Les cheminées d’usines sucrières à La Réunion. Étude documentaire, analyse, révision des protections et pistes d’évolution

Un patrimoine en série, aux protections sérielles inadaptées

L’île de La Réunion est marquée, tant socialement, qu’industriellement et architecturalement par la culture de la canne à sucre, qui couvre toujours de grandes étendues. Jusqu’à deux cents usines sucrières ont fonctionné simultanément à La Réunion au XIXe siècle. Seules deux d’entre elles sont encore actuellement en activité. À partir des années 1990, le service de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France a travaillé à recenser les vestiges de l’activité sucrière de La Réunion. Au terme de ce passage en revue, 34 cheminées ont présentées en commission le 10 mai 2000 pour être inscrites au titre des Monuments historiques.

Sur les 36 usines et cheminées protégées au titre des Monuments historiques à La Réunion, 33 l’ont été à la suite de l’étude de l’Inventaire et de la commission (34 cheminées avaient été présentées mais l’une d’elles a été détruite entre 2000, année de la commission, et 2002, année de la signature des arrêtés de protection). Avant cela, l’usine de Pierrefonds (Saint-Pierre) avait été la première usine sucrière inscrite au titre des Monuments historiques en tant qu’ensemble industriel (22 octobre 1998). Auparavant, deux autres protections concernaient des cheminées sans que celles-ci constituent cependant le motif central de la protection : celle du domaine de Vallée (Saint-Pierre, 2 novembre 1989) et celle du domaine de Villèle (Saint-Paul, 16 juin 1997). Le corpus scientifique des cheminées d’usines sucrières à La Réunion s’élève donc à 36 cheminées, qui présentent des problématiques communes, bien que chacune ait son histoire propre.

Aujourd’hui, ces protections posent un certain nombre de problèmes. D’ordre documentaire, tout d’abord, puisque les dossiers de l’Inventaire sont extrêmement lacunaires et parfois contradictoires. Sur le plan de la déontologie de la protection des monuments historiques et du droit, également, en raison des modalités de leur protection entre 2000 et 2002. Enfin, du point de vue de l’entretien, de la restauration et de la réhabilitation, ce patrimoine industriel est touché par des pathologies et des difficultés de réutilisation particulières. Ce dernier point plaide pour le développer d’une pédagogie en direction des propriétaires et des architectes.

Tous les arrêtés d’inscription au titre des Monuments historiques des cheminées pris en 2002 sont identiques dans leur rédaction. Ils protègent la ou les cheminées ainsi que leur « terrain d’assiette ». Cette formulation de la protection semble avoir été une habitude du service à partir de 1998, puisqu’une recherche sur POP, la Plateforme ouverte du patrimoine, permet de constater que, sur les 193 protections comprenant ce terme, 64 sont localisées à La Réunion. Or, l’expression « terrain d’assiette » est impropre dans un arrêté de protection, la notion d’assiette étant liée à la fiscalité. À défaut de plan annexé à l’arrêté, le « terrain d’assiette » correspond probablement à la parcelle d’implantation, mais il faudrait se référer au dossier de protection et au procès-verbal de la commission régionale pour comprendre ce qu’on a voulu protéger. Malheureusement, il n’existe ni plan ni de procès-verbal de la commission régionale du 10 mai 2000 qui permettrait de préciser le périmètre de cette protection.

Cette formulation de la protection est problématique car les élévations architecturales éventuellement subsistantes sur la parcelle ne sont pas clairement désignées par l’arrêté de protection. On pourrait donc les considérer comme n’étant pas concernées par la protection mais seulement situées aux abords du monument. Cette situation est délicate pour déterminer le service en charge de l’instruction du dossier : conservation régionale des Monuments historiques (CRMH) si l’on considère que ces élévations sont effectivement comprises dans la protection au titre des Monuments historiques, ou unité départementale de l’Architecture et du Patrimoine (Udap) si on les considère soumises au régime des abords. Il faut ajouter que le contrôle scientifique et technique de la CRMH est souvent associé à des subventions qui ne peuvent être traitées de la même manière s’il s’agit d’abords.

Du côté de l’Udap, la notion de « terrain d’assiette » comporte une difficulté supplémentaire, puisqu’elle est assimilée à la parcelle cadastrale identifiée au moment de la protection. Or, celle-ci peut atteindre jusqu’à 175 150 m² dans le cas du Colosse (Saint-André), auxquels il faut ajouter une bande de 500 mètres en périmètre des abords. Ces dimensions multiplient le nombre de dossiers sur lesquels doit s’exprimer l’Udap, alors qu’il n’y a pas toujours de covisibilité et que ce périmètre n’est pas forcément significatif du point de vue de l’histoire du site. Cette interprétation au sens large des arrêtés de protection permet cependant au service régional de l’Archéologie (SRA) d’être directement saisi pour tous les projets touchant la parcelle protégée.

L’objectif n’est donc pas d’augmenter ou de réduire systématiquement la protection de ces cheminées ou des élévations qui leur sont liées mais de protéger plus précisément, à la lumière de dossiers documentaires réactualisés, afin d’améliorer l’accompagnement des propriétaires. De plus, la recherche scientifique autour des cheminées et la mobilisation des services patrimoniaux de la direction des Affaires culturelles (Dac) doit permettre de valoriser davantage l’intérêt patrimonial de ces marqueurs du paysage réunionnais auprès de leurs propriétaires, de la communauté scientifique et du public.

Ancienne usine de Langevin (Saint-Joseph). © photo Laure Mendousse.

