« Face-à-face ». La chambre d’échos des collections du Saarlandmuseum et du Mudam (Luxembourg)

Stage effectué au Mudam Luxembourg (musée d’Art moderne Grand-Duc Jean) du 5 février au 25 mars 2022.

Vue du Mudam Luxembourg (musée d’Art moderne Grand-Duc Jean), 2022. © photo Stéphanie Airaud.

Le 8 octobre 2022, l’exposition « Face-à-face[1] » ouvrira ses portes au Luxembourg avec une rencontre inédite entre deux collections muséales, celle du Mudam Luxembourg (musée d’Art moderne Grand-Duc Jean, dédié à l’art contemporain luxembourgeois et international, et celle de la Moderne Galerie (Saarlandmuseum Saarbrücken), qui s’origine dans les échanges et les rivalités des avant-gardes artistiques allemandes et françaises du début du XXe siècle. Chacune des deux institutions exposera simultanément jusqu’au 16 avril 2022 un dialogue renouvelé, une réactualisation, un dépassement de la rupture supposée entre l’art moderne et l’art contemporain. L’exposition est née d’une volonté de mettre en lumière la richesse artistique et patrimoniale d’un territoire élargi, celui de la Grande Région, un espace de coopération regroupant des territoires partenaires allemands (Sarre, Rhénanie-Palatinat), belges (Wallonie) et français (Lorraine), ainsi que le Grand-Duché du Luxembourg.

La collection du Mudam réunit environ 700 œuvres conservées et présentées dans un écrin architectural conçu par Ieoh Ming Pei au sein du Park Dräi Eechelen. Les premières acquisitions furent réalisées au milieu des années 1990 dans la perspective de l’ouverture du musée en 2006. La collection du Saarlandmuseum fut quant à elle initiée en 1924 et rassemblée, à partir de 1968, à Sarrebruck au sein de la Moderne Galerie dessinée par l’architecte St. Ingbert, Hanns Schönecker. Elle est le produit de l’histoire géopolitique, entre entente pacifique et rivalité séculaire, de la construction de la relation France-Allemagne, dans laquelle l’art a joué un rôle hautement symbolique.

En 1924, sous l’impulsion du peintre Fritz Grewenig, est constituée la première collection d’art moderne à Sarrebruck pour le Staatliche Museum. Principalement composée de dessins et d’estampes, de l’impressionnisme à l’époque moderne (expressionnisme allemand, scène parisienne des années 1920), elle a pour mission première de servir à la formation des enseignants et des élèves de l’école nationale des Arts et Métiers (Staatliche Schule für Kunst und Kunstgewerbe). Honoré Daumier, Édouard Manet, Amedeo Modigliani, Henri Matisse, Aristide Maillol, Maurice de Vlaminck ou encore Pablo Picasso y sont érigés en modèles. En 1935, le IIIe Reich ordonne la fermeture du Staatliche Museum et de l’école, et tranfère la collection d’arts graphiques dans le tout nouveau Saarlandmuseum. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1956, la Sarre est placée sous protectorat français. Indépendante, mais économiquement et sociopolitiquement liée au haut-commissariat français, sa politique étrangère et sa défense sont assurées par l’État français. Le peintre Karle Pusse, qui dirige le Saarlandmuseum, envisage la collection dans une optique pédagogique de dénonciation des crimes nazis, favorable à l’art et à l’artisanat français.

Il s’agit donc d’embrasser un siècle d’histoire partagée par deux pays dont les identités nationales des régions de la Sarre et de la Lorraine ont été le terreau tant d’affrontements idéologiques que d’amitiés artistiques. Cette histoire, racontée en 2016 par l’exposition « Entre deux horizons[2] » au Centre Pompidou-Metz, retrace la genèse de la collection du Sarrelandmuseum qui se libéra de la tutelle des autorités françaises en 1957. Proposée sous forme d’un parcours chronologique de 240 œuvres, accompagnées d’une documentation[3] expliquant leur contexte de création, elle se présente comme une traversée de l’histoire des avant-gardes artistiques de la fin du XIXe siècle à nos jours. En 2016, la crise migratoire européenne et des débats identitaires définissait le contexte de conception et de réception de cette exposition. L’ancrage du projet dans des perspectives contemporaines offrait donc la possibilité de porter un regard actualisé sur des formes plastiques et des engagements esthétiques du XXe siècle, désignés comme modernistes.

