Les musées russes dans la guerre de l’information

Stage effectué à la galerie d’État Tretiakov (Moscou, Russie), février 2022.

« C’était bref mais intense ! Comme ton stage, en fait ! » Ainsi s’exprimait un ami russe alors que nous sortions du métro Tverskaya, la veille de mon départ anticipé de Moscou le 29 février 2022. Il me racontait comment il s’était retrouvé au milieu des manifestants anti-guerre en sortant de cette même bouche de métro place Pouchkine, quatre jours plus tôt, et avait failli se faire emmener par la police. De fait, je ne prétends pas être restée assez longtemps en Russie pour pouvoir donner un compte-rendu exhaustif de l’attitude des musées russes à l’égard de la guerre en Ukraine. Mon stage effectué à la galerie Tretiakov de Moscou dans le cadre de la formation de conservateur du patrimoine a dû s’interrompre lorsque l’ambassade de France à Moscou a demandé aux ressortissants français présents sur le territoire russe de quitter le pays, la semaine suivant le déclenchement de l’invasion du territoire ukrainien le 24 février 2022. Mon regard ne sera donc pas très éloigné de celui d’une observatrice à distance, mais il permet peut-être de prendre la mesure des conséquences immédiates du conflit sur le fonctionnement des musées en Russie.

Avenue Tverskaya à Moscou, le 24 février 2022. Une affiche laissée par un manifestant sur un panneau publicitaire : « Nous n’avons pas choisi la guerre. » © photo Juliette Chevée.

Le choc de l’invasion

En remontant le fil des événements de ces quatre derniers mois, il est possible de distinguer deux phases dans la réaction des musées russes à la tournure brutale de la politique de leur gouvernement. La première, au début de l’invasion, fut celle de la stupéfaction générale. Malgré l’application avec laquelle le Kremlin diffuse depuis plusieurs années, et en particulier depuis 2014, son discours belliciste au sein de la société russe[1], la concrétisation en actes d’une guerre avec l’Ukraine a été ressentie comme un électrochoc par le personnel des musées que j’ai pu côtoyer. C’est que – sans tomber dans la récupération qu’opère Vladimir Poutine de cette relation pour nier la singularité de la culture ukrainienne –, les Ukrainiens sont un peuple que les Russes ont coutume de qualifier et de considérer comme « frère ». Cependant, la stupéfaction n’engage ni la position de l’individu ni celle de l’institution à l’égard des événements.

Durant ces premiers jours d’invasion, le gouvernement russe a rapidement fait le ménage dans l’opposition politique déjà rendue exsangue ces dernières années grâce au démantèlement méthodique de toute forme de contestation[2]. Parmi les personnes qui avaient le courage de s’opposer à la politique du gouvernement, celles qui ne se sont pas résolues à quitter le pays ont été arrêtées. Si, dans les coulisses des musées, quelques voix ont tenté de s’élever contre l’« opération spéciale militaire », le ministère de la Culture russe a immédiatement rappelé préventivement à l’ordre les responsables des grands musées d’État, en leur signifiant de tenir à l’œil leurs équipes[3]. Certains ont fait le choix de renoncer à leurs fonctions, comme le directeur adjoint en charge du développement numérique du musée Pouchkine, Vladimir Opredelenov[4].

Capture d’écran du message publié par Vladimir Opredelenov sur son compte Instagram le 3 mars 2022, neuf jours après l’entrée des troupes russes en Ukraine.

Quelques timides déclarations, suffisamment évasives pour éviter d’être considérées comme une opposition à la politique officielle, ont été publiées par les grands musées d’art, manifestant une certaine perplexité des institutions face à la situation. Le musée des Beaux-Arts Pouchkine écrivait ainsi sur ses différents réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Vkontakte) le 27 février :

Nous sommes choqués par la rapidité des événements ces derniers jours. Le musée, en tant qu’institution de mémoire et de culture, fera tous les efforts possibles pour créer la possibilité d’un dialogue pacifique et mutuellement respectueux pour la réconciliation rapide de personnes exprimant des points de vue différents, mais s’efforçant de minimiser les pertes et les souffrances humaines. Nous croyons que l’espace de la culture est le meilleur endroit pour cela.

