Éveha International, un représentant de l’archéologie française à l’étranger

Stage effectué au sein de Éveha International (Ivry-sur-Seine), en février-mars 2021.

Dans le cadre des dix-huit mois de leur formation initiale, les élèves-conservateurs du patrimoine doivent effectuer un stage à l’étranger, afin de découvrir la perception et la prise en charge du patrimoine dans un autre pays. La Suisse s’étant confinée et ne pouvant plus nous accueillir à quelques semaines du départ, nous avons fait le choix d’effectuer notre stage chez Éveha International, à Ivry-sur-Seine, sous la direction de Thomas Creissen. Cela nous a permis, tout en restant en France, de découvrir la diversité des missions archéologiques françaises à l’étranger, et de voir comment cet opérateur privé se positionne au sein de cet environnement concurrentiel. En effet, à travers des travaux de recherche réalisés sur la législation archéologique de plusieurs pays – l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et le Liban –, nous avons pu nous rendre compte que de nombreuses équipes étrangères y mènent chaque année des fouilles archéologiques. À cette occasion, la France envoie elle-même diverses équipes, universitaires, publiques ou privées, pour apporter leur savoir-faire en matière d’archéologie.

Parmi les actions de coopération scientifique françaises, les missions archéologiques sont sûrement l’outil le moins connu et pourtant le plus original. Il est apparu très tôt que l’archéologie pouvait participer à l’influence française à l’étranger, en valorisant, par le biais des équipes de recherches, l’image de la France auprès des autorités et des populations locales, et en permettant de créer des liens avec les pays hôtes. Ces projets participent pleinement à ce que l’on appelle la « diplomatie culturelle ».

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) soutient des équipes sur divers terrains à travers le monde, et assure la pérennité de recherches d’excellence. La Commission consultative des recherches archéologiques françaises à l’étranger, appelée également « Commission des fouilles », a été créée en 1946. Elle rassemble les meilleurs spécialistes des diverses aires géographiques et périodes chronologiques, en leur confiant le soin de proposer les grandes orientations scientifiques, en matière de recherche archéologique, à déployer sur les cinq continents. En accord avec les priorités du ministère, cette commission est ensuite chargée de sélectionner et d’évaluer les dossiers de candidatures soumis par les chefs de missions archéologiques. Les projets retenus obtiennent un financement de ce ministère. En moyenne, plus de 150 missions sont soutenues chaque année, qui investissent les cinq continents.

Les missions françaises à l’étranger peuvent être portées par des équipes universitaires, des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ou par les Écoles françaises à l’étranger (EFE) et les instituts de recherche à l’étranger (Ifre). Aujourd’hui, des membres d’entreprises d’archéologie ayant une branche développée à l’étranger peuvent également porter ces projets. Les chercheurs français, dans le cadre de ces missions archéologiques, participent à la préservation et à la valorisation du patrimoine culturel extranational, par sa fouille et son étude. Les équipes de fouille doivent être binationales, et invitent généralement des étudiants locaux à venir se former in situ aux méthodes de fouille et d’analyse.

Ces missions suscitent ainsi une intense coopération scientifique et universitaire, la création d’un réseau de recherche international, et l’intégration de chercheurs locaux dans les équipes de fouilles. Les missions archéologiques françaises à l’étranger permettent donc de conjuguer les intérêts scientifiques et diplomatiques de la France à l’étranger, dans des cadres diplomatiques bilatéraux. Dans certaines régions du monde, plus particulièrement touchées ces dernières années par divers conflits, les archéologues peuvent aussi favoriser le dialogue avec les pays hôtes, pour répondre aux nouveaux défis de la préservation des sites en zones de crise et de leur réhabilitation après les conflits.

