Défis et temporalités d’archives au Mexique : l’Archivo General de la Nación et le sexennat

L’Archivo General de la Nación du Mexique, à la fois archives nationales de la république fédérale et service central de l’ensemble des dépôts d’archives du pays, est, comme toute administration relevant du pouvoir exécutif mexicain, tributaire du système du sexennat : à chaque élection présidentielle, ses postes de direction sont renouvelés. L’administration actuelle, en place depuis décembre 2018, a lancé d’importants chantiers destinés à poser les bases d’une nouvelle archivistique mexicaine. En comparaison du modèle français, la situation mexicaine invite à une réflexion sur les temporalités contradictoires des archives et du politique et sur les risques induits par des successions rapides de direction. Des évolutions statutaires de l’institution, rendues possibles par l’accession à un certain niveau d’autonomie, pourraient être étudiées pour compenser les limites du sexennat.

L’Archivo General de la Nación (AGN), créé en 1790 pour conserver les archives anciennes de la Nouvelle-Espagne, est installé depuis 1982 dans le Palacio Negro de Lecumberri, une gigantesque prison panoptique réaménagée à dessein en plusieurs phases[1].

S’il fallait faire une analogie avec le système français, l’AGN serait à la fois l’équivalent des Archives nationales et celui du Service interministériel des Archives de France. En tant que dépôt des archives des organes centraux (ou fédéraux), il conserve près d’une cinquantaine de kilomètres de fonds. En tant que service central, il coordonne la politique archivistique nationale de l’ensemble des administrations publiques et parapubliques (partis politiques inclus) ainsi que des services d’archives privés conservant des documents jugés d’intérêt public.

L’AGN, comme l’ensemble des administrations relevant du pouvoir exécutif mexicain, est soumis au principe structurel du sexennat. Depuis 1934, le président de la République ne peut exercer qu’un seul mandat, d’une durée de six ans. À chaque élection présidentielle, la plupart des hauts postes de la fonction publique fédérale est renouvelée, même en cas de continuité de la majorité politique : il s’agit, sommairement, d’une déclinaison mexicaine du spoils system américain. Pour l’AGN, l’impact est conséquent. Le personnel compte 224 agents, dont un tiers de fonctionnaires au sens plein et entier du terme, inamovibles, le reste étant constitué de contractuels, qui peuvent ne pas être reconduits lors d’alternances politiques. À chaque sexennat, le directeur général de l’AGN, les sous-directeurs et les responsables de départements, soit les trois niveaux supérieurs de décision, sont renouvelés ; et avec eux, en général, plus d’un tiers du personnel contractuel. Il faut aussi souligner que la direction générale et les sous-directions « archivistiques » sont confiées à des historiens, et non à des archivistes[2].

L’actuelle administration de l’AGN est entrée en fonction le 1er décembre 2018. La nouvelle majorité présidentielle, de gauche, rompait alors avec des décennies de gouvernements de droite. Après quelques mois de prise de fonction et de bilans, la nouvelle direction a établi un programme quinquennal (2019-2024). Ce dernier insiste sur la volonté de démocratiser l’accès aux archives, patrimoine commun de la nation et gages de la démocratie[3]. Concrètement, le plan d’action vise à réaffirmer les missions bicéphales de l’AGN.

D’une part, la direction souhaite renforcer son rôle de service central. La nouvelle Loi générale des archives[4], votée en juin 2018 par la majorité précédente et entrée en vigueur en juin 2019, a étendu son conseil et son contrôle sur l’intégralité des services d’archives des trois principaux niveaux institutionnels mexicains (fédération, États fédérés, municipalités). Jusque-là, seul l’échelon fédéral était concerné. Le nombre de services sur lesquels ces prérogatives s’exercent a été multiplié par quarante, passant de 284 à plus de 12000.

D’autre part, en tant que service d’archives nationales, la direction souhaite solder le passif de milliers d’autorisations d’élimination et de versement en provenance de l’administration publique fédérale. Elle entend aussi simpliflier les protocoles pour préparer en amont et systématiser les transferts à titre historique dans les magasins de l’ancienne prison, pour lutter contre la réputation insidieuse de dépôt d’archives « mort » qui n’aurait plus vocation à être enrichi. Le fonctionnement et les procédures internes sont en cours de réforme et de modernisation pour garantir la conservation du patrimoine archivistique et amplifier sa diffusion à l’ensemble de la société mexicaine, au-delà de l’actuelle vingtaine de lecteurs quotidiens. L’AGN, installé statutairement comme référent du monde archivistique national, se doit d’acquérir une légitimité incontestable pour être reconnu comme un modèle. Ses recommandations-métiers seront peu à peu formalisées dans des manuels ou des vade-mecum appelés à être distribués auprès des formations universitaires et de l’ensemble des services d’archives du pays.