Du général au particulier : des révisions de protection de plus en plus ciblées

La première étape de ce travail a été de passer en revue l’ensemble des cheminées et usines sucrières de La Réunion protégées au titre des Monuments historiques : lire les dossiers de l’Inventaire, les arrêtés de protection, repérer leur emplacement sur le cadastre actuel, rechercher tout ce qui avait déjà été écrit concernant leur historique, des photographies anciennes pour nourrir la réflexion et prioriser les protections à réviser.

La deuxième étape a ensuite été d’établir une typologie, non des usines mais de leur protection et de la révision qui serait à envisager : protection incomplète ou erreur dans l’arrêté de protection (une seule cheminée répertoriée au lieu de deux, par exemple) d’un côté ; parcelles immenses considérées comme « terrain d’assiette » et protégées au titre des Monuments historiques de l’autre. Les premières ont été considérées comme prioritaires dans la démarche de révision de protection choisie, car plus importantes pour la conservation de l’intégrité de l’ensemble industriel. À cette donnée s’est également ajoutée la connaissance de projets de restauration, de réhabilitation ou de valorisation de certains sites devenant dès lors prioritaires.

Cette réflexion a été présentée à l’ensemble des services patrimoniaux concernés par ces révisions de protection, c’est-à-dire l’ensemble des agents de la CRMH, de l’Udap et du SRA, lors d’une première réunion le 20 octobre 2021. Les sujets sur l’entretien et la réhabilitation ont été évoqués, mais c’est surtout la révision de protection qui a été au cœur des débats. La qualité du travail scientifique à réaliser sur chaque site industriel a été soulignée, ainsi qu’une certaine réticence à réduire l’emprise des protections telles qu’elles sont actuellement dessinées sur l’Atlas des patrimoines[1].

À la suite de cela, sept anciennes usines sucrières identifiées comme incomplètement protégées – d’autant plus lorsqu’elles étaient concernées par un projet de réhabilitation ou de valorisation – ont été visitées avec la conservatrice régionale des Monuments historiques, Carine Durand, et avec l’historien spécialiste de l’histoire de l’industrie sucrière à La Réunion, Xavier Le Terrier[2], le 3 novembre 2021. Sur ces sept sites, quatre ont été retenus comme pouvant être présentés lors de la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture (CRPA) du 7 décembre prochain, avec un autre site vu antérieurement. Cinq dossiers documentaires ont donc été rédigés. Ils ont été présentés aux services patrimoniaux et à la directrice des Affaires culturelles de La Réunion le 25 novembre 2021 afin de réfléchir collégialement à la révision de protection à proposer aux membres de la CRPA. Pour chacun des cinq sites, un accord a pu être trouvé. Par manque de temps cependant, il n’a pas été possible de contacter les propriétaires de l’une de ces usines, qui a donc dû être retirée de l’ordre du jour de la CRPA. Les quatre autres ont fait l’objet d’un avis de la CRPA.

Ancienne usine du Piton (Saint-Joseph). © photo Laure Mendousse.

Connaître et faire connaître, pour mieux protéger

Sur les 36 cheminées actuellement protégées, 16 ont fait l’objet d’une visite approfondie, 5 bénéficient d’un dossier documentaire réactualisé et 4 ont été présentées en CRPA pour une révision de leur protection.

Au-delà de réviser des protections imprécises dans leur formulation, ce travail sur les protections et l’histoire des usines sucrières à La Réunion a permis de nourrir le contact avec les propriétaires, tant publics que privés, parfois aussi inquiets des effets de la protection que de la dégradation des bâtiments. La réalisation de dossiers documentaires plus complets permet de réaffirmer la valeur de ces vestiges industriels.

Pour les usines majeures qui se dégradent sans projet de réhabilitation, ni même de conservation, ces dossiers doivent permettre d’alerter sur la qualité patrimoniale, historique, architecturale du bien. Pour celles concernées par des projets de réhabilitation, la révision de protection permet d’entretenir le dialogue avec les propriétaires et de les sensibiliser aux attentes et démarches spécifiques liées aux Monuments historiques. Les membres de la CRPA, notamment les élus et représentants d’association ont également été sensibilisés à l’importance de ce patrimoine. Le travail de pédagogie et d’accompagnement auprès des propriétaires et des élus est une donnée essentielle pour la conservation de ce patrimoine.

Enfin, le travail collégial avec les autres services patrimoniaux de la Dac et au sein de la CRMH a été apprécié et a permis d’enrichir la réflexion sur ce patrimoine complexe. Le terrain est désormais prêt pour accueillir les prochaines révisions de protection de ce patrimoine industriel peu documenté dans sa matérialité et par trop fragmentairement protégé.

Laure MENDOUSSE
Élève conservatrice du patrimoine, spécialité Monuments historiques

[1] L’Atlas des patrimoines est un « outil de consultation de données culturelles géoréférencées » développé sous forme de site internet par le ministère de la Culture : « Il propose un accès cartographique à des informations culturelles et patrimoniales. Il permet de rechercher, visualiser, éditer et télécharger des données géographiques sur un territoire ».

[2] Auteur de la thèse de doctorat, « Entre croissance et crise : l’agriculture cannière et l’industrie sucrière à La Réunion au cours de la seconde moitié du XIXe siècle (1848-1914) », soutenue à l’université de La Réunion (2008) sous la direction d’Edmond Maestri et Prosper Ève.



Citer ce billet
LB (2022, 27 septembre). Les cheminées d’usines sucrières à La Réunion. Étude documentaire, analyse, révision des protections et pistes d’évolution. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1j

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search