Les conservateurs de musées médicaux face aux défis contemporains. Quelques observations de retour de Suède

En février et mars 2020, peu avant l’éclosion de la pandémie de Covid-19, j’ai effectué un stage à l’Hagströmer Biblioteket de Stockholm dans le cadre de la formation continue des conservateurs du patrimoine de l’Institut national du patrimoine. Les quelques réflexions que je partagerai ici sont le fruit d’observations effectuées sur place, issues notamment des échanges avec mes collègues[1]. En travaillant à la bibliothèque Hagströmer de l’Institut Karolinska, j’ai eu l’occasion de remarquer que les conservateurs des musées médicaux suédois étaient confrontés à des enjeux tout à fait similaires à ceux qui intéressent aujourd’hui leurs confrères français. On peut affirmer que les musées médicaux européens traversent une phase de mutation profonde concernant la relation à ses publics et à ses tutelles. Cette phase de bouleversement est  loin d’être la seule de leur longue histoire, puisque les curiosités médicales et les restes humains ont fait partie des collections muséales au moment même de la naissance des musées, et ont naturellement suivi les évolutions de ces institutions. Pourtant, l’aube du XXIe siècle place les musées médicaux dans une situation contradictoire : d’une part, on observe un fort regain d’intérêt de la part du public et de la communauté scientifique pour ces musées (un exemple parmi tant d’autres, le modèle de la Wellcome Collection de Londres) ; d’autre part, les épisodes de fermeture et de mise en réserve de ces patrimoines se multiplient. Une analyse approfondie de ces phénomènes contemporains a déjà été conduite en France et à l’étranger dans de nombreuses publications[2]. La présente réflexion ne peut être qu’une observation incomplète d’un phénomène bien plus étendu (je la limiterai notamment à quelques exemples stockholmois et parisiens). Néanmoins, il m’a paru intéressant de proposer une comparaison entre ces deux réalités, car les enjeux observés sont parfois identiques, tout comme les réflexes adoptés par les professionnels.

Suite à une très succincte présentation de l’histoire de ces institutions, je dessinerai un bref panorama de ces enjeux selon trois axes : les incompréhensions avec les institutions propriétaires responsables de ce patrimoine et la rupturedu lien entre médecine contemporaine et histoire de la médecine ; la « gêne » ressentie à l’égard de la notion de consentement médical au moment de la collecte et la question de la restitution des restes humains aux communautés d’origine ; enfin, l’émergence d’entreprises de valorisation de ces patrimoines dans le cas de musées fermés ou peu accessibles au public, tels que des projets éditoriaux ou des expositions temporaires.

Brève présentation des collections médicales stockholmoises et parisiennes

Les collections médicales de Stockholm naissent en lien étroit avec la première insitution médicale du pays, le Collegium Medicum (1663–1813). Le musée Gustavianum de l’université d’Uppsala (fondée en 1477) compte également dans ses collections des curiosités médicales. Au moment des guerres napoléoniennes, différentes institutions médicales voient le jour à Stockholm, parmi lesquelles la Société médicale suédoise (Svenska Läkaresällskapet) fondée en 1808[3].

Deux ans après, lorsque le roi Karl XIII fonde en 1810 à Stockholm un institut de formation à la médecine militaire, l’Institut Karolinska, la pratique de la collection d’images et de préparations anatomiques fait partie intégrante de l’enseignement et de la transmission des techniques médicales[4]. Des collections commencent alors à s’accumuler dans les différentes institutions composant le campus, aboutissant à la fondation du musée de l’Histoire de la médecine, en 1913 (fermé depuis 2005). Dans les années 1990, l’institut souhaite se doter d’une bibliothèque patrimoniale rassemblant les précieux documents et manuscrits conservés depuis la fondation du Karolnska, tout particulièrement ceux d’Anders Johan Hagströmer (1753-1830), médecin et donateur de nombreux ouvrages. Naît alors en 1997 la Hagströmer Bibliotheket, complétée par une importante campagne d’acquisition et de collecte conduite par Ove Hagelin, qui s’est poursuivie jusqu’à une période très récente.