La galerie Tretiakov publiait, sous la photo d’un groupe de visiteurs regardant le tableau de Vassily Verechtchaguine, Apothéose de la guerre, le message suivant :

Ces jours-ci, comme tout le monde, nous suivons de près et avec anxiété les événements en cours qui ne peuvent laisser personne indifférent. Nous croyons que la culture est conçue pour unir les gens, donner de l’espoir, former un espace de dialogue, promouvoir la compréhension mutuelle. Le musée reste ouvert, nous ajustons nos plans et continuons à travailler pour vous, dans le respect des valeurs humanistes.

La réaction du secrétariat général de l’International Council of Museums (Icom) fut immédiate, par le biais d’un communiqué condamnant dès son premier jour, le 24 février[5], l’agression militaire russe. De son côté, le comité russe de l’Icom affichait sur tous ses réseaux le 26 février :

Icom Russie est très préoccupé par ce qui se passe et soutient la restauration d’un dialogue pacifique et l’initiation d’une coopération pour résoudre le conflit dans les plus brefs délais, afin de réduire le nombre de victimes humaines autant que possible. Par ailleurs, nous soulignons la nécessité de préserver le patrimoine historique et culturel et espérons que les dispositions de la Convention de la Haye de 1954 seront strictement respectées[6].

Capture d’écran de la déclaration du comité Icom Fédération de Russie, 26 février 2022.

Ce sont finalement les musées d’art contemporain privés, habitués depuis plusieurs années à résister à la méfiance des autorités à l’égard de la création contemporaine[7], qui sont les plus enclins à faire front contre la politique du gouvernement russe. Le musée-galerie Erarta à Saint-Pétersbourg publiait le 28 février une déclaration condamnant ouvertement « ce qui se passe en Ukraine[8] ». Plus radical, le Garage, lieu emblématique de la création contemporaine à Moscou (par ailleurs fondé par l’ambivalent oligarque Roman Abramovitch), a fait le choix dès le 26 février de suspendre complètement ses activités en réaction à la « tragédie ukrainienne[9] ». Un jeu d’équilibriste pour ces musées, qui se reflète dans le choix précautionneux des mots, l’utilisation du terme « guerre » étant passible de poursuites judiciaires et pénales.

Capture d’écran de la déclaration publiée sur le site internet du musée-galerie Erarta (Saint-Pétersbourg), 28 février 2022.

Capture d’écran de la déclaration publiée sur le site internet et les réseaux sociaux du centre d’art Garage (Moscou), 26 février 2022.

De la stupéfaction à l’(in)action

La deuxième phase de réaction fut caractérisée par un calme plat du côté des musées d’art, tandis que les musées d’histoire étaient réquisitionnés pour servir la propagande d’État.

Après leurs brefs communiqués pacifistes, les musées ont repris leurs activités sur les réseaux sociaux comme si de rien n’était. Chaque publication était toutefois sujette à une bataille de commentaires de la part des internautes, sous la forme de messages de soutien à l’Ukraine ou bien à l’armée russe, quel que soit le sujet de la publication. À partir du 3 mars, le Musée russe de Saint-Pétersbourg décidait de limiter les commentaires sur ses réseaux.

Finalement, peut-être plus éloquent encore que les déclarations évasives, toutes les grandes institutions culturelles suspendaient leurs comptes Facebook, Instagram et Twitter après l’interdiction[10] de ces réseaux sociaux le 21 mars « pour cause d’activité extrémiste ». Techniquement, les Russes peuvent encore y avoir accès à l’aide d’un VPN, mais il devient impossible pour les musées d’utiliser officiellement leurs comptes pour communiquer sur leurs activités. Depuis, leurs pages n’affichent plus que la dernière publication renvoyant vers les réseaux sociaux russes tels Vkontakte et Odnoklassniki, ou vers leur fil d’actualité Telegram.

Paradoxalement, les courants avant-gardistes du XXe siècle redeviennent « underground » au sein des musées d’art. Une collègue de Moscou me confiait début mai :

L’art antisoviétique et non-conformiste des années 1970 et 1980 est de nouveau extrêmement pertinent. Il n’est pas possible de le montrer à présent. C’est une nouvelle situation pour nous, mais notre histoire a déjà connu des interdictions de montrer aussi bien l’avant-garde que le non-conformisme. C’est pourquoi cela ne suscite pas de protestations.

