De la conservation-restauration des papiers chinois : place de la recherche au cœur d’une vie professionnelle en Chine et en France

Pauline CHASSAING[1]

C’est l’attirance pour son caractère complet qui m’a menée vers le métier de conservateur-restaurateur. Remonter le fil de la matière, telle une enquête, du patrimoine vers l’humain, vers les histoires, les sens et les valeurs, en mettant à contribution la diversité des disciplines (sciences humaines, sciences « dures »), le faire dans un objectif de documentation, de transmission et dans une démarche associant l’œil, la main et l’esprit… est une ouverture naturelle vers la recherche. Ce métier permet une alternance constante de proximité ténue et de distanciation avec le patrimoine qui apporte une tournure d’esprit des plus précieuses et qui permet pour chaque restauration de faire de la matière, des techniques, de l’humain, du temps et du contexte un sujet d’étude.

Dans un exercice libéral de la conservation-restauration, il est pourtant difficile de maintenir une part de recherche dans son activité. Ayant eu l’occasion de bénéficier du soutien de la Fondation Carnot à deux reprises, en 2007 et en 2020, je vais évoquer brièvement le sujet de ces recherches mais plus encore partager la manière dont on peut tendre à ménager une activité de recherche dans sa vie professionnelle, en tant qu’indépendante comme en tant que salariée.

La première de mes recherches soutenues par la Fondation Carnot, en 2007, s’inscrivait dans la suite logique de mon parcours étudiant à l’Institut national du patrimoine (INP). Cette continuité a permis de faire émerger les sujets d’eux-même. La première partie de cet article aurait pu ainsi s’intituler « De l’INP à la Chine », et il convient de revenir sur quatre opportunités préalables : l’impact du stage à l’étranger lors du cursus, l’apprentissage d’une langue, le choix d’un sujet de mémoire, et enfin le point de départ d’une opportunité d’emploi comme sujet de recherche.

Première opportunité : le stage à l’étranger lors du cursus à l’INP

Dans le cadre du cursus de conservation-restauration à l’INP, un stage à l’étranger de plusieurs mois est obligatoire. C’est une étape formatrice qui fait partie des fondamentaux pédagogiques de l’établissement et qui permet de découvrir d’autres approches culturelles de la conservation-restauration. J’avais, pour ma part, choisi de le réaliser en République populaire de Chine et été accueillie en 2004 dans l’atelier de montage et de restauration des peintures et calligraphies chinoises du musée de la province du Henan, dans la ville de Zhengzhou. Les ateliers de ce type sont les lieux d’un savoir-faire traditionnel et ancestral qui, associant mesures de conservation et de valorisation, repose sur la préparation, la restauration et le montage de peintures, de calligraphies, de documents sur papier ou sur soie (montage en rouleaux, montage en albums, etc.)[2].

Vue du musée du Henan, Zhengzhou, 2004. © photo Pauline Chassaing.

Deuxième opportunité : l’apprentissage du vocabulaire spécialisé dans une langue étrangère

Ce choix avait été validé deux ans auparavant par l’INP sous réserve d’apprendre le mandarin – contrainte inspirée autant que salutaire. L’établissement n’avait pas connu de précédent et l’idée était de relever le défi en se préparant. La préparation linguistique a été double : apprentissage du mandarin grâce aux offres proposées en France (Inalco, associations), mais aussi transmission, de la part des responsables de l’atelier chinois, du vocabulaire spécialisé, en amont du stage.

Il faut souligner que c’est alors l’INP qui a pris en charge les frais d’apprentissage du mandarin durant la phase de préparation : un investissement et un pari sur l’avenir dont l’utilité a marqué la suite de ma carrière et qui m’amène désormais à défendre dans les projets de collaborations internationales l’idée – vérifiée par ma propre expérience et celle de nombreux collègues ou étudiants – qu’il est utile de soutenir l’apprentissage des langues et de travailler sur les vocabulaires spécifiques du patrimoine en différentes langues si l’on souhaite obtenir une collaboration de qualité[3].

