Le centenaire de la disparition du prince Albert Ier

Stage effectué en février-mars 2020 aux Archives du palais princier de Monaco.

Albert Ier de Monaco (1848-1922), un prince scientifique et intellectuel

Pour reprendre une citation de la correspondance de Flore Singer avec Albert Ier, donnée par l’historienne Jacqueline Carpine-Lancre, le prince de Monaco était « navigateur, écrivain, homme d’État, chasseur, justicier, et, à travers toutes ces métamorphoses, ami rare et fidèle ». Toute sa vie, Albert Ier fait montre d’une volonté de faire et d’agir par lui-même, déclarant, dès 1886, avec ironie : « Il paraît que les Princes sont généralement considérés comme des espèces d’huîtres incapables de rien faire par eux-mêmes. »

 

figure 1. Louis Tinayre, Green Harbour, Spitzberg, vers 1906-1907, huile sur bois conservée au palais princier de Monaco. À partir de 1901, le peintre Louis Tinayre a accompagné et illustré les voyages du prince Albert Ier. © reproduction G. Moufflet / Archives du palais princier de Monaco.

Né à Paris en 1848, Albert Ier est le fils de Charles III de Monaco et de la comtesse Antoinette-Ghislaine de Mérode. Les débuts de sa vocation de marin s’affirment lorsqu’il sert dans la marine royale espagnole de 1866 à 1868, comme enseigne puis comme lieutenant de vaisseau. Il achète une goélette en Angleterre en 1873, qu’il baptise Hirondelle, et sur laquelle il se livre à partir de 1885 à ses premières campagnes océanographiques. Lors de l’Exposition universelle de Paris, le pavillon monégasque expose justement le résultat de ces premières campagnes, tant du point de vue du matériel scientifique que du point de vue de la faune et de la flore étudiées. La même année, 1889, Albert Ier succède à son père à la tête de la Principauté.

 

figure 2. Vue intérieure du pavillon de Monaco, Exposition universelle de 1889. Photographie prise par le studio Van Bosch & Cie (Paris), conservée aux Archives du palais princier de Monaco (inv. Ph 842.2). © Archives du palais princier de Monaco.

En 1898, c’est le visage de l’intellectuel engagé que prend Albert Ier, lorsqu’il affirme sa sensibilité dreyfusarde dès le commencement de l’Affaire. Il écrit à Émile Zola à propos de son article « J’accuse » : « Votre déclaration contient les plus beaux sentiments qu’une âme puisse exprimer, elle honore l’humanité, elle ajoute un rayon à la gloire de la France. Pour tous ceux qui admirent l’indépendance et la sincérité dans le patriotisme, vous grandissez plus haut que le renom de votre talent. » Lors de sa deuxième campagne scientifique au Spitzberg en 1899, Albert Ier écrit également au capitaine Dreyfus pour lui signifier son soutien. Cet engagement politique se fait également par des convictions pacifistes, que le déclenchement de la Première Guerre mondiale décevra profondément. Albert Ier déclare, dès 1888, à Florestine de Monaco, duchesse d’Urach-Wurtemberg, sa tante, son inquiétude de voir accéder le futur Guillaume II au trône impérial, en Allemagne : « [L]e règne du jeune écervelé ambitieux ne promet rien de bon pour personne. »

 

figure 3. Première page du brouillon de la lettre envoyée par le prince Albert Ier au capitaine Dreyfus le 10 juillet 1899. Photographie conservée aux Archives du palais princier de Monaco © Archives du palais princier de Monaco.

En 1902, paraît pour la première fois la grande œuvre littéraire d’Albert Ier, La Carrière d’un navigateur, formée d’un recueil de récits dont l’historienne Jacqueline Carpine-Lancre estime qu’ils ne constituent « ni un journal ni une autobiographie ; c’est une série d’évocations de moments qu’il a vécus ou qui lui ont été narrés par des proches ». Cette dimension des écrits d’Albert Ier s’était révélée pour la première fois en 1889, lors de sa publication d’un article dans la Revue des Deux-Mondes, intitulé « À propos d’un cyclone ». Le chartiste Gustave Saige (1838-1905) écrivait à ce sujet que la parution de l’article « a été pour tous, même pour les plus intimes du Prince, une véritable surprise ; il n’avait fait à personne confidence de cet essai dans le domaine littéraire ».

C’est Albert Ier qui fait bâtir le Musée océanographique de Monaco, inauguré en 1910, et l’Institut océanographique, rue Saint-Jacques à Paris, inauguré en 1911. Le prince fonde également l’Institut de paléontologie humaine, inauguré à Paris en 1920. En 1921, il prononce le célèbre « Discours sur l’océan » au United States National Museum Auditorium de Washington, devant la National Academy of Sciences.

Le comité de commémoration « Albert Ier-2022 » et la programmation du centenaire

 

figure 4. Monument offert par les Monégasques au prince Albert Ier pour le 25e anniversaire de son règne. Inauguré le 12 avril 1914 dans le quartier de La Condamine, à Monaco. © Photographe inconnu / Archives du palais princier de Monaco.

En vue d’assurer l’organisation de manifestations commémoratives de la disparition du prince Albert Ier de Monaco, le prince Albert II a créé par ordonnance souveraine du 14 décembre 2018, modifiée le 3 décembre 2020, un comité de commémoration, installé le 29 janvier 2019.

Nous avons été associé, le jeudi 18 mars 2021, à la 6e réunion du comité exécutif « Albert Ier-2022 », présidé par Son Excellence M. Robert Fillon, ambassadeur de la Principauté à Rome. M. Thomas Fouilleron, directeur des Archives et de la Bibliothèque du palais princier, venait d’en être nommé vice-président. Les locaux occupés par le comité sont mis à disposition par le service de l’Institut du patrimoine, dépendant de la direction des Affaires culturelles monégasque. Le comité est actif sur les réseaux sociaux puisqu’il compte 5 064 abonnés, pour 45 posts en 2021 – 200 posts au total depuis sa création. L’accent est mis sur les actions du prince et sur les grandes personnalités parties prenantes des efforts du comité.

L’ordre du jour portait, en premier lieu, sur un projet de monument commémoratif d’Albert Ier. À l’origine, ce monument avait été projeté pour le 25e anniversaire de règne du prince Albert Ier, en 1914, mais n’avait finalement été exécuté que sous la forme d’une maquette provisoire grandeur nature. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale en avait entravé l’exécution définitive. La maquette, dégradée, a été finalement ôtée lors de travaux d’aménagement de la voirie. Il s’agirait donc de réaliser le monument de 1914, en réduisant éventuellement quelque peu ses dimensions. Cependant, aucun travail d’adaptation du projet d’origine n’avait encore pu, à l’époque de cette réunion, être réalisé par un architecte. Il s’agissait donc, en premier lieu, de solliciter un avis technique pour étude de faisabilité, d’implantation, de coût global.

 

figure 5. Logotype du comité de commémoration « Albert Ier-2022 ».

Sur le plan de la communication, un site internet a été mis en place[1]. À l’époque de la session à laquelle nous avons assisté, la v2 du site faisait l’objet de travaux préparatoires. Dès lors que cette v2 sera mise en ligne, tout l’intérêt du site reposera sur la base archivistique où seront rassemblées, de façon exhaustive, documentation, archives et photographies relatives à Albert Ier. Des transcriptions de la correspondance d’Albert Ier doivent notamment figurer sur le site, permettant une recherche plein texte.

En ce qui concerne la dimension scientifique du centenaire, un colloque multidisciplinaire est programmé du 2 au 5 février 2022. Des soirées culturelles et des projections doivent y être associées. L’acteur Charles Berling livrera une lecture de La Carrière d’un navigateur d’Albert Ier, et un documentaire sera projeté en avant-première. Indépendamment de ces événements, sont également attendues la publication d’un beau livre (aux éditions de La Martinière), du journal autographe du prince Albert Ier (aux éditions Perrin) et la réédition de La Carrière d’un navigateur.

Parmi les événements prévus pour le centenaire, nous citerons quelques éléments de programmation que nous avons relevés. Certains sont déjà passés, telle l’édition de quatre premiers timbres commémoratifs, le 26 février 2021. Le 25 avril 2021, s’est tenue la session annuelle de la National Academy of Sciences, à Washington. Le prince Albert II y a adressé aux académiciens un message enregistré destiné à commémorer le « Discours sur l’océan » d’Albert Ier. Pour ce qui est des événements à venir, citons notamment, le 21 juin 2021, le centenaire de l’Organisation hydrographique internationale, dont le siège est à Monaco depuis le règne du prince Albert Ier.

Mentionnons encore une exposition en juin 2021, à Luchon, sur les carnets de voyage dans les Pyrénées d’Albert Ier – qui, à la fin de sa vie de 1914 à 1921, s’était pris de passion pour ces montagnes –, ainsi qu’une exposition au Fram Museum à Oslo, sur Albert Ier et le Spitzberg, et une exposition sur ses travaux au Portugal, en octobre 2022, au Musée de la Marine de Lisbonne. En juillet 2022, une exposition sur le peintre de bord des campagnes océanographiques du prince, Louis Tinayre, doit se tenir à Monaco. Le 17 juillet 2022 est prévu un concert d’hommage (une recréation mondiale de la Nef triomphale de Jules Massenet, composée spécialement pour l’ouverture du Musée océanographique en 1910, de même que l’Ouverture de fête de Camille Saint-Saëns).

 

Nous conclurons notre propos en signalant combien ce centenaire et les activités du comité sont marqués par une dimension internationale, et en attirant l’attention sur la richesse des liens qui unissent la mémoire d’Albert Ier et la France. Nombreux sont les axes d’étude et de valorisation auxquels les conservateurs du patrimoine français peuvent associer leurs projets en lien avec l’œuvre scientifique et littéraire d’Albert Ier.

 

Site des publications des Archives du palais princier de Monaco : www.annales-monegasques.mc

Paul Bastier

Élève conservateur du patrimoine, spécialité archives.

 

[1] www.princealbert1.mc/


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search