Le contrôle des expositions se fait plus prégnant, en particulier pour l’art contemporain. En témoigne la fermeture fin avril de l’exposition de l’artiste russo-américain Grisha Bruskine, « Changement de décor », initialement prévue pour durer jusqu’au 24 juin à la galerie Tretiakov[11]. L’installation, composée de statues diverses et de projections vidéo évoquant sans ambigüité le rapport d’assujettissement établi par le pouvoir envers les « masses » populaires, avait été créée pour le pavillon russe de la Biennale de Venise en 2017.

Capture d’écran du site internet du quotidien d’information russe indépendant Kommersant : article d’Anna Tolstova à propos de l’œuvre de Grisha Bruskine, 29 avril 2022.

Si les musées d’art semblent se terrer et composer avec la situation, ce n’est pas le cas de tous les musées russes. Certains entreprennent résolument des actions en soutien au gouvernement. Le 27 février, le musée dédié à Alexandre Pouchkine participait à une collecte pour les réfugiés des « républiques populaires » prorusses autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, en reversant tous les fonds perçus le 23 février, journée des Défenseurs de la patrie[12].

Capture d’écran du post Instagram par lequel le musée Alexandre-Pouchkine indiquait, le 27 février 2022, reverser les fonds de sa collecte au bénéfice des réfugiés des « républiques populaires » de Donetsk et de Lougansk.

Mais le niveau supérieur d’engagement provient des musées d’histoire. Le discours officiel et la propagande du Kremlin, clamant la nécessité d’une intervention militaire en Ukraine pour préserver la sécurité des Russes, n’ont pas tardé à influer directement sur la programmation de ces institutions. C’est le cas du musée national d’Histoire contemporaine de la Russie à Moscou qui présente depuis le 5 avril et jusqu’au 22 mai une exposition au titre sans équivoque : « Otan. Chronique de la cruauté. » Celle-ci retrace les « événements internationaux clés de l’histoire de l’Otan », depuis les bombardements américains de Hiroshima et Nagasaki en 1945 jusqu’à l’intervention de 1999 en Yougoslavie et « les événements modernes sur le territoire de l’Ukraine, auxquels a mené l’actuelle coopération entre l’Ukraine et l’Otan[13] ». Les principales sources documentaires sont les agences de presse Tass et Russia Today. L’entrée est gratuite pour toutes les catégories de visiteurs.

Capture d’écran de la page consacrée à l’exposition « Otan. Chronique de la cruauté » (5 avril-22 mai 2022) sur le site internet du musée national d’Histoire contemporaine de la Russie (Moscou).

Encore plus manifeste, si cela est possible, le musée de la Victoire, qui célèbre la victoire de la Grande Guerre patriotique[14], présente depuis le 19 avril 2022 une exposition intitulée « Ordinaire du nazisme ». Les visiteurs peuvent y voir plus de 200 objets qui « racontent des histoires sur les atrocités commises par les nationalistes ukrainiens dans les années de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur les crimes massifs et la terreur moderne néo-nazis contre les habitants de l’Ukraine des années 2014-2022[15] ». La pièce maîtresse de l’exposition est une installation à la mémoire des enfants morts dans le Donbass, constituée d’une balançoire entourée de peluches au-dessus desquelles sont suspendus des anges de papiers inscrits de noms d’enfants avec leurs âges. Là encore, l’exposition reçoit le soutien de l’agence nationale de presse RIA Novosti (agence-mère de Russia Today) et de son programme « Donbass. Génocide 2014-2022[16] ». La rhétorique peut paraître simpliste et même grossière, mais elle doit être prise au sérieux. Le gouvernement russe use de tous les moyens de la muséographie contemporaine, et surtout de l’aura de fiabilité scientifique dont bénéficient encore les musées à l’heure de la désinformation, pour manipuler l’histoire.

Capture d’écran de la page consacrée à l’exposition « Ordinaire du nazisme » sur le site internet du musée de la Victoire (Moscou). Inaugurée le 19 avril 2022, l’exposition est mise à jour à mesure que se déroule le conflit.

