Conserver et restaurer. Regards croisés entre la Grèce et la France

Le 21 février 2020, Dimitrios Karolidis restaure une œnochoé en bronze prélevée sur un site archéologique sous l’objectif de sa caméra, permettant ainsi aux amateurs de suivre en direct sur Facebook la restauration d’un bien archéologique. L’opération, qui s’étale sur quatre jours et plus de 5 h 30 au total, est un succès : chaque session est visionnée en moyenne par 2 000 personnes.

Figure 1. Capture d’écran de la diffusion live de la restauration d’une œnochoé en bronze par Dimitrios Karolidis.

Une approche décomplexée et démocratisée du patrimoine, telle est la philosophie de ce restaurateur qui dirige le département Restauration et Archéométrie du musée archéologique de Thessalonique, en Grèce, où j’ai eu l’occasion de passer plusieurs semaines dans le cadre de ma formation à l’Institut national du patrimoine (INP).

Ce musée, abrité dans un bâtiment construit en 1962 par un architecte renommé en Grèce, Patroklos Karantinos, réunit une partie du matériel archéologique exhumé dans la région, des premiers témoignages de l’homme jusqu’à la domination romaine, en passant par les fastes de la Macédoine d’Alexandre le Grand et de ses successeurs, dont les couronnes d’or sont les témoignages sans doute les plus spectaculaires. Le musée, qui compte une soixantaine d’employés, est chargé de la conservation de ce matériel archéologique ainsi que de sa valorisation auprès du public le plus large, comme le signale sa devise « ΕΝΑ ΜΟΥΣΕΙΟ ΓΙΑ ΟΛΟΥΣ », « Un musée pour tous ».

Figure 2. Couronne de myrte, or et émail, fin du IVe siècle av. J.-C., musée archéologique de Thessalonique (MΘ 24000)

En l’absence de la figure du conservateur du patrimoine dans le système muséal grec, je me suis particulièrement intéressée à la manière dont les missions qui sont traditionnellement attribuées à ce professionnel en France étaient réparties au sein du musée. Cet article vise donc à partager mes observations sur l’écosystème patrimonial grec, et à proposer quelques réflexions sur le monde professionnel du patrimoine en France au regard de cette comparaison.

Restaurer au musée archéologique de Thessalonique

Le musée archéologique de Thessalonique est un musée public relevant directement du ministère de la Culture grec. Il est organisé en différents services : si les départements des collections, des expositions et de la médiation, de la muséographie et des opérations techniques, ou encore l’équivalent du secrétariat général, sont semblables à ce que l’on retrouve dans les musées français, ce n’est pas le cas du département Restauration et Archéométrie. En effet, contrairement au modèle prédominant dans l’Hexagone, les missions de conservation restauration sont internalisées, comme les examens et analyses scientifiques.

Concrètement, ce département est chargé de toutes les opérations de restauration sur les collections du musée, de la veille sanitaire et de la conservation préventive, du soclage et du conditionnement des œuvres, ainsi que des examens et analyses scientifiques, que ceux-ci soient conduits de manière préliminaire à la restauration d’une œuvre ou dans le cadre de programmes de recherche plus larges. Parmi ceux-ci, on peut mentionner l’étude des couronnes macédoniennes en or, l’identification de traces de polychromie sur la statuaire ou encore la qualification des alliages des éléments de vaisselle en bronze du musée.

Le département compte cinq restaurateurs, dont le directeur du département, et deux scientifiques en charge des examens et analyses. Le laboratoire, situé au rez-de-chaussée du bâtiment administratif, comprend divers espaces :

  • un atelier de photographie, entièrement équipé ;
  • une réserve de stockage pour les produits chimiques ;
  • deux laboratoires de restauration disposant de tout le matériel nécessaire à la restauration des œuvres (microscopes, étuves, hottes aspirantes, scalpels, etc.), mais également d’équipements permettant d’assurer ses missions accessoires : une imprimante 3D, un scanner 3D, une machine à découpe laser, une caméra surpuissante pour les sessions en direct sur les réseaux sociaux… Ces laboratoires offrent également des espaces à destination des chercheurs qui souhaitent étudier les collections.
  • un laboratoire d’analyse scientifique, permettant entre autres de réaliser des analyses de fluorescence de rayons X (XRF) ainsi que des analyses chimiques. Le musée bénéficie de plus d’un partenariat avec les départements de métallurgie et de chimie de l’université Aristote de Thessalonique pour conduire les analyses qui ne pourraient être menées sur place.

Les équipements sont propriétés du musée, non des restaurateurs et scientifiques qui en ont l’usage.

Le système grec en matière de restauration

La profession des restaurateurs, si elle est jeune à l’échelle mondiale, l’est d’autant plus en Grèce. Quand Dimitrios Karolidis a choisi cette voie, il y a une vingtaine d’années, il n’existait aucune formation grecque en restauration. C’est la raison pour laquelle il s’est formé en Hollande, au Royaume-Uni et aux États-Unis, non seulement en restauration mais également en techniques de création, notamment du verre et du métal, soucieux de mieux comprendre la mise en œuvre des matériaux et d’adopter ainsi une approche technologique de la restauration. Depuis, les formations en restauration se sont fort heureusement développées en Grèce, comme à Athènes (West Attica University) et à Thessalonique (université Aristote).

