don d’un châle imprimé du XIXe siècle a ainsi été orienté vers les deux principaux musées du costume britanniques, à Bath et à Manchester.

Du point de vue de l’organisation matérielle des opinions days, leur visibilité est assurée en premier lieu par le site internet du musée : une page complète leur est dédiée[4], accessible directement depuis la rubrique « Contactez-nous ». Les réseaux sociaux sont également utilisés pour faire connaître ce service : sur Twitter, il a ainsi été mentionné 11 fois depuis 2015, avec à chaque fois un lien vers la page de présentation et une indication de la date et des horaires (le premier mardi du mois entre 14 h 30 et 17 h 00). La présence physique des objets est bien sûr préférable pour donner un avis à leur sujet ; la page de présentation de l’opinions service propose d’ailleurs un lien vers une autre rubrique du site internet destinée au grand public, consacrée à la manière de conserver et de manipuler différents types d’œuvres d’art. Il est notamment demandé au public de faire particulièrement attention aux tissus qu’ils souhaiteraient apporter, afin d’éviter toute infestation. Lorsque le déplacement d’une œuvre est impossible, les conservateurs peuvent également donner un avis sur des photographies, en personne, par courrier ou par courrier électronique.
Le champ des objets sur lesquels le personnel scientifique du musée est susceptible de donner un avis correspond logiquement à celui des collections ; sont donc concernés les objets provenant d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, exception faite des peintures à l’huile (d’artistes autres que John Constable, dont le musée conserve un fonds important). S’il n’est pas indispensable de prendre rendez-vous, il est toutefois recommandé de contacter le musée à l’avance afin de s’assurer de la présence du ou des conservateurs potentiellement concernés par la demande. Les visiteurs sont dans un premier temps orientés vers l’un ou l’autre des départements par le personnel d’accueil.
Le fait que les horaires des opinions days soient communs à l’ensemble du musée permet, le cas échéant, de réorienter les visiteurs vers le bon département (un bronze identifié comme asiatique par un conservateur des Sculptures a ainsi pu être immédiatement montré à un conservateur des Arts de l’Asie). Certains cas permettent également la collaboration entre membres de département différents : une tête d’enfant en plâtre apportée par un visiteur au département des Sculptures s’est révélée identique à une tête en terre cuite émaillée conservée par le département du Verre et de la Céramique, ce qui a, là encore, permis des comparaisons fructueuses, pour lesquelles a également été sollicité le responsable de l’atelier de restauration de sculptures du musée. Une fois l’avis du personnel scientifique obtenu, un feuillet spécifiant le nombre et la nature des objets apportés est remis au visiteur afin de lui permettre de quitter les lieux sans être inquiété par le service de sécurité.

Les opinions sont envisagées comme un service gratuit, strictement distinct du fonctionnement du marché de l’art, et n’engageant nullement le musée ou son personnel, ce qui est précisé clairement aux visiteurs. Le musée refuse ainsi d’estimer la valeur des objets, de se prononcer sur des objets en vente sur le marché de l’art, et décline toute responsabilité si quelqu’un s’estimait lésé après avoir agi en se fiant à un avis donné dans le contexte des opinions – par exemple en cédant à vil prix une œuvre qui aurait été identifiée comme une copie par le musée et qui se révèlerait être un original. Enfin, garde-fou supplémentaire, les conservateurs peuvent refuser, sans avoir à se justifier, de donner leur avis sur un objet.

En France, cette pratique des opinions est rendue impossible par l’article 9 du décret n° 2013-788 du 28 août 2013 portant statut particulier du corps des conservateurs du patrimoine, qui indique que « les membres du corps des conservateurs du patrimoine ne peuvent se livrer directement ou indirectement au commerce ou à l’expertise d’œuvres d’art et d’objets de collection ». Le caractère public des fonds employés pour rémunérer les conservateurs pourrait pourtant justifier ce service rendu à la société, au service de laquelle leur expertise pourrait ainsi être mise à profit de manière très directe et surtout visible. Ce dernier élément en particulier ne saurait être négligé afin de légitimer un financement public des musées qui ne va plus nécessairement de soi, du moins dans les proportions que l’on a pu connaître par le passé.
Par ailleurs, cette impossibilité prive les conservateurs et les collections publiques nationales d’un certain nombre d’opportunités soulignées dans le cas du V&A, pour nouer des liens différents avec le public et les collectionneurs privés, pour enrichir leurs connaissances sur les œuvres et les collections, pour enrichir les collections publiques elles-mêmes, ou encore pour faire mieux connaître les musées et leurs métiers au public.
Force est de constater qu’une demande d’information existe, qui n’est aujourd’hui satisfaite que par les commissaires-priseurs, les marchands et même des émissions de télévision grand public[5], dont les objectifs – commerciaux – diffèrent légitimement de ceux des institutions publiques. À la lumière de ces éléments, peut-être serait-il utile de s’interroger sur la pertinence de cette interdiction, en s’inspirant, sans nécessairement le copier, de ce modèle anglais, qui conserve une distance indispensable avec le marché de l’art sans engager la responsabilité du musée, tout en présentant un équilibre entre service public et bénéfice pour l’institution elle-même – et donc pour la société dans son ensemble.

Auteur

Raphaël Bories
Conservateur, responsable du pôle « Croyances et religions », musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem)


[1] « The museum had been aware of it since August, 1966, when it was brought in for an opinion » (Anthony RADCLIFFE & Charles AVERY, « The ‘Chellini Madonna’ by Donatello », The Burlington Magazine, vol. 118, n° 879, 1976, p. 378).

[2] John POPE-HENNESSY, « The Madonna reliefs of Donatello », Apollo, vol. 103, 1976, p. 172-191.

[3] « Our mission is to be recognised as the world’s leading museum of art, design and performance, and to enrich people’s lives by promoting research, knowledge and enjoyment of the designed world to the widest possible audience » (« About us » [page], Victoria and Albert Museum [site internet], https://www.vam.ac.uk/info/about-us [lien valide en juin 2020]).

[4] « Opinions service » [page], Victoria and Albert Museum [site internet], http://www.vam.ac.uk/content/articles/o/opinions-service/ [lien valide en juin 2020].

[5] « Un trésor dans votre maison », émission diffusée depuis 2010 sur les chaînes de télévision françaises M6 puis 6 ter ; « Affaire conclue », émission diffusée depuis 2017 sur France 2.



Citer ce billet
INP (2021, 5 février). L’expertise des conservateurs comme service public : les “opinions” au Victoria and Albert Museum. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qczr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search