Former des conservateurs (partie 3). Avant l’INP : la place de la recherche scientifique en question

En partie parce qu’elle a été créée en s’inspirant de l’École nationale d’administration (et cette influence est demeurée très prégnante au sein de l’établissement), en partie parce qu’elle s’est construite en opposition avec les formations qui existaient avant elle (en particulier celle de l’École nationale des chartes), l’École nationale du patrimoine, puis l’Institut national du patrimoine qui a pris sa suite au début du XXIe siècle ont entretenu et continuent d’entretenir des rapports complexes avec la recherche scientifique, Les compétences qu’elle confère apparaissant comme nécessaires dans le profil des futurs conservateur (comme garantie de la valeur de leur expertise), mais sa pratique n’étant guère encouragée dans les faits. En outre, le modèle de la grande école d’application du service public, avec son calendrier de formation calé sur l’année civile et son diplôme extérieur au LMD[1], ne se prête guère à la création d’associations structurantes avec les universités ou les établissements de recherche. On commencera par retracer à très grands traits l’histoire de l’environnement scientifique de l’INP avant de se poser la question de la place de la formation scientifique avant, pendant et après l’INP. Sur la place de la formation scientifique avant l’école d’application, on insistera en particulier sur l’apprentissage de la recherche scientifique et sur le positionnement actuel du concours par rapport à celle-ci. Concrètement, est sur la table le sujet du décalage entre le niveau requis pour passer le concours, le niveau réel et ce qui serait le niveau souhaitable.

Rappel sur le cadre général de structuration de la recherche à l’INP

À partir du début des années 2010, cependant, sous l’impulsion de Gennaro Toscano, l’INP s’est progressivement rapproché du monde de l’enseignement supérieur. Son implantation matérielle dans le même bâtiment que l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), antérieure de quelques années à ce processus, l’a en quelque façon facilité. Dans un premier temps, c’est au sein du PRES[2] puis de la Comue[3] Hésam[4], avec le LabEx[5] CAP[6] et en partenariat avec l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, également membre d’Hésam, que l’INP a structuré son rapport à la recherche scientifique, en bénéficiant des financements du CAP (notamment pour des publications), en mettant en place avec Paris 1 une convention pour la création d’un doctorat en formation continue (en histoire et en histoire de l’art) et en se dotant en interne de sa propre équipe de recherche, dont l’action est principalement matérialisée par un séminaire.

La recomposition progressive d’Hésam ne laissant que peu de perspectives de coopération pour les établissements œuvrant dans le champ des sciences humaines, le LabEx CAP n’ayant pas été prolongé après 2020 et le doctorat en formation continue ayant connu un succès relativement limité, la place de la recherche à l’INP s’inscrit désormais dans un tout autre écosystème, et c’est en relation avec celui-ci que peut – sans préjuger d’autres pistes en fonction des spécialisations de chacun – se bâtir le projet scientifique des futurs conservateurs.

Ce nouvel environnement s’appuie d’une part sur la Fondation des sciences du patrimoine (partenaire majeur de l’INP, et notamment de son laboratoire de recherche des restaurateurs, pour les sciences du patrimoines), et, d’autre part, sur un triple partenariat avec Cergy Paris Université (CY) : une association avec CY Alliance (plus souple que l’insertion dans une Comue, qui n’est pas une nécessité pour un établissement tel que l’INP), une participation au consortium de l’école universitaire de recherche Humanités, Création et Patrimoine, qui se concrétise par un master transversal et un doctorat par le projet (ce consortium réunit, autour de CY, l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, l’École nationale supérieure de paysage de Versailles, l’École nationale supérieure d’arts de Paris Cergy et l’INP), et, enfin, une convention spécifique de partenariat avec l’unité mixte de recherche (UMR) Héritages, portée par CY, le CNRS et le ministère de la Culture, qui est spécialisée, entre autres, dans les études patrimoniales à partir de l’ethnologie, de l’histoire et des études civilisationnelles.

Les conservateurs un corps « mastérisé » de fait ?

Pour mémoire, les conservateurs du patrimoine recrutés en externe passent un concours de catégorie A accessible avec une licence, ce qui correspond au cas de figure le plus fréquent pour l’ensemble des concours de cette catégorie, nonobstant un nombre assez important d’exceptions, et non des moindres.

