Heritage hunters

Stage effectué au Musée olympique (Lausanne, Suisse) en février-mars 2022.

Les Jeux Olympiques de 1984 de Los Angeles sont l’occasion d’une première : quelques membres du Musée olympique de Lausanne se rendent sur place pendant la compétition afin de repérer et de collecter des objets voués à alimenter les collections du musée. Cet événement marque le début d’un nouveau rôle endossé tous les deux ans par l’équipe du musée, celui de « chasseurs du patrimoine » au cœur d’un des plus grands événements sportifs mondiaux. À ces précieux « items » olympiques collectés auprès des sportifs ou de leur équipe sera confié le soin de porter auprès du public l’histoire des exploits des athlètes.

La politique d’acquisition très détaillée du Musée olympique témoigne, à travers l’argumentaire d’entrée des objets dans les collections, du soin accordé à la recherche d’objets de référence. Chaque objet doit présenter des qualités esthétiques, répondre à la politique d’acquisition, présenter une complémentarité avec les collections existantes, posséder une valeur d’authenticité et d’exemplarité… La provenance de l’objet est soigneusement étudiée[1] afin de se prémunir des faux. Le musée entretient des liens étroits avec certaines maisons de vente telles RR Auction et Vermot et Associés, dans l’olympisme et le sport, et aussi avec certains collectionneurs qui se voient fournir des listes d’objets rares recherchés par le musée.

Annonce de la vente « Sporlympique VIII » par Vermot et Associés, le 2 avril 2022. © Vermot et Associés.

Prospection

La prospection s’organise donc autour d’objets rares ou peu représentés : équipements sportifs antérieurs à 1984, uniformes d’athlètes antérieurs à 1964, costumes de cérémonie antérieurs à 1988, objets des premiers Jeux de l’ère moderne ou ayant un lien avec les présidents Dimítrius Vikelas[2] et Avery Brundage[3]… Pour les objets antérieurs à 1984, l’équipe en charge des acquisitions contacte d’anciens athlètes, participe à des ventes aux enchères, effectue une veille sur Internet, et s’en remet parfois directement à des collectionneurs. Les acquisitions se font également sous forme de dons, de la part des comités d’organisation ou d’anciens athlètes qui reprennent contact avec le Musée olympique, ou bien de la part d’athlètes en activité lors de compétitions. Depuis les Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002, la collecte est préparée en amont sous la forme d’une liste d’objets communiquée au Comité d’organisation des Jeux Olympiques (Cojo).

Il importe de déterminer les points forts et les faiblesses des collections tout en veillant à conserver un équilibre entre les disciplines sportives, mais aussi entre les objets collectés auprès des athlètes féminines et ceux collectés auprès des athlètes masculins – il y a encore peu, ces derniers recevaient bien plus d’attention que les premières. L’équipe en charge de la collecte établit une liste d’athlètes selon plusieurs critères : personnalité inspirante, première participation aux Jeux Olympiques, pratiquant d’une nouvelle discipline olympique, etc. Le matériel de protection des athlètes constituait à une époque un enjeu essentiel de collecte. L’intérêt est désormais porté sur des objets difficiles à acquérir car dotés d’une grande valeur affective et personnelle tels les porte-bonheurs d’athlètes ou les costumes de patinage artistique. Il est également souvent difficile de récupérer les costumes de cérémonies d’ouverture ou de clôture, ainsi que les tenues portées par les athlètes lors des épreuves.

Chaque collecte est centrée sur des objets iconiques : médailles de vainqueur, affiche officielle, mascottes, équipements d’athlètes, objets illustrant les valeurs olympiques, les cérémonies, l’héritage olympique et la promotion de la culture du pays hôte. Aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022, les casques ont été parmi les objets les plus recherchés par les quatre personnes de l’unité Patrimoine envoyées sur place par le musée.

Acquisition

Durant les deux semaines de compétition, des échanges sont menés entre le Musée olympique et l’équipe dépêchée sur place pour repérer et déterminer les objets à collecter. Chaque jour, une liste de « belles histoires » est envoyée par l’équipe de Lausanne aux « chasseurs de patrimoine » afin de les aider à cibler les athlètes, les disciplines et les objets les plus dignes d’intérêt.