Les collections médicales parisiennes ont leur noyau dans les collections du Cabinet du Roy. Pendant la période révolutionnaire,  les curiosités médicales et les modèles anatomiques du Cabinet sont expropriés et continuent d’être alimentés par l’activité de l’École de Santé de Paris[5]. Au moment de l’émergence du paradigme pathologique en Italie à la fin du XVIIIe siècle, l’image médicale peinte, sculptée, moulée, lithographiée, devient le support de la classification et de l’enseignement universitaire, le nouveau fondement de la clinique et de la conception de la médecine[6]. Sous l’égide de médecins comme Mathieu Orfila (1787-1853), Guillaume Dupuytren (1777-1835), Jean-Alfred Fournier (1832-1914) et Jean-Martin Charcot (1825-1893), des collections médicales novatrices se constitueront tout au long du XIXe siècle à Paris, inspirant aux autres pays européens, dont la Suède, la pratique de la récolte systématique de préparations en fluide ou « sèches » de modèles anatomiques et, avec l’avancée de la médecine biomoléculaire, de préparations histologiques. Cette riche histoire est aujourd’hui vivante dans les collections de différents musées, notamment le musée de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP, fermé en 2012), le musée Delmas-Orfila-Rouvière (collections transférées au Conservatoire d’anatomie de Montpellier[7]), le musée d’Histoire de la médecine, le musée Dupuytren (fermé en 2016) et le musée de l’Hôpital Saint-Louis.

Les incompréhensions institutionnelles autour des musées médicaux et la coupure du lien entre médecine présente et passée

Les enjeux de conservation et de transmission du patrimoine commencent souvent avec des problématiques d’ordre institutionnel. En Suède comme en France, les musées médicaux naissent au sein d’institutions non pas patrimoniales mais universitaires. D’où un premier paradoxe : ces collections sont les témoins d’une pratique active de la médecine, qui est par essence une recherche constante et en perpétuel changement. Mais, contrairement à la recherche artistique, elle aussi perpétuellement changeante pourtant, la notion d’obsolescence pèse sur les fruits de la recherche médicale. Par conséquent, le réflexe de patrimonialisation des vestiges de cette histoire n’est pas systématique. Actuellement, une grande partie de ces collections dépend d’universités ou d’institutions hospitalières. Les services à vocation patrimoniale, souvent aux marges des organigrammes, peinent à faire coïncider leur activité avec celle de la recherche et de la pratique médicale, naturellement privilégiées dans un cadre universitaire. La collecte et la conservation des collections se poursuivent, mais moyennant souvent des efforts de pédagogie de la part des services patrimoniaux en direction des décideurs. La pédagogie et la négociation sont souvent nécessaires car une coupure s’est opérée, en France comme en Suède, entre la médecine contemporaine et l’écriture de son histoire. Cette coupure a des racines complexes, et a été dénoncée encore récemment[8]. Au milieu du XXe siècle en Europe, la médecine change de cap et de support pédagogique. On assiste à une spécialisation et à une technicisation de plus en plus importantes des domaines médicaux et de l’enseignement médical. Les anciennes collections institutionnelles, avec les musées médicaux de foire, sont alors confrontées à une première vague de fermetures[9]. Les sculptures en cire, les modèles anatomiques de différents matériaux ainsi que les préparations témoignent d’une pratique de la médecine dépassée, parfois décriée. Les nouvelles générations de médecins s’appuient de plus en plus sur l’imagerie issue de procédés mécaniques (photographique puis numérique), la microbiologie est le nouvel instrument privilégié de l’enquête pathologique, et l’enseignement se fait de moins en moins par le biais de modèles anatomiques. Le désintérêt envers ces collections grandit.
On observe pourtant, en même temps que cette perte d’intérêt, un mouvement parallèle de patrimonialisation tout au long du XXe siècle. Dans les institutions tant parisiennes que stockholmoises, l’action de conservateurs et de médecins passionnés d’histoire de la médecine permet la sauvegarde de ces patrimoines et enclenche une vague d’ouverture de musées au public à la fin du XXe siècle, ainsi que la naissance d’institutions dédiées à la patrimonialisation au sein des campus, parmi lesquelles l’Institut Karolinska. Pourtant, si ces actions ont permis la sauvegarde des patrimoines médicaux, l’exposition de ces collections au public est régulièrement remise en question.