Dans les faits, sur les années 2018-2021, un seul élève a été reçu avec un diplôme de niveau inférieur au master 2 (M2) (en l’occurrence un master 1). La promotion Daniel-Cordier, qui a débuté sa formation en janvier 2021, ne fait pas exception, puisque tous ses élèves reçus sur concours, interne et externe confondus, détiennent au moins un M2, à une exception près (élève reçue au concours interne, ayant effectué ses études avant la mise en place du LMD, et titulaire d’une maîtrise). Pour être plus précis, le niveau M2 semble plutôt être le niveau plancher pour intégrer l’INP, si l’on tient compte du nombre très important des élèves ayant déjà suivi une formation en école elle-même sélective avant leur succès aux épreuves (70 % de diplômes de l’École nationale des chartes, de l’École du Louvre ou de l’IEP), de la forte proportion de lauréats ayant deux masters (8 sur 33, soit 25 %) et de la proportion encore plus importante de lauréats ayant au moins un diplôme d’un niveau supérieur au M2 (12 sur 33, dont trois docteurs, soit plus d’un tiers). Dans l’immense majorité des cas, ces formations ont conduit au minimum le candidat à recevoir une initiation à la recherche scientifique, au maximum à faire de lui une jeune chercheuse ou un jeune chercheur déjà aguerri.

On pourrait supposer que cette « mastérisation » de facto est suffisante et que, en conséquence, aucune modification du niveau de recrutement n’est nécessaire ou même souhaitable. Reste qu’elle est strictement attachée aux individus qui réussissent le concours et qu’elle ne concerne pas le corps des conservateurs en tant que tel, dont la qualité scientifique est affichée dans les textes, mais ne repose en fait, sur aucune mise en adéquation de cette qualité avec les niveaux de qualification universitaire correspondant. Elle reflète des compétences attachées aux personnes qui pourraient très bien continuer à exister, et même à prospérer, sans l’INP et sans le corps des conservateurs. On forme ici l’idée, au contraire, que la mastérisation peut présenter un caractère important, voire stratégique, pour le corps des conservateurs en tant que collectif et pour l’INP en tant qu’école d’application.

Les atouts d’une mastérisation inscrite dans les textes

Un repositionnement du corps mettant l’accent sur sa haute compétence scientifique

Les exceptions à la règle du concours de niveau licence pour la catégorie A sont en fait assez nombreuses, en particulier au sein de la catégorie dite « A+ » qui correspond à l’encadrement supérieur de l’État, dont font partie les conservateurs. C’est par exemple le cas pour les candidats à l’École nationale de la magistrature (ENM, niveau bac +4) ou à l’École nationale supérieure de la police (ENSP, niveau bac +5). C’est surtout le cas pour les corps scientifiques et techniques fortement attachés à une compétence disciplinaire spécifique, sans ambition trop généraliste, mais agissant en situation de monopole ou de quasi-monopole sur un secteur d’activité : corps d’ingénieurs techniques (mines-télécoms, ponts – eaux et forêts, armement ou Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), qui recrutent après l’École polytechnique, après les écoles normales supérieures, ou parmi les docteurs), corps des architectes et urbanistes de l’État (AUE) (diplôme d’architecte requis, qui est un diplôme de niveau 1), inspecteurs des services vétérinaires (diplôme de vétérinaire requis, autre diplôme de niveau 1). C’est enfin le cas pour pratiquement tous les corps de recherche, notamment ceux qui travaillent au sein du ministère de la Culture et occupent des fonctions comparables, voire strictement identiques à celles des conservateurs au sein des services, les ingénieurs de recherche (doctorat requis).

La reconnaissance de compétences propres à l’exercice des professions scientifiques

La question de fond est toutefois celle de la définition du conservateur « en tant que scientifique ». Le passage du recrutement au niveau de la licence vers le niveau de master ne signifie pas seulement que deux années supplémentaires d’acquisitions de connaissances ont été effectuées par le candidat potentiel. Il prend en compte le fait que c’est au cours de ces deux années, notamment par le biais des recherches effectuées dans le cadre de son (ou de ses mémoires), que le futur candidat s’est initié aux bases de la démarche scientifique qui est à l’œuvre dans tous les travaux d’études menées par les conservateurs du patrimoine : capacité à poser une problématique de départ, à formuler des hypothèses de recherche, à mener des investigations, à valider ou infirmer les hypothèses, à produire une réflexion pertinente et rigoureuse étayée par des preuves, et à la restituer de manière claire et précise. S’y ajoutent des compétences en termes de « savoir être » qui sont également spécifiques : capacité à se fixer des objectifs et à les tenir, sens de l’organisation et de la planification des tâches, endurance et persévérance, capacité à conduire un projet qui se développe dans la durée. En adoptant cette perspective qui place la compétence scientifique au cœur de l’identité professionnelle du conservateur, on distingue plus nettement celle-ci de la compétence d’expertise. Si cette dernière peut relever essentiellement de la maîtrise de connaissances, parfois très pointues, l’autre ne s’acquiert que par la pratique de la recherche.