Tenues d’athlètes de skeleton aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang (Corée du Sud) en 2018. La « belle histoire » associée à l’une de ces tenues est qu’Akwasi Frimpong est devenu le premier athlète ghanéen de skeleton et le deuxième olympien d’hiver ainsi que le premier athlète masculin noir de skeleton de l’histoire olympique. © photo Aurélien Arnaud.

Les athlètes font d’abord une promesse de don au musée par le biais d’une interview. Pour cet entretien formalisé, mais qui ne porte pas forcément directement sur l’objet donné, il importe de conserver un même format d’un athlète à l’autre. Certains athlètes se montrent très émus de voir leur tenue entrer dans les collections du musée dans le but de transmettre leur héritage et de susciter des vocations. Tel est le cas du skieur acrobatique Colby Stevenson : « I’m incredibly honoured to have the jacket I was wearing in the Olympic Museum. […] I hope to inspire young kids. I’ll never know how many I get to inspire but that’s such a cool thing[4]. » D’autres ignoraient l’existence du Musée olympique de Lausanne et sont ravis à l’idée que leur histoire soit racontée au sein des collections permanentes ou lors d’une exposition temporaire, comme le skieur freestyle Christopher Lillis : « Honestly, I was completely blindsided and surprised when I first heard about it. I did not imagine any of my stuff being in the Olympic Museum in Switzerland. […] I just can’t believe that my gloves and stuff are going to be sitting in an exhibit somewhere for someone to take a look at[5]. » Enfin, certains athlètes sont plus familiarisés avec la notion de musée et de patrimoine, tel le skieur Justin Schoenefeld : « I definitely grew up going to tons of museums and to have some of my own personal stuff in the museum will be really exciting[6]. » Ce contact avec les athlètes, noué au cœur des exploits olympiques, permet de garder le lien entre l’objet et le témoignage qui lui est associé.

L’athlète signe ensuite un contrat en même temps qu’il confie ses coordonnées au musée afin d’être recontacté pour concrétiser la donation. Généralement enthousiastes, les athlètes reviennent rarement sur leur décision après avoir fait leur promesse de don. La récupération par Niccolo Campriani, triple champion olympique de tir à la carabine, d’un objet qu’il avait donné au Musée olympique constitue un cas exceptionnel[7]. En effet, c’est dans le cadre de l’ambitieux projet d’entrainer un groupe d’athlètes réfugiés avec pour défi de se qualifier pour les Jeux de Tokyo 2020, que l’athlète est venu reprendre en février 2019 sa carabine à air comprimé. Alors qu’il en avait fait don au musée à l’issue des Jeux de Rio en 2016, il a avoué avoir été quelque peu gêné au moment de faire cette demande de rétrocession au Musée olympique. Après trois ans passés dans les réserves du musée, la carabine était toujours parfaitement en état d’usage.

Difficultés de conservation

Il arrive néanmoins que des objets pâtissent des conditions de conservation, notamment en raison de leurs matériaux constitutifs. Une fois l’objet entré en collection, de nombreux problèmes de conditions de conservation peuvent se poser, liés à l’absence de vitrine dans le parcours permanent et donc à la gestion du climat, aux matériaux et aux résidus présents sur l’objet (la terre sur les chaussures, par exemple), à la nature composite des objets, à la présence de traces d’adhésifs ou à la fragilité des signatures à l’encre… Pour ces dernières, un restaurateur ou une restauratrice présente sur place lors de la compétition conseille désormais des stylos spécifiques aux athlètes qui veulent signer leur tenue ou l’objet qu’ils donnent. En effet, les équipes du Musée olympique ont constaté que certains autographes, présents sur les pièces d’équipements sportifs, avaient tendance à s’effacer avec le temps, et ce en dépit d’excellentes conditions de conservation. Il a donc fallu anticiper en fournissant aux athlètes des stylos-feutres dont l’encre soit chimiquement la plus stable possible[8].

