Répertoire de la collection des dessins du XVIIe siècle du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs

Les collections du Cabinet des dessins du musée des Arts décoratifs sont le fruit « d’une épopée, lancée tambour battant par une troupe bigarrée d’artistes, de fabricants et d’industriels, bientôt rejoints par des collectionneurs, des érudits et des hauts fonctionnaires[1] ». Leur histoire, complexe, débute avec celle de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie (UCBAI) qui, dès sa fondation en 1864, entreprit de réunir au sein de sa bibliothèque des dessins de toutes les époques et de tous les styles destinés à servir de modèles aux ouvriers. Elle se poursuit avec celle de la Société du musée des Arts décoratifs (Smad) qui, à la faveur du succès de l’exposition consacrée aux dessins d’ornement de maîtres anciens en 1880[2], forma une collection de dessins pour le futur musée, alimentée par les dons d’amateurs. Fondé en 1882, l’Union centrale des arts décoratifs (Ucad) hérita de ces deux collections. La distinction entre les dessins du musée et de la bibliothèque continua toutefois d’opérer : les premiers, encadrés, furent présentés dans les salles du parcours permanent, tandis que les seconds, conservés dans des cartons ou collés dans des albums thématiques, poursuivirent leur finalité pédagogique au sein de la bibliothèque. En 1943, une partie des dessins du musée fut cédée à la bibliothèque, qui ouvrit dans ses murs un premier Cabinet des dessins, transféré au musée en 1974 avec la création d’un service spécifiquement dédié aux arts graphiques. Celui-ci compose aujourd’hui encore l’un des cinq départements du musée des Arts décoratifs.

Estimée à plus de 200 000 pièces – un chiffre supérieur aux fonds des musée du Louvre, des Offices à Florence ou de l’Albertina à Vienne –, la collection du Cabinet des dessins figure, par son ampleur, parmi les plus importantes au monde. En son sein, les œuvres du XVIIe siècle forment un corpus restreint, d’environ cinq cents feuilles. Bien que riche, son étude fut longtemps limitée aux pièces les plus remarquables : celles jadis encadrées dans les salles du musée, à l’instar de l’Élévation du pavillon occidental du Louvre sur la Cour Carré de Jacques Lemercier, ou du Portrait d’Olimpia Pamphili d’Ottavio Leoni ; les dessins offerts par Philippe de Chennevières en 1880, véritable noyau primitif des collections ; les projets d’Augustin-Charles d’Aviler, publiés par Thierry Verdier dans sa thèse sur l’architecte en 2003[3] ; le fonds d’André-Charles Boulle et de son atelier, reproduit dans sa quasi intégralité lors de la rétrospective consacrée à l’ébéniste, à Francfort en 2009[4] ; des projets de plafonds, mis en valeur lors de l’exposition « Peupler les cieux » au musée du Louvre[5], en 2014 ; des chefs-d’œuvre abondamment étudiés et publiés, comme L’Assemblée des dieux de Simon Vouet, les gouaches sur fond d’or de Claude III Audran et les deux miniatures de Jean II Cotelle déposées au château de Versailles…

Les recherches conduites par Bénédicte Gady depuis son arrivée à la tête du département des Arts graphiques en 2017 ont donné lieu à des redécouvertes significatives, révélant qu’une part importante de la collection avait été largement sous-estimée[6]. Ces réattributions incitaient naturellement à prolonger les recherches en consacrant à ce fonds une étude spécifique et exhaustive, susceptible d’appréhender sa véritable mesure, de préciser sa teneur et de comprendre son histoire. Notre stage de spécialité a permis de jeter les bases de cet ambitieux projet, en établissant la cartographie exhaustive de la collection ainsi qu’un premier catalogue « brut » sur lequel le futur ouvrage pourra être bâti.

figure 1. Attribué au Maître du Couronnement de la Vierge de Biella (actif vers 1530-1545), Saint Bonaventure de Bagnoregio, vers 1545, graphite, plume, encre brune, lavis brun et rehauts de blanc, sur papier vergé (24,5 x 14,2 cm), conservé au musée des Arts décoratifs (inv. D 589), Paris.

