L’inventaire du moring dans l’océan Indien, un patrimoine culturel international

Stage effectué à distance auprès du service régional de l’Inventaire de La Réunion (6 fevrier-26 mars 2021).

 

Le moring, la forme réunionnaise d’une pratique internationale

Dans la plupart des pays marqués par l’histoire coloniale des plantations, existent des danses traditionnelles de combat liées aux sociétés de plantation. Ces pratiques sont issues de sociétés façonnées par les échanges, les déplacements volontaires ou forcés de population, les métissages, etc. Partageant de nombreux points communs qui découlent d’une histoire partagée, ces danses sont d’une grande diversité. L’exemple le plus connu est la capoeira, au Brésil, inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco[1]. Le moring est la danse traditionnelle de combat issue des sociétés de plantation de La Réunion.

La reconnaissance assez difficile et récente de l’histoire dans laquelle s’insèrent ces pratiques explique en partie les degrés très variables de connaissance et de reconnaissance dont bénéficie chacune d’elles – parfois très vivace, parfois totalement éteinte. À l’inverse de la capoeira qui a fait l’objet dès le début du XXe siècle d’une reconnaissance officielle – ce qui a favorisé son étude –, le moring de La Réunion a d’abord été marginalisé (mais non interdit) par les autorités, oublié, repris par le Parti communiste, et a été finalement codifié dans les années 1990 par Jean-René Dreinaza.

Le Conseil régional de La Réunion mène depuis plusieurs années un projet de valorisation du moring, auquel j’ai pu participer lors de mon stage au service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, qui est rattaché à cette collectivité. Après une première étude en 2013-2015 à l’échelle de la région, une autre étude est prévue pour 2021-2022 à l’échelle de l’océan Indien. J’ai pu participer à la réflexion sur les objectifs et les modalités, ainsi qu’à la prise de contacts avec de potentiels partenaires, sur les plans scientifique, politique et administratif.

Combattants de moraingy à Madagascar. © photo Hery Zo Rakotondrama (sous licence CC-BY-SA-2.0).

L’étude du moring à La Réunion (2013-2015)

Étant donné l’importance du moring dans l’histoire culturelle et politique de La Réunion, mais aussi dans la vie culturelle actuelle de l’île, le Conseil régional de La Réunion a jugé essentiel de lui consacrer une « Étude anthropologique sur le moring ». Menée de 2013 à 2015 par une équipe pluridisciplinaire et internationale sous la coordination du service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, cette étude (rapport et entretiens vidéo avec des moringèrs) est disponible en ligne[2]. Ses objectifs sont clairement indiqués par son sous-titre : « Afin de mieux le connaître, le transmettre et le valoriser en vue de son inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. » Outre la dimension institutionnelle, normative et patrimoniale que constitue le projet d’inscription à l’Unesco, deux autres objectifs sont bien affirmés par l’étude.

D’abord l’étude aborde le moring dans toute son ampleur chronologique. Loin de se restreindre à un moring « historique », elle prend en compte les pratiques contemporaines et s’étend à l’examen des influences très récentes sous le coup de la mondialisation culturelle des arts martiaux (films, compétitions…). Ce souci du caractère vivant de la pratique est capital pour éviter toute « muséification » de la pratique par le biais de son étude scientifique et de sa potentielle valorisation patrimoniale. Ce risque n’est pas absent, notamment, d’une éventuelle inscription à l’Unesco – dont les effets provoquent des débats[3] –, d’où l’importance de se prémunir dès le départ contre ces effets en donnant un sens positif à l’étude et à la valorisation.

Ensuite le moring de La Réunion est replacé dans un contexte géographique large. L’étude aborde les pratiques atlantiques (capoeira au Brésil, danmyé en Martinique, mayolé en Guadeloupe), et concentre évidemment toute son attention sur l’océan Indien : mrengé à Mayotte et aux Comores, tengé aux Seychelles, moraingy à Madagascar. Chacun de ces termes connaît bien sûr de multiples variantes orthographiques, et l’on recense dans chaque région des pratiques différentes : l’étude identifie ainsi seize formes différentes de moraingy à Madagascar, chacune avec un ou plusieurs noms qui lui est propre !

