Envisager (à distance) une politique de remeublement du palais national d’Addis-Abeba

Stage effectué en février-mars 2021 à l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Au début de l’année 2021, le durcissement des restrictions sanitaires affecta lourdement le départ des conservateurs-stagiaires de l’Inp à l’étranger, contraignant la plupart des élèves à effectuer une mission à « vocation internationale » au sein d’une institution française. Dans ce contexte particulier et difficile, Bertrand Rondot, conservateur en chef du patrimoine au château de Versailles, me permit de suivre depuis la France la mise en œuvre d’un projet diplomatique d’envergure : l’ouverture au public du palais national (plus familièrement appelé « palais du Jubilé ») à Addis-Abeba.

Situé dans le centre-ville de la capitale éthiopienne, le palais fut construit en 1955 pour célébrer le jubilé d’argent d’Hailé Sélassié (1892-1975), empereur d’Éthiopie de 1930 à 1936 et de 1941 à 1974, qui y établit sa résidence principale. Œuvre de l’architecte suisse Édouard Perret, considérablement agrandi dans les années 1960, l’immense bâtiment de 14 000 m2 a été conçu pour rivaliser avec les résidences officielles européennes et livrer aux yeux du monde une image du renouveau éthiopien. En 1974, il fut le théâtre de la destitution de l’empereur dirigée par le Derg (Gouvernement militaire provisoire de l’Éthiopie socialiste), qui le renomma « palais national » et y maintint les cérémonies officielles. En 1991, la nouvelle République fédérale démocratique d’Éthiopie y établit sa résidence présidentielle [fig. 1] et adapta un ensemble de pièces à ces nouvelles fonctions.

Malgré ces occupations successives, le palais national demeure fortement associé à son fondateur déchu, dont il symbolise les ambitions pour l’unité et la grandeur de l’Afrique. Il constitue à ce titre un « lieu de mémoire » – pour reprendre l’expression forgée par Pierre Nora –, bien que son affectation au logement des présidents de la République n’ait, à ce jour, jamais permis son ouverture au public.

figure 1. Le salon des appartements de la Présidence, en 2019. © photographe inconnu / Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Le projet

Décidée à l’issue des rencontres entre le président de la République française Emmanuel Macron et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed en octobre 2018 et mars 2019, l’implication de la France dans la restauration du palais national d’Addis-Abeba constitue un acte fort de la coopération franco-africaine. Alors que la question des restitutions d’objets culturels et cultuels agite avec passion le monde muséal – l’Éthiopie figurant parmi les pays qui réclament le plus activement le retour d’objets sur son territoire[1] –, le projet permet de fonder « un nouveau contexte de relations culturelles[2] » en accompagnant l’État africain dans l’appropriation et la valorisation de son patrimoine.

Le pilotage de cette entreprise a été confié à Expertise France[3] sur la base de financements apportés par l’Agence française de développement (ADF). Un architecte en chef des Monuments historiques, Gabor Mester de Parajd, a été identifié pour conduire l’étude de faisabilité. À son issue, l’Établissement public du château de Versailles fut conventionnellement associé au projet pour livrer une analyse critique de l’étude de faisabilité de l’architecte en chef, participer à l’écriture d’un Projet scientifique et culturel (PSC), et, de manière plus pratique, contribuer à l’inventaire des œuvres et à leur déménagement dans des réserves provisoires, former les équipes sur place et définir un modèle muséal pérenne[4].

La question du déménagement

À mon arrivée en stage, le transfert des œuvres du palais vers des réserves temporaires constituait une mission prioritaire car de son achèvement dépendait le lancement des travaux. La problématique du déménagement se trouvait naturellement associée à celle de l’inventaire des objets du palais, compris entre 170 000 et 300 000 items suivant les modes de comptage. Afin de pouvoir calculer les volumes de collection et leur répartition par typologie, un premier document, le survey, a été conçu, qui permit de définir l’espace nécessaire pour le stockage en réserve. Une liste plus précise, le template, livre sous forme de tableau Excel un inventaire sommaire illustré de l’ensemble des œuvres conservées[5]. Indispensables, ces deux documents cristallisent l’état actuel du palais et portent la mémoire de la disposition de ses éléments mobiliers avant leur déménagement. Cette installation ne reflète toutefois pas un état historique – que le PSC pourrait, dans son volet muséographique, ambitionner de restituer.

L’étude historique du mobilier et des collections

Ces sept semaines de stage furent l’occasion de livrer une première étude des aménagements antérieurs, laquelle se trouva d’emblée confrontée à plusieurs difficultés. Il apparut tout d’abord que les archives éthiopiennes n’avaient jamais été exploitées dans le cadre de l’étude spécifique de l’ameublement du palais[6]. Par ailleurs, on ne dispose à ce jour d’aucun inventaire établi du temps d’Hailé Sélassié : si le Derg entreprit un recensement de l’ensemble du mobilier du palais, celui-ci fut rédigé en amharique ancien, langue inadaptée à la description d’objets pour la plupart issus de la culture européenne. Sa traduction chronophage vers l’amharique moderne puis vers l’anglais fut d’ailleurs abandonnée au regard du caractère très sommaire des informations délivrées.