La notion du consentement médical au moment de la collecte, et la question de la restitution des restes humains

La sensibilité des collections médicales, souvent constituées de restes humains, est l’une des origines de ces réactions contradictoires. Ainsi que de nombreux spécialistes[10] l’ont démontré en France comme en Suède, le rapport à la mort et aux restes humains est une donnée qui a fortement évolué depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Tant dans le domaine muséal que dans le domaine médical, les restes humains patrimonialisés constituent une problématique pour les professionnels, et la littérature très abondante sur le sujet[11] témoigne de l’intérêt que la communauté scientifique a prêté à la conservation et à l’exposition de ces collections au cours des dernières années. En résumant partiellement ces réflexions, on peut affirmer que les restes humains des collections médicales en France et en Suède sont concernés par deux enjeux majeurs : les initiatives de restitution des restes humains aux communautés d’origine d’une part, et le discours autour du respect du consentement médical au moment de la collecte, d’autre part. Au cours de mon stage à la bibliothèque Hagströmer, j’ai pu observer à deux reprises à quel point ces enjeux étaient présents dans les missions quotidiennes de l’institution. En 2017 par exemple, la bibliothèque a achevé une procédure de restitution de trois restes maori à la communauté des Te Papa de Nouvelle Zélande. Si cette procédure multilatérale s’est déroulée dans le respect et dans l’apaisement, une autre, plus récente, a été plus problématique. Le musée a en effet récemment été l’objet d’une revendication de restitution de restes humains de la part d’une association suédoise de descendants finlandais, et les négociations se sont révélées beaucoup plus difficiles[12].

Le deuxième enjeu mentionné, à savoir le respect du consentement médical dans la constitution historique des collections, a des répercussions tout aussi importantes sur les activités quotidiennes des musées médicaux. Voici un exemple que j’ai pu expérimenter de près : au cours de mon stage, j’ai réalisé le récolement de l’atelier du photographe Lennart Nilsson (1922-2017), célèbre pour avoir été le premier à photographier et filmer l’intérieur du corps humain de manière artistique à partir des années 1960. Ce dernier fait aujourd’hui l’objet d’études historiques questionnant ses pratiques[13], et notamment les conditions de réalisation de ses images de la gestation. Un projet d’exposition de son œuvre sur le campus est en chantier, et le parti-pris de médiation constituera un défi de taille pour les équipes. On comprend alors que les professionnels et les institutions, en Suède comme en France, soient extrêmement vigilants à l’égard des conditions d’exposition des collections et particulièrement lors des choix de médiation.

Conclusion : des nouveaux projets pour les collections médicales

Si ces questionnements actuels peuvent apparaître à première vue comme des freins, ils constituent en réalité un point de départ pour l’écriture d’une nouvelle histoire de la médecine qui inclurait les préoccupations sociales contemporaines. Les collections médicales françaises et stockholmoises constituent un riche potentiel, et un regain d’intérêt de la part du public pour ces collections peut être observé dans les deux pays, comme d’ailleurs dans le reste de l’Europe. Ainsi, de nouveaux projets de partage autour des collections voient le jour en France et en Suède. La bibliothèque Hagströmer a par exemple mis en chantier la publication d’un nouveau catalogue et poursuit une importante campagne de numérisation et de mise en ligne des collections sur une interface dynamique et interactive. De même, on observe dans les musées parisiens une volonté équivalente, avec par exemple un projet éditorial autour des collections du musée Dupuytren, musée fermé en 2016 mais qui pourra ainsi susciter l’intérêt pour l’histoire de la médecine auprès de nouvelles générations de médecins et de visiteurs. Le musée médical du XXIe siècle, en France comme en Suède, est mis face à un défi important : continuer à toucher de nouveaux publics et à défendre sa présence, tout en racontant une histoire de la médecine au prisme de nos préoccupations contemporaines. La pandémie que nous traversons rappelle à quel point il est fondamental pour les médecins comme pour les publics de connaître l’histoire des maladies et des techniques médicales. Les musées médicaux doivent jouer et joueront un rôle décisif dans l’écriture de cette histoire.