Une question liée au développement de l’approche par compétences

À l’instar d’un grand nombre d’écoles d’application du service public, l’INP s’est engagé ces dernières années dans la mise en œuvre de l’approche par compétences, c’est-à-dire une révision de l’ensemble du parcours de formation initiale supposant non plus une série de connaissances à assimiler mais un ensemble de compétences qui doivent être maitrisées en fin de parcours pour exercer la profession.

La construction d’une approche par compétences prenant en compte l’ensemble des savoirs, savoir-faire et savoir-être que le conservateur doit maîtriser a minima au moment de son entrée en fonction plaide clairement en faveur d’une mastérisation du concours, sauf à transformer de fond en comble le programme de formation initiale à l’INP pour aménager en son sein une très large place consacrée au développement d’un projet de recherche individuel. En effet, avant même que la question de l’approche par compétences n’ait été posée (vers 2018-2019), il a toujours été admis que l’INP, en tant qu’école d’application, est principalement le lieu d’acquisition de compétences professionnelles opérationnelles pour des personnes qui ont auparavant été formées en tant que scientifiques (ce qui est de fait le cas, puisque le concours ne recrute quasiment que des lauréats ayant au moins un master). Cette compétence scientifique est implicite, mais elle n’est en rien explicite puisque le niveau officiel du concours (licence) se situe à un stade du parcours universitaire où la pratique de la recherche n’a pas encore été expérimentée par l’étudiant.

En revanche, dans le cadre du développement d’une approche par compétences, cette prise en compte implicite de la compétence scientifique n’est plus cohérente et ouvre un hiatus béant : on ne peut pas présupposer la présence de compétences scientifiques relativement développées chez des lauréats officiellement susceptibles d’être recrutés avec un niveau de diplôme qui ne permet pas l’obtention de ces compétences.

 

On estime, en résumé, que la mastérisation du corps des conservateurs permet de les positionner clairement au sein d’un groupe de corps de fonctionnaires recrutés à ce niveau d’études ou au-delà, qui ont en commun de présenter un haut niveau de compétences scientifiques dans un secteur particulier de l’activité de l’État et de revendiquer, en raison de cette compétence scientifique, une position de référence sur l’emploi dans ce secteur. Elle permet la reconnaissance des compétences scientifiques qui sont au cœur de dimensions fondamentales de l’exercice du métier, et est cohérente avec la mise en place d’une approche par compétences.

Auteur

Christian HOTTIN
Conservateur en chef du patrimoine, directeur des Études du département des Conservateurs, responsable de la programmation et des publications scientifiques (2016-2021).

 

[1] Abréviation de l’enchaînement des diplômes « licence-master-doctorat » qui caractérise le système de l’enseignement supérieur français depuis 2002.

[2] « Pôle de recherche et d’enseignement supérieur » : ce type de regroupement universitaire a été créé par la loi de programme pour la recherche du 18 avril 2006.

[3] « Communautés d’universités et établissements » : ce type de regroupement universitaire a été créé par la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, dite « Fioraso », du 22 juillet 2013.

[4] À l’origine, acronyme de « Hautes études, Sorbonne, arts et métiers », désormais « Hautes écoles, sciences, arts et métiers ».

[5] « Laboratoire d’excellence » : les LabEx sont l’un des instruments du Programme d’investissements d’avenir lancé en 2009 par le gouvernement français. Ils sont voués à soutenir et valoriser le regroupement d’équipes de recherche autour d’une thématique scientifique donnée.

[6] Acronyme de « Création, arts et patrimoine ».



Citer ce billet
INP (2022, 26 août). Former des conservateurs (partie 3). Avant l’INP : la place de la recherche scientifique en question. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1d

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search