Ailleurs, l’archéologie est également un enjeu économique. Elle permet notamment de mettre en valeur le patrimoine, pensé comme un moteur de promotion du tourisme culturel. Or, dans certains pays, les compétences, comme les ressources humaines locales, ne sont pas toujours à même de répondre aux besoins. C’est le cas notamment de l’Agence française pour le développement d’Al-Ula (Afalula), qui est l’aboutissement de plus de deux décennies de coopération franco-saoudienne. Cette agence a pour mission d’accompagner la Commission royale pour Al-Ula (RCU) dans la transformation de cette région du Nord-Ouest de l’Arabie Saoudite en une destination culturelle et touristique mondiale. Pour coconstruire ce partenariat et accompagner les Saoudiens dans la valorisation de leur patrimoine naturel et culturel, elle mobilise l’ensemble des savoir-faire français (experts, opérateurs, entreprises spécialisées en muséographie, en archéologie, en architecture et urbanisme, en agriculture et botanique, en tourisme, en éducation, en sécurité ou encore en gestion de l’eau et de l’environnement).

figure 1. Logotype d’Éveha International. © Éveha International.

Parmi les opérateurs d’archéologie française qui interviennent à l’étranger, on trouve le bureau d’études et de valorisations archéologiques Éveha [fig. 1]. Fondée en 2006, cette société privée, dont le siège social se situe à Limoges, compte aujourd’hui quatorze agences, sur le territoire métropolitain et en outre-mer. Contrairement à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ou aux services de collectivité, elle ne réalise pas de diagnostics archéologiques. En revanche, elle effectue des fouilles préventives terrestres sur les périodes allant du Néolithique à l’époque contemporaine, des fouilles subaquatiques sur des sites remontant de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et des fouilles sous-marines sur des vestiges datés du Moyen Âge à l’époque moderne. L’entreprise est également reconnue pour la fouille en milieu confiné, en intervenant notamment sur des puits et des cavités souterraines.

À partir de 2008, Éveha a développé ses compétences à l’international, et a créé en 2010 la filiale Éveha International. Installée à Ivry-sur-Seine, dirigée par Thomas Creissen, elle intervient depuis plus de dix ans en Europe, en Afrique du Nord, au Proche-Orient, en Asie Centrale, en Alaska et aux Caraïbes [fig. 2]. Les archéologues envoyés en mission participent à des fouilles archéologiques, pour étudier des vestiges menacés par des projets de construction, mettre en évidence des sites avant leur mise en valeur, ou encore accompagner le développement de la recherche sur des problématiques spécifiques.

figure 2. En vert sombre, les pays où Éveha International a été appelé à effectuer des missions. © Éveha International.

Ces projets peuvent s’insérer dans le cadre des missions portées par la Commission des fouilles, en partenariat avec les grandes écoles (Institut français d’archéologie orientale, École française de Rome…), ou bien encore directement pour le compte de structures de recherche tels l’École nationale supérieure, l’École pratique des hautes études et le CNRS : l’archéologie française hors du territoire national bénéficie d’un riche réseau. Grâce à ce dernier, la société a pu se faire connaître et peut désormais réaliser des fouilles directement pour des commanditaires étrangers, qu’il s’agisse de services de l’État ou de sociétés privées. Cette complémentarité est essentielle : la collaboration aux projets portés par les partenaires institutionnels se fait le plus souvent à perte, tandis que la seconde catégorie d’interventions permet de financer l’activité de terrain d’Éveha International – qui porte également ses propres programmes de recherche [fig. 3].

Comme en France, Éveha International participe à l’étranger à des fouilles archéologiques terrestres, subaquatiques et sous-marines, à des campagnes d’études archéologiques du bâti, à des études topographiques et à des modélisations et à des projets de photogrammétrie et de restitution 3D, pour sauvegarder, analyser et valoriser les données des fouilles. La société ne compte que quatre agents permanents. Lors des missions à l’étranger, des archéologues d’Éveha sont détachés pour étoffer les équipes.

figure 3. En 2015, Éveha International a ouvert une succursale (Éveha Nicaragua) en Amérique centrale. En 2016, les archéologues ont étudié les pétroglyphes ornant des roches situées au lieu-dit La Tijereta, dans le sud de l’île d’Ometepe, au Nicaragua. © Éveha International.

