Découvrir la Corée en France entre 1886 et 1906 : le rôle central de Victor Collin de Plancy

La Corée fait figure d’oubliée dans le mouvement de découverte de l’Extrême-Orient qui commence en France dès le XVIIe siècle, se poursuit avec le sinophile Siècle des Lumières et s’approfondit au XIXe siècle. À cette période naît l’orientalisme, à la fois projet scientifique (et politique) d’exploration de l’Asie, et goût pour l’exotique, l’une et l’autre formes se nourrissant des voyages d’explorations et de conquêtes, et de l’arrivée importante d’objets asiatiques en Europe. Objets chinois et japonais s’ajoutent aux récits de voyage des missionnaires puis des explorateurs pour porter à la connaissance du public français un Orient qui fait vite l’objet de fantasmes.

La Corée, cependant, est totalement absente de la culture matérielle européenne avant la seconde moitié du XIXe siècle, les premiers objets coréens ne parvenant en Occident que dans les années 1850. Les ouvrages relatifs à la Corée sont rares avant 1886, date à laquelle est signé un traité diplomatique entre la France et la Corée, qui ouvre enfin la péninsule aux voyageurs français.

C’est dans ce contexte que Victor Collin de Plancy parvient en Corée en 1887. Pendant toute sa carrière – vingt années passées en Extrême-Orient dont treize en Corée –, il rassemble documents, objets, informations pour les institutions françaises. L’action du diplomate pour faire connaître en France les richesses culturelles et artistiques de son pays de prédilection est guidée par plusieurs principes : collaboration suivie avec des institutions françaises, variété des objets collectés, animation d’un réseau d’amis de la Corée (composé notamment de l’explorateur Charles Varat [1842-1893] et de l’orientaliste Maurice Courant [1865-1935]). Son double rôle de collecteur et d’impresario au service de la Corée fait de Collin de Plancy une figure incontournable de la connaissance du pays en France.

Découvrir la Corée, un pays méconnu (1887-1894)

En mai 1887, lorsque Victor Collin de Plancy arrive en Corée, le pays fait figure de « Royaume ermite », de « Pays du matin calme » : terre reculée et préservée, comme endormie. Le royaume est contraint de s’ouvrir au reste du monde par la force, notamment celle de son voisin japonais. La France a également une part dans ces violences, notamment lors de l’expédition punitive menée par le contre-amiral Roze en 1866. Pion sur le grand échiquier de l’Asie, où la France espère étendre sa politique coloniale, ou support de rares rêveries orientalistes, le pays est bien loin de susciter l’engouement que déclenche alors le Japon. Collin de Plancy y séjourne de 1887 à 1891, dans des conditions matérielles et politiques parfois difficiles.

Formé à la langue et à la culture chinoises à l’École spéciale des langues orientales, à Paris[1], fort d’un séjour de plusieurs années en Chine et d’une promotion de la carrière d’interprète vers celle de diplomate, Collin de Plancy possède de nombreux centres d’intérêt, depuis l’entomologie jusqu’à l’archéologie. Il cultive déjà des relations avec des institutions culturelles françaises, notamment le musée national de la Céramique de Sèvres. Le diplomate correspond avec le conservateur du musée, lui adresse pièces collectées et informations, et suscite des dons, notamment celui du président de la République Sadi Carnot. Il Engage également Anatole Billequin (1836-1894), chimiste installé à Pékin, à mener des recherches sur la porcelaine coréenne. La note de Billequin est publiée de manière posthume par le musée Guimet.

Collin de Plancy est brièvement rejoint en Corée par un riche explorateur, Charles Varat (1842-1893). Ce dernier bénéficie des conseils avisés du diplomate pour organiser un voyage à travers la péninsule et rassembler une importante collection ethnographique. Cet ensemble est exposé ensuite à Paris, d’abord au musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1889, puis au musée Guimet à partir de 1893. Ces œuvres mises en scène de manière théâtrale constituent la première présentation matérielle de la Corée en France. En 1894, Victor Collin est nommé à Tanger, ce qui l’éloigne de son pays de prédilection. La même année, le décès prématuré de Charles Varat et l’invasion par le Japon de la péninsule coréenne à l’occasion de la guerre sino-japonaise de 1894-1895, semblent clore ce moment de découverte du pays.

Promouvoir la Corée, un pays menacé (1895-1904)

De retour en France entre 1894 et 1895, Collin de Plancy travaille à distance à mieux faire connaître la Corée. Il répartit entre différentes institutions les collections qu’il avait pris soin de constituer. Le musée Guimet, le musée national de la Céramique de Sèvres, l’Observatoire de Paris, le Muséum national d’histoire naturelle, la bibliothèque de l’École spéciale des langues orientales, le musée de la Manufacture nationale des Gobelins, ont tous en commun d’avoir reçus des dons du diplomate. Cette répartition témoigne des intérêts multiples de ce dernier, depuis la botanique, l’entomologie et l’astronomie jusqu’à la peinture traditionnelle coréenne inspirée par la peinture chinoise lettrée. La dispersion importante des collections démontre également que Collin de Plancy ne cherche pas à constituer un ensemble qui lui soit rattaché, exposé en un seul lieu, mais bien à enrichir les fonds d’institutions françaises en cohérence avec leur spécialité. La comparaison avec des collections constituées au même moment par des voyageurs américains permet également de souligner le parti pris « lettré » des collectes de Collin de Plancy, orientées en priorité vers les œuvres destinées à l’élite yangban dominante à la fin de la période Joseon[2], au détriment parfois des pièces plus populaires.

