Le parcours archéologique du musée des Beaux-Arts de Cambrai à la lumière d’exemples de comparaison étrangers

Stage à dimension internationale effectué en février-mars 2021 au musée des Beaux-Arts de Cambrai

 

Inauguré au milieu du XIXe siècle et installé dans un hôtel particulier rénové en 1994 de manière résolument contemporaine, le musée des Beaux-Arts de Cambrai est connu pour ses collections beaux-arts, courant du XVIIe au XXIe siècle, présentées sous l’angle thématique « L’intime et le monde » depuis la rénovation du parcours en 2018, mais aussi pour ses sculptures religieuses provenant de l’ancienne cathédrale de la ville. Il conserve encore des collections archéologiques, dont l’étude, à la lueur d’exemples de comparaison de musées étrangers, nous permet de proposer des pistes de développement.

La constitution des collections archéologiques

Lors de la création du musée de Cambrai en 1847, le passé de la ville est déjà connu grâce à sa Société d’émulation fondée en 1803, dont les bulletins relatent l’existence de fouilles menées dès le XVIe siècle sur le site des Pierres-Jumelles. Ces premières fouilles, exceptionnelles pour la période, ont été conclues par l’enfouissement en 1584 d’un dépôt composé des objets découverts et d’un message en latin relatant que « les chefs de l’évêché, voulant que soit préservé le monument […] avec les monnaies et les émeraudes trouvées ici, demandèrent que les pierres jumelles ne soient pas déplacées[1] ». Ce billet témoigne d’un souci de préservation patrimoniale particulièrement précoce.

Le musée possède dès lors des collections acquises à partir de fouilles menées en 1822 sur les ruines de la cathédrale, enrichies par diverses opérations engagées par des membres de la société d’émulation. Il fait partie des bénéficiaires de la collection Campana en 1863 puis en 1875[2]. Par la suite, à l’exception de découvertes réalisées en 1896 à l’abbaye du Mont-des-Bœufs, il faut attendre les années 1920 pour voir les fonds se développer à nouveau[3]. Les acquisitions reprennent encore à partir des années 1960, avec la création de la Section historique et archéologique du Cambrésis[4].

Analyse critique des collections archéologiques

Les collections archéologiques du musée sont composées de découvertes réalisées dans l’arrondissement, mais également dans celui d’Arras, et dans l’Aisne.

Les collections préhistoriques, qui vont du paléolithique au mésolithique, sont riches d’outils lithiques variés. Pour la protohistoire, tandis que le néolithique est représenté par des outils de pierre et quelques céramiques, l’âge du Bronze se limite à des haches de bronze et une poterie.

La représentativité des collections se renforce pour ce qui concerne l’Antiquité, avec des mobiliers issus de sépultures à incinérations. L’époque est surreprésentée par les sigillées et autres terra nigra dont la présentation en masse ne sert pas de discours particulier. Le parcours atteint son acmé avec l’exposition du mobilier funéraire des nécropoles des Rues-des-Vignes et de Chérisy daté du haut Moyen Âge. Notons encore la présence des sculptures romanes de l’abbaye du Mont-des-Bœufs, que la présentation en début du parcours « Patrimoine » déconnecte symboliquement des collections archéologiques.

Présentées de manière chronologique, les collections cambrésiennes illustrent un propos territorial interrompu par l’inclusion de deux ensembles exogènes, le fonds Campana et les collections d’ostéo-archéologie. Le premier est composé de céramiques étrusques et grecques, de marbres antiques, et d’un couvercle de sarcophage étrusque. Les collections d’ostéo-archéologie illustrent les pathologies humaines au moyen d’ossements issus de fouilles, rassemblés par un médecin local. Il conviendrait pour ces fonds – nullement dénués d’intérêt mais déconnectés du reste des collections – de réfléchir à une valorisation différente au sein du parcours du musée.

À l’étranger, du nouveau ?

Pour nourrir notre réflexion sur le parcours archéologique de Cambrai, nous nous sommes consacrés à l’étude de deux cas étrangers.