En lien avec ce qui se fait dans le domaine de l’éducation, où les enseignants ont rapidement été formés à la présentation de l’« opération spéciale » en Ukraine auprès des enfants et des adolescents[17], les institutions patrimoniales sont mobilisées pour servir la réécriture de l’histoire et le programme d’endoctrinement du gouvernement. Ce même musée-mémorial de la Victoire accueillait ainsi le 15 mai le club patriotique interconfessionnel « Nous te servons, Russie ! » dont l’objectif est « la formation d’une position civique active parmi les jeunes d’aujourd’hui, unissant les adolescents autour des idées d’éducation patriotique, d’amour et de respect de leur pays et de leurs compatriotes sans discrimination selon la nationalité ou la religion[18]. »

Le 22 juin 2022, dans un long entretien accordé au quotidien Rossiskaïa Gazeta[19], le directeur du musée de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg), Mikhail Piotrovsky, revendiquait sans détour l’usage des musées et du patrimoine à des fins de conquête et de domination culturelles :

[…] И в мой адрес идут потоки ультиматумов: как ты смеешь не высказываться против спецоперации на Украине?! Немедленно выступай с протестом! Почему у вас их нет? Но тут надо понимать, что мы подвергаемся столь мощной атаке в сфере культуры, потому что культура это та область, в которой мы абсолютно конкурентоспособны. […] А наши последние выставки за рубежом – это просто мощное культурное наступление. Если хотите, своего рода « спецоперация ». Которая многим не нравится. Но мы наступаем. И никому нельзя дать помешать нашему наступлению. […] Не только Эрмитаж. К началу спецоперации на Украине выставки российских музеев были повсюду. У нас в Париже выставка Морозова и выставки в Италии. В Лондоне находилась самая вызывающая беспокойство выставка Фаберже. У Русского музея проходила выставка в Испании. Это и была наша, если хотите, « спецоперация », большое культурное наступление.

[…] Я всегда говорю, что патриотизм по-русски – это чувство собственного исторического достоинства. Человек понимает, что он должен пойти воевать. […] И за этим чувство собственного исторического достоинства. Желание соответствовать своей истории и миссии своей страны. Звучит очень громко, но мы же понимаем историческую миссию своей страны. И вот это ощущение, что наша страна меняет мировую историю, и ты к этому причастен, оно ключевое сейчас.

[…] Des flots d’ultimatums s’abattent sur moi : « Comment oses-tu ne pas te prononcer contre l’opération spéciale en Ukraine ! Proteste immédiatement ! Pourquoi ne le fais-tu pas ? » Mais nous devons comprendre que si nous subissons une attaque aussi puissante de la part du milieu de la culture, c’est que la culture est un domaine dans lequel nous sommes absolument compétitifs. […] Nos récentes expositions à l’étranger constituent tout simplement une puissante offensive culturelle. Une sorte d’« opération spéciale », si vous voulez. Ce que beaucoup de gens n’aiment pas. Mais nous sommes à l’offensive, et personne ne peut contrer notre offensive. […] Il n’y a pas que l’Ermitage. Au début de l’opération spéciale en Ukraine, les expositions de musées russes étaient partout. Nous avions l’exposition Morozov[20] à Paris et des expositions[21] en Italie. À Londres, il y avait une exposition Fabergé[22] des plus renversantes. Le Musée russe organisait une exposition[23] en Espagne. C’était notre « opération spéciale », si vous voulez : une grande offensive culturelle.

[…] Je dis toujours que le patriotisme à la russe est un sens de la dignité historique. Un homme comprend lorsqu’il doit partir à la guerre. […] Et derrière cela, il y a le sentiment de sa propre dignité historique. Un désir d’être à la hauteur de son histoire et de la mission de son pays. Cela résonne très fort, mais nous comprenons la mission historique de notre pays. Et ce sentiment que notre pays est en train de changer l’histoire du monde, et que tu y es impliqué, est la clé pour comprendre le moment que nous vivons actuellement.

Le 21 février 2022, Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des « républiques populaires » de Donetsk et de Lougansk à travers un discours revenant longuement sur sa vision de l’histoire de la Russie et de l’Ukraine[24]. La Russie a alors officiellement basculé d’un régime autoritaire vers une dictature avec parti unique, répression systématique de toute contestation ou même discussion du discours officiel, et usage de toutes les formes de médias, dont les musées, à des fins de propagande étatique.

Autrice

Juliette Chevée
Élève conservatrice du patrimoine, spécialité musées territoriaux, promotion Daniel-Cordier (2021-2022).