En Grèce, les missions de restauration du patrimoine sont intégrées au sein des institutions culturelles elles-mêmes, et non externalisées comme en France. Les restaurateurs sont des fonctionnaires, recrutés sur concours ; très peu sont des contractuels. Toutefois, on observe une disproportion entre le nombre de diplômés en restauration à l’université, et le nombre de postes disponibles. Le dernier concours de recrutement de restaurateurs, qui n’est pas ouvert régulièrement mais en fonction des besoins, a eu lieu en 2004, et il offrait trente-trois postes pour quatre cents candidats. Ces chiffres traduisent bien la tension qui est celle du milieu patrimonial, plus encore que les autres services publics grecs déjà dans une situation compliquée du fait de la crise. Si ce système permet aux lauréats du concours de vivre de leur métier de manière relativement confortable grâce à leur statut de fonctionnaires, il n’en est pas de même pour la majorité des diplômés en restauration, qui échouent. Là encore, la chose est tristement représentative d’une situation plus importante en Grèce, à savoir l’impasse dans laquelle se trouvent de nombreux diplômés, bénéficiant de masters ou de doctorats, qui ne parviennent pas à trouver un emploi dans leur domaine de spécialité et sont contraints de se résoudre soit à quitter le territoire, soit à exercer des emplois alimentaires.

Comme les autres fonctionnaires, les restaurateurs sont répartis sur l’ensemble du territoire grec en fonction des besoins. Chacun est attaché soit à un musée, soit à une Éphorie, cellule que l’on pourrait rapprocher d’un service régional de l’Archéologie (mais en charge d’un territoire plus restreint, il en existe une cinquantaine en Grèce). Or, malgré le nombre important de restaurateurs diplômés, on observe dans les faits un manque d’effectifs criant, avant tout dans les Éphories : les restaurateurs qui y sont affectés, trois à cinq en moyenne par aire géographique, ont en effet en charge non seulement la restauration des objets des musées dépendants de l’Éphorie, mais aussi celle du matériel archéologique exhumé lors des fouilles menées sur le territoire correspondant, qui est assez conséquent. Il serait donc souhaitable — mais l’on connaît les difficultés que cela pose — que le ministère de la Culture grec augmente les crédits des Éphories et, partant, le nombre de restaurateurs dans chaque région ; il règlerait par là-même le double problème du manque de fonctionnaires pour répondre aux besoins des services, et de la précarité des diplômés ayant échoué au concours.

Quelle que soit son institution de rattachement, le restaurateur est légalement responsable de la conservation des biens matériels de cette institution. Il reprend donc une partie des prérogatives associées en France à la figure du conservateur, qui n’existe pas en Grèce, et qui sont donc réparties entre trois acteurs :

  • le restaurateur s’occupe de la conservation matérielle des œuvres et de leur restauration ;
  • l’archéologue ou l’historien est en charge de l’étude scientifique des œuvres et de la valorisation auprès du public, de manière directe (activités pédagogiques, conférences) ou indirecte (conception d’expositions permanentes ou temporaires) ;
  • le commissaire d’exposition, curateur ou non (il peut également s’agir d’une personnalité interne au musée), qui est associé à l’institution le temps de la réalisation du projet.

Les restaurateurs sont au même niveau hiérarchique que les archéologues, historiens et commissaires d’exposition. Étant responsables de la conservation matérielle des collections, ils sont par ailleurs seuls décisionnaires concernant les interventions à conduire sur les œuvres.

Figure 3. Un des laboratoires du département Restauration et Archéométrie du musée archéologique de Thessalonique.

Interroger le monde français de la conservation-restauration à l’aune du système grec

L’observation de cet autre modèle m’a poussée à réfléchir sur la relation entre conservateurs et restaurateurs en France, à l’heure où cette dernière profession a, depuis plusieurs années déjà, entamé un travail de réflexion sur son statut et son avenir.

Fonctionnariser les restaurateurs est-il une proposition raisonnable ? Les arguments en faveur de cette intégration, réclamée par beaucoup de restaurateurs, sont nombreux, à commencer par l’argument économique. Bien sûr, il ne serait pas réaliste d’envisager la présence d’un restaurateur, et encore moins d’un laboratoire, dans chaque musée. Mais il pourrait être intéressant d’explorer la piste de quelques professionnels attachés à une unité territoriale, par exemple au département ou à la région, à la manière des quelques restaurateurs grecs en charge de la conservation des biens placés sous la responsabilité de l’Éphorie. Si la piste d’une fonctionnarisation était envisagée, pourrait-on imaginer une adaptation du concours d’entrée des élèves restaurateurs de l’Institut national du patrimoine, afin d’en faire un concours de recrutement de la fonction publique ? Cela nécessiterait des adaptations conséquentes, comme la mise en place d’une rémunération pour ces élèves-fonctionnaires. Pour autant, doit-on envisager une disparition totale du restaurateur contractuel, qui permet de répondre à des besoins ponctuels, par exemple dans le cadre d’un chantier des collections ? On sait que certains verraient dans la fonctionnarisation une perte de liberté conséquente.

Quant à la question de la redéfinition des compétences, des prérogatives et du positionnement hiérarchique des restaurateurs, un dialogue plus ouvert, plus égalitaire et généralisé entre ces derniers et les conservateurs, mais également les régisseurs, permettrait sans doute une remise en perspective bénéfique et un débat ouvert sur la professionnalisation du monde patrimonial en France. La qualification même du métier des restaurateurs est à l’image de ce débat toujours repoussé : si l’appellation « conservateur-restaurateur » semble par bien des égards davantage adaptée à la réalité de ce métier, beaucoup chez les conservateurs, mais également certains restaurateurs, refusent encore son usage. On remarque qu’en Grèce, une telle discussion sémantique n’a pas lieu d’être, du fait de l’absence même de la figure du conservateur…

Auteur

Pauline ROLLAND, conservatrice du patrimoine, promotion Hugo Pratt


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search