L’étude du moring dans l’océan Indien (2021-2022)

Les vastes ramifications de ces pratiques dépassaient donc en partie le cadre de l’étude initiale, qui en appelait une autre consacrée explicitement à l’ensemble de l’océan Indien. C’est ainsi que le Conseil régional de La Réunion prévoit de lancer une étude pluridisciplinaire et internationale en 2021-2022, sous la forme d’un projet de coopération régionale « Moring-océan Indien », inscrit dans le programme Interreg V océan Indien que la Région ambitionne de porter.

Interreg est un programme européen de coopération, financé par le Fonds européen de développement régional (Feder), dont le programme opérationnel comprend notamment l’action 8.2 : « Projets collaboratifs visant à développer les outils et connaissances utiles à la préservation et la valorisation du patrimoine culturel dans l’océan Indien. » Une partie importante des fonds nécessaires à la réalisation de l’étude serait donc allouée par ce moyen. Avec ses partenaires, le Conseil régional a mené une réflexion préliminaire visant à définir le projet en vue du montage d’un dossier de demande de subvention.

Les pays et régions de l’océan Indien pressentis sont les suivants : Mayotte, Comores, Seychelles, Mozambique, Madagascar. Toutes ces zones abritent des formes de danses traditionnelles de combat partageant des traits communs susceptibles de justifier une inscription collective sur la liste de l’Unesco.

Si le Conseil régional de La Réunion se positionne comme responsable du lancement du projet, en portant notamment la demande de fonds Interreg, il partage la réflexion avec les représentants des différentes zones. La région maintient en effet des relations et des coopérations suivies avec les pays voisins, et les antennes régionales situées dans ces pays sont autant de relais efficaces pour la mise en relation et la formalisation des coopérations. Cet aspect institutionnel est complémentaire des relations interpersonnelles entre chercheurs, professionnels et praticiens des différents pays, développées à l’occasion de travaux communs précédents, telle l’étude de 2013-2015 évoquée en ouverture.

Méthodologie : Inventaire général du patrimoine culturel et patrimoine culturel immatériel

L’étude du moring est l’occasion d’une rencontre entre l’Inventaire général du patrimoine culturel (IGPC) – qui est un service de la Région et qui a été initialement conçu pour l’étude du patrimoine matériel – et le patrimoine culturel immatériel (PCI). Les trajectoires de ces deux approches se sont parfois recoupées, mais leur articulation reste complexe et gagne toujours à être interrogée. Le cadre de l’étude du moring s’y prête particulièrement, a fortiori dans une perspective internationale. On peut aborder rapidement ici deux aspects pour illustrer la réflexion : la méthodologie et la place de l’expert.

D’une part l’IGPC, fondé en 1964 par André Malraux, s’inscrit dans une perspective nationale, avec un objectif d’uniformité dans la méthodologie et le vocabulaire. Les termes régionaux en sont par exemple exclus, dans un but d’homogénéité des données : on doit pouvoir effectuer une recherche sur l’ensemble de la base de données avec des termes précis, valables pour l’ensemble du territoire. Cette vision atteint ses limites en des contextes spécifiques, comme en outre-mer, et se heurte parfois au souci du contexte et de la diversité porté par le PCI. Concernant le moring, la question se pose en termes de vocabulaire, de norme utilisée pour formaliser les données (orthographe, support), etc. Pour caricaturer quelque peu, il s’agit d’articuler la perspective générale de l’Inventaire (qui apporte la comparabilité) à la perspective particulière du PCI (qui apporte la précision).

D’autre part, l’IGPC repose sur l’expertise de chercheurs spécialisés, qui utilisent avec rigueur une méthodologie et un vocabulaire normés dans le but de produire une étude externe objectivée du patrimoine. Ce dernier est avant tout saisi comme un élément matériel en dehors de toutes considérations subjectives (représentations des usagers, place dans la culture…). Le PCI repose quant à lui davantage sur la prise en compte du point de vue des communautés. L’expert en PCI ne détient pas le monopole de la légitimité en matière de définition et d’étude du patrimoine. Concernant le moring, la question se pose en termes de relation entre des chercheurs de différentes disciplines (aux méthodes déjà différentes entre eux : Inventaire, anthropologie, histoire…) et les communautés de praticiens professionnels et amateurs, des spectateurs, etc. De manière caricaturale toujours, il s’agit cette fois d’articuler le rôle du chercheur (qui apporte la rigueur) avec celui de la communauté (qui apporte la sensibilité).

Une valorisation multiforme et accessible pour une pratique vivante et internationale

Enfin l’étude de 2021-2022 garde en vue l’objectif de valorisation de ces pratiques, qui constituerait la phase 2 de l’opération.

La protection patrimoniale a déjà été évoquée avec l’Unesco, qui suppose d’ailleurs une protection préalable dans les dispositifs nationaux (liste nationale du PCI[4]). Les dispositifs de valorisation habituels seront bien sûr mobilisés, comme ils l’ont déjà été pour l’étude de 2013-2015 : publication, exposition, conférence, etc.

Le souhait de rendre ces données accessibles internationalement soulève des questions de valorisation numérique. À cet égard, le choix de l’outil employé est crucial. J’ai pu réfléchir lors de mon stage sur plusieurs possibilités, qui seront peut-être combinées, afin de présenter leurs avantages et inconvénients, voire les débats suscités.

Une base de données globale serait idéale pour disposer d’un point d’entrée unique. Elle induit cependant le risque d’une uniformisation de l’information qui trahirait la diversité des pratiques. Une telle base de données pourrait intégrer une base préexistante, pour relier le moring à d’autres éléments du patrimoine : Plateforme ouverte du patrimoine[5] (patrimoine matériel national) ; portail Gertrude[6] du service d’Inventaire de La Réunion (études régionales) ; PCI-lab[7] (patrimoine immatériel national) ; Wikipédia (toutes données, et plus particulièrement patrimoine culturel international). Ces bases sont bien sûr contraintes par un modèle existant qui peut ne pas se prêter à l’objet d’étude et aux données produites.

Une base de données créée spécialement pour le moring serait par nature plus adaptée, mais moins apte à rendre compte ou à établir des liens avec d’autres formes de patrimoine. Il faut également noter que Wikipédia pose le problème particulier de la libre modification, et donc de qui est légitime pour contribuer ou altérer le contenu (expert, professionnel, amateur, curieux…).

Enfin, le caractère vivant de cette pratique appelle une valorisation vivante incluant spectacles, compétitions, festivals… Autant de manifestations qui devront trouver un équilibre difficile entre patrimoine et pratique, authenticité et liberté, passé et présent, et qui, plutôt que de les opposer, devront s’efforcer de relier ces polarités pour se garder aussi bien de la folklorisation que de l’amnésie.

Jean BERNARD

Élève conservateur du patrimoine, spécialité Monuments historiques et Inventaire.

[1] https://ich.unesco.org/fr/RL/le-cercle-de-capoeira-00892

[2] Laurent HOARAU et al., « Étude anthropologique sur le moring. Afin de mieux le connaître, le transmettre et le valoriser en vue de son inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco », rapport produit dans le cadre des Études ethnosociologiques de l’océan Indien, remis au DACS, service du Patrimoine culturel de La Réunion [en ligne], https://cloud.moring.oceanindien.org/s/5jpingtGqf6nQRF.

[3] Voir notamment : Lionel PRIGENT, « L’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco, les promesses d’un label ? », Revue internationale et stratégique, no 90, vol. 2, « Tourisme(s) », 2013, p. 127-135, [disponible en ligne], https://doi.org/10.3917/ris.090.0127 [lien valide en octobre 2021] ; Pascale MARCOTTE & Laurent BOURDEAU, « L’industrie touristique et l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial : attentes et déceptions », communication donnée au cours de la Journée de recherche sur l’attractivité du patrimoine (Saint-Étienne, ESC Saint-Étienne, 2008).

[4] https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/L-inventaire-national-du-PCI

[5] https://www.pop.culture.gouv.fr/

[6] https://inventaire.cr-reunion.fr/

[7] https://www.pci-lab.fr/



Citer ce billet
INP (2021, 1 octobre). L’inventaire du moring dans l’océan Indien, un patrimoine culturel international. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search