Auteur
Giulia Longo, conservatrice du Patrimoine, promotion Hugo Pratt


[1] Je souhaite remercier l’ensemble de l’équipe de la Hagströmer Biblioteket pour l’accueil chaleureux, particulièrement pour leur sens de la pédagogie et pour nos conversations enrichissantes. Je voudrais remercier Eva Ahren, directrice de l’établissement, Olof Lungström, historien de l’Institut Karolinska et directeur adjoint, Anna Gustavsson, paléo-anthropologue et archiviste, Anna Lanz, spécialiste chargée des collections des livres anciens, Hjalmar Fors, conservateur des bibliothèques, Maria Josephson, conservatrice, Lars Helin, conservateur, Carrie Greenwood, assistante de la conservation, Marie Oscarsson, assistante de conservation, Eva Nyström, conservateur des bibliothèques, Ove Hagelin, ancien directeur et consultant scientifique.

[2] Voir notamment : Rina KNOEFF & Robert ZWIJNENBERG (dir.), The fate of anatomical collections, Londres, 2016 ; Samuel ALBERTI & Elizabeth Hallam (dir.), Medical museums. Past, present, future, Londres, 2013 ; Marc HERBIN, « Quel devenir pour les collections anatomiques en fluide ? Une approche historique », La Lettre de l’Ocim, n° 170, 2017, p. 5-10.

[3] La Société médicale suédoise est toujours active en tant qu’organisation professionnelle non sponsorisée par le gouvernement. Elle naît en 1808 pour permettre aux médecins suédois un accès à la littérature médicale récente, traditionnellement en langue française. Elle naît donc dès le début comme une collection d’imprimés, et elle est aux origines du fonds historique de la Hagströmer Bibliotheket (je remercie chaleureusement mon maître de stage, Olof Lungström, pour ces précisions historiques).

[4] Sur l’histoire de l’Institut Karolinska, voir : Julius ROCCA, Forging a medical university. The establishment of Sweden’s Karolinska Institutet, Stockholm, 2006.

[5] Sur l’histoire des collections médicales du Cabinet du Roy et de l’école de Santé, voir notamment : Michel LEMIRE, Artistes et mortels, Paris, 1990.

[6] Domenico BERTOLINI MELI, Visualizing disease. The art and history of pathological illustrations, Chicago / Londres, 2017, p. 213.

[7] Sur le transfert des collections de Paris à Montpellier, voir : Hélène PALOUZIE & Caroline DUCOURAU, « De la collection Fontana à la collection Spitzner, l’aventure des cires anatomiques de Paris à Montpellier », In situ, n° 31, 2017, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/14142 [lien valide en mai 2020].

[8] Voir notamment la plaidoirie de Leyde (2012) pour la sauvegarde des collections anatomiques rélayée suite au colloque international « Cultures of anatomical collections » organisé à l’Université de Leyde (15-18 février 2012) : université de Leyde, « The Leyden declaration on human anatomy/anatomical collections concerning the conservation & preservation of anatomical & pathological collections » [en ligne], https://www.universiteitleiden.nl/binaries/content/assets/geesteswetenschappen/lucas/leiden-declaration.pdf [lien valide en mai 2020].

[9] Christiane PY & Cécile VIDART, « Les musées d’anatomie sur les champs de foire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 60, 1985, p. 3-4.

[10] Eva ÅHRÉN, Death, modernity, and the body. Sweden 1870-1940, Rochester (NY), 2009.

[11] Voir, entre autres : Michel VAN-PRAËT, « Les restes humains à la croisée de plusieurs questions sensibles », La Lettre de l’Ocim, n° 183, 2019, p. 60-63 ; Laure CADOT, En chair et en os. Le cadavre au musée. Valeurs, statuts et enjeux de la conservation des dépouilles humaines patrimonialisées, Paris, 2009 ; Marie CORNU, « Les restes humains “patrimonialisés” et la loi », Technè, n° 44, 2016, p. 9-13.

[12] La revendication ne venant d’aucune autorité nationale de la République de Finlande, le musée est dans l’incapacité d’enclencher une procédure de dessaisie de collections publiques. L’Institut Karolinska n’a exclu aucune forme d’action à l’égard des autorités finlandaises, mais il ne remettra simplement pas les restes humains à des militants citoyens privés sur la base d’un mandat autonome. Le discours de la part de l’association est alors rapidement devenu violent.

[13] Jülich SOLVEIG, « Picturing abortion opposition in Sweden: Lennart Nilsson’s early photographs of embryos and fetuses », Social History of medicine, vol. 31, n° 2, 2018, p. 278–307.

—, « The making of a best-selling book on reproduction: Lennart Nilsson’s A child is born », Bulletin of the history of medicine, vol. 89, n° 3, p. 491-525.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search