D’une part, l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) belge a publié en 2009 les résultats d’une étude sur les musées et leurs visiteurs en Communauté française[5]. Le premier constat est celui d’une surreprésentation des musées d’histoire et archéologie. Par ailleurs, la notion de projet muséal n’est pas claire pour bon nombre d’établissements. Les missions principales dans ces projets sont la diffusion et la valorisation, puis la conservation, l’étude et l’acquisition. La dimension territoriale est souvent évoquée par la promotion d’un patrimoine local et la participation au développement régional. Du côté des visiteurs, les raisons invoquées pour visiter un musée sont : « Élargir ses connaissances générales » et « Voir quelque chose de beau ». En conclusion, la fréquentation et les relations du public belge avec ses musées sont complexes et dépendent de nombreux éléments tels que la tarification, l’image ou l’accessibilité, invitant les musées à développer de nouveaux efforts de communication, de modernisation, et d’adaptation aux exigences des visiteurs.

À la lueur de cette étude, plusieurs enjeux semblent à prendre particulièrement en considération à Cambrai :

  • veiller à un projet qui n’entre pas trop en écho avec l’offre régionale déjà existante ;
  • travailler à la bonne identification de l’établissement et de son parcours ;
  • donner du sens au discours développé par l’établissement, veiller à sa pertinence et à son accessibilité intellectuelle, tout en prenant soin de la dimension esthétique de la présentation.

Notre étude s’est poursuivie par la recherche d’un musée étranger dont les collections seraient connues pour leur caractère protéiforme[6]. Le musée Peabody Essex de Salem dans le Massachussetts, créé à la fin du XVIIIe siècle, se définit comme un musée multi-facette[7]. Depuis 1992, ses collections sont réparties selon douze départements qui couvrent l’art amérindien, l’art et l’histoire maritimes, le patrimoine américain, l’art contemporain, et les cultures du monde. Se considérant comme une « collection de collections », l’établissement revendique une approche holistique où l’art et la nature, les sciences et les humanités sont entrelacés. Ses équipes travaillent avec des artistes contemporains pour la présentation de ses collections, et mènent des études sur l’engagement émotionnel des visiteurs. L’établissement tire parti de ses potentielles contradictions en s’assumant comme un musée international avec des racines régionales et profondément locales, une institution contemporaine avec un passé pluriséculaire. Son parcours général présente les fonds à travers des sections qui ne s’articulent pas chronologiquement entre elles mais sont parcourues de fils rouges, telles les collections d’art européen qui « favorisent les connexions à travers le musée ». Plus globalement, cet éclectisme assumé et réfléchi offre un exemple inspirant pour penser le discours à déployer à partir des collections cambrésiennes.

Vers un nouveau discours pour les collections archéologiques

Notre réflexion autour du parcours archéologique du musée de Cambrai nécessite au préalable de répondre à plusieurs questions :

  1. Quelles sont les limites géographiques et chronologiques du parcours ?
  2. Les collections doivent-elles être complétées ? Le cas échéant, comment ?
  3. Comment problématiser le parcours archéologique ?

Les limites géographiques du territoire à considérer correspondent à un périmètre d’une trentaine de kilomètres autour de la ville, centré sur l’arrondissement de Cambrai. Toutefois, étant donné la proximité de la ville avec les arrondissements d’Arras et de Saint-Quentin, et l’absence de musées d’archéologie proches sur ces territoires, nous proposons d’absorber le nord du tracé du canal Seine-Nord-Escaut, qui a fait l’objet d’opérations d’archéologie préventive récentes. Chronologiquement, le parcours archéologique pourrait encore intégrer les fouilles de l’abbaye du Mont-des-Bœufs, voire des éléments modernes et des vestiges d’époque contemporaine (archéologie des conflits mondiaux par exemple).

On constate des lacunes dans les collections cambrésiennes pour les âges du Fer, mais aussi l’absence de vestiges exposés des époques moderne et contemporaine, générant une rupture avec le reste des collections du musée. Nous proposons ainsi de compléter les collections du musée par l’acquisition d’ensembles choisis de mobiliers issus de fouilles préventives locales.

