Des caves de Navone aux vitrines du Farnèse : itinéraire de la collection archéologique de l’École française de Rome

Stage effectué en février-mars 2021 à l’École française de Rome, établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Au cœur de la ville éternelle, dans le magnifique et monumental palais Farnèse siège l’Ambassade de France en Italie. Déjà, depuis le corso Vittorio-Emanuele II, l’imposante masse de ce chef d’œuvre d’Agostino da Sangallo se distingue au loin. En avançant sur le campo dei Fiori, entre les fleurs et les légumes étendus sur les étals, se révèlent peu à peu les détails de cette superbe architecture couronnée d’une corniche dessinée par Michel-Ange. Enfin, sur la majestueuse façade, un drapeau français flotte au vent, devant une loggia qui encadre les splendides peintures qui veulent bien se dévoiler à ceux qui lèvent les yeux.

Mais c’est au deuxième étage que cette histoire se déroule. Il faut monter les escaliers, passer au-dessus de cette ambassade où les dieux de la galerie des Carrache côtoient les puissants Farnèse, où Bacchus et Ariane triomphants résonnent avec un pape dépeint au sommet de sa gloire. Car depuis près de cent cinquante ans, les deuxième et troisième étages du palais accueillent l’École française de Rome. Cette institution, fondée en 1875, reçoit membres et chercheurs en sciences humaines et sociales dont l’objet de recherche nécessite un séjour en Italie. « Au Farnèse », comme les membres aiment l’appeler, se trouvent une riche bibliothèque composée de 200 000 volumes, et les bureaux de la direction. Non loin de là, « à Navone », sur cette fabuleuse place qui adopte la forme du stade érigé par Domitien au Ier siècle, se trouve le second espace de l’école. Celui-ci abrite des chambres pour le logement des boursiers, des salles de conférence et de séminaire et des bureaux de l’administration.

S’y trouve également le laboratoire d’archéologie, où deux membres de deuxième année, appartenant à la section Antiquité, travaillent depuis près d’un an sur la collection archéologique de l’école, jusqu’alors entreposée dans les caves de celle-ci. Composée de près de 250 pièces, elle fut constituée dans le dernier quart du XIXe siècle grâce à la réunion progressive de différents lots. Le premier directeur de l’école, Auguste Geoffroy avait ainsi pour intention de former un musée pour son institution, et a donc pour cela acquis des objets sur le marché romain des antiquités, tout en recevant des dons divers : petites sculptures de marbre, fragments de peintures murales, mosaïques et verres entraient alors dans les murs du palais. En mars 1878, un don du collectionneur et marchand Augusto Castellani est venu compléter ce fonds d’une trentaine de vases grecs et étrusques provenant de la nécropole de Cerveteri. À ces objets s’ajoutent finalement le matériel archéologique issu des premières fouilles menées par l’école, réalisées en 1878 dans le sanctuaire d’Hercule de Palestrina.

Ces ex-voto en terre cuite sont encore à l’état de sortie de terre, c’est-à-dire que depuis leur découverte dans la nécropole ils n’ont jamais été nettoyés des résidus d’enfouissement accrochés à leur surface. Cette condition témoigne de l’absence d’étude de la collection : si une partie fut inventoriée en 1964 et une autre étudiée en 2005, aucune étude globale n’a encore été réalisée. C’est à cette mission que travaillent Christian Mazet et Paolo Tomassini, membres de troisième année dans la section Antiquité. Depuis plus d’un an, ils réalisent l’inventaire et l’étude de ces objets, se répartissant les collections selon leur spécialité scientifique : antiquités grecques et préromaines pour le premier, antiquités romaines et tardives pour le second. Au sein du laboratoire, les deux membres réalisent également une campagne photographique d’importance, associée à la modélisation 3D des pièces les plus remarquables. Et, en parallèle de l’étude matérielle et de l’usage des dernières technologies numériques s’ajoute un travail sur l’histoire des collections de l’école, avec comme sources la correspondance entre les anciens membres et leurs recherches diverses.

