Le Salon international de la restauration de Ferrare, 2022

La vingt-septième édition du Salone internazionale dei beniculturali e ambientali s’est tenue à Ferrare (Émilie-Romagne), du 8 au 10 juin 2022. Sur la recommandation de Mme Simona Sajeva[1], participant à ce salon pour la présentation de son dernier ouvrage, et nourrie d’une expérience de six mois de stage de restauration de peinture dans un atelier à Novara (Piémont) en 2021, c’est avec une curiosité enthousiaste que je m’y suis rendue, souhaitant élargir ma perception du marché de la restauration en Italie. Cet article propose un compte-rendu de mon expérience.

 

Sept heures de train de Paris à Milan. C’est la saison des cerises et des vélos, le train régional, qui traverse la Lombardie pour me conduire à Bologne, est plein des unes et des autres. Enfin, après une nuit dans la ville aux mille portiques, j’arrive à Ferrare. Je loge dans une auberge de jeunesse via Biagio Rossetti, à l’angle du Palazzo dei Diamanti. L’hôtel affiche presque complet, c’est un signe de l’attractivité de l’évènement auquel nous nous rendons tous. Les visiteurs sont en général italiens, mais certains arrivent de plus loin, comme Sandra, restauratrice de peinture au Mexique, venue une première fois déjà en 2017. Une navette, mise en place par la municipalité, me conduit jusqu’au parc des expositions, à la sortie de la ville, où le Salon international de la restauration a réinvesti les lieux, après une pause forcée en 2020 due à la crise sanitaire et l’exportation de l’évènement à Bari, en 2021.

Depuis 1991, cette manifestation rassemble chaque année les professionnels du secteur, sur « trois journées dédiées à l’économie, la conservation, les technologies et la valorisation des biens culturels bâtis et non bâtis[2] ». Durant ces trois jours, je vais arpenter les allées, slalomer entre les stands, discuter avec des chefs d’entreprises et des représentants de maisons d’éditions, écouter des conférences animées par des scientifiques, des universitaires et des élus, assister à des démonstrations de nouveaux produits de restauration et accumuler un enthousiasme que j’aurai envie de partager à mon retour à Paris.

Salle de conférence du ministère de la Culture italien. © Salone del Restauro.

Mieux comprendre les enjeux économiques et politiques du marché de la restauration en Italie…

L’ambition première du salon, clairement formulée, est de constituer « un moment d’échange et de croissance d’un secteur incontournable du développement économique et culturel italien, tourné vers l’avenir[3] ». L’idée selon laquelle la culture est un levier du développement économique plus global pour le pays est très souvent convoquée, notamment depuis la mise en place du plan national de reprise et de résilience (PNRR[4]) dont l’une des missions prévoit l’investissement de 4,3 milliards d’euros dans la culture. Plusieurs conférences sont consacrées à ce sujet tout au long des trois journées du salon. Dans ce contexte, le Salon de la restauration de Ferrare valorise donc sa position d’intermédiaire entre les différents acteurs économiques du marché de la conservation et de la restauration des biens culturels et des sites bâtis et archéologiques. Il est un rendez-vous annuel et un lieu de rencontre pour les entreprises spécialisées, potentiels maîtres d’œuvres, et les prescripteurs de commandes que sont les pouvoirs publics. L’État italien est ainsi représenté à toutes ses échelles : ministère de la Culture, secrétariats du ministère dans les régions (Sardaigne, Calabre, Émilie-Romagne, Toscane, etc.), Soprintendenze[5] et représentants des services patrimoniaux de diverses communes, dont, notamment, celle de Ferrare.

Le ministère de la Culture, parrain de la manifestation, disposait de deux salles de conférences et d’un vaste espace de présentation et de rencontres. Beaucoup de ces conférences éclairent la politique culturelle italienne et font écho à un contexte administratif et législatif particulier, comme celle présentant un bilan de l’accréditation des musées régionaux, communaux, diocésains et privés et de leur entrée dans le réseau mis en place par la direction générale des Musées en 2018[6].

D’autres conférences, également très en lien avec l’actualité, étaient consacrées à la gestion des risques, à la sécurité sur les chantiers et aux plans d’urgences en cas de catastrophes naturelles, dix ans après le tremblement de terre qui a secoué l’Émilie-Romagne et détruit de nombreux édifices, une série de conférences sur le sujet, rassemblées sous le titre « A dieci anni del sisma ».

Par ailleurs, le retour critique sur les restaurations des dernières années et sur celles menées actuellement permet une vision plus globale de l’actualité de la restauration. Pour une étudiante étrangère comme moi, ces présentations, répondant aux questions simples mais primordiales telles que qui travaille ? à quel endroit ? de quelle façon ? avec quels outils, quel suivi, quel soutien ? sont particulièrement précieuses.

… et les ambitions du secteur à l’international

Ces enjeux politiques et économiques dépassent les limites du territoire italien. Le salon est ainsi organisé avec le support du ministère des Affaires étrangères et de l’Italia Trade Agency, une agence privée à travers laquelle le gouvernement italien favorise la consolidation et le développement économique et commercial des entreprises italiennes sur les marchés étrangers.

Les délégations étrangères réunies au centre du second pavillon dans l’espace « Country project ». © Salone del Restauro.

Concrètement, cela se traduit par un grand espace ménagé au centre du second pavillon. Là, trois matinées durant se sont succédées les délégations des treize pays étrangers invités : Turquie, Ouzbékistan, Liban, Iran, États-Unis, Arabie saoudite, Jordanie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Albanie, Azerbaïdjan, Israël et Cuba. Chacun leur tour, ils ont présenté la politique de leur pays en matière de conservation-restauration des biens bâtis – avec une forte prédominance des sites archéologiques – et, plus rarement, des lignes directrices de la gestion des collections publiques au sein des musées nationaux.

La déléguée pour la Turquie, la première à se présenter mercredi matin, remercie Assorestauro. Cette association, établie en 2005 et réunissant fabricants de matériel et d’équipement et entreprises spécialisées[7], a pour objet de représenter et de défendre le savoir-faire et l’expertise des entreprises italiennes aux niveaux national et international. Elle œuvre donc à des collaborations avec l’étranger, déjà bien établies, par exemple, au Liban, à Cuba, en Israël et en Turquie[8]. Entre deux présentations, le clip de promotion de l’association, intitulé « Restauro made in Italy » donne assez bien le ton : réalisé en anglais, il fait défiler les vues de paysages italiens spectaculaires, les impressionnantes projections 3D d’ensemble de décors muraux et les plans rapprochés sur les mains du restaurateur, tout cela sur une musique aux accents épiques. L’image glamour et high-tech du savoir-faire italien doit servir à instituer de nouvelles collaborations, poursuivant ce faisant une tradition déjà ancienne de présence italienne sur les grands chantiers étrangers comme ceux menés par l’ICR sur les peintures murales à Arslantepe en Turquie ou sur le site de Jebel Barkalau Soudan[9].

Une vitrine de l’actualité et du dynamisme de la recherche

Un dernier aspect de cette manifestation, au moins aussi passionnant que l’ouverture vers l’international, concerne le dynamisme de la recherche scientifique en Italie. L’actualité de la recherche est mise en valeur à différents niveaux et par de multiples acteurs.

Le dernier jour, dans l’une des salles de conférence du ministère de la Culture, de jeunes diplômées de l’Institut central pour la pathologie des archives et du livre (ICPAL) ont exposé leurs sujets de recherche menée dans le cadre de leur dernière année d’études. Assister à ces présentations, relativement courtes et vivantes, agréables à écouter et de grande qualité, constitue, me semble-t-il, une occasion très précieuse, pour des élèves en restauration à Aubervilliers de savoir ce qui est fait ailleurs, alors que les archives de ces travaux sont rarement disponibles en ligne[10].

Des thématiques de recherche, en chimie et en physique appliquées à la conservation et à la restauration des biens culturels, ont été abordées au cours des « caffè scientifici » organisés par le stand de l’ENEA. Établissement public fondé dans les années 1960, L’ENEA, agence nationale pour les nouvelles technologies, l’énergie et le développement économique durable, œuvre depuis plusieurs décennies dans le secteur du patrimoine culturel et dispose de deux centres de recherche spécialisés, près de Rome. C’est à l’ENEA qu’ont été développés le prototype de laser-scanner pour le suivi de l’état de conservation des peintures murales, les produits biosourcés employés pour la restauration des statues des jardins du Vatican et des marbres de Michel-Ange à Florence ou encore les socles antisismiques des bronzes de Riace conservés au musée national de la Grande-Grèce (Reggio de Calabre). Un séminaire, coordonné non plus par l’ENEA mais par la Soprintendenza de Chiusi-Pescara présentait les résultats des recherches menées par les universités et instituts italiens dans le cadre du grand projet européen sur le conditionnement et la conservation préventive[11] ; des sujets comme l’absorption des composés organiques volatiles (COV) au moyen de gels hybrides[12] à base d’huile de ricin ou les matériaux multifonctions à base de chitosane pour la conservation des objets en métal dans un environnement muséal[13] ont été présentés par les chercheurs des institutions concernées.

Atelier autour de la réalisation d’une reliure selon des techniques traditionnelles, sur l’un des stands du ministère de la Culture. © Salone del Restauro.

Ainsi allant, un étudiant en restauration à l’INP, venu visiter le salon, rentrerait à Paris avec potentiellement plusieurs idées de problématiques pouvant être adaptées à une étude expérimentale de mémoire de cinquième année. Ces sujets ne sont d’ailleurs pas seulement proposés par les grands instituts de recherche mais également par les industriels et un tour parmi les stands des fournisseurs de matériel réserve de bonnes surprises. Si le géant CTS est absent de la manifestation, plusieurs marques de fournitures sont bien présentes à ce salon. Parmi elles, Brenta était venu faire la promotion de sa gamme de produits Nasier®, « nettoyants eco-friendly » formulés à base d’enzymes. Trois formulations proposées par la marque permettent de couvrir un vaste éventail de biens patrimoniaux : NasierLapideo® pour la pierre, le métal et le verre, NasierPittorico® pour les objets polychromés, sur support organique et NasierCartaceo® pour les livres, papiers et photographies. Au-delà de la suspicion première devant leur effet « baguette magique », ces produits, certes industriels, méritent certainement d’être mieux étudiés et la marque propose d’envoyer des échantillons gratuitement en France… à bon entendeur !

Conclusion

Si l’ambition proclamée de ce salon est de promouvoir l’excellence du savoir-faire italien en matière de conservation et de restauration des biens culturels et, particulièrement, de mettre à l’honneur les entreprises du secteur, l’intérêt que peut y avoir une jeune étudiante de l’INP est bien plus large. C’est d’abord un véritable plaisir de voir une manifestation de cette envergure entièrement et uniquement consacrée au domaine de la conservation-restauration[14]. Les sources d’émulation, les occasions d’apprendre et de découvrir sont multiples, la qualité des conférences, exigeante et les rencontres, faciles. Il est néanmoins préférable d’avoir un bon niveau d’italien, les présentations étant rarement faites en anglais.

Les caffè scientifici sur le stand de l’ENEA. © Bertille Masselot.

Je regrette seulement de ne pas m’être un peu mieux renseignée, en amont, sur le fonctionnement des institutions, l’actualité de la législation, la manière dont se coordonne la multitude d’acteurs publics et privés car cela m’aurait certainement permis une meilleure et plus immédiate compréhension de certains enjeux en filigranes des conférences auxquelles j’ai assisté. Toutefois, mon but premier, qui était celui de mieux percevoir où en est aujourd’hui le secteur de la restauration en Italie, a été atteint, j’ai appris la signification de nombreux anagrammes (dont l’administration use et abuse) et la curiosité éveillée m’a permis de combler certaines lacunes à mon retour en France.

Enfin, bien qu’on ne puisse vraiment considérer ce salon comme le moyen imparable de trouver un travail, un chantier en Italie, dans la mesure où l’on n’y rencontre pas – ou très peu – de restaurateurs, sur ce plan non plus l’effort ne fut pas vain. Ce salon est en effet l’occasion de rencontres enrichissantes et variées, au premier rang desquelles, peut-être, la rencontre avec les excellents cavalotti alla zucca et le magnifique château des ducs d’Este.

Autrice

Bertille MASSELOT

Le château d’Este, dans le centre de Ferrare. © Bertille Masselot.

 

[1] Simona Sajeva est ingénieur civile, spécialisée dans la conservation-restauration du patrimoine architectural et de ses surfaces artistiques. Elle est également professeur à l’Institut national du patrimoine (INP) où elle délivre des cours sensibilisant au dialogue incessant mais souvent invisible entre le bâti dans son ensemble et les décorations architectoniques sur lesquelles le restaurateur intervient. Elle vient de faire paraître l’ouvrage Conservazione delle decorazioni architettoniche, il ruolo delle strutture di supporto (Florence, Nardini editore, 2022). Je la remercie très chaleureusement pour m’avoir conseillée de me rendre à ce salon, comme pour m’avoir accompagnée avec bienveillance tout au long de ma scolarité.

[2] Voir le communiqué de presse « Al via la XXVII° edizione del salone internazionale del restauro a Ferrara Fiere ».

[3] Voir le communiqué de presse intitulé « Grande successo per la XXVII° editione del Salone Internazionale del Restauro di Ferrara », diffusé par Culturalia, notamment relayé par les sites Politicamente correcto et Experiences.

[4] Il Piano Nazionale di Ripresa e Resilienzaa été voté par le gouvernement italien en 2021 afin de relancer l’économie après la pandémie de Covid-19 tout en favorisant le développement vert et digital du pays. Il s’inscrit dans un programme européen (Next Generation EU). L’une des six missions du PNRR est consacrée à la digitalisation, à l’innovation à la compétitivité, la culture et le tourisme mais un autre volet, concernant l’efficience énergétique des bâtiments supporte, indirectement, la rénovation/restauration des façades. Sur cette perception de la culture comme levier économique, voir la très éclairante interview du ministre de la Culture italien dans la revue de l’ENEA – et qui donne d’ailleurs son titre au numéro de la revue : Dario FRANCESCHINI [entretien],« Scienza, tecnologia e ricerca: la grande alleanza per l’arