Recenser l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret à Séville : l’exemple d’une collaboration entre différentes institutions pour étudier le patrimoine du XXe siècle

Stage effectué en février-mars 2020 à l’Instituto andalus del patrimonio historico (IAPH), Séville, Espagne.

En stage à l’Instituto andalus del patrimonio historico (IAPH), j’ai eu la chance de travailler sur l’œuvre sévillane d’une grande figure du patrimoine du XXe siècle espagnol, Eduardo Torroja Miret. Je remercie l’institution pour son excellent accueil et pour m’avoir confié un sujet qui m’a permis de découvrir la ville. Pour mieux présenter l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret et les attendus de la recherche à laquelle j’ai participé, je présenterai les différentes institutions avec lesquelles j’ai travaillé, le rôle d’Eduardo Torroja Miret en Espagne et ma participation au projet.

Le paysage patrimonial andalou : IAPH, CSIC, Docomomo

Une gestion décentralisée du patrimoine

En 1985, lors du processus de Transición democrática española post-dictature, la compétence culturelle est déléguée en quasi-totalité aux régions, via la « Ley del patrimonio historico español ». En Andalous ie, le patrimoine est actuellement régi par la loi de 2007. S’appuyant sur les chartes internationales, notamment celles d’Athènes et de Venise, cette loi définit le processus de validation des travaux sur monuments historiques.

Malgré cette histoire très différente de celle de la protection du patrimoine en France, la législation et le processus administratif sont comparables à ce qui se pratique chez nous : protection juridique des monuments ou des objets par leur déclaration comme « bien d’intérêt culturel », programme de travaux devant être approuvé par le service compétent…

L’IAPH, Docomomo et le CSIC

L’Instituto andalus del patrimonio historico (IAPH) est un établissement public créé en 1990 par la Junta de Andalucia[1] dont les objectifs sont la recherche, la formation, la diffusion de la connaissance. Ses champs d’intervention sont très variés car ils englobent le patrimoine mobilier, immobilier et immatériel. Les deux premières catégories intègrent également le patrimoine archéologique[2]. À côté de ces missions de recherche, l’IAPH dispose de deux services dédiés à l’intervention : des ateliers de restaurations (textile, peinture, sculpture, archéologique, papier) et un département d’intervention composé d’architectes chargés d’élaborer des projets de restauration et de mise en valeur, selon les commandes de la Junta. Par exemple, ce département s’est chargé de la restauration des voûtes de l’église San Miguel de Jaén ou de la création du musée de la céramique de Triana (Séville) en organisant un concours d’architectes.

Malgré ses missions qui à première vue peuvent sembler similaires, l’IAPH ne correspond en rien aux différents services d’une direction régionale des Affaires culturelle (Drac), d’une Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH), d’un service régional de l’Architecture (SRA) ou d’une Unité départementale de l’architecture et du patrimoine (Udap). En effet, il s’agit d’un organisme de recherche qui ne dispose pas de pouvoir juridique. Le Conseil du patrimoine est un autre service de la Junta, en charge des protections juridiques et des autorisations sur les monuments protégés.

Deux institutions œuvrant à l’échelle nationale interviennent dans ce projet : Docomomo et le Consejo superior de investigación scientifica (CSIC) par le biais de son Institut Eduardo Torroja. Docomomo[3] est une organisation internationale œuvrant notamment dans la péninsule ibérique et dans le sud de la France afin de répertorier, étudier et faire connaître l’architecture du mouvement moderne. Le CSIC est une agence gouvernementale dont les missions sont similaires au CNRS français. Ces deux institutions sont associées pour financer la recherche sur le projet Eduardo Torroja Miret.

Le projet de recensement de l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret

Commencés au printemps 2020, le recensement et la documentation de l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret prend la forme de deux rendus différents :

  • un tableau exhaustif de ces œuvres ;
  • une fiche pour chaque œuvre, la plus exhaustive possible, regroupant diverses données historiques (différents professionnels ayant œuvré à sa réalisation, date de construction…) mais également des données relatives à son usage actuel. Une grande importance est ainsi accordée à l’usage du patrimoine car celui-ci est considéré comme indissociable de son importance culturelle et sociale. Si la population cesse de s’approprier un monument, ce dernier perd sa raison d’être. À terme, ce recensement a pour objectif de mettre en ligne ces informations sur la base de données de l’association Docomomo.

Le patrimoine du XXe siècle à Séville

Pour mieux comprendre l’intérêt de cette recherche, revenons sur le patrimoine du XXe siècle à Séville et la place qu’y occupe Eduardo Torroja Miret.

Séville dans la première moitié du XXe siècle

Séville est une ville qui connaît de grands bouleversements urbains pendant la première moitié du XXe siècle. Deux décisions politiques président à ces changements : ouvrir la vieille ville à la modernité, et faire valoir de façon ostentatoire cette ouverture dans le cadre de l’exposition ibéro-américaine de 1929. À cette occasion, sont construits quelques-uns des monuments les plus importants de la ville actuelle, tels la place d’Espagne, le parc Maria-Luisa, l’hôtel Alfonso-XIII et le pavillon Mudejar. Jusqu’à la guerre civile, le style régionaliste néo-mudéjar, est prôné par les autorités. La modernité, quant à elle, s’exprime par l’ouverture de grands boulevards comme celui de La Palmera, dans le sud de la ville. La relation au Guadalquivir change : on construit le canal Alfonso-XIII et un nouveau port pour l’exploiter. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret.

Pourquoi Eduardo Torroja Miret ?

Eduardo Torroja Miret (1899-1961) occupe une place majeure dans le patrimoine espagnol du XXe siècle. Au cours de la première moitié du XXe siècle, cet ingénieur prolifique a contribué à populariser l’emploi du béton armé dans le monde. Il se distingue par sa vision esthétique du principe de la contrainte. Ses grandes réalisations en Espagne sont le marché d’Algeciras, la couverture de l’hippodrome de Zarzuela et la cité universitaire à Madrid, pour n’en citer que trois. Il est intéressant de travailler sur un ingénieur car du fait de sa collaboration avec différents architectes, il y a une grande variété des sujets étudiés.

Focus sur deux édifices étudiés

Méthodologie de la recherche

Du fait de la crise sanitaire, il n’était pas possible lors de mon stage de se déplacer entre deux régions différentes, hors motifs impérieux. D’où le choix de confier la partie andalouse de la recherche à l’IAPH. Je me suis ainsi concentrée sur les édifices présents à Séville. Quand j’ai intégré le projet, les édifices étaient déjà identifiés, il s’agissait de les documenter.

Cette documentation inclut des recherches en bibliothèque, l’analyse des donnés cadastrales et une recherche sur Internet pour connaître les dernières modifications apportées au monument. Le dernier élément de la documentation est la couverture photographique des monuments. Ce dernier point fut important car les prendre en photo m’a permis de mieux découvrir Séville, en particulier les quartiers hors du centre historique. En effet, Eduardo Torroja Miret a construit nombre d’usines et d’entrepôts en marge de la ville, tels les nouveaux silos de l’usine de bière Cruz del Campo qui, comme son nom l’indique, était originellement située au-delà des frontières de la ville, et qui est aujourd’hui insérée dans un quartier populaire.

Les deux exemples développés ici mettent en avant aussi bien la découverte de la ville et de son histoire que le travail accompli par Eduardo Torroja Miret.

La Delegación de hacienda : quel regard sur l’héritage franquiste ?

La période étudiée invite à se pencher sur l’héritage franquiste, puisque Eduardo Torroja Miret participe à la construction de nombreux bâtiments durant la dictature. Le projet de la Delegación de hacienda[4] de Séville est un bon exemple. Construit entre 1944 et 1950 à l’emplacement des anciennes douanes du XVIe siècle, dont la destruction est aujourd’hui déplorée, ce bâtiment administratif a été dessiné par l’architecte sévillan José Galnares Sagastizábal dans le style classique. Avant la guerre civile, cet architecte proche du mouvement moderne a contribué de manière paradoxale au développement du style néo-mudéjar à Séville avant de se ranger au style officiel du début de la dictature, le néo-classicisme. La participation d’Eduardo Torroja Miret en tant qu’ingénieur au projet de la Delegación de hacienda durant les années correspondant à la montée en puissance de sa carrière montre l’activité prolifique de son entreprise.

Symbole de la période du repli sur soi de l’Espagne et bâti sur les ruines d’un monument aujourd’hui regretté, ce bâtiment interroge. Construit par le promoteur du béton armé en Espagne, dont les différentes institutions patrimoniales souhaitent promouvoir l’œuvre, ce bâtiment impose de s’interroger sur le devenir de l’héritage franquiste.

Immeuble de la calle Eslava, 3 : l’insertion d’un bâtiment moderne dans la vieille ville sévillane. © photo Marie Soulard.

L’immeuble de la calle Eslava, 3 : la reconnaissance de l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret au service du développement touristique ?

Édifice de taille modeste, l’immeuble sis au numéro 3 de la rue Eslava est un bon exemple de la reconnaissance de la valeur patrimoniale de l’œuvre de Torroja par les Sévillans. Il s’agit d’un étroit immeuble d’habitation de trois étages comportant un restaurant au rez-de-chaussée. Situé dans une rue adjacente à l’église Jesus del Gran Poder, dans le célèbre quartier de la Macarena, cet immeuble est aujourd’hui dédié au tourisme, les appartements ayant été transformés en logement de courte durée. Des travaux effectués dans le restaurant en 2020 ont mis en lumière l’état dégradé du béton des piliers dessinés et calculés par Eduardo Torroja Miret en 1938. Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui ces piliers sont restaurés en respectant le béton originel et mis en valeur comme éléments central du décor du restaurant. Le propriétaire, conscient de leur origine, est fier de leur présence[5]. Le béton des années 1930 deviendrait-il un élément de valorisation touristique ?

Pour conclure, cette recherche fut l’occasion de découvrir la ville sous un autre angle, de rencontrer différents professionnels du patrimoine et de mieux appréhender les liens entre les institutions. Elle m’a également permis de mieux comprendre l’enjeu du patrimoine du XXe siècle en Espagne et de sa protection.

Marie SOULARD

Élève conservateur du patrimoine, spécialité Monuments historiques et Inventaire.

[1] Une Junta est l’organe en charge de diriger une région. Son champ de compétences est extrêmement vaste.

[2] L’IAPH dispose notamment d’un centre dédié à l’archéologie sous-marine, situé à Cadix, que j’ai eu la chance de visiter.

[3] Acronyme formé à partir de « DOcumentation et COnservation des édifices et sites du MOuvement MOderne ».

[4] La Delegación de hacienda est une agence gouvernementale équivalente de nos centres de finances publiques.

[5] Ces informations sont issues d’un entretien avec le propriétaire de l’immeuble et l’architecte ayant œuvré à la restauration du restaurant.



Citer ce billet
INP (2021, 1 octobre). Recenser l’œuvre d’Eduardo Torroja Miret à Séville : l’exemple d’une collaboration entre différentes institutions pour étudier le patrimoine du XXe siècle. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0h

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search