Archéométrie 2022

Compte rendu du 23e colloque du GMPCA « Archéométrie 2022 » (Chambéry, France, 2-6 mai 2022).

Affiche du 23e colloque du GMPCA (illustration André Julien).

Depuis sa fondation en 1976, l’association GMPCA (Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie) s’attache notamment à valoriser les recherches réunissant des spécialistes appartenant à diverses disciplines dans le but de contribuer à la résolution de problématiques archéologiques et patrimoniales en France et dans le monde. C’est ainsi que le GMPCA organise, tous les deux ans depuis 1977, un colloque « Archéométrie » dont l’objectif scientifique est de faire le point sur l’avancement des techniques appliquées dans le domaine du patrimoine, de permettre à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux et de confronter les pratiques de la recherche en sciences du patrimoine en Europe et au-delà. Le colloque d’archéométrie qui a eu lieu à Chambéry du 2 au 6 mai 2022 était coorganisé par le laboratoire interdisciplinaire Edytem (UMR CNRS 5204) et le consortium Patrimalp (université Grenoble Alpes).

Cette année, plusieurs sessions autour de différents thèmes avaient pour ambition de démontrer non seulement l’importance de l’interdisciplinarité mais plus spécifiquement l’apport des approches intégratives dans l’étude du patrimoine. Prenant pour cadre l’étude de Cloogs Cave[1] (Australie), le keynote speaker Jean-Jacques Delannoy[2] a défini et illustré l’approche intégrée comme une « démarche intégrative posée et pensée dès le début des études et développée tout au long du travail » de recherche, et jusqu’à sa valorisation. En ce sens, une pratique intégrée se distingue d’une pratique pluridisciplinaire même bien coordonnée (telle que souvent nous la rencontrons) pour laquelle des disciplines sont sollicitées à mesure des découvertes pour alimenter la démonstration et l’argumentation discursive.

L’interdisciplinarité intégrée implique une réflexion sur la responsabilité de chacun et sur l’organisation de la recherche ainsi que sur la meilleure manière d’articuler et de croiser les regards et les données d’analyses. Le dialogue ainsi noué entre champs disciplinaires dès le début de la recherche permet de créer des concepts et de mettre au jour des découvertes que la somme des approches disciplinaires uniquement en fin de recherche n’aurait peut-être pas permis. Trois grands thèmes de recherche avec des problématiques et des méthodologies communes ont été abordés.

Thème 1. Penser les interactions société / environnement

Ce thème avait pour objectif de présenter les dynamiques émergentes et actuelles de recherche sur les sites archéologiques pour lesquels une approche intégrée a été développée afin d’interroger les relations entretenues par les communautés passées avec leur environnement. Cette démarche n’est pas neutre car elle associe l’environnement des sites à des dimensions sociales et culturelles. Trois sessions ont été organisées autour de ce thème.

Session 1A. Chaîne opératoire des ressources minérales, animales et végétales

Les « chaînes opératoires[3] » sont comprises comme l’ensemble des actions humaines sur des matières extraites, prélevées, collectées depuis leur acquisition jusqu’à leur usage et leur abandon. Cette session concerne les ressources minérales, animales et végétales, transformées par l’action anthropique ou non (matières dites « brutes »). Le dialogue entre matière, objectifs de production, environnement d’exploitation, de production et de consommation révèle les relations entre les systèmes de productions, les sociétés et les environnements dans lesquels elles ont pris place.

Les communications ont non seulement mis en évidence la validité de l’approche intégrée faisant appel à un éventail de techniques analytiques, mais aussi l’importance des sources écrites et iconographiques disponibles dans les fonds d’archives, à même de fournir de nombreuses informations susceptibles d’aiguiller les chercheurs. L’approche expérimentale fournit en outre des indices cruciaux.