Cette étude systématique doit aboutir à la publication d’un catalogue raisonné et à la réalisation d’une exposition. Cependant, pour la bonne conservation des objets, certains d’entre eux doivent être d’abord nettoyés et restaurés, afin d’enlever les dépôts qui les encombrent, et ainsi les mettre en valeur. La restauration vise donc au nettoyage et à la consolidation des statuettes en terre cuite, dont certaines conservent des traces de polychromie, fait rare pour les objets antiques. Il s’agit également de recoller et de restaurer des vases fragmentaires, et de nettoyer, consolider et traiter des objets en métal, céramique et stuc. Toutes ces opérations seront réalisées par des restauratrices de l’Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro (ISCR), institution dans le domaine de la restauration du patrimoine en Italie.

À ces enjeux de conservation et de valorisation de la collection s’ajoutent inévitablement des considérations financières. Pour permettre la restauration des objets, l’école a décidé de faire appel à son association des Amis de l’École française de Rome (AmEfr), composée notamment d’anciens membres, de boursiers et de personnes de passage. Au-delà de l’intérêt financier, l’objectif d’une telle opération vise avant tout à dynamiser les liens avec cette jeune association, née en 2019. La direction de l’école souhaite en effet faire communauté autour de cette action, et donc renouveler le lien entre l’institution et ses anciens membres.

Et si une opération de restauration appelle une demande de financement, un financement nécessite une stratégie de communication. Il s’agit donc de mobiliser le réseau personnel et professionnel de l’école et de ses membres grâce à une communication soutenue, notamment par une bonne maîtrise des réseaux sociaux et la mise en place de partenariats — avec par exemple le réseau des écoles françaises à l’étranger, l’ambassade de France à Rome ou l’Institut français — qui peuvent aider à communiquer sur les projets et trouver des financements. Pour que cette opération soit concluante, il convient donc d’insister auprès des personnes cibles sur l’importance patrimoniale de la collection, particulièrement au moment des cent cinquante ans de l’École française de Rome. Pour convaincre de possibles mécènes, l’accent est porté sur les résultats attendus : en plus d’être restaurés, les objets seront ensuite mis en valeur dans le cadre d’une exposition au sein du palais Farnèse. Différents thèmes peuvent constituer le sujet de cette exposition car les collections témoignent tant de la naissance de l’École française de Rome, de son histoire et celle de ses membres que d’enjeux plus directement liés à l’histoire de l’art et l’archéologie. Comme souhaité par son premier directeur — qui rêvait d’un musée de l’École française de Rome — une matériauthèque pourrait être constituée grâce au fonds. Elle permettrait d’illustrer les techniques de création employées durant l’Antiquité romaine. À cela s’ajoutent des enjeux culturels, illustrés par les ex-voto étrusques, qui témoignent des croyances durant l’Antiquité et de l’usage des sanctuaires.

À Rome s’est donc prolongée la formation reçue à l’Institut national du patrimoine, en me permettant d’être confronté aux fondamentaux du métier de conservateur du patrimoine : l’étude d’une collection par son inventaire, sa restauration, sa publication, et finalement sa mise en valeur auprès des publics. Ce stage a également permis d’illustrer un enjeu important de nos professions scientifiques. Dans le milieu universitaire comme muséal, le contexte de pandémie pose les mêmes difficultés mais apporte également de véritables opportunités. Les établissements ferment, les projets scientifiques sont reportés ou annulés au rythme des confinements successifs. Cependant, chercheurs et conservateurs peuvent profiter de ces difficultés pour se recentrer sur les « fondamentaux » de leur métier, en réveillant par exemple une collection qui dort depuis des années et ainsi mettre en valeur le patrimoine qu’ils conservent.

Enguerrand LASCOLS
Élève conservateur, spécialité musées

 

Post-scriptum

Si vous souhaitez participer à la restauration de la collection d’antiques de l’École française de Rome, voir « Restaurer et exposer la collection d’antiques de l’École française de Rome », sur le site internet Sauvegarde de l’art français.



Citer ce billet
LB (2021, 2 novembre). Des caves de Navone aux vitrines du Farnèse : itinéraire de la collection archéologique de l’École française de Rome. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0p

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search