L’utilisation des solvants organiques en conservation-restauration : gestion du risque toxicologique et environnemental

Nathalie Palmade-Le Dantec est chargée de la formation continue, adjointe au directeur des études du département des restaurateurs du patrimoine. Elle a démarré son doctorat par le projet en 2020, mention « Conservation-restauration du patrimoine ».

Depuis les années 1960, les pratiques de la conservation-restauration se professionnalisent et on constate une augmentation importante des solvants organiques aux risques toxicologiques et écotoxiques souvent mal évalués et gérés. Malheureusement les précautions prises pour traiter les œuvres ne sont pas sans effet sur la santé et l’environnement. Nombreux de ces solvants agissent au niveau des systèmes nerveux, endocriniens et reproductifs, mais peuvent aussi toucher des organes comme le foie et les reins. À ce jour, les restaurateurs de polychromies, sont les plus exposés, et ce, malgré une prise de conscience assez récente à laquelle tentent de répondre de nouvelles méthodes et produits.

Cette thèse a pour objectif d’apporter des données précises et à jour concernant l’évaluation des risques pour la santé mais aussi pour l’environnement. En cernant les solvants les plus toxiques, elle proposera des produits de substitution moins nocifs et adaptés à la déontologie de la conservation-restauration ainsi qu’aux développements des méthodes actuelles. La recherche menée concernera les principaux solvants utilisés à ce jour, purs ou en mélanges mais aussi les mélanges d’hydrocarbures émanant de l’industrie du pétrole et très utilisés dans notre domaine. Enfin, les solvants dits « verts » présentés comme non toxiques pour l’homme et l’environnement seront évalués selon les propriétés physicochimique et solvantes qu’ils possèdent et selon leur innocuité supposée pour l’homme et pour l’environnement.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search