En 2022, l’objectif de l’exposition « Face-à-face » est d’étendre ce champ exploratoire en ouvrant le récit à une narration non linéaire permettant de (re)lire la création contemporaine et les avant-gardes modernes ou post-modernes dans une perspective humaniste et métaphorique, voire universelle. L’exposition présentée au Mudam privilégie ainsi une approche thématique et dialogique, fondée sur une conversation entre des œuvres aux trajectoires institutionnelles singulières et hétérogènes. L’année 1968 fonctionne comme un repère chronologique qui a permis d’opérer un choix parmi les œuvres des deux collections. La plus ancienne : une œuvre de 1888 d’Auguste Rodin (collection du Saarlandmuseum) figure le cyclope Polyphème, tiré des Métamorphoses d’Ovide. Parmi les plus récentes, acquises par le Mudam en 2020 : deux sculptures de 2019 de l’artiste italienne Giulia Cenci qui semblent mues par un principe de croissance autonome et dont la matière se déploie de manière inquiétante dans l’espace de l’exposition. Les bornes chronologiques de l’exposition luxembourgeoise ont donc été définies pour donner une image claire de l’identité de chacune des collections. La soixantaine d’œuvres du Sarralandmuseum s’incrivent dans une période allant de 1888 (Rodin) à 1968 (Heinz Mack), et témoignent, à travers les œuvres d’artistes associés au groupe ZERO, de la continuité des expérimentations formelles et des explorations conceptuelles des artistes expressionnistes, surréalistes et constructivistes, jusqu’au début des années 1960. Les 40 œuvres du Mudam prennent le relais chronologique. La très large majorité a été réalisée dans les années 1980-2000.

August Rodin, Polyphème, vers 1888, plâtre (24,4 x 17,5 x 14 cm). Collection de la Moderne Galerie (Saarlandmuseum Saarbrücken). © photo Stiftung Saarländischer Kulturbesitz / VG Bild-Kunst, Bonn 2022.

L’exposition « Face-à-face » représente enfin pour le Mudam l’occasion de procéder à une forme d’historicisation de sa collection en plaçant une sélection de ses œuvres dans une sorte de chambre d’écho. Certaines y sont présentées publiquement pour la première fois , à l’instar de l’installation vidéo d’Andrea Mastrovito, Robespierre (2007) acquise en 2011, des peintures Group (moving) (2019) de Silke Otto-Knapp ou Untitled (2013-2020) de Kathia St. Hilaire, toutes deux entrées dans la collection en 2020.

Silke Otto-Knapp, Group (moving), 2019, aquarelle sur toile montée sur bois (150 x 300 cm). Collection du Mudam Luxembourg (musée d’Art moderne Grand-Duc Jean). © photo Evan Bedford, courtesy Regen Projects, Los Angeles.

Au total, plus d’une centaine d’œuvres sont réunies et organisées autour de grandes thématiques : les corps métaphoriques et désirants, l’exil/l’émigration intérieur-e, les modernités subjectives, les métamorphoses, les formes de vie, les phénomènes. Ces axes sont des outils de structuration et d’articulation de l’exposition qui, au moment de la publication de cet article, auront certainement évolué, muté. Ils ont permis tout au long du processus de conception de travailler par ricochets et échos entre les œuvres des deux collections. C’est ainsi qu’au jeu habituel des confrontations, les commissaires ont pris le parti d’envisager des rapports et des visions du monde construits en face-à-face ouvert, tout au long au XXe siècle, en réaction aux événements de l’histoire, aux crises politiques et économiques. Face aux enjeux auxquels les sociétés contemporaines sont confrontées, les artistes du XXIe siècle déconstruisent peu à peu ces représentations, non pour les mettre à bas mais pour les déplacer, les enrichir. L’être humain est replacé non plus au centre d’un monde nouveau à édifier mais au sein du vivant existant, en harmonie avec lui, épousant le principe de mutation permanent qui le caractérise. Il s’agit avant toute chose de tenir debout, de tenir une place en laissant surgir les formes de vie.