Troisième opportunité : le choix d’un sujet de mémoire en conservation-restauration

Mon sujet de mémoire mené de septembre 2004 à juillet 2005 était en partie lié au stage en République populaire de Chine[4], il a été nourri par lui et par les liens qu’il a permis de tisser puis d’entretenir. Le choix du lieu de stage à l’étranger combiné au sujet de mémoire a permis de dessiner un intérêt plus spécifique pour les documents chinois sur papier et leur conservation – qu’ils proviennent de collections conservées en Chine ou ailleurs dans le monde. Cette ouverture a d’ailleurs été encouragée par l’existence de deux figures incontournables de la conservation-restauration des documents chinois en France : Claire Illouz et Camille Schmitt.

Dans le cadre de mon sujet de mémoire, j’ai pu inventorier différents modes de stockage et de conditionnement d’une typologie particulière de documents : les estampages chinois. Cette technique, dont les manifestations sont peu connues, peu étudiées, et pourtant si nombreuses dans les collections chinoises, en France et dans le monde, a été aussi l’occasion de réfléchir sur la nature tridimensionnelle de l’estampage et l’impact des traitements de restauration sur les états de surface des estampages. C’est une technique qui ne m’a plus quittée depuis.

Exemple d’estampage réalisé sur un élément architectural en brique (collection particulière). © photo Pauline Chassaing.

Quatrième opportunité : un emploi salarié en République populaire de Chine

L’idée de la première recherche soutenue par la Fondation Carnot est née d’une opportunité d’emploi au lieu même qui m’avait accueillie quelques années auparavant. Le stage de 2004 s’était très bien passé grâce à la transmission généreuse des maîtres de l’atelier, à la préparation en amont, à mon intégration dans le musée et probablement en raison aussi de l’intérêt que j’avais pour un mode d’apprentissage différent, traditionnel, de maître à élève, long et progressif, dont j’avais eu un aperçu.

Peu après mon diplôme, en 2007, j’ai été salariée et intégrée au centre de conservation de ce même musée. Partant de cette opportunité, j’ai proposé en parallèle à la Fondation Carnot de mener une recherche pour donner de l’ampleur à mon projet initial et lui conférer :une dimension non plus seulement locale mais aussi nationale. J’ai donc travaillé à la fois sur le fonctionnement et l’évolution de l’atelier traditionnel qui m’accueillait, et sur le contexte général contemporain. Or, les années 2000 ont été un moment important du développement de la conservation du patrimoine en République populaire de Chine et des problématiques qui lui sont liées.

Le personnel du musée du Henan réuni en 2007, pour les 80 ans du musée. © Henan Museum.

Recherche sur l’évolution du contexte de la conservation et restauration en Chine (2007)

Grâce à la bourse octroyée par la Fondation Carnot, je me suis à la fois concentrée sur la ville de Zhengzhou, qui comptait à l’époque plus de sept millions d’habitants, et ai pu me déplacer dans plusieurs autres provinces, en particulier dans les villes de Xi’an, Pékin, Shanghai, Nankin et Suzhou. Je me suis rendue dans les centres de restauration et de recherche scientifique dans le domaine de la conservation, affiliés ou non à des musées ; en d’autres ateliers, traditionnels ou non (certains utilisant des techniques de thermocollage, par exemple), intégrés à des musées ou non. Je me suis intéressée aux divers modes de transmission et aux formations, soit qu’elles étaient dispensées au sein de ces ateliers, au sein de centres de recherche ou encore en des lieux académiques artistiques.

Partout, j’ai pu observer le grand développement et l’équipement massifs de centres de recherche scientifique. J’ai également observé l’intense dynamique autour de ces centres qui proposaient à l’échelle nationale des colloques, des rencontres, ainsi que quelques formations ponctuelles. Les collègues chinois ne cessaient de s’interroger sur la déontologie de la discipline, discutant non seulement de l’apport des méthodes et des approches occidentales mais aussi des spécificités chinoises et extrême-orientales. Certaines de ces rencontres étaient d’ailleurs régionales (Chine-Corée-Japon). Dans ce contexte, j’ai été invitée en 2007 à la première assemblée plénière du comité des musées de Chine pour la conservation des collections. J’ai eu la chance d’être au cœur de ce moment particulier : celui d’une triple rencontre entre technique traditionnelle, sciences et influences extérieures.