Pendant notre stage chez Éveha International[1], la crise sanitaire a repoussé tous les projets de missions à l’étranger du début de l’année. De ce fait, parmi les tâches qui nous ont été confiées, nous avons travaillé sur la nouvelle plaquette d’Éveha International. Celle-ci est destinée à être envoyée aux entreprises et aux autorités étrangères, afin de leur présenter les compétences de l’opérateur. Il s’agissait de décrire les disciplines et spécialités mises en œuvre en France (étude du mobilier en verre, carpologie, photogrammétrie, archéologie du bâti…), et de montrer leur adaptabilité dans des contextes archéologiques à l’étranger.

Puis, nous avons travaillé sur la législation en matière d’archéologie dans les pays où intervient Éveha International. Le directeur souhaitait disposer d’une vision synthétique des lois sur l’archéologie ou sur les « antiquités » qui sont en vigueur dans les pays où ils mènent des missions. Il voulait également savoir si des notions telles que le « diagnostic archéologique » ou l’« archéologie préventive » existent dans ces contrées, quelles autorités contacter pour obtenir l’autorisation de mener des opérations archéologiques, et s’il existe des universités qui forment les étudiants locaux à l’archéologie. Enfin, il convenait de faire un petit tour des missions étrangères menées dans ces États, afin de découvrir l’étendue de la concurrence exercée par les nations étrangères.

Nous avons étudié sous ces prismes la situation de la recherche archéologique de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de la Jordanie et du Liban. Ces quatre États possèdent une direction des Antiquités, rattachée tantôt au ministère de la Culture tantôt au ministère du Tourisme. Cette autorité est la seule habilitée à délivrer des autorisations de fouilles aux institutions et laboratoires de recherche locaux ou étrangers. Certains de ces pays se sont dotés très tôt de lois relatives aux Antiquités[2], parfois bien avant la France[3]. Pour autant, la plupart ne mentionnent que des prospections et des fouilles sur des sites non menacés par des travaux d’aménagement. Seule la Jordanie évoque la notion de fouilles de sauvetage, qui devront être payées par les aménageurs qui détruisent les sites archéologiques, et la définition d’aires de protection des vestiges enfouis ou en élévation. Ces pays forment également leurs futurs archéologues dans les universités, avec parfois des chantiers-écoles pour apprendre à prospecter et à mener des fouilles, à enregistrer et à étudier le mobilier. Tel est le cas de la Zayed University, aux Émirats arabes unis, qui dispose d’une Archaeology Field School.

Lors de nos recherches, nous avons été surpris par le nombre de fouilles menées sur ces territoires par les nations étrangères. Si la France est, par le biais de ses unités mixtes de recherche (UMR[4]), très présente dans les missions archéologiques, d’autres pays, comme l’Allemagne, l’Italie, le Japon ou le Royaume-Uni, occupent également fortement cette scène internationale.

Sabine MÉRY

Élève conservatrice territoriale du patrimoine, spécialité archéologie.

Pour aller plus loin

Le site d’Éveha International : https://eveha-international.com/

Le rapport stratégique sur l’archéologie française à l’étranger (2018-2022) : https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/meae_archeo_web_cle05c258-1.pdf

La base de données internationale des lois sur le patrimoine culturel : https://en.unesco.org/cultnatlaws/list

Le site de l’Agence française pour le développement d’AlUla (Afalula) : https://www.afalula.com/

[1] Je remercie chaleureusement Thomas Creissen de m’avoir accueilli au sein de son entreprise, dans un laps de temps très court, et de m’avoir confié ces missions passionnantes.

[2] Le Liban se dote d’un arrêté en 1933, et la Jordanie adopte sa première loi sur les Antiquités en 1934.

[3] Jusqu’à la loi de 2001, relative à l’archéologie préventive, les fouilles archéologiques en France étaient régies par la loi dite « Carcopino » de 1941.

[4] Parmi lesquelles l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, l’UMR 5133 ArchéOrient et l’UMR 7041 ArScAn.



Citer ce billet
INP (2021, 6 octobre). Éveha International, un représentant de l’archéologie française à l’étranger. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0k

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search