Évaluation et inventaire de la collection du musée de l’Affiche de Toulouse en vue de sa patrimonialisation

Propriétaire de plusieurs musées et monuments historiques, la Ville de Toulouse s’est dotée en 2018, à l’instar d’autres municipalités de France, d’une direction mutualisée pour conduire une politique d’harmonisation, d’optimisation des moyens et de développement de l’ensemble de ses établissements patrimoniaux. Regroupant à sa création les principaux musées et monuments municipaux, la direction s’est peu à peu élargie en intégrant de nouvelles structures. Elle englobe aujourd’hui quinze entités[1] aux statuts parfois différents, qui reçoivent chaque année plus d’un million de visiteurs, et encadre deux cents cinquante agents.

À côté des quatre principaux établissements muséaux que sont le musée des Augustins (beaux-arts), le musée Saint-Raymond (archéologie), les musées Paul-Dupuy (arts décoratifs) et Georges-Labit (arts asiatiques), la Ville possède un cinquième établissement, le musée de l’Affiche qui, contrairement aux précédents, n’appartient pas au réseau des « Musées de France[2] », alors qu’il conserve une très importante collection d’arts graphiques. Composée d’une très grande variété de supports (affiches anciennes et contemporaines, cartes postales, documents graphiques), elle compte aujourd’hui environ 200 000 pièces couvrant une période relativement large, allant du XVIIe siècle pour les quelques documents les plus anciens, jusqu’au début du XXIe siècle pour les plus récents. Souhaitant obtenir l’appellation « Musée de France » pour cette collection, Francis Duranthon, directeur des musées de Toulouse, m’a confié dans le cadre de mon stage de spécialité de six mois au sein de sa direction, la mission de poursuivre l’inventaire du fonds d’affiches, et d’en préparer la patrimonialisation.

Fondé par la Mairie de Toulouse en 1983 suite au don d’un fonds iconographique provenant d’une association de collectionneurs de cartes postales et d’affiches, ce musée a d’abord été baptisé Centre de l’affiche. La volonté de le transformer en musée s’est affirmée en 2015, avec l’adoption d’un nouveau nom : musée de l’Affiche de Toulouse, autrement appelé « Matou ». Pour mettre en valeur sa collection, des travaux d’agrandissement, une politique d’expositions temporaires dynamique et le renforcement de l’équipe ont alors été engagés. Mais quelques années plus tard, confronté à plusieurs difficultés, la requalification de l’établissement en musée n’a finalement pas abouti. En effet, le bâtiment n’a pas permis de déployer les collections dans des espaces appropriés et suffisants, ni de donner à ce lieu une véritable identité muséale. L’inadéquation entre le nom du lieu, la petite taille de l’institution et le faible nombre d’affiches présentées, a parfois provoqué chez certains visiteurs des réactions de déception et de frustration, exprimées notamment sur les livres d’or et les réseaux sociaux. Cet état de fait, ajouté à des difficultés internes de fonctionnement, a poussé la Mairie à reconsidérer la pertinence et l’existence même de cet établissement. Aussi, dans une volonté de réorganisation des collections par typologie, et afin de rationaliser la gestion des fonds à l’échelle de la Ville, le choix a été fait de rattacher la collection du Matou au cabinet d’arts graphiques du musée Paul-Dupuy. C’est donc dans ce contexte général de profondes mutations et de réorganisation de l’établissement et de son équipe, que ma mission scientifique s’est déroulée, impliquant pour moi une grande autonomie, et parfois l’usage d’une certaine diplomatie.

Entrée du musée de l’Affiche de Toulouse (Matou), 2021. © photographe inconnu / Ville de Toulouse.

Pour répondre aux deux objectifs fixés par le directeur des musées de Toulouse dans le cadre de cette mission, j’ai principalement travaillé sur trois grands axes. J’ai cherché dans un premier temps à comprendre l’histoire et les spécificités de la collection de ce musée afin d’en déterminer l’intérêt scientifique et patrimonial. Procédant pour la première fois à l’étude et à l’inventaire d’un ensemble d’affiches, ce travail nécessita en amont de me documenter sur la constitution de ce fonds, sur le champ artistique et patrimonial des arts graphiques – et plus particulièrement de l’affiche : ses techniques, son vocabulaire et ses spécificités de conservation et de manipulation.