Les échanges portaient de façon privilégiée sur la (les) théorie(s) de la restauration, sur l’apport des sciences et sur la formation des spécialistes. Les collègues chinois étaient alors bien conscients de l’importance de se situer dans le panorama international. Répondant à ce nécessaire positionnement, certains évènements au premier rang desquels la 22e Conférence générale d’Icom à Shanghai en 2010, ont permis une intégration progressive des collègues chinois dans les instances internationales.

Les rencontres dans le domaine du patrimoine ont été l’occasion à la fois de diffuser de nouvelles idées et orientations générales venues de l’extérieur, mais aussi d’identifier la nécessité de définir une discipline adaptée au patrimoine chinois. C’est l’époque où les textes fondamentaux de la discipline en Occident ont été traduits ou diffusées via des articles[5], dans un contexte où se multiplie les publications dans les revues scientifiques[6]. Les principes de la muséologie ont largement été développés et de nombreuses références au Getty Institute étaient faites. Il y a eu beaucoup d’échanges sur les pratiques traditionnelles et la conservation ou restauration qualifiées de « scientifiques ». Sur ce point et sur le cas particulier des ateliers de montages traditionnels dans ce contexte, je renvoie à ma publication dans la revue Arts Asiatiques[7], ou plus récemment dans le dossier « Patrimoines en débat » de la revue Patrimoines[8].

En parallèle, à l’échelle locale, j’ai pu continuer à découvrir les techniques traditionnelles de conservation et de valorisation des peintures et documents chinois sur papier ou soie, auprès de trois professionnelles. Il s’agit principalement de techniques de doublage sur papier liées au montage sur rouleaux de soie verticaux et horizontaux, dont les premières mentions remontent à 1500 ans. Mon sujet d’étude portait sur les techniques de restauration : gestes, outils et matériaux spécifiques. Durant l’année 2007, j’ai pu observer et participer moi-même à la dynamique de cet atelier traditionnel,partie intégrante d’une institution moderne. La mission qui m’avait été donnée par le musée était de travailler avec mes collègues de l’atelier et les équipes scientifiques sur l’étude et la conservation d’un manuscrit chinois de la dynastie Tang (618-907), au moyen d’une approche multidisciplinaire inspirée de celle du mémoire de fin d’études en conservation-restauration. Dans le cadre de ce projet, l’approche traditionnelle a été complétée par le regard d’autres disciplines : histoire du bouddhisme, codicologie et sciences analytiques. Le constat d’état a été complété par des analyses de fibres, des prises de pH, etc. L’atelier s’est notamment déplacé à la Bibliothèque nationale de Chine pour y rencontrer un restaurateur réputé ; dans une papeterie traditionnelle qui fournissait notre principal matériau de travail ; etc. Tout a été mis en œuvre pour tenter d’acquérir sur le sujet la vision la plus globale possible. Ce projet a duré une année. Il est détaillé dans un article publié par la revue Support/tracé[9].

Des représentantes de l’atelier traditionnel ont été invitées à certaines des conférences nationales évoquées précédemment, et qui étaient organisées par les centres scientifiques d’institutions muséales. L’atelier a intégré progressivement des équipements, des méthodes pour développer des études scientifiques, et lorsque j’y suis retournée au début des années 2010, il était désormais équipé d’un laboratoire, d’une table nettoyante, de tables lumineuses équipées de caméras pour retransmettre en direct les gestes dans l’atelier lui-même ou dans une salle pédagogique du musée. Dans ce contexte de grande évolution, l’atelier a progressivement été valorisé différemment, a développé des formations et cherché à faire connaître ses activités.