Plusieurs communications se sont intéressées aux matériaux lithiques et aux matières colorantes (mais pas exclusivement). Pour exemple, la communication de Brandi MacDonald[4], intitulée « Rock art and ochre pigment materiality at Babine Lake, British Columbia », ambitionnait de comprendre pourquoi divers pigments rouges ont été utilisés sur un même site dans la production d’art rupestre. Une approche expérimentale a été mise en place pour tester la qualité et l’efficacité de ces pigments (en particulier leur couleur et leur durabilité), et ainsi mieux comprendre la prise de décision des communautés du passé.

Session 1B. Anthropo-géomorphologie des sites ornés, mémoires géomorphologiques des gestes anthropiques

L’approche anthropo-géomorphologique interroge les morphologies des sites archéologiques en les abordant en tant que « mémoires » de leur évolution et de leur transformation au cours de leur fréquentation humaine et animale. Une analyse croisée mêlant archéologie, archéométrie, géochronologie et géomorphologie permet non seulement 1/ de reconstituer le contexte physique des sites et leurs transformations lors de leurs fréquentations, 2/ de différencier les transformations dues aux processus naturels des actions anthropiques, 3/ de mieux comprendre les états actuels de conservation (exemple : encroûtement et délitements des parois des grottes ornées).

L’apport de nouvelles méthodologies et outils impliqués dans l’approche anthropo-géomorphologique a été particulièrement discuté, en particulier l’imagerie hyperspectrale, encore rarement utilisée dans l’étude de l’art rupestre – bien qu’elle y ait fait ses preuves comme l’a prouvé la communication de Claudia Defrasne[5] montrant la possibilité d’accéder à l’art pariétal devenu illisible ayant subi d’importantes dégradations naturelles.

Session 1C. Parcourir, vivre et exploiter la montagne : regards croisés et archives des pratiques et des environnements passés

Cette session était consacrée à l’histoire de la montagne, à son environnement et à son exploitation ainsi qu’aux réseaux d’échanges qui s’y développent, en présentant des approches multiples et intégrées regroupant des archéologues et bio-archéologues spécialistes de la culture matérielle (lithique, céramique, art rupestre…) et de l’analyse des vestiges d’origine biologique (flore, faune) ainsi que des paléo-environnementalistes exploitant les archives naturelles (lacs, tourbes, spéléothèmes…).

Colloque GMPCA, auditorium du Manège, Chambéry, mai 2022.

Thème 2.  Restituer les vies de l’objet

Ce second thème s’est intéressé aux dynamiques culturelles et sociales à l’œuvre dans la conception, les usages et la pérennité des objets. Cette thématique a donc particulièrement examiné des questions de pratiques, de gestes et de transmission des connaissances liées à la fabrication ou aux usages des objets, pour finir par aborder les conditions de conservation dans lesquelles ceux-ci sont parvenus jusqu’à nous.

Session 2A. Matérialité et esthétique des objets et des œuvres d’art

Cette session a malheureusement été annulée.

Session 2B. Genèse des objets. Fabrication, procédés et systèmes techniques

Cette session réunissait les recherches concernant les procédés techniques mis en œuvre pour l’élaboration des matériaux et la mise en forme des objets du patrimoine. Interroger le système technique dans son ensemble en prenant en compte les acteurs humains, revient à identifier des normes et des conventions stylistiques et techniques, et ouvre sur les problématiques relatives à la transmission des connaissances (apprentissage) et des traditions. L’approche intégrée restitue ici les techniques, les savoirs et les gestes en combinant l’étude et l’analyse physicochimique des objets, des différentes traces matérielles de leurs vies techniques et fonctionnelles, avec l’analyse des textes anciens et l’étude expérimentale. Les glaçures et leurs protocoles de fabrication ont été le sujet de plusieurs communications mais d’autres types de matériaux ont également été abordés :