Ces circonstances nous imposèrent de cerner les problématiques spécifiques auxquelles l’étude historique du mobilier devait répondre. Dans la perspective du remeublement du palais et de son ouverture au public, il nous sembla pertinent d’établir non pas une analyse particulière de chaque item mais de favoriser, à l’image du template et du survey, une approche globale pour établir l’évolution des aménagements et confronter les états historiques à l’existant en vue d’évaluer les possibilités de remeublement.

Faute d’inventaire, la confrontation de l’historique à l’existant s’appuya essentiellement sur l’analyse de photographies anciennes. Deux albums[7], l’un dédié à des cérémonies officielles sous le règne de l’empereur, l’autre contenant des images du palais à l’époque du Derg, nous furent communiqués sous format numérique. Hélas, pour le premier ensemble, seules les principales pièces de réception se trouvaient photographiées. Lorsque le grand nombre d’invités ne dissimulaient pas les agencements de la pièce [fig. 2], l’ameublement se trouvait souvent adapté aux circonstances – mobilier relégué contre les murs, pose d’équipements temporaires pour le cocktail ou le dîner[8]… Les photographies prises sous le Derg offraient à l’inverse un matériel documentaire très riche, livrant une vision précise des aménagements, que nous avons retenu comme base de nos travaux.

figure 2. Dîner donné dans la salle à manger du palais du Jubilé, photographie non datée issue d’un album dédié aux réceptions diplomatiques, conservé in situ. © photographe inconnu / Administration des Palais, Addis-Abeba.

La première phase de recherche consista à identifier les pièces figurant dans les soixante dix-sept photographies de l’album. Pour chacune d’entre elles, la codification des pièces établie par Gabor Mester de Parajd dans ses plans du palais fut reportée afin de faciliter leur reconnaissance et leur regroupement par étage puis par appartements. Ce travail achevé, nous avons répertorié l’intégralité des objets présents sur les clichés[9] et identifié leur localisation actuelle. Cette dernière tâche put être accomplie à l’aide des très nombreuses photographies prises lors de l’élaboration du survey. Sur chaque image ancienne, les items ont ensuite été légendés suivant trois catégories – textiles et luminaires, meubles, objets décoratifs – respectivement associées à une codification particulière. Juxtaposé à la photographie ancienne, un tableau détaille enfin la dénomination et le nombre d’exemplaire de tous les éléments légendés, en précisant le lieu où ils se trouvent actuellement conservés[10].

figure 3. Chambre de Hailé Sélassié du temps du Derg (à gauche) et dans son état actuel (à droite). © à gauche : photographe inconnu / Administration des Palais, Addis-Abeba ; à droite : photographe inconnu / Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

L’achèvement de ce travail permit de formuler plusieurs remarques sur l’évolution du palais au cours des décennies : il apparut tout d’abord que plusieurs pièces avaient conservé presque en totalité leur ameublement du temps du Derg, voire de l’époque impériale – à l’instar de la chambre d’Hailé Sélassié, figée dans son état à la chute du régime [fig. 3]. Pour d’autres espaces, nous avons constaté que le mouvement des œuvres s’était opéré en faveur des pièces voisines et que les changements successifs d’ameublement s’étaient majoritairement effectués au sein d’ensembles – les salles de réception, les chambres d’invités, les appartements impériaux… Lorsque des meubles furent transportés sur une plus grande distance, ce fut souvent vers des espaces convertis en garde-meuble ou en réserve [fig. 4]. Nous avons remarqué que si le mobilier de certaines salles avait peu changé, d’autres pièces « courantes » avaient plus durement subi les aléas des modes, à l’instar des chambres d’invités du premier étage dont les équipements d’origine ont presque entièrement disparu.

figure 4. Le théâtre du palais national d’Addis-Abeba au temps du Derg (à gauche), et en son état actuel, où il sert de lieu de stockage (à droite). © à gauche : photographe inconnu / Administration des Palais, Addis-Abeba ; © à droite : photographe inconnu / Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Limites et perspectives

Le travail conduit sur l’identification du mobilier et la confrontation des états anciens et actuels offre des perspectives rassurantes sur la possibilité d’un remeublement historique. Pour autant, ces premières recherches ne livrent qu’une image partielle des aménagements passés et nécessitent d’être largement complétées. Les photographies ne dévoilent qu’un point de vue partiel de la pièce, et certaines salles ne sont couvertes par aucune prise de vue. Les images du survey, bien que très nombreuses, ne permettent pas davantage de prendre en compte tous les objets au sein des espaces, certains étant dissimulés sous des draps de protection, d’autres empilés dans les réserves. Seule l’investigation sur place pourra pallier ces lacunes et permettre d’évaluer la possibilité de présenter les objets au public au regard de leur état de conservation.

figure 5. Le salon au rez-de-chaussée du temps du Derg, avec le portrait de Mengitsu Hailé Mariam. © photographe inconnu / Administration des Palais, Addis-Abeba.

Plus encore, les photographies livrent un état historique du palais correspondant à l’époque du Derg, dont elles portent parfois les symboles [fig. 5], et non au règne d’Hailé Sélassié qu’il était ambitionné de restituer. Des recherches menées dans d’autres albums photographiques[11] permettront de discerner les modifications opérées par le gouvernement militaire. Les changements effectués par Hailé Sélassié au cours de ses vingt années d’occupation du palais devront à leur tour être pris en compte : différant des photographies les plus anciennes, l’aménagement des pièces au temps du Derg peut en revanche cristalliser le dernier état de la résidence sous l’empereur. Il revient bien sûr au PSC, en cours d’écriture par le château de Versailles et le comité scientifique établi par l’administration éthiopienne, de déterminer la future muséographie des espaces et l’état historique dans lequel les objets seront présentés. Nous espérons néanmoins avoir contribué aux réflexions qui nourrissent sa rédaction en proposant des pistes de recherche et, à travers une première étude historique, des perspectives de remeublement s’accordant avec les objets conservés.

Clara TERREAUX
Élève conservateur du patrimoine, spécialité musées.

[1] Felwine SARR & Bénédicte SAVOY, « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle », rapport à la présidence de la République française, 29 novembre 2018, p. 56 [disponible en ligne], https://www.vie-publique.fr/rapport/38563-la-restitution-du-patrimoine-culturel-africain [lien valide en novembre 2021]. En février 2019, l’Éthiopie a d’ailleurs sollicité auprès de la France la restitution des 3 081 objets culturels conservés dans les collections du musée du quai Branly - Jacques-Chirac.

[2] Felwine SARR & Bénédicte SAVOY, 2018, p. 61.

[3] L’intervention d’Expertise France dans le champ social et culturel constitue une première, l’agence publique française ayant exclusivement œuvré jusque-là à concevoir et à mettre en œuvre des projets économiques.

[4] Cette expertise sera conduite durant la première phase opérationnelle des travaux, comprenant l’ouverture du palais et d’une partie du parc. Une cellule de coordination a été mise en place, associant au château de Versailles Louis-Samuel Berger (administrateur général adjoint), Bertrand Rondot (conservateur en chef du patrimoine) et Marion Hugues-Andrieu (chargée de mécénat et de relations internationales), ainsi qu’Olivier Jauneau (responsable sécurité) et Pierre-Yves Le Nir (directeur adjoint de l’accueil, de la surveillance et de la sécurité) pour le volet sécurité-sûreté de la mission. Au sein du département de la Conservation, Lucile Pierrot, régisseur, et Élise Chardon-Marchetto, chargée de conservation préventive, ont été spécifiquement recrutées pour ce projet.

[5] En février-mars 2020, dans le cadre de son stage à l’étranger auprès du Centre français des études éthiopiennes (CFEE), une élève conservatrice de la promotion Hugo-Pratt, Anne-Claire de Poulpiquet-Bonnat, avait effectué le récolement de l’ensemble des objets de la chambre d’Hailé Sélassié selon une fiche d’inventaire beaucoup plus complète qu’elle avait conçue. Le temps de traitement – estimé par Anne-Claire de Poulpiquet à vingt minutes par objet –, fut toutefois jugé trop long au regard de l’ampleur des collections et du calendrier des travaux. Voir Anne-Claire de POULPIQUET-BONNAT, « Le palais national d’Addis-Abeba. Penser un chantier des collections dans la temporalité d’un projet politique », Variations patrimoniales. Les carnets de l’Inp, 2021 [en ligne], https://inp.hypotheses.org/2437 [lien valide en novembre 2021].

[6] Xavier de Saint-Chamas, membre du comité scientifique, étudie actuellement les archives éthiopiennes pour la partie architecturale. Voir Xavier de SAINT-CHAMAS, « Un patrimoine méconnu mais attendu : le palais national d’Addis-Abeba », Patrimoines. La revue de l’Institut national du patrimoine, no 16, « Patrimoines d’Afrique subsaharienne », 2021, p. 102-103.

[7] Ces albums sont aujourd’hui conservés au sein du musée du palais national.

[8] Les photographies glanées sur Internet, pour la plupart vouées à documenter les visites diplomatiques au temps d’Hailé Sélassié, présentent les mêmes limites.

[9] Quand ceux-ci étaient suffisamment reconnaissables.

[10] En nous reportant, une nouvelle fois à la codification des pièces, établie par l’architecte en chef des Monuments historiques.

[11] Un certain nombre d’albums photographiques sont conservés dans le « musée » du palais, situé au sous-sol.



Citer ce billet
INP (2021, 19 novembre). Envisager (à distance) une politique de remeublement du palais national d’Addis-Abeba. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0v

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search