À l’issue d’un premier travail de mise en dialogue des œuvres des deux musées, les premières thématiques émergent à partir de correspondances plastiques et formelles. Ainsi des scupltures d’Auguste Renoir, d’Alexander Archipenko et de Rudolf Belling sont placées en face-à-face avec les œuvres de Silke Otto-Knapp ou encore de Beaurin-Domercq, et envisagées à travers des questions liées à la représentation du corps, du mouvement ou de la danse. Les thèmes de la mélancolie, du regard subjectif, de la désolation, du mysticisme ou du paysage intérieur permettent quant à eux de réunir des œuvres d’artistes comme Otto Dix et Pascal Convert. Enfin, le surnaturel, la métamorphose, la disparition englobent dans un même mouvement Max Ernst, Monika von Bosch, László Moholy-Nagy, Giulia Cenci, Lee Bul ou encore Dom Sylvester Houédard.

Alexander Archipenko, Torse dans l’espace, 1935, moulage en plâtre (16,5 x 56,5 x 7,7 cm). Collection de la Moderne Galerie (Saarlandmuseum Saarbrücken). © photo DR.

Cette première étape de travail permet de valider l’intuition d’un synopsis le plus ouvert possible aux lectures et aux interprétations – au risque cependant de s’éloigner des contextes de production spécifiques qui donnent à chaque œuvre sa singularité. L’objectif est donc de dégager des axes structurants et polysémiques, émancipés des critères normatifs d’une histoire de l’art linéaire, sans renoncer cependant à une mise en perspective historique. Pour cela, un travail de recherche pièce à pièce s’impose, matérialisé par le lancement du chantier d’écriture des cartels développés, et par un élargissement à des notions centrées sur la relation existentielle de l’être humain au réel, à l’histoire, au sol, qui traversent l’histoire de l’art, mais également par la lecture d’écrits transdisciplinaires, tels ceux d’Emanuele Coccia, Bruno Latour, Nicolas Bourriaud ou encore Friedrich Nietzsche.

Progressivement, la question de la représentation du corps ou de l’intime glisse vers la notion de corps désirant et vulnérable. Cette dernière semble traverser une grande partie des œuvres sélectionnées pour l’exposition. À celle-ci s’agrègent des thèmes liés au vivant, aux mutations et à la métamorphose. Pour aller plus loin dans la définition des axes à même de structurer les deux espaces de présentation – les galeries Est et Ouest du Mudam –, quatre sections voient le jour au terme d’une troisième étape de travail : 1/ l’« émigration intérieure » chère à Otto Dix, suspension du temps politique et postures de résistance ou de retrait face à l’histoire ; 2/ le corps métaphorique et mythologique, la danse et l’harmonie face au chaos du monde ; 3/ les modernités, subjectives et sensibles ; 4/ les métamorphoses et phénomènes, les concrétions et formes du vivant.

Dans Formes de vie. L’art moderne et l’invention de soi, Nicolas Bourriaud avance que le but de l’art moderne est de « constituer un espace à l’intérieur duquel l’individu pourrait enfin déployer la totalité de son expérience et inverser le processus déclenché par la production industrielle qui réduit le travail humain à la répétition de gestes immuables dans une ligne de montage contrôlée par un chronomètre[4]. ». Ainsi, l’image de l’artiste moderne au service d’un projet civilisationnel libéré de toute subjectivité vacille pour laisser place à une situation bien plus complexe où se mêlent à la fois l’utopie, l’intime, le corps objectivé et sensible. L’œuvre permet une praxis, une production de soi à travers des pratiques individuelles. Créer équivaut à se créer avec le monde, en refusant le mouvement global de standardisation des représentations et des corps. Les utopies modernistes des avant-gardes allemandes, françaises, expressionnistes, constructivistes ou surréalistes, présentes dans l’exposition « Face-à-face » sont ainsi relues à l’aune de cette conception plus errante, subjective et vivante de l’art moderne. Cette dernière est le vecteur qui autorise à penser ensemble les œuvres dont les contextes de production, les concepts, les rapports au réel peuvent paraître si étrangers les uns aux autres.

Autrice

Stéphanie Airaud
Élève conservatrice du patrimoine, spécialité musée, promotion Daniel-Cordier (2021-2022)

Bibliographie indicative

Alexandra MÜLLER (dir.), Entre deux horizons. Avant-gardes allemandes et françaises du Saarlandmuseum, catalogue d’exposition (Centre Pompidou-Metz, 29 juin 2016-16 janvier 2017), Metz, Centre Pompidou-Metz, 2016.

Cahiers du Mnam, n° 126, « Préhistoire / modernité », 2014.

Cahiers du Mnam, n° 147, numéro spécial « Préhistoire », 2019.

Jean-François LYOTARD, La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit, collection « Critique » ,1979.