Un enrichissement des collections permettrait par ailleurs de faciliter le déploiement d’un nouveau discours, chronologique et thématique, avec des angles d’approche pertinents au regard des pièces exposées, scientifiquement rigoureux, et offrant une possibilité d’interprétation élargie à tous les publics dans un souci de vulgarisation, pour lequel nous proposons quelques premières pistes :

  • les collections préhistoriques pourraient illustrer l’arrivée des humains dans la région, la thématique des différences à travers la cohabitation entre Néandertal et l’homme moderne, et encore les variations climatiques ;
  • les collections protohistoriques pourraient évoquer le développement d’une nouvelle économie agropastorale, l’imaginaire protohistorique, le commerce à longue distance ;
  • les collections antiques pourraient illustrer les conflits, le processus de romanisation, le métissage culturel, les religions et l’évolution des pratiques funéraires ;
  • les collections mérovingiennes pourraient évoquer l’émergence d’une culture chrétienne et l’implantation de l’Église dans le territoire ainsi que le développement d’une nouvelle aristocratie, et le rapport à la mort.

Enfin, nous proposons de traiter de manière distincte le fonds Campana et les collections d’ostéo-archéologie, qui s’intègrent mal dans un discours chronologique territorialisé. Ces fonds pourraient être valorisés par le biais d’un discours historiographique sur le musée, ses collections, ou encore sur l’évolution de la discipline archéologique.

 

En conclusion, l’étude des collections cambrésiennes a permis de mettre en avant des spécificités tels le témoignage de l’existence de fouilles archéologiques dès le XVIe siècle, et la richesse du fonds mérovingiens. Bien que variées, ces collections archéologiques sont lacunaires et leur valorisation dans le parcours du musée est à réinterroger à la lueur de l’évolution de la politique des publics et de la muséographie depuis la rénovation de 1994. L’accroissement des collections par le transfert du mobilier de fouilles archéologiques préventives dans l’arrondissement et à sa proximité permettrait le développement d’un nouveau discours plus thématisé, orienté vers un public plus large, encore à « conquérir ».

Vincent HADOT
élève conservateur du patrimoine, spécialité musées

[1] S. N., Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, vol. 9, 1925, p. 426.

[2] Chantal ORGOGOZO & Yannick LINTZ (dir.), Vases, bronzes, marbres et autres antiques. Dépôts du musée du Louvre en 1875. Étude historique et catalogue, Paris, musée du Louvre éditions, coll. « Histoire des collections du musée du Louvre », 2007.

[3] Voir dans les archives de l’établissement : « Procès-verbaux de la commission du musée de Cambrai », 6 juillet 1922.

[4] Bernard MACHUT, Cinquantième Anniversaire de l’association Camérix, t. 1, Cambrai, Camérix, 2017.

[5] Jean-Patrick MASQUELIER (dir.), « Les Musées et leurs visiteurs en Communauté française », étude de l’Observatoire des politiques culturelles (Bruxelles, ministère de la Communauté française, Fédération Wallonie-Bruxelles), 2009 [disponible en ligne], https://opc.cfwb.be/fileadmin/sites/opc/uploads/documents/Publications_OPC/Publications_anterieures_2012/musees.pdf [lien valide en novembre 2021].

[6] À l’instar du musée de Cambrai, qui valorise à la fois des collections archéologiques régionales, des fonds étrusques et gréco-romains, un fonds ostéo-archéologique, des collections beaux-arts, ainsi qu’un important ensemble d’œuvres géométriques abstraites internationales.

[7] Brian P. KENNEDY (dir.), Peabody Essex Museum guide, Salem, Peabody Essex Museum, 2020.



Citer ce billet
INP (2021, 5 novembre). Le parcours archéologique du musée des Beaux-Arts de Cambrai à la lumière d’exemples de comparaison étrangers. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0s

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search