Pour remplir de telles ambitions, l’accent est mis sur les outils numériques. Le logiciel actuel de gestion matérielle et de traitement intellectuel des archives, de facture espagnole, ArchiDoc, est obsolète. Face aux coûts des solutions européennes, le développement public d’un logiciel propre est envisagé. Il devra inclure un moteur de recherche documentaire, semblable à Google, capable de faciliter les recherches pour les chercheurs et les néophytes. La numérisation, quant à elle, est envisagée tant comme une modalité de conservation préventive (par non-communication des originaux) que comme une manière de démultiplier l’accès aux reproductions, en présentiel et à distance. Seul 1,15% des fonds serait numérisé, principalement au sein des séries anciennes et de la collection de cartes, de plans et de documents iconographiques. En la matière, l’urgence est à la construction d’infrastructures techniques. L’AGN va se doter d’un dépôt numérique structuré, qui permettra d’organiser les millions de numérisations existantes et d’envisager de futures campagnes internes ou externes, en partenariat avec le monde universitaire et des entreprises privées internationales[5].

Pour que la numérisation et la diffusion soient rationnelles, elles doivent reposer sur une connaissance et une maîtrise des archives contenues dans les dépôts. Dès sa prise de fonction, la nouvelle direction de l’AGN a lancé toute une batterie de diagnostics, visant à effectuer un état des lieux général du dépôt tel que géré et légué par les administrations précédentes.

L’évaluation a permis de repérer près de 750 fonds. Pour l’heure, moins de la moitié sont accessibles aux chercheurs, et parfois même aux archivistes. Un récolement exhaustif doit conduire à un inventaire topographique. Le travail conjoint des départements des fonds et de la conservation préventive aboutira à un bilan global, matériel et sanitaire.

Simultanément, un audit interne est en cours sur la variété et la disparité des instruments de recherche disponibles : guide général des fonds – publié en 1990, et non actualisé depuis –, inventaires sur papier, conversions de ces derniers en fichiers numériques, logiciel-métier Archidoc, site internet[6]… Il s’agit de comprendre les recoupements existants entre ces différents supports et de vérifier que, dans les cas de reprises, les informations sont identiques. Cette entreprise devrait s’accompagner de recherches supplémentaires dans les dossiers des fonds du registre central, qui contiennent des références bibliographiques inexploitées. Elle devrait être complétée par une analyse de l’efficience et de la validité de ces instruments, avec une collation concrète sur pièces, tant les archives ont pu être désordonnées.

Ces deux entreprises permettront d’identifier les fonds à décrire. Pour l’heure, seuls 40% seraient décrits dont la moitié de manière homogène. Sur les 121 fonds du Mexique dit « néohispanique » – de la conquête espagnole à l’indépendance en 1821 –, 45% sont décrits en totalité, 50% le sont partiellement et 5% ne bénéficient d’aucune description. Les pourcentages sont plus faibles pour les périodes plus récentes : 40% de fonds concernant le Mexique indépendant (1821-1910) sont décrits en totalité ou partiellement tandis que 33% le sont pour le  Mexique contemporain (1920 à nos jours).

À partir de ces constats et face à l’hétérogénéité des pratiques, passées et actuelles, l’AGN s’engage dans une réflexion cruciale sur les piliers de l’archivistique mexicaine.

Un travail sémantique est mené afin de disposer d’une terminologie commune et univoque, tant au sein de l’institutionque dans le réseau de tous les services d’archives du pays. Les méthodes de classement en vigueur sont questionnées. Les grands principes du métier sont restaurés. Des solutions sont recherchées face aux diverses impossibilités matérielles. Ainsi, les fonds anciens, démembrés et reliés en registres factices thématiques au XIXe siècle, voient peu à peu leurs logiques chronologiques et institutionnelles de production être rétablies virtuellement, par extrapolation du répertoire méthodique. Les sciences auxiliaires de l’histoire (paléographie, diplomatique, codicologie…), trop peu enseignées, seraient précieuses.

Le véritable enjeu de l’AGN demeure la description archivistique, clef d’accès aux documents. Sa qualité a incontestablement varié au gré des administrations. Certes, la norme ISAD(G)[7] et les normes archivistiques mexicaines relatives à l’analyse des documents audiovisuels sont appliquées depuis quelques années, mais le processus de normalisation devrait aussi s’intéresser à la syntaxe du contenu des différents champs, afin d’harmoniser les niveaux de détails, et à l’emploi éventuel d’indexations par mots-clés.