Grâce à la bourse de la Fondation Carnot, j’ai pu visiter d’autres ateliers en Chine en 2007 : à Shanghai, Nankin, Pékin, etc. Je me suis intéressée à l’évolution du mode de transmission, d’un apprentissage long et initiatique à des formes plus ouvertes, y compris à moi. Même s’il faut souligner que ces techniques nécessitent toujours un investissement de temps car leur maîtrise s’acquière avec l’expérience et une connaissance pratique des matériaux, de nouveaux modes de formations sont apparus dans les années 2000 et postérieurement. Par exemple, en faisant venir dans un atelier des experts d’une autre province ou d’une autre institution. Ce fut le cas lors d’une formation organisée à l’Académie chinoise du patrimoine à Pékin, dont les organisateurs firent appel à des maîtres chinois reconnus de la Cité Interdite, mais aussi à un expert japonais pour comparer outils et méthodes de montage. Un autre profil de lieux de formation a été étudié : les écoles et académies de beaux-arts, qui abordent également les techniques de montage et de restauration dans leur cursus. Ces lieux sont des viviers pour la transmission de gestes, de techniques, pour la présentation et parfois la préparation d’outils traditionnels.

La recherche soutenue par la Fondation Carnot en 2007 m’a permis d’observer, de constater, de transmettre et de recevoir, de construire des liens durables, des projets, de situer mon point de vue « à la fois à l’intérieur et à l’extérieur » selon une belle formule que m’avait adressée la journaliste Dominique Blanc. Ce que je tirais comme conclusion en 2007 était que la Chine portait non seulement une dynamique impressionnante à l’égard de l’étude et de la conservation de son patrimoine, mais amorçait aussi des réflexions nouvelles autour de la formation de ses professionnels[10]. Lorsque je suis retournée dans l’atelier du musée du Henan en 2011, j’ai apprécié l’apparition d’une plaque installée dans l’atelier mentionnant le classement de l’atelier au patrimoine immatériel de la province du Henan, car au-delà de l’évolution vers une approche scientifique, elle montrait aussi une prise de conscience quant au statut de cette technique traditionnelle des monteurs-restaurateurs. Il y a en effet dans le contexte chinois une question qui peut se poser sur la nature des profils à former : de purs scientifiques de la conservation, des profils de praticiens traditionnels tournés vers les sciences, des profils artistiques tournés vers la conservation-restauration ? Y a-t-il un pont entre les disciplines ou des juxtapositions ? Le métier de conservateur-restaurateur a-t-il un nom ?

On constate une difficulté à traduire le métier de « restaurateur » en chinois, notamment en raison du sens que recouvre le terme généralement utilisé, « 修复人员 » (xiūfù rényuán), plus proche de l’idée de « réparateur ». Jusqu’à présent, loin d’évoquer une formation de haut niveau, il correspond à une activité peu considérée. Ce problème de traduction est directement lié au statut professionnel, et donc à la formation. En France, le métier tend depuis plusieurs décennies à mettre en valeur la composante intellectuelle qui accompagne la pratique. Il est désormais reconnu pour cet aspect, et son activité peut d’ailleurs relever d’un statut libéral. Les liens entre restauration et science viennent en partie de l’archéologie, discipline qui se situe elle même aux confluents des sciences, de la matière et de l’histoire des techniques. Or, l’une des problématiques principales de l’archéologie chinoise est liée aux bronzes antiques, dont la conservation passe par la connaissance de la composition des alliages, des réactions chimiques d’oxydation, et des processus de corrosion, de dégradation. L’idée de la « restauration scientifique » s’est donc imposée assez naturellement pour la restauration des bronzes. Elle reste d’emblée moins familière dans le contexte des ateliers de montage de rouleaux. Le concept de « restauration scientifique » (科学修复, kēxué xiūfù) vient par ailleurs de l’approche adoptée pour la restauration des monuments. De façon significative, l’expression chinoise s’insprire des idées de Gustavo Giovannoni (1873-1947) et de la « restauro scientifico », ainsi que de celles de Giulio Carlo Argan (1909-1992) qui a fondé avec Cesare Brandi le projet de l’Institut central de restauration italien (ICR), où pour la première fois du matériel scientifique a été mis au service de l’étude du patrimoine[11]. Dans les discussions et publications des confrères chinois, on trouve aussi l’expression « technique de conservation scientifique » (科学保护技术, kēxué bǎohù jìshù), qui exclut au final le terme « restauration » (修复, xiūfù).

La question se posait en 2007 de savoir qui restaure ? Différents profils peuvent coexister, et la question est alors plutôt de savoir qui restaure quoi ? Et en amont : comment forme-t-on les uns et les autres ?