[1] L’esprit militariste se manifeste en Russie en particulier par la célébration du souvenir de la Grande Guerre patriotique (1941-1945), pour laquelle les commémorations ont pris une importance sans cesse grandissante au fil des mandats de Vladimir Poutine, avec il est vrai un certain plébiscite populaire. Voir à ce sujet le livre de Galia ACKERMAN, Le Régiment immortel. La guerre sacrée de Poutine, Paris, Premier Parallèle, 2019. Dans le domaine du patrimoine et des institutions culturelles, il faut souligner que le ministère de la Culture russe a été confié de 2012 à 2020 au révisionniste Vladimir Medinski, surnommé « ministre de la Propagande » par plusieurs commentateurs. On peut citer pour exemple de ses actions durant son ministère l’inauguration d’un monument à Mikhaïl Kalachnikov à Moscou représentant le créateur du fusil AK-47 tenant fermement son invention dans la main. Depuis le 28 février 2022, Vladimir Medinski s’est vu confier les pourparlers avec l’Ukraine. À son sujet, voir notamment l’article de Catherine FOURNIER, « Guerre en Ukraine : qui est Vladimir Medinski, ce “négociateur” qui veut réécrire l’histoire de la Grande Russie au côté de Vladimir Poutine ? », France Info.fr, 5 mars 2022 [en ligne], https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-vladimir-medinski-ce-negociateur-qui-veut-reecrire-l-histoire-de-la-grande-russie-au-cote-de-vladimir-poutine_4989732.html [lien valide en juillet 2022].

[2] Voir notamment : AFP, « Arrestation de plusieurs opposants à Vladimir Poutine à Moscou », France 24, 27 octobre 2012 [en ligne], https://www.france24.com/fr/20121027-russie-moscou-arrestation-plusieurs-opposants-politiques-vladimir-poutine-manifestation [lien valide en juillet 2022] ; Isabelle MANDRAUD & Benoît VITKINE, « En Russie, la dissolution de l’ONG Memorial marque l’ampleur du recul démocratique de l’ère Poutine », Le Monde, 29 décembre 2021 [disponible en ligne],

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/12/29/en-russie-la-dissolution-de-l-ong-memorial-marque-l-ampleur-du-recul-democratique-de-l-ere-poutine_6107571_3210.html [lien valide en juillet 2022].

[3] Communications personnelles.

[4] Message publié par Vladimir Opredelenov sur son compte Instagram le 3 mars 2022 [en ligne], https://www.instagram.com/p/CaosbpwLU1Q/?utm_source=ig_web_copy_link [lien valide en juillet 2022].

[5] ICOM, « Déclaration concernant l’invasion russe en Ukraine », 24 février 2022 [en ligne], https://icom.museum/fr/news/declaration-concernant-linvasion-russe-en-ukraine/ [lien valide en juillet 2022].

[6] Déclaration du comité Icom Fédération de Russie le 26 février, consultable sur ses différents réseaux sociaux, dont Instagram : https://www.instagram.com/p/CacIJccLg0V/?utm_source=ig_web_copy_link [lien valide en juillet 2022].

[7] Emmanuel GRYNSZPAN, « Russie : l’art contemporain sous le joug du pouvoir », Le Journal des arts.fr, 2 avril 2017 [en ligne], https://www.lejournaldesarts.fr/actualites/russie-lart-contemporain-sous-le-joug-du-pouvoir-132409 [lien valide en juillet 2022].

[8] Déclaration publiée le 28 février 2022 sur le site internet du musée-galerie Erarta : https://www.erarta.com/en/museum/news/detail/news-280222/ [lien valide en juillet 2022].

[9] Déclaration publiée sur le site internet de Garage et ses réseaux sociaux, le 26 février 2022 : https://garagemca.org/en/news/2022-02-26-announcement-from-garage-in-the-light-of-current-events [lien valide en juillet 2022].

[10] Benoît VITKINE, « Avec l’interdiction de Facebook et Instagram, Moscou poursuit sa reprise en main de l’information », Le Monde, 22 mars 2022 [disponible en ligne], https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/22/avec-l-interdiction-de-facebook-et-instagram-moscou-poursuit-sa-reprise-en-main-de-l-information_6118614_3210.html [lien valide en juillet 2022].

[11] Anna TOLSTOVA, « Le dernier changement de décor : comment Grisha Bruskine, d’artiste officiel est redevenu non-officiel », Kommersant, 29 avril 2022 [en ligne], https://www.kommersant.ru/doc/5317458 [lien valide en juillet 2022].

[12] Fête nationale russe ayant repris l’ancienne date de la fête de l’Armée rouge. Publication sur Instagram du musée d’État Alexandre-Pouchkine, le 27 février 2022 : https://www.instagram.com/p/CafGohfsbqC/ [lien valide en juillet 2022].