  • Les pâtes céramiques avec la communication de Nadia Cantin[6] sur le rôle du sel dans leur fabrication – étudié grâce à une approche expérimentale et plusieurs techniques minéralogiques, chimiques mais aussi au moyen de la colorimétrie et de l’imagerie hyperspectrale[7] visible et proche infrarouge propre à évaluer les températures de cuisson, ainsi qu’au moyen d’une analyse de la microstructure et de la porosité par l’imagerie MEB[8], micro-tomographie à rayons X[9] et porosimétrie Hg[10].
  • Le métal, avec l’analyse physicochimique d’armures médiévales en alliages ferreux, présentée par Émilie Bérard. Cette étude avait pour objectif de mettre en valeur le choix des matériaux employés et des gestes techniques de fabrication, et de mieux comprendre les propriétés mécaniques recherchées, en particulier en quantifiant la variation de teneur en carbone – en effet, plus cette teneur est élevée, plus le métal sera dur et moins il sera ductile.
Session 2C. Vie(s) des objets. Fonctions, usages, remplois et recyclages

Un objet, par sa matière et par sa forme, est produit pour une ou plusieurs fonctions initiales précises. Il peut toutefois être réemployé pour remplir des fonctions diverses et variées, parfois surprenantes voire en totale contradiction avec sa vocation d’origine. Cette session réunissait non seulement des études aspirant à restituer l’usage passé de l’objet – par exemple par la tracéologie, la photogrammétrie et l’analyse des résidus – mais aussi à comprendre sa possible réappropriation ou/et réutilisation en vue de produire de nouveaux objets.

Session 2D. Devenir des objets. Altération, dégradation, enjeux de conservation et restauration

L’observation des objets anciens parvenus jusqu’à nous témoigne des agressions du temps et des milieux variables dans lesquelles ils ont été conservés (atmosphère, sédiment, eau, etc.), et parfois également des interventions humaines dont ils ont subi les effets plus ou moins fortement. La compréhension des dégradations liées au temps et à l’environnement (milieu d’enfouissement, lieu de conservation) nous permet d’une part de mieux comprendre les observations des « restes » encore conservés aujourd’hui, mais également de mieux restaurer les surfaces et les objets dégradés.

Nous pouvons ainsi mentionner la communication d’Ariane Pinto[11] sur la dégradation des feuilles métalliques des sculptures polychromes de « brocarts appliqués ». Grâce à la micro-XRD[12], cette étude a pu mettre en lumière certains processus de dégradation des feuilles d’étain, en particulier mettre en évidence des produits d’altération caractéristiques d’un phénomène d’oxydation de l’étain métallique tels la romarchite (SnO) et la cassitérite (SnO2). De plus, l’absence de la phase alpha (α-Sn) de l’étain est un élément en défaveur du phénomène de « peste de l’étain[13] » souvent cité comme responsable de la dégradation de la feuille métallique. Il s’agirait plus probablement d’une dégradation atmosphérique. Une étude expérimentale est en cours pour mieux comprendre les mécanismes de dégradations et la possible existence des interactions des produits de dégradations (étain / dorures).

Thème 3. Les outils méthodologiques communs

Ce thème centré sur les méthodologies usuellement utilisées dans le domaine des sciences appliquées à l’art, matériaux et sites archéologiques permet d’aborder aussi bien les avancées technologiques que les avancées en termes de protocoles chimiques, instrumentaux et méthodologiques ou de traitement des données spécifiquement motivées par l’étude des objets du patrimoine – eu égard aux contraintes spécifiques liées à ces derniers : accessibilité, fragilité et impératifs de conservation.

Session 3A. Accéder à la matière, de l’in situ au laboratoire

Dans certains cas – entre autres lorsque les sources écrites font défaut –, les seules informations disponibles pour restituer la (les) vie(s) d’un objet se trouvent « archivées » dans sa matière même. Il faut alors procéder à une analyse de l’objet pour les révéler. L’archéologie et l’histoire de l’art et des techniques se sont longtemps heurtées à une difficulté : comment étudier les matériaux utilisés par les artistes du passé sans porter atteinte à l’œuvre, sans la déplacer ni prélever d’échantillon ?

