Désinfection des matériaux photographiques avec des vapeurs d’éthanol : évaluation préliminaire des effets sur les tirages à développement chromogène

Chloé Lucas[1], Greg Hill[2] & Nancy E. Binnie[3]

Introduction

La biodégradation des collections photographiques, causée par les moisissures, est un problème récurrent qui peut entraîner la perte partielle ou totale de l’image photographique. Les dommages causés par les moisissures peuvent être limités par un contrôle strict de l’environnement de conservation ; cependant, le traitement des moisissures est encore souvent nécessaire pour les objets ou les collections dont les conditions de conservation sont moins contrôlées ou ayant été exposés à un dégât des eaux ou à une forte humidité.

Traitement des moisissures sur les matériaux photographiques

La première étape de traitement consiste à désactiver la moisissure en séchant les photographies affectées. La plupart des hyphes hydratés meurent lorsqu’ils sont séchés, tandis que les spores, la cellule reproductrice de certains types de moisissures, peuvent rester viables.

Le nettoyage à sec permet d’éliminer les structures de moisissures mobiles de la surface de la photographie. Il s’agit toutefois d’une solution partielle, car les structures de moisissure peuvent rester incrustées dans les matériaux poreux. Les spores de moisissures incrustées peuvent rester viables et s’activer, germer et se développer lorsque les conditions extérieures sont favorables. En outre, les objets précédemment altérés par des moisissures sont plus vulnérables à la croissance fongique, et seront contaminés plus facilement que les objets non altérés.

Le traitement de désinfection offre un niveau de protection supplémentaire à l’objet en rendant les spores de moisissures non-viables (effet fongicide). Dans le contexte des collections patrimoniales, tuer toutes les spores viables avec un traitement de stérilisation n’est pas le but recherché car les collections ne sont pas conservées dans un environnement stérile. La désinfection vise à abaisser la quantité de spores fongiques viables sur une photographie à un niveau similaire à celui présent dans une collection non contaminée.

Des recherches ont montré que l’éthanol utilisé seul n’a aucune action antifongique et qu’il est nécessaire de l’utiliser mélangé à de l’eau pour permettre sa pénétration dans la cellule fongique. Il a été démontré que le mélange éthanol-eau à 70:30 (v/v) a un bon effet fongicide ; il est souvent recommandé dans les études sur le patrimoine écrit. Nos recherches précédentes ont démontré que l’exposition de tirages gélatino-argentiques contaminés par des moisissures aux vapeurs d’une solution d’éthanol-eau 70:30 (v/v) pendant deux heures tue cinq espèces fongiques fréquemment présentes sur les matériaux photographiques[4]. Bien que cette méthode de traitement se soit avérée efficace pour désinfecter les moisissures sur les photographies, son effet à court et à long terme sur leurs matériaux constitutifs est moins bien compris.

De précédentes études ont décrit les effets de l’éthanol sur le papier et les photographies. Bien que ces études indiquent que le traitement testé dans cette expérience n’est pas susceptible d’endommager le support primaire en papier, des modifications des images photographiques argentiques et à base de colorants sont possibles.

Description du projet

Le but de ce projet était d’évaluer les effets du traitement sur des matériaux photographiques courants dans les collections. Les tests ont été limités aux tirages à développement chromogène. Les modifications des matériaux formant l’image étant les plus préoccupantes, les changements causés par le traitement ont été quantifiés en mesurant la couleur sur l’émulsion et en effectuant une comparaison visuelle.

Méthode

Sélection et traitement des échantillons

Des échantillons de tirages historiques de six décennies différentes (années 1940, 1950, 1960, 1970, 1980 et 2000) ont été sélectionnés pour ce projet. Dix échantillons ont été obtenus pour représenter chaque décennie [fig. 1]. Chaque tirage a été coupé en deux morceaux, pour créer un échantillon témoin non-traité et un échantillon traité.

figure 1. Exemple des dix échantillons pour la série des années 1970. © Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022.

 

Le traitement de désinfection des échantillons a eu lieu dans dix chambres de solvant identiques [fig. 2], à raison d’un échantillon par chambre.

figure 2. Configuration de la chambre de solvants. © Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022.

 

Chaque échantillon traité a suivi la procédure suivante :

  1. 60 ml de solution éthanol-eau 70:30 (v/v) ont été versés dans la chambre.
  2. L’échantillon a été placé dans la chambre, émulsion vers le haut, au-dessus de la solution.
  3. La chambre a été fermée et scellée pendant deux heures.
  4. L’échantillon a été retiré de la chambre et séché sous presse [fig. 3] pendant une semaine.

figure 3. Configuration de la presse de séchage. © Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022.