De la Chine à l’INP

Lors de mon activité professionnelle indépendante en tant que restauratrice spécialisée en arts graphiques, j’ai continué en France à rencontrer des papiers chinois et à les étudier dans le cadre d’un projet proposé au Centre de recherce et de restauration des musées de France (C2RMF) sur l’identification des papiers chinois dans les collections publiques[12]. Après 2007, les liens avec les contacts du milieu du patrimoine rencontrés en Chine ont perduré, ce qui m’a amenée assez régulièrement, pendant une dizaine d’années, à effectuer pour le compte de l’INP des missions en Chine et à accueillir des délégations en France. En 2017, j’ai finalement été recrutée au poste nouvellement créé de responsable des relations internationales en raison notamment des projets liés à la Chine et dont une action importante a été en 2019 l’organisation d’un chantier-école inédit avec des élèves françaises et des professionnels venus de toute la Chine, au temple Ming de Gongshu[13].

Exemple de papiers chinois, chez un fournisseur à Pékin, 2007. © photo Pauline Chassaing.

Si, d’une certaine manière, l’INP m’a conduit vers la Chine en m’offrant l’opportunité d’un stage en tant qu’élève restauratrice puis en me sollicitant pour des missions en tant que jeune professionnelle, la Chine m’a aussi rapprochée de l’INP, notamment grâce aux nombreuses portes qui se sont ouvertes au moment de ma recherche pour la fondation Carnot.

Recherche sur les estampages chinois (2020)

Autant le sujet de recherche soutenu par la Fondation Carnot en 2007 était lié à une opportunité d’emploi et d’immersion en République populaire de Chine, autant le sujet soutenu en 2020 est lié à ma thèse en cours, sous la direction d’Antoine Gournay au Creops[14], intitulée à ce stade « Fonctions et techniques de l’estampage dans la culture chinoise lettrée » et qui devrait aboutir en 2023.

Détail d’une version récente de l’estampage restauré lors du mémoire de fin d’études à l’INP en 2004-2005 (collection particulière). © photo Pauline Chassaing.

Ce sujet s’inscrit lui aussi dans le temps, puisqu’il est en lien avec mon mémoire de fin d’études à l’INP en 2005, et en lien avec l’activité professionnelle qui m’a amenée à poursuivre les recherches sur cette typologie de document chinois au sein des collections françaises. Le temps du mémoire m’avait permis d’appréhender la technique elle-même, qui consiste à saisir l’empreinte – en général l’empreinte d’inscriptions – en appliquant et en encrant un papier à la surface d’un support dont la typologie la plus connue est celle des stèles. La technique de l’estampage, apparue dans les premiers siècles de notre ère, a précédé l’imprimerie et lui a survécu. Un endroit particulier en Chine est indissociable de cette technique : la Forêt des stèles de Xi’an, qui est une sorte de bibliothèque de pierre, conservatoire de textes calligraphiés et gravés , parfois dans plusieurs langues et datant d’époques fort diverses.

Processus d’estampage d’une stèle, Forêt des stèles, Xi’an. © photo Pauline Chassaing.

Mon stage en Chine m’a permis de chercher la stèle à l’origine de l’estampage de mon œuvre de mémoire, une stèle d’époque Song représentant les six chevaux de l’empereur Tang Taizong. J’ai pu acquérir moi-même sur place un estampage réalisé environ un siècle après celui que le poète Victor Segalen rapporta en France et offrit au musée Cernuschi. J’en ai modélisé la technique en 2004-2005 pour tenter de comprendre d’une part l’influence du type de gravure dans la stèle sur l’état de surface du papier d’estampage, d’autre part l’impact de différentes méthodes de doublage sur les creux et reliefs des estampages. Ces recherches ont été réalisées grâce à des mesures microtopographiques dont les applications dans le domaine du patrimoine commençaient tout juste à se développer et dont j’ai pressenti par la suite l’intérêt pour mesurer les états de surfaces des rouleaux peints des musées Guimet et Cernuschi en 2014-2015 (évaluation de l’état critique des plis, par exemple).

Appréciés essentiellement pour les inscriptions qu’ils portent ou les formes dont ils prennent l’empreinte, les estampages sont peu connus et souvent mal compris du point de vue matériel. Ils sont présents dans de nombreuses collections françaises et européennes. Le moment du mémoire puis plusieurs années d’activité professionnelle m’ont amenée à observer dans les collections de nombreuses typologies d’estampages et leurs modes de conservation, d’évaluer de manière globale l’état de conservation de plusieurs centaines d’estampages chinois et d’en traiter pour le musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris (musée Cernuschi). Hors contexte chinois, ces documents rapportés par des occidentaux posent des défis en termes de compréhension mais aussi de conservation, principalement en raison de leur format, de la finesse du papier et de leur valorisation. En tout, ce sont probablement des dizaines de milliers de feuilles qui sont concernées en Europe. À titre indicatif, j’estime au minimum à 12 000 le nombre d’estampages conservés en France[15].

Le second projet proposé à la Fondation Carnot consiste à mettre en œuvre des séjours de recherche dans quelques pays occidentaux conservant des collections chinoises et proposant des études dans le domaine (Belgique, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas ou Suède), ainsi qu’en Chine, qui demeure une source vive pour observer la pratique toujours actuelle de l’estampage. L’objectif du projet que la Fondation Carnot a décidé de soutenir en 2020 est triple :

  • contribuer à nourrir un sujet de thèse basé sur les sources mais aussi sur l’observation matérielle et technique des collections
  • répondre à des questions liées au statut et à la conservation-restauration des estampages,
  • préparer de futures collaborations internationales autour de ce sujet.

Quand bien même l’année 2020 a été, a bien des égards, peu propice aux déplacements, j’ai pu accéder à quelques musées et bibliothèques, en France et en Suède, et maintenir mes recherches.

Conclusion

Cet article est l’occasion de remercier la Fondation Carnot pour les opportunités de recherche offertes à deux reprises, ainsi que l’Institut national du patrimoine qui m’a formée et informée de ce dispositif après mon diplôme de conservation-restauration du patrimoine. J’espère que bien d’autres collègues restaurateurs ou conservateurs pourront proposer de nouveaux sujets et en bénéficier.

Enfin, j’aimerais croire et laisser penser qu’il est possible de maintenir une part de recherche au sein d’une activité libérale, autrement dit qu’il est possible de transposer dans une vie professionnelle la méthodologie et la démarche reçues au cours de ses études – fut-ce au prix d’un changement d’échelle –, et qu’il est ainsi possible d’utiliser au mieux ses talents au service de la connaissance et de la transmission du patrimoine.

 

[1] Responsable des relations internationales de l’Institut national du patrimoine.

[2] Camille SCHMITT, La Médecine de l’art. Conservation des calligraphies et peintures chinoises en rouleaux à partir des textes de la dynastie Ming, 1367-1644, Arles, Philippe Picquier / Centre de conservation du livre, 2011.

[3] Pauline CHASSAING & Anaïs GAILHBAUD, « Valuing the quality of mutual understanding among heritage professionals in a global network », in S. N. (dir.), Transcending boundaries. Integrated approaches to conservation, actes de la 19e conference triennale de Icom Committee for Conservation (Beijing, 17–21 mai 2021), Paris, Icom-CC, 2021 [en ligne], https://www.icom-cc-publications-online.org/dlfile.aspx?file=docs/content/pdfs/2021/Icom-CC_2021_Beijing_223.pdf [lien valide en juillet 2022].

[4] Pauline CHASSAING, « État de stèle, empreinte de Chine. Itinéraire d’un estampage donné par Victor Segalen au musée Cernuschi. Impact de différentes méthodes de doublage sur la tridimensionnalité du papier », mémoire de fin d’études en conservation-restauration soutenu à l’Institut national du patrimoine (Paris, 2005).