Cette session s’intéressait au développement des analyses in situ réalisées grâce à une instrumentation de plus en plus mobile et non-destructive voire non invasive, ainsi qu’à la possibilité de travailler sur des micro-prélèvements (voire des objets dans leur intégralité) par des techniques de laboratoire et/ou sur grands instruments de plus en plus performants.

J’ai porté un intérêt tout particulier à la communication de Jennifer Keute[14] et Thibaut Devièse[15], intitulée « Non-destructive organic residue analysis of archaeological ceramic sherds ». Le protocole standard d’extraction des lipides au sein d’échantillons tels des tessons de vaisselle archéologique nécessite généralement l’usage de solvants organiques liquides qui entrainent la destruction des échantillons. Cette communication présente un protocole d’extraction des lipides par des fluides supercritiques[16] (dioxyde de carbone) en guise de solvant d’extraction. Bien que peu d’informations aient été fournies sur la méthode, les résultats de rendements lipidiques obtenus par extraction au moyen de fluides supercritiques ont été présentés comme étant souvent plus élevés que par extraction au moyen de solvants conventionnels. De plus la nature peu destructive de ce protocole signifie une éventuelle réutilisation des échantillons pour d’autres analyses complémentaires.

Session 3B. Datation et chronologie, de l’objet au site. Restituer la dynamique du temps (dater les événements marqueurs des sites archéologiques)

Cette session présentait, d’une part, les développements méthodologiques et instrumentaux récents en termes de datation et de chronologie ouvrant des voies nouvelles pour des protocoles chimiques et métrologiques, et d’autre part l’identification de supports d’analyses inédits, l’exploitation et le croisement de données produites issues d’analyses hétérogènes.

Session 3c. Imager les milieux, géophysique, imagerie haute résolution, analyse 3D

Cette session s’est un peu éloignée de son objet initial en se centrant sur les outils de l’imagerie voués à représenter et à analyser des milieux. La photogrammétrie et la lasergrammétrie terrestre permettent de documenter à macro-échelle et à haute résolution les sites explorés. Les techniques de télédétection (imagerie multispectrale et hyperspectrale, infrarouge…) et de géophysique permettent d’imager les sols et les sous-sols.

Photographie de groupe des participants à la dernière journée du colloque GMPCA, Chambéry, 6 mai 2022.

Le prochain colloque du GMPCA est prévu pour 2023.

Auteure

Elsa PERRUCHINI,
ingénieure d’études, laboratoire de recherche de l’INP.

 

 

[1] Voir notamment Jean-Jacques DELANNOY et al., « Geomorphological context and formation history of Cloggs Cave. What was the cave like when people inhabited it? », Journal of archaeological science: reports, vol. 33, 2020 [disponible en ligne] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352409X20302522 [lien valide en septembre 2022].

[2] Laboratoire Edytem / université Savoie-Mont Blanc.