La deuxième partie de ma mission a consisté à réaliser un état des lieux détaillé et complet de la collection, à partir des registres d’inventaire, de la base de données Micromusée et d’observations menées dans les réserves. Même si j’ai surtout porté mon attention sur le fonds d’affiches qui constitue le cœur de la collection d’un point de vue historique, artistique, et comme source de valorisation, j’ai toutefois pu établir une répartition des collections par typologie, quantifier la part d’objets inventoriés, et donner ainsi une vue d’ensemble de la collection. Par ailleurs, cet état des lieux a également consisté à appréhender les conditions de conservation, l’état sanitaire, le conditionnement ainsi que le classement des objets au sein des deux espaces de réserves dédiés aux collections.

Une fois finalisé, cet instantané des collections m’a permis de repérer les collections prioritaires à inventorier, soit pour leur intérêt, soit pour régulariser de récentes acquisitions, et m’a également permis d’établir des priorités, de planifier les opérations, et de définir les moyens nécessaires pour mener l’inventaire. Devant la quantité de documents à traiter, il s’agissait d’accord de mobiliser des moyens humains, financiers et matériels. Nous avons notamment décidé de recruter deux agents d’inventaire que j’ai encadré au quotidien pendant trois mois. D’un point de vue méthodologique, nous avons découpé l’opération en plusieurs phases : il s’agissait d’abord de dresser un repérage physique des collections pré-inventaire, d’identifier ensuite les lots à inventorier, de régulariser les dernières acquisitions, de conditionner et ranger les œuvres, de mener des recherches sur certaines séries, et enfin de préciser la procédure de transfert des collections. Les deux agents d’inventaire ont réalisé la majeure partie de la saisie des données sous Micromusée, pendant que je me concentrais sur la régularisation des dossiers administratifs d’acquisitions, et sur la procédure juridique permettant le transfert du fonds vers les collections inventoriées du musée Paul-Dupuy. Ce point central a d’ailleurs fait l’objet d’une note complémentaire en droit du patrimoine[3]. Une grande partie de notre temps a enfin été consacrée au reconditionnement des affiches inventoriées et à la rationalisation de l’organisation des réserves.

Au terme de cette mission, les objectifs posés initialement par mon directeur de stage ont été atteints. L’étude et l’évaluation ont permis de mieux connaître cette collection, d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Différents fonds ont été traités, et l’inventaire s’est enrichi de plus de 1 200 affiches. Les œuvres ont été reconditionnées et rangées selon un nouveau plan de classement. Enfin, le rapport scientifique de la mission permettra de préparer le dossier de labellisation et de transfert vers le musée Paul-Dupuy. De nouvelles acquisitions ont également été réalisées dans le cadre de ce stage.

 

En conclusion, si cette mission a permis de préparer et de régulariser l’avenir de la collection du Matou d’un point de vue administratif et juridique, il reste néanmoins à construire le projet de valorisation de cet ensemble de référence, au sein du nouveau Projet scientifique et culturel (PSC) du musée Paul-Dupuy. Il s’agira notamment de poursuivre son enrichissement, en approfondissant les axes forts de la collection. Sur le plan de la valorisation, plusieurs possibilités sont déjà envisagées, à commencer par la voie du numérique et des expositions virtuelles en ligne. Les pistes du partenariat avec le monde de l’entreprise et des expositions hors-les-murs ont également été évoquées. La collection pourra aussi, ponctuellement, venir alimenter les projets d’expositions des musées de la Ville, ou faire l’objet de présentations thématiques au sein des espaces rénovés du musée Paul-Dupuy. Le principal objectif est de continuer à présenter cette collection au public dans des conditions optimales, tant il s’agit d’un fonds de référence pour les arts graphiques.

Joëlle ARCHES
Élève conservatrice du patrimoine, spécialité musées.

[1] Musée des Augustins, musée Saint-Raymond, musée Paul-Dupuy, musée Georges-Labit, musée de l’Affiche de Toulouse (Matou), basilique Saint-Sernin, monument à la gloire de la Résistance, amphithéâtre romain de Purpan, crypte de l’auditorium de Saint-Pierre-des-Cuisines, couvent des Jacobins, castelet de la prison Saint-Michel, ancien hôpital de la Grave, galerie photographique du Château d’Eau.

[2] Tel que défini par les articles 1 et 4 de la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France.

[3] Joëlle ARCHES, « La Patrimonialisation de la collection du musée de l’Affiche de Toulouse : cadre juridique et procédure », note de droit du patrimoine, Institut national du patrimoine, 2020-2021.



Citer ce billet
LB (2021, 24 novembre). Évaluation et inventaire de la collection du musée de l’Affiche de Toulouse en vue de sa patrimonialisation. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search