Tenue portée lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver de Turin (Italie) en 2006. © photo Aurélien Arnaud.

Les dons de tenues, notamment de cérémonies d’ouverture, ont tendance à prendre le dessus dans les collections et posent des difficultés croissantes de deux ordres : difficultés liées à l’espace de stockage, et difficultés liées à l’habillage de mannequins dans le but de photographier les vêtements concernés. L’aide d’un restaurateur ou d’une restauratrice est de nouveau nécessaire pour déployer l’habit sur le mannequin. Prenant place au sein de l’exposition permanente, ces tenues témoignent de la riche créativité des stylistes, couturières et designers, et montrent l’évolution de la mode olympique d’une saison à l’autre.

« News corner » dédié aux nouvelles acquisitions au sein du parcours permanent du Musée olympique de Lausanne. © photo Aurélien Arnaud.

 

Les « chasseurs de patrimoine » ont pour mission de capturer la mémoire des Jeux et plus généralement de l’ensemble du mouvement olympique. Il importe de collecter ces souvenirs du passé pour construire l’avenir et transmettre l’histoire aux futures générations. Le musée situé à Lausanne peut se vanter de posséder une collection qui couvre toute l’histoire des Jeux Olympiques tandis que la collection des autres musées dédiés à l’olympisme (Lillehammer, Sapporo, Séoul…) reste centrée sur leur propre pays. Avec près de 80 000 objets conservés[9], qui vont de la chaussure de Jesse Owens (Jeux de Berlin, 1936) au maillot d’Usain Bolt (Jeux de Pékin, 2008), le Musée olympique de Lausanne constitue la plus grande source historique des Jeux Olympiques dans le monde. Sera-t-il bientôt concurrencé par le musée des Sports et des Jeux Olympiques qui s’apprête à ouvrir ses portes au Qatar ?

Auteur

Aurélien Arnaud
Élève conservateur du patrimoine, spécialité musées, promotion Daniel-Cordier (2021-2022)

[1] Le contrat de cession atteste la provenance et l’historique de l’objet au moyen de documents annexés (un courrier d’un membre de la famille d’un athlète, par exemple).

[2] Dimítrius Vikelas (1835-1908) fut le premier président du Comité international olympique (CIO) de 1894 à 1896.

[3] Avery Brundage (1887-1975) fut le cinquième président du CIO, qu’il dirigea presque seul durant une période particulièrement agitée politiquement (1952-1972).

[4] « Je suis extrêmement honoré d’avoir la veste que je portais au Musée olympique. […] J’espère inspirer les jeunes enfants. Je ne saurai jamais combien je peux en inspirer, mais c’est tellement cool. »

[5] « Honnêtement, j’étais complètement pris de court et surpris quand j’en ai entendu parler pour la première fois. Je n’imaginais pas mon équipement au Musée olympique en Suisse. […] Je n’arrive pas à croire que mes gants et mon équipement seront dans une exposition quelque part pour que quelqu’un les regarde. »

[6] « J’ai vraiment grandi en parcourant des tas de musées, et le fait d’avoir quelques éléments de mon propre équipement au musée sera vraiment passionnant. »

[7] https://olympics.com/fr/infos/le-champion-olympique-niccolo-campriani-entraine-des-refugies-pour-les-qualifica.

[8] Voir Joane LATTY, « Détermination de stylos-feutres adaptés à une conservation pérenne des autographes sur les vêtements sportifs. Musée olympique », mémoire de bachelor soutenu à la Haute École spécialisée de Suisse occidentale (Arc conservation-restauration Neuchâtel), 2019 [disponible en ligne], https://doc.rero.ch/record/327372/files/2019_BA-CRAE-Latty_Joane_Stylos_autographes_Mus_e_olympique.pdf [lien valide en juillet 2022].

[9] Les objets exposés ne représentent que 1 % des 80 000 articles conservés par le Musée olympique.



Citer ce billet
INP (2022, 15 juillet). Heritage hunters. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search