Nicolas BOURRIAUD, Formes de vie. L’art moderne et l’invention de soi, Paris, Denoël, 2009.

Emanuele COCCIA, Métamorphoses, Paris, Payot & Rivages, collection « Bibliothèque Rivages », 2020.

Bruno LATOUR, Enquête sur les modes d’existence.Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 2012.

Artistes dont les œuvres seront présentées au Mudam (sous réserve de modifications)
Collection du Saarlandmuseum

Alexander Archipenko (1887, Kiev – 1964, New York), Rudolf Belling (1886, Berlin – 1972, Krailling, Allemagne), Hans Bellmer (1902, Katowice, Pologne – 1975, Paris), Monika von Boch (1915, Mettlach, Allemagne – 1993, Mettlach, Allemagne), Giorgio de Chirico (1888, Vólos, Grèce – 1978, Rome), Otto Dix (1891, Gera-Untermhaus, Allemagne – 1969, Singen, Allemagne), Max Ernst (1891, Brühl, Allemagne – 1976, Paris), Lyonel Feininger (1871, New York – 1956, New York), Henri Laurens (1885, Paris – 1954, Paris), Fernand Léger (1881, Argentan, France – 1955, Gif-sur-Yvette, France), Heinz Mack (1931, Lollar, Allemagne), Henri Matisse (1869, Le Cateau-Cambrésis, France – 1954, Nice), Ludwig Meidner (1884, Bierutów, Pologne – 1966, Darmstadt), Lázló Moholy-Nagy (1895, Bácsborsód, Hongrie – 1946, Chicago), Otto Piene (1928, Bad Laasphe, Allemagne – 2014, Berlin), Auguste Renoir (1841, Limoges, France – 1919, Cagnes-sur-Mer, France), Auguste Rodin (1840, Paris – 1917, Meudon), Jan J. Schoonhoven (1914, Delft – 1994, Delft), Otto Steinert (Sarrebruck, 1915 – Essen, 1978).

Collection du Mudam

Maria José Arjona (1973, Bogota), Emily Bates (1970, Basingstoke, Royaume-Uni), Katinka Bock (1976, Francfort-sur-le-Main), Vincent Beaurin (1960, France), Giulia Cenci (1988, Cortone), Pascal Convert (1957, Mont-de-Marsan, France), Fabrice Domercq (1959, France), Nan Goldin (1953, Washington), Anders Guggisberg (1966, Suisse), Christian Hidaka (1977, Noda, Japon), Kathia St. Hilaire (1995, Palm Beach, États-Unis), Dom Sylvester Houédard (1924, Guernesey – 1992, Guernesey), Alicja Kwade (1979, Katowice, Pologne), Lee Bul (1964, Séoul), Mark Lewis (1958, Hamilton, Canada), Little Warsaw (fondé en 1996), Andres Lutz (1968, Suisse), Andrea Mastrovito (1978, Bergame), Isabelle Marmann (1975, Luxembourg), Chad McCail (1961, Manchester), Isa Melsheimer (1968, Neuss, Allemagne), M+M (fondé en 1996), Silke Otto- Knapp (1970, Osnabrück, Allemagne), Yazid Oulab (1958, Sedrata, Algérie), Michel Paysant (1955, Bouzonville, France), Tobias Putrih (1972, Kranj, Slovénie), François Roche / R&Sie(n) (1961, Paris), Janaina Tschäpe (1973, Munich), Franciso Tropa (1968, Lisbonne), Jean-Luc Vilmouth (1952, Creutzwald, France – 2015, Taipei).

 

[1] Commissariat de l’exposition au Mudam : Marie-Noëlle Farcy. Commissariat de l’exposition au Saarlandmuseum : Andrea Jahn (directrice), Kathrin Elvers-Švamberk (directrice adjointe).

[2] « Entre deux horizons. Avant-gardes allemandes et françaises du Saarlandmuseum », exposition du 29 juin 2016 au 16 janvier 2017. Commissariat : Roland Mönig (Saarlandmuseum), Kathrin Elvers-Svamberg et Alexandra Müller.
[3] Fonds de la bibliothèque Kandinsky (musée national d’Art moderne, Centre Pompidou, Paris).
[4] Nicolas BOURRIAUD, 2009, p. 13.



Citer ce billet
INP (2022, 7 juillet). « Face-à-face ». La chambre d’échos des collections du Saarlandmuseum et du Mudam (Luxembourg). Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd11

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search