[3] La notion a été forgée par André Leroi-Gourhan à la suite des travaux de Marcel Mauss. Pour un historique de cette invention conceptuelle, voir Françoise AUDOUZE & Claudien KARLIN, « La chaîne opératoire a 70 ans : qu’en ont fait les préhistoriens français », Journal of lithic studies, vol. 4, no 2, « La notion de “chaîne opératoire” dans le monde : 50 ans d’études technologiques en préhistoire »p. 5-13 [disponible en ligne], https://core.ac.uk/download/pdf/162674607.pdf [lien valide en septembre 2022]. Pour des retours critiques sur cette notion et son usage, voir notamment : Jacques PÉLEGRIN, Claudine KARLIN & Pierre BODU, « Chaînes opératoires. Un outil pour le préhistorien », in Jacques TIXIER (dir.), Technologie préhistorique, actes des Journée d’études technologiques en préhistoire (Meudon, février 1986), Paris, Éditions du CNRS, coll. « Notes et monographies techniques. Centre de recherches archéologiques », 1988, p. 55-62 ; Sophie DESROSIERS, « Sur le concept de chaîne opératoire », in Hélène BALFET (dir.), Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ?, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 21-25 ; Nathan SCHLANGER, « “Suivre les gestes, éclat par éclat.” La chaîne opératoire d’André Leroi-Gourhan », in Françoise AUDOUZE & Nathan SHLANGER (dir.), Autour de l’homme. Contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, 2004, p. 127–147 : Marie SORESSI & Jean-Michel GENESTE, « The history and efficacy of the chaîne opératoire approach to lithic analysis. Studying techniques to reveal past societies in an evolutionary perspective », PaleoAnthropology, numéro special, « Reduction sequence, chaîne opératoire and other methods. The epistemologies of different approaches to lithic analysis », 2011, p. 334-350 [disponible en ligne], https://www.researchgate.net/publication/241685353_The_history_and_efficacy_of_the_Chaine_Operatoire_approach_to_lithic_analysis_Studying_techniques_toreveal_past_societies_inanevolutionary_perspective [lien valide en septembre 2022].

[4] College of Arts and Science, University of Missouri (États-Unis d’Amérique).

[5] Post-doc, laboratoire Edytem / université Savoie-Mont Blanc.

[6] Ingénieure de recherche, Archéosciences Bordeaux (anciennement Iramat-CRP2A, UMR CNRS 5060 / université Bordeaux Montaigne).

[7] Pour une définition de l’imagerie hyperspectrale, également appelée « spectro-imagerie », voir la présentation en ligne proposée par la Société française de photogrammétrie et télédétection.

[8] Microscopie électronique à balayage.

[9] La micro-tomographie aux rayons X est une technique d’imagerie non-destructive permettant la reconstruction 3D d’un échantillon à partir de radiographies X sur 360°.

[10] La porosimétrie Hg, ou porosimétrie par intrusion de mercure, permet de déterminer la distribution de tailles de pores et le volume poreux total de matériaux méso- ou macroporeux. Pour en savoir plus, voir la présentation en ligne réalisée par la plateforme de caractérisation multi-échelle des systèmes poreux (Carpor) de l’université de Liège.

[11] Post-doc Patrimalp – Arc-Nucléart / Luhcie / Institut Néel / ESRF.

[12] La diffraction des rayons X (XRD) est la seule technique de laboratoire à même d’informer sur la constitution cristalline des matériaux, à savoir leur composition chimique, leur structure cristalline, la taille de leurs cristallites, etc. La XRD est en usage pour analyser de larges gammes de matériaux (poudres, solides, couches minces, nanomatériaux…). L’analyse par micro-diffraction (également appelée « micro-diffraction des rayons X » ou « µXRD ») utilise un faisceau très étroit pour effectuer des mesures XRD localisées sur une très petite zone.

[13] Grégoire Nicolaevitch WYROUBOFF, « Les maladies contagieuses des métaux » [note critique], Bulletin de la Société française de minéralogie, vol. 33, no 7, 1910 [disponible en ligne], https://www.persee.fr/doc/bulmi_0366-3248_1910_num_33_7_3439 [lien valide en septembre 2022].

[14] Université d’Oxford (Royaume Uni).

[15] Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (Cerege, UMR CNRS 34).

[16] « Tout corps pur possède un point critique correspondant à une pression et une température donnée. Lorsque le corps pur est soumis à une pression et une température supérieures à celles de son point critique, ce corps pur est en phase dite “supercritique”. Il présente alors un comportement intermédiaire entre l’état liquide et l’état gazeux, avec des propriétés particulières : une masse volumique élevée comme celle des liquides, un coefficient de diffusivité intermédiaire entre celui des liquides et des gaz, et une faible viscosité (comme celles des gaz) » (extrait du Portail des fluides supercritiques).



Citer ce billet
LB (2022, 31 août). Archéométrie 2022. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search