Entre 1891 et 1896, Collin de Plancy veille à distance sur l’aboutissement de la publication par Maurice Courant (1865-1935) d’une Bibliographie coréenne[3], véritable somme de connaissances sur la Corée qui fait encore aujourd’hui autorité parmi les spécialistes du pays. Initiateur du projet, Collin de Plancy en a laissé les rênes à Maurice Courant, avec lequel il a collecté les ouvrages dont la description forme le cœur de la Bibliographie. Cette publication pensée comme un outil majeur de diffusion et de valorisation de la culture coréenne en France inaugure les études coréennes. Son ambition, son aridité, la concurrence d’ouvrages moins rigoureux mais plus plaisants lui nuisent néanmoins, et aucun orientaliste après Maurice Courant ne relève le gant lancé par ce dernier.

En 1895, Collin de Plancy demande et obtient de retourner en Corée. La situation a changé. Le pays a subi une invasion japonaise, le roi vient de proclamer l’Empire de Corée. Le diplomate français se met au service du jeune empire en l’encourageant à faire sa promotion en France. Cette activité de promoteur culmine en 1900 avec la participation à l’Exposition universelle de Paris, dont Collin de Plancy est une des chevilles ouvrières. Malgré bien des aléas, la présentation – modeste – permet au public français de découvrir un autre aspect de l’art coréen que la présentation de Charles Varat, dix ans auparavant, ne laissait pas soupçonner, en particulier l’existence d’un art de l’imprimerie élaboré et très ancien.

« Rester fidèle » à la Corée, un pays « disparu » (1906-1922)

Mais les menaces qui pèsent sur la Corée se concrétisent en 1904 avec le déclenchement de la guerre russo-japonaise. La Corée est à nouveau envahie par le Japon, contrainte de signer un traité de protectorat. En 1906, Collin de Plancy est le dernier diplomate occidental à quitter la Corée. Il continue à s’intéresser au pays, comme en témoignent les documents précieusement rassemblés, notamment ceux consacrés à la céramique coréenne. Mais cette science accumulée ne fait jamais l’objet d’une publication.

Admis à la retraite en 1907, le diplomate disperse en 1911 les derniers objets extrême-orientaux en sa possession lors d’une vente aux enchères publiques. On y retrouve bibelots chinois, japonais et coréens, textiles de décoration, mais surtout les précieux livres imprimés et illustrés publiés par Maurice Courant dans sa Bibliographie coréenne. Parmi eux figure le Jikji, premier ouvrage au monde imprimé au moyen de caractères mobiles en métal, désormais conservé à la Bibliothèque nationale de France et considéré par la République de Corée comme un trésor national.

Avant sa mort en 1922, Victor Collin se rapproche de Troyes, sa ville natale. C’est à la municipalité et à la Société académique de l’Aube[4] qu’il fait don de sa collection de cartes postales et des quelques objets asiatiques restés en sa possession après la vente de 1911. Ses dernières années sont toutes entières consacrées à la mémoire de son père, Jacques Collin de Plancy (1794-1881), polygraphe et éditeur, dont il rassemble et classe avec soin les archives qu’il lègue à la Société académique de l’Aube.

 

Du Muséum national d’histoire naturelle à la Bibliothèque nationale de France en passant par le musée national des Arts asiatiques - Guimet (MNAAG), ou par le musée national de la Céramique de Sèvres, la plupart des collections coréennes constituées en France avant les années 1950 ont pour origine Victor Collin de Plancy. Les manifestations artistiques de la Corée aujourd’hui visibles en France doivent donc encore beaucoup au regard du diplomate du siècle précédent, artisan de la constitution des collections muséales. La parenthèse ouverte sur la Corée en 1886 par la signature du traité d’amitié franco-coréen est vite refermée en 1906 par l’annexion du pays par le Japon. Devenu protectorat japonais, la Corée ne bénéficie pas en France de la même sympathie que le Japon, dont certains commentateurs admirent l’œuvre « colonisatrice » dans la péninsule. Les rares amis de la Corée tels Maurice Courant et Collin de Plancy se trouvent isolés, éloignés des études coréennes. Il faut attendre les années 1950, la fin de la colonisation japonaise et de la guerre de Corée, pour que renaissent en France, d’abord timidement, les études coréennes, principalement portées par les travaux de Li Ogg (1928-2001) et Daniel Bouchez (1928-2014).

Stéphanie BROUILLET
conservatrice du patrimoine, docteure en histoire, qualifiée à la fonction de maître de conférences

[1] Futur Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).

[2] La période Joseon, qui s’étend de 1392 à 1910, couvre le règne de la dynastie éponyme, parfois appelée également dynastie Yi.

[3] Maurice COURANT, Bibliographie coréenne. Tableau littéraire de la Corée, contenant la nomenclature des ouvrages publiés dans ce pays jusqu’en 1890 ainsi que la description et l’analyse détaillée des principaux d’entre ces ouvrages, 3 volumes, Paris, Ernest Leroux éditeur, coll. « Publications de l’École des langues orientales vivantes. 3e série », 1894-1897 [disponible en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56842774 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5439477h ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54409962 [liens valides en novembre 2021].

[4] Fondée en 1798, la Société académique d’agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l’Aube est toujours active : http://societeacademiqueaube.fr/ [lien valide en novembre 2021].



Citer ce billet
LB (2021, 8 novembre). Découvrir la Corée en France entre 1886 et 1906 : le rôle central de Victor Collin de Plancy. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0t

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search