[5] Première version chinoise de la théorie de la restauration de Cesare BRANDI éditée par l’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente (IsIAO, Rome) : 布兰迪,《文物修复理论》, 罗马, 意大利非洲与东方研究所出版, 2006. Parmi les nombreux exemples de diffusion dans ces années, mentionnons l’article en chinois de Changfa ZHAN, « Reflection of Thinking-Establishment and Practice of Italian Restoration Theories », in 西安文物保护修复中心, 《文物保护科学论文集》, 北京, 文物出版社, 2004, p. 197-203 ; et dans le même recueil : Tao MA, « Principles, theories and procedures of restoration in Modern Time », p. 204-213. Citons également la traduction de l’ouvrage The Museum Environnment de Garry THOMSON : 加瑞汤姆森, 《博物馆环境》, 北京, 科学出版社, 2007.

[6] Comme la revue 《文物 [Biens culturels]》 qui existe depuis 1959, 《文物保护与考古科学. Sciences of conservation and archaeology》 publiée par le musée de Shanghai depuis 1989, ou de nouvelles revues telle 《文物科技研究 [Recherches sur les sciences et les technologies du patrimoine]》 publiée à partir de 2004 par l’Académie chinoise du patrimoine culturel (Cach).

[7] Pauline CHASSAING, « Tradition et conservation : évolution des matériaux et outils de l’atelier de montage, dans le context chinois contemporain », Arts asiatiques, tome 68, 2013, p. 63-68 [disponible en ligne], https://www.persee.fr/doc/arasi_0004-3958_2013_num_68_1_1814 [lien valide en juillet 2022].

[8] Pauline CHASSAING, « Conservation et restauration au XXIe siècle. Approches du patrimoine en République populaire de Chine », Patrimoines, no 13, 2017, p. 18-49.

[9] Pauline CHASSAING, « Étude d’un manuscript bouddhique conservé au musée du Henan : un exemple concret de l’évolution de la conservation et de la restauration en République populaire de Chine », Support/tracé, no 12, 2012, p. 55-62.

[10] Pauline CHASSAING, « Étude de l’évolution du contexte de la restauration en République populaire de Chine, à travers l’exemple d’un atelier de montage traditionnel intégré à une institution moderne », rapport de la recherche soutenue par la Fondation Carnot (Paris, 2008).

[11] L’article de Tao MA, « Principles, theories and procedures of restoration in Modern Time », in 西安文物保护修复中心, 《文物保护科学论文集》, 北京, 文物出版社, 2004, p. 204-213, reprend l’historique et l’évolution des principes de la restauration, en particulier dans le domaine architectural, avec l’opposition au XIXe siècle des principes de restauration stylistique d’Eugène Viollet-le-Duc en France contre le parti pris de conservation de John Ruskin et William Morris en Angleterre ; puis la notion de « restauration philologique » de Camillo Boito dès la fin du XIXe siècle et, plus près de nous, le concept de « restauration scientifique » de Gustavo Giovannoni, la « restauration critique » de Roberto Pane et Renato Bonelli et enfin la restauration moderne avec Cesare Brandi.

[12] Pauline CHASSAING & Nathalie COURAL, « Survey of Chinese papers preserved in French museums. Elaboration of a French-Chinese network », in Janet BRIDGLAND (dir.), Icom Committee for Conservation 17th Triennal Meeting 19-23 September 2014, Paris, Icom-CC, 2014 [en ligne], https://www.icom-cc-publications-online.org/dlfile.aspx?file=docs/content/pdfs/2014/Icom-CC_2014_Melbourne_179.pdf [lien valide en juillet 2022].

[13] Ce chantier-école a reçu une mention spéciale du comité France-Chine en 2021 pour le caractère innovant et qualitatif de la collaboration entre les équipes des deux pays. LES MICHAUD (réal.), Chantier-école de Gongshutang (Chine, 2019), vidéo, 16,11 min, Paris, prod. Institut national du patrimoine / Fondation des sciences du patrimoine, 2020 [en ligne], https://www.youtube.com/watch?v=on3mFUlXyX0 [lien valide en juillet 2022].

[14] Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (Sorbonne Université) : https://creops.sorbonne-universite.fr/ [lien valide en juillet 2022].

[15] Grâce aux travaux menés par plusieurs chercheurs sous la direction de Jean-Pierre Drège, il existe une base de données regroupant les estampages de sept fonds, dont quatre collections françaises : http://www.efeo.fr/estampages/ [lien valide en juillet 2022].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search