La première étape de notre travail consista à circonscrire le corpus des dessins du XVIIe siècle à partir de l’interrogation du logiciel de gestion des collections Micromusée. Avec l’aide de Turner Edwards, stagiaire au Cabinet des dessins, les cinq cent soixante-douze dessins résultant de cette recherche furent examinés. L’opération permit de vérifier leur localisation, de les photographier, de corriger les informations de la base et de reporter les inscriptions et marques. Il apparut que de nombreux dessins étaient classés de façon erronée dans la période, à l’instar d’un Jugement de Pâris de Niklas Lafrensen (1737-1807) ou d’un portrait du duc de Guise d’après Thomas de Leu (1560-1612), donné à Antoon van Dyck (1632-1633). À côté de ces erreurs incongrues, il fallut interroger la datation et l’attribution de nombreux dessins par des recherches approfondies. Deux belles feuilles du Cinquecento furent ainsi retrouvées parmi les œuvres placées de manière fautive au XVIIe siècle : un dessin de Jan van der Straet (1523-1605) et une étude du Maître du Couronnement de la Vierge de Biella (actif vers 1530/1545) [fig. 1] pour le retable du couvent San Francesco de Biella (vers 1540), dont le Louvre conserve une seconde esquisse pour la même œuvre[7]. Les imprécisions et erreurs de saisie dans la base de gestion avaient réciproquement exclu du corpus de nombreuses feuilles mal ou non datées. Cette situation nous conduisit à explorer de façon systématique certaines localisations. L’opération permit de redécouvrir de nouveaux dessins inédits, à l’instar de ceux composant le carnet de l’architecte Gabriel Le Duc (v. 1630-1696) [fig. 2].

figure 2. Attribué à Gabriel Le Duc (1623-1696), Relevés de la croisée du premier étage du palais des Conservateurs, à Rome, deuxième moitié du XVIIe siècle, graphite, plume, encre brune, lavis gris et aquarelle, sur papier vergé contrecollé (26,4 x 19,8 cm), conservé au musée des Arts décoratifs (inv. CD 115), Paris.

L’ensemble des données obtenues donna lieu à la création d’un premier répertoire ou catalogue, dans lequel chaque œuvre apparaît accompagnée d’un cartel technique complet et d’une illustration. Afin d’en faciliter la consultation, un classement distingue les œuvres avec attribution, ordonnées par école puis par ordre alphabétique, et les feuilles anonymes, réparties par thématiques. Le catalogue est complété par plusieurs outils en annexe. Un index référence l’ensemble des attributions établies ou supposées, présentes ou passées, et facilite les recherches transversales par nom d’artistes. Il intègre également les noms des collectionneurs, relevés au sein des provenances et des marques de collections. Un tableau dans lequel les dessins du XVIIe siècle sont classés par date d’entrée et mode d’acquisition restitue enfin la stratigraphie du fonds.

 

Réduit par sa taille au regard de la collection, le fonds dix-septième n’en constitue pas moins un ensemble d’importance, offrant une vision extrêmement large de la production des arts décoratifs de la période, représentée sous toutes ses formes et ses déclinaisons dans l’architecture, le mobilier, le décor et l’orfèvrerie. Les projets de maîtres influents, moteurs dans l’évolution des formes et du goût – à l’instar de Boulle, Gillot et Bérain – côtoient ceux d’artistes plus modestes, dont les œuvres révèlent une interprétation et une réappropriation de ces modèles. Les projets de plafonds occupent, au sein de la collection, une place importante et livrent une parfaite histoire du grand décor et de ses évolutions, notamment en France à travers des projets de Charles Errard, Claude III Audran, Charles de La Fosse, Antoine Coypel, Charles Le Brun, Daniel Marot, Pierre Mignard, François Perrier et Simon Vouet. Les dessins italiens comptent également, à côté de copies, quelques belles feuilles de maîtres pour des décors plafonnants. Avec une centaine de dessins, l’architecture forme un autre fonds tout à fait remarquable. C’est encore l’école française qui prime, avec des feuilles attribuées à Sébastien Leclerc, François d’Orbay, Jacques Lemercier, Augustin-Charles d’Aviler et Gabriel Le Duc, dont les relevés exécutés à Rome ont été identifiés lors de notre stage par Alexandre Gady, Alexandre Cojannot et Guillaume Fonkenell dans une pochette non inventoriée. Le département conserve enfin un ensemble de feuilles à « sujets », bénéficiant plus largement d’attributions. Des études de Pietro Candido, Ottavio Leoni, Carlo Maratta, Salvator Rosa, Leonello Spada, pour la plupart entrées précocement dans les collections, forment un corpus italien de belle qualité. Les œuvres nordiques, par ailleurs peu représentées, apparaissent parmi les paysages (Jan Frans van Bloemen, Hendrick Avercamp, Rembrandt), les portraits (Antoon van Dyck), les scènes de genre (Gerard ter Borch) et les allégories (Samuel van Hoogstraten).

En dépit des données collectées, plusieurs champs d’information nécessitent d’être complétés par des recherches ultérieures. Concernant les attributions tout d’abord, l’ampleur de la collection ne nous a pas permis d’opérer un travail critique systématique. Nombre d’entre elles mériteraient ainsi d’être corrigées ou de faire l’objet d’un travail approfondi, que nous n’avons pu mener que pour quelques pièces.

figure 3. Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) et agence des Bâtiments du Roi, Projet pour le tombeau du marquis de Louvois, vers 1693, plume, encre grise et lavis gris sur papier vergé (41,5 x 25,9 cm), conservé au musée des Arts décoratifs (inv. D 5), Paris.

À la demande de Bénédicte Gady, nous achevons le catalogue par une dizaine de notices de 4 000 signes environ. Celles-ci rendent compte des découvertes faites au cours de notre stage – où figurent, parmi d’autres, des feuilles de Juan de Valdès Leal, Agostino Mitelli, Jean Lepautre ainsi qu’un projet de tombeau inédit pour le marquis de Louvois[8] [fig. 3] – ou proposent des pistes de recherche que nous aurons à cœur de prolonger. Nous les avons par ailleurs pensées comme une préfiguration du catalogue, tel qu’il pourrait être envisagé à l’issue d’un travail collectif de plusieurs années. Nous espérons enfin qu’elles inciteront de nouveaux chercheurs à venir plonger dans ce fonds intarissable, dont la richesse est trop longtemps demeurée insoupçonnée.

Puisse ainsi ce travail constituer la première pierre d’une longue aventure.

Clara Terreaux
Élève conservateur du patrimoine, spécialité musées.

[1] Bénédicte GADY (dir.), Le Dessin sans réserve. Collections du musée des Arts décoratifs, catalogue (Paris, musée des Arts décoratifs, 23 juin 2020-31 janvier 2021), Paris, MAD, 2020, p. 10.

[2] S. N., Catalogue descriptif des dessins de décoration et d’ornement des maîtres anciens exposés au musée des Arts décoratifs en 1880, Paris, Imprimerie de publications périodiques [imprimerie de P. Mouillot], 1880 [consultable en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6424063g/f1.item [lien valide en novembre 2021].

[3] Thierry VERDIER, Augustin-Charles d’Aviler. Architecte du roi en Languedoc, 1653-1701, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2003.

[4] Jean-Nérée RONFORT (dir.), André-Charles Boulle, 1642-1732. Un nouveau style pour l’Europe, catalogue d’exposition (Francfort-sur-le-Main, Museum für Angewandte Kunst, 30 octobre 2009-31 janvier 2010), Paris, Somogy, 2009.

[5] Bénédicte GADY (dir.), Peupler les cieux. Les plafonds parisiens au XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Paris, musée du Louvre, 20 février-19 mai 2014), Paris, Louvre / Le Passage, 2014.

[6] Parmi elles figurent deux exceptionnels projets de décor, l’un de Charles Le Brun pour le grand cabinet du roi au premier étage du palais des Tuileries, l’autre de Michel II Corneille pour une galerie inspirée de la galerie des Glaces.

[7] Maître du Couronnement de la Vierge de Biella, Un évêque à genoux (Saint-Louis de Toulouse), musée du Louvre, département des Arts graphiques (inv. 10275).

[8] Nous devons à Alexandre Maral cette identification.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search