« La Collection disparue », ou la mémoire retrouvée

Le séminaire « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » a donné lieu, le 11 février 2021, à une séance intitulée « Le récit de la recherche : l’apparition et la construction de la mémoire » centrée sur l’ouvrage La Collection disparue de Pauline Baer de Pérignon. La séance était animée par Ines Rotermund-Reynard (INHA) et David Zivie (ministère de la Culture). Nous en proposons ici un compte-rendu.

couverture de l’ouvrage La Collection disparue (Paris, Stock, 2020).

Pauline Baer de Pérignon est directrice littéraire et audiovisuelle, lectrice de scénarios. Elle est aussi l’arrière-petite-fille de Jules Strauss, banquier arrivé en France en 1880, grand collectionneur, mécène du Louvre auquel il a notamment donné les cadres qui mettent actuellement en valeur La Belle Ferronnière, le Saint Jean-Baptiste et La Vierge aux rochers de Léonard de Vinci. Dans un ouvrage intitulé La Collection disparue, elle retrace l’histoire de cet homme et des chefs-d’œuvre qu’il possédait, désormais exposés dans les plus grands musées du monde.

En 2015, presque par hasard, un cousin de Pauline lui glisse qu’il trouve quelque chose étrange dans la collection de leur arrière-grand-père commun. Il suggère que parmi les œuvres de son arrière-grand-père vendues aux enchères en 1932, certaines auraient pu être, ensuite, spoliées pendant la guerre. Une porte s’ouvre à l’improviste sur une histoire familiale inconnue. Progressivement, Pauline développe de la curiosité puis de l’affection pour Jules Strauss, dont une partie de la collection avait effectivement disparu.

En se lançant pendant quatre ans dans une enquête sur la provenance des œuvres de Jules Strauss, Pauline Baer de Pérignon, qui n’est pas chercheuse, a mis en place des méthodes et une pensée de la recherche. Sans être historienne, elle a fait survenir dans son livre une histoire de la spoliation et de la provenance. Cette véritable enquête se double d’une quête identitaire, qui conduit l’écrivaine à trouver une nouvelle place dans l’histoire incomplète de sa famille.

Le passé des Strauss est lacunaire. Pauline en relie méticuleusement les pièces, les bouts de souvenirs détenus par les siens. Né en 1861 à Francfort, Jules Strauss arrive en France dans les années 1880, pour y devenir agent de change puis banquier. Amateur d’art éclairé, collectionneur, attaché en particulier à la peinture et aux objets d’art du XVIIIe siècle ainsi qu’aux Impressionnistes, il bâtit très vite une grande collection à laquelle il finit par se consacrer entièrement, ne cessant jamais ses recherches, et meublant son appartement de l’avenue du Bois (future avenue Foch) d’un grand nombre d’œuvres majeures. Il se rapproche des musées nationaux, et devient bienfaiteur du musée du Louvre. Ce dernier a bénéficié de plusieurs de ses dons au cours des années 1920 et 1930. En 1935, il offre au musée une soixantaine de cadres Renaissance afin de permettre le réencadrement – selon les règles de l’art – de quelques-uns des plus grands chefs d’œuvre du musée, notamment, comme on l’a vu, de trois peintures de Léonard de Vinci jusque-là présentées dans des cadres Empire. Jules Strauss n’hésite pas à vendre pour racheter, comme il le fait en 1902 avec des œuvres d’Alfred Sisley, ou en décembre 1932 pour des raisons financières, à la galerie Georges Petit.

Pendant la guerre, les époux Strauss sont amenés à déménager à plusieurs reprises. Leur appartement de l’avenue du Bois est réquisitionné par les Allemands, ce qui les conduit à rejoindre la belle-famille de leur fils André, 54 avenue d’Iéna. Par une sordide ironie de l’histoire, à partir de 1941, l’immeuble voisin, au numéro 50 de l’avenue, devient le siège de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), l’officine mise en place par le régime nazi pour organiser le pillage des biens juifs, maçonniques et ecclésiastiques. La famille Strauss se déplace alors rue du Ranelagh où Jules Strauss, en 1943, meurt des suites d’une maladie. L’un des gendres de Jules Strauss est arrêté puis déporté à Auschwitz par l’un des tout premiers convois. Ses petits-enfants s’engagent dans la Résistance et auprès des forces de la France libre.

En 1944, sa veuve Marie-Louise Strauss déclare un certain nombre d’œuvres et d’objets d’art comme ayant été volés. Cette déclaration aboutit à une unique restitution, en 1951. La fille des Strauss, Élisabeth, entreprend des démarches similaires en Allemagne durant les années 1950 et 1960 au cours desquelles elle déclare des œuvres volées dont un certain nombre semblent être liées à la vente de 1932. Mais il faut attendre novembre 2015 et l’enquête de Pauline Baer pour qu’adviennent deux nouvelles restitutions. La plus ancienne, celle de 2017, est la restitution d’un dessin de Giambattista Tiepolo estampillé « Musées nationaux Récupération » (MNR), qui avait passé soixante-dix ans dans les réserves du Louvre. Plus récemment, Pauline Baer a demandé la restitution d’une œuvre de Nicolas de Largillière conservée depuis les années 1950 dans un musée de Dresde. L’œuvre vient d’arriver en France.

Durant son travail d’enquête, Pauline Baer est frappée par le silence qui entoure la spoliation, et par les contours mouvants de la mémoire. Son oncle et sa tante avaient publié un livre de souvenirs dans lequel ils affirmaient que tout s’était bien passé pendant la guerre. Il a fallu le travail de Pauline pour qu’ils se souviennent progressivement. Le silence est aussi celui de son père, mais également celui de son oncle, qui avait travaillé chez Sotheby’s pendant quarante ans. Cette famille qui avait échappé à la déportation avait donc préféré garder le silence sur l’humiliation d’avoir été spoliée. Membre de cette famille et chercheuse en devenir, Pauline Baer a levé le voile sur des secrets, effectuant à partir des carnets de Jules Strauss un important travail de recherche dans les archives. La force de son enquête repose aussi sur des témoignages directs, et sur sa capacité à interroger des personnes ayant connu Jules Strauss : la tante de Pauline Baer se souvenait ainsi d’un pastel de Degas vendu en 1932, qui était dans la chambre du père de Pauline lorsqu’il était enfant. Grâce à ces parcelles mémorielles, Pauline Baer a reconstruit les itinéraires de ses arrière-grands-parents et de leurs tableaux.

Bien entendu, comme dans toute recherche, il reste des inconnues, des impasses que les archives et les sources personnelles ne permettent pas totalement d’éclairer : il est très difficile par exemple de savoir ce qui s’est exactement passé avenue d’Iéna. Aux archives de Paris sont conservés des dossiers de réquisition indiquant les dates d’installation des Allemands, et un état des lieux à leur arrivée et à leur départ. Mais ces dates s’avèrent souvent fausses car, entre le moment où les Allemands s’installent et le moment où la restitution est enregistrée, il se passe des mois. C’est probablement aussi dans ces interstices que se glissent tout ensemble la possibilité du récit et la volonté de trouver d’autres sources, d’autres preuves. C’est ainsi que Pauline Baer, par exemple, ne sachant quels tableaux avaient été précisément spoliés, a mené un travail qui lui a permis de comprendre quels tableaux étaient dans la collection en 1940 et quels tableaux n’étaient plus là après la guerre. En l’occurrence, le dessin de Tiepolo précédemment évoqué n’était pas déclaré car Marie-Louise Strauss ne savait pas tout de la collection de son mari.

Pauline Baer le dit très bien dans son récit : « Chercher dans tous les sens, ne pas avoir de méthode, c’est ma méthode. » En multipliant les sources, les entretiens avec les spécialistes du sujet, en écoutant les conseils des archivistes et des bibliothécaires, l’écrivaine a construit sa méthodologie de recherche. En fouillant dans le passé familial, elle a fait resurgir une mémoire enfouie. En mettant son travail au service de l’action, elle a obtenu deux restitutions, dont la première a donné un élan à la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés créée par le ministère de la Culture. En étant habitée par cette histoire qui est la sienne, comme Annette Wieviorka avant elle, Pauline Baer est devenue historienne.

Marie-Aurore de Boisdeffre



Citer ce billet
INP (2022, 3 février). « La Collection disparue », ou la mémoire retrouvée. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd0z

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search