L’ambition des chantiers de refondation lancés par l’AGN est manifeste. Mise en regard de la brièveté du sexennat, elle ne peut qu’interroger un archiviste français, peu habitué à des changements structurels aussi réguliers et profonds. Les successions rapides comportent des écueils prévisibles, entre continuité et rupture des projets, acceptation et reniement des héritages, volonté ou non de se démarquer des prédécesseurs… De fait, malgré les diagnostics, le recours à des audits internes, où l’on est juge et partie, menace d’accentuer de telles tentations.

La situation archivistique du Mexique offre un exemple de dialectique des temporalités. Le temps long des archives, linéaire et cumulatif, est scandé et pressé par les cadences antithétiques du politique et du législatif. L’administration actuelle de l’AGN en a pris acte. Elle reconnaît aisément qu’il lui sera compliqué de rattraper en six ans l’ensemble des retards accumulés depuis des décennies. Elle compte néanmoins faire un pas significatif et tenter d’établir des bases solides pour moderniser l’ensemble du système des archives.

L’aspiration de l’AGN à plus d’autonomie s’est concrétisée récemment. Il a acquis, en 2020, un plus grand degré d’indépendance au sein de l’exécutif. Jusque-là, il dépendait, pour son fonctionnement, du secrétariat à l’Intérieur du cabinet de la présidence de la République. Il est désormais doté d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière, sans tutelle ministérielle directe. Ce changement statuaire pourrait n’être qu’un prélude. Ouvrera-t-il la voie à de nouvelles inflexions dans l’objectif d’accroître l’efficacité de l’institution ? Le dogme du sexennat pourrait être questionné, comme il l’a été pour d’autres administrations. Des pistes mériteraient d’être explorées. Un régime dérogatoire au sexennat pourrait être institué pour les institutions culturelles, dont les plus hautes fonctions dépendraient de mandats plus longs ou en décalage avec le calendrier électoral. Il permettrait que les polarisations de la vie politique n’entravent ni ne désorganisent ces secteurs. Le spoils system pourrait ne concerner que la direction générale, afin que les échelons inférieurs – tant pour les archives nationales que pour le service central – assurent un suivi des projets en cours.

Mais les archivistes ne sont pas maîtres des horloges. Sans changements profonds, les programmes devront être calibrés pour être réalisables en un sexennat. Ce principe de réalité est grevé d’autres contingences majeures, comme la faiblesse des moyens accordés – financiers, humains, matériels et technologiques – et une professionnalisation insuffisante du personnel, due aux carences des formations existantes. L’accueil massif de stagiaires universitaires ou de jeunes chômeurs en voie d’insertion n’est qu’un pis-aller. Le seul levier actionnable par l’AGN réside dans la sollicitation de nouveaux crédits. Reste à espérer que la demande d’une augmentation de 50% du budget ne pâtisse pas d’un autre contretemps, celui de l’austérité…[8]

Auteur
Matías Ferrera, conservateur du patrimoine, promotion Hugo Pratt, chef de projet pour la collecte d’archives numériques, Archives nationales


[1] Un partenariat entre l’AGN et Google Arts & Culture offre des visites virtuelles des bâtiments tels qu’ils étaient sous la précédente administration, à l’été 2018 :  https://artsandculture.google.com/search/streetview?p=archivo-general-de-la-nacion. Des aménagements intérieurs ont été apportés récemment.

[2] Il n’existe pas d’équivalent mexicain au conservateur du patrimoine à la française. Le faux-ami de conservadores désigne le personnel chargé de la conservation préventive.

[3] La nouvelle administration a procédé à l’ouverture – depuis longtemps réclamée par les chercheurs – des fonds de deux services de renseignement, actifs dans les répressions politiques de la « Guerre sale » (années 1960-1980) : « Liberación total del fondo documental DFS-DGIPS », à l’adresse : https://www.gob.mx/agn/acciones-y-programas/fondo-documental-dfs-dgips-rumbo-a-su-consulta-integra

[4] Texte de la Ley General de Archivos http://www.diputados.gob.mx/LeyesBiblio/pdf/LGA_150618.pdf

[5] Une partie de la valorisation des fonds est réalisée à travers le blog de l’AGN sur la page  https://www.gob.mx/agn#673 Le partenariat avec Google a conduit à la mise en ligne de 500 documents : https://artsandculture.google.com/partner/archivo-general-de-la-nacion

[6] Le chantier de la mise en ligne de ressources sur le site internet de l’AGN est récent :  https://archivos.gob.mx/guiageneral/

[7] Norme générale et internationale de description archivistique.

[8] Cet article a été rédigé à l’issue du stage à l’étranger effectué par l’auteur, élève-conservateur, du 10 février au 18 mars 2020 à l’AGN


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search