[13] Présentation de l’exposition en russe et en anglais sur le site internet du musée : https://www.sovrhistory.ru/data/exhibitions/2022/nato._hronika_zhestokosti/index.php?lang=en [lien valide en juillet 2022].

[14] La guerre de 1940-1945 est systématiquement désignée ainsi en russe, aussi bien en Ukraine qu’en Russie. Pour les Russes, la « guerre patriotique » est celle menée contre l’invasion napoléonienne de 1812. Un musée lui est aussi consacré depuis le XIXe siècle, près de la place Rouge à Moscou.

[15] Présentation de l’exposition sur le site internet du musée : https://victorymuseum.ru/playbill/exhibitions/vystavka-obyknovennyy-natsizm/ [lien valide en juillet 2022] ; lire également à ce sujet : Sylvain TRONCHET, « À Moscou, le musée de la Victoire a désormais une salle consacrée au “nazisme ordinaire” en Ukraine », France info.fr, 30 mai 2022 [en ligne],

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/reportage-a-moscou-une-exposition-sur-le-nazisme-ordinaire-en-ukraine-tente-de-justifier-la-guerre_5166667.html [lien valide en juillet 2022] ; Estelle LEVRESSE, « En Russie, la propagande investit les espaces culturels », Le Temps.ch, 13 mai 2022 [en ligne], https://www.letemps.ch/monde/russie-propagande-investit-espaces-culturels [lien valide en juillet 2022].

[16] Le 6 avril 2022, l’agence de presse RIA Novosti annonçait le lancement de ce projet multimédia collectant et publiant chaque jour des données et des images « attestant » la destruction ciblée de populations civiles par le régime de Kiev dans les régions de Donetsk et de Lougansk. Le site internet comporte trois rubriques : « Génocide », « Nazification » et « Militarisation ». Il publie pour le moment uniquement en langue russe, mais RIA a annoncé de prochaines versions en anglais, français, allemand, chinois, arabe et autres : https://ria.ru/donbass-2014-2022/ [lien valide en juillet 2022].

[17] Benoît VITKINE, « Russie : comment le Kremlin a fait des écoles, depuis les petites classes jusqu’à l’université, un terrain d’endoctrinement », Le Monde, 11 mai 2022 [disponible en ligne], https://www.lemonde.fr/international/article/2022/05/11/l-ecole-champ-de-bataille-du-kremlin_6125599_3210.html [lien valide en juillet 2022].

[18] Présentation du club sur le site internet de l’agence gouvernementale Pobeda RF : https://pobedarf.ru/2022/05/12/patrioty-soberutsya-v-muzee/ [lien valide en juillet 2022].

[19] Elena YAKOVLEVA (entretien avec Mikhail Borisovich PIOTROVSKY), « Почему необходимо быть со своей страной, когда она совершает исторический поворот и выбор. Отвечает Михаил Пиотровский [Pourquoi est-il nécessaire d’être avec son pays quand il fait un virage et un choix historique ? Mikhail Piotrovsky répond] », Rossiskaïa Gazeta, 22 juin 2022 [en ligne], https://rg.ru/2022/06/22/kartina-mira.html [lien valide en juillet 2022].

[20] « La collection Morozov. Icônes de l’art moderne », Paris, Fondation Louis-Vuitton, Paris, 22 septembre 2021-3 avril 2022.

[21] « Titien e l’immagine della donna nel Cinquecento Veneziano », Milan, Palazzo Reale, 23 février-5 juin 2022 ; « Grand Tour. Sogno d’Italia da Venezia a Pompei », Milan, Galerrie d’Italia di Intesa Sanpaolo, 19 novembre 2021-27 mars 2022 ; « Picasso va, Picasso arriva », Rome, Fondazione Alda Fendi – Esperimenti (Palazzo Rhinoceros), 10 juin-16 octobre 2022.

[22] « Fabergé in London. Romance to Revolution », Londres, Victoria & Albert Museum, 20 novembre 2021-8 mai 2022.

[23] « Guerra y paz en el arte ruso », Málaga, Collección del Museo ruso, 30 avril 2021-24 avril 2022.

[24] Vladimir POUTINE, « Discours du président de la Fédération de Russie », 21 février 2022 [disponible en ligne], http://kremlin.ru/events/president/transcripts/67828 [lien valide en juillet 2022].



Citer ce billet
LB (2022, 18 juillet). Les musées russes dans la guerre de l’information. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd14

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search