 

Observations visuelles

Chaque échantillon traité a fait l’objet d’une évaluation visuelle afin de déterminer si le traitement avait entraîné des changements de couleur visibles à l’œil nu.

Mesures colorimétriques

La couleur des tirages a été mesurée avant et après traitement pour déterminer si l’exposition aux vapeurs d’éthanol avait altéré les colorants formant l’image. La couleur a été mesurée à l’aide d’un spectrophotomètre Konica Minolta® CM700d.

Pour chaque tirage, les mesures ont été effectuées sur des paires de cibles : une sur l’échantillon témoin, une autre sur l’échantillon traité, choisies dans des couleurs visuellement similaires et uniformes.

Chaque cible sur les échantillons traités et témoins a été mesurée trois fois. Les valeurs moyennes L*, a*, b* (CIE 1976) avant et après-traitement ont été utilisées pour calculer le ΔE* pour chaque cible, indiquant le degré de différence de couleur avant et après-traitement sur une même cible.

Seuil à partir duquel le changement de couleur est significatif

Dans le cadre de cette recherche, nous utilisons ΔE* = 1,0 comme seuil à partir duquel le changement de couleur est significatif. Cela correspond au niveau minimum à partir duquel le changement de couleur est remarqué par un observateur expérimenté, sur la base des catégories de changement de couleur perceptible décrites par Mokrzycki et Tatol[5]. Ces seuils ont été adoptés dans le but de classer les résultats de changement de couleur des cibles traitées en trois catégories de perceptibilité : ΔE* < 1,0 (non perceptible), 1,0 ≤ ΔE* < 2,0 (à peine perceptible) et ΔE* ≥ 2,0 (perceptible).

Résultats

Observations visuelles

Le changement de couleur était visible à l’œil nu sur 10 % des échantillons des années 1960, 55 % des échantillons des années 1980 et 78 % des échantillons des années 2000 [fig. 6]. Aucun changement de couleur n’a été observé sur les échantillons des années 1940, 1950 ou 1970.

figure 4. Exemple de différence de couleur visible à l’œil nu entre l’échantillon traité et l’échantillon témoin, séparés par une ligne pointillée. © Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022.

 

La comparaison des observations visuelles avec les données instrumentales n’a révélé aucune corrélation consistante. Tous les échantillons avec un changement visible, sauf un, présentaient au moins une cible traitée avec ΔE* ≥ 2,0 ; l’échantillon restant présentait une des deux cibles traitées avec 1,0 ≤ ΔE* < 2,0. Cependant, des valeurs ΔE* similaires ont été calculées pour d’autres échantillons pour lesquels les changements de couleur n’étaient pas distinguables à l’œil nu.

Mesures colorimétriques

La répartition des cibles traitées dans chaque catégorie de perceptibilité pour chaque décennie est illustrée en fig. 5.

Les échantillons présentant le changement de couleur le plus significatif sont les plus récents. En effet, les échantillons des années 1970, 1980 et 2000 présentent un ΔE* > 1,0 pour 56 % ou plus des cibles traitées (pourcentage combiné de 1,0 ≤ ΔE* < 2,0 et ΔE* ≥ 2,0). Cette proportion diminue progressivement pour les décennies plus anciennes, jusqu’à 18 % et 20 % des cibles pour les échantillons des années 1940 et 1950 respectivement.

L’importance du changement de couleur pour les échantillons des années 1980 et 2000 est nettement plus élevée que pour les tirages plus anciens. La plus grande proportion de cibles traitées des échantillons des années 1980 et 2000 présente un changement de couleur avec ΔE* ≥ 2,0, tandis que ceux des années 1960 et 1970 présentent une plus grande proportion de cibles avec 1,0 ≤ ΔE* < 2,0. Ce rapport s’homogénéise pour les années 1940 et 1950, où le pourcentage de cibles présentant 1,0 ≤ ΔE* < 2,0 est similaire au pourcentage de cibles avec ΔE* ≥ 2,0.

Figure 5. Distribution des cibles traitées dans chaque catégorie de perceptibilité, par décennie. © Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022.

 

Conclusion

L’utilisation de vapeurs d’éthanol pour traiter les tirages photographiques moisis s’est avérée efficace sur cinq espèces de moisissures les plus courantes dans les collections. Il est important de vérifier que les nouvelles options de traitement n’endommagent pas les collections avant de les utiliser. Il avait déjà été démontré par ailleurs[6] que l’exposition à des vapeurs éthanol-eau 70:30 (v/v) pendant deux heures n’endommageait pas le papier. La présente étude a permis de vérifier l’éventuelle altération des colorants formant l’image en évaluant les effets du traitement aux vapeurs d’éthanol sur des échantillons historiques de tirages à développement chromogène, datant des années 1940 aux années 2000.

Des mesures colorimétriques ont été effectuées sur l’émulsion, avant et après traitement, afin de déterminer si le traitement induisait des changements de couleur aux colorants. La comparaison des résultats des mesures colorimétriques et des observations visuelles a indiqué si les mesures instrumentales correspondaient à un changement de couleur visuellement perceptible.

Les résultats ont montré que ce traitement de désinfection peut provoquer sur certains échantillons un changement de couleur des colorants formant l’image. Les changements de couleur étaient plus probables et plus importants pour les tirages les plus récents.

Peut-on utiliser en toute sécurité un traitement aux vapeurs d’éthanol pour le traitement des moisissures sur les tirages à développement chromogène ? Les résultats obtenus ne permettent de tirer qu’une conclusion générale : il existe un risque de changement de couleur sur les tirages à développement chromogène. Par conséquent, ce traitement ne doit pas être utilisé pour traiter une collection dans son ensemble sans tenir compte des risques variables pour les différents types de matériaux à développement chromogène.

Le développement de moisissures sur les documents photographiques est un problème courant rencontré dans de nombreuses collections. S’il est nécessaire d’appliquer un traitement de conservation curative, cela ne doit pas empêcher de prendre des mesures préventives, c’est-à-dire de contrôler le taux d’humidité dans les réserves afin d’éviter le développement de moisissures. Le traitement aux vapeurs d’éthanol-eau s’est avéré efficace pour tuer les moisissures incrustées dans les matériaux constitutifs des objets ; toutefois, il n’élimine pas les éventuels risques pour la santé causés par certaines espèces de moisissures[7], et il n’empêche pas les documents d’être à nouveau contaminés.

Remerciements

Ce projet a été réalisé dans le cadre du « Programme de professionnels invités » de l’Institut canadien de conservation. Il a été rendu possible grâce au soutien financier de la Fondation Carnot et de l’American Institute for Conservation Photographic Material Group Professional Stipend.

© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation et Chloé Lucas Conservation, 2022. Publié par l’Institut national du patrimoine.

[1] Chloé Lucas Conservation, Ottawa, Canada, chloe@photographconservation.ca

[2] Institut canadien de conservation, Ottawa, Canada.

[3] Institut canadien de conservation, Ottawa, Canada.

[4] Chloé LUCAS, Valentin ROTTIER, Frank DÉNIEL & Philippe DANTIGNY, « Traitement aux vapeurs d’éthanol de photographies gélatino-argentiques et de papiers altérés par des micro-organismes », Support/tracé, no 18, 2018, p. 167-174 [disponible en ligne], http://photographconservation.ca/wp-content/uploads/2020/02/LUCAS_ROTTIER_DENIEL_DANTIGNY_Traitement-aux-vapeurs-d%E2%80%99%C3%A9thanol-des-photographies-g%C3%A9latino-argentiques-et-de-papiers-alt%C3%A9r%C3%A9s-par-des-micro-organismes_Support-Trac%C3%A9_2018.pdf [lien valide en octobre 2021].

[5] W. S. MOKRZYCKI & M. TATOL, « Colour difference Delta E. A survey », Machine graphics and vision, vol. 20, no 4, 2011, p. 383-411 [disponible en ligne], https://wisotop.de/assets/2017/DeltaE-%20Survey-2.pdf [lien valide en novembre 2021].

[6] Chloé LUCAS, Valentin ROTTIER, Frank DÉNIEL & Philippe DANTIGNY, 2018.

[7] L’exposition aux moisissures peut engendrer plusieurs types de réaction chez l’homme : des infections, des allergies, des effets liés aux toxines et des cancers. Pour plus d’informations, se référer au dossier, « Risques biologiques » en ligne sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) : https://www.inrs.fr/risques/biologiques/ce-qu-il-faut-retenir.html [lien valide en octobre 2021].



Citer ce billet
LB (2022, 9 mars). Désinfection des matériaux photographiques avec des vapeurs d’éthanol : évaluation préliminaire des effets sur les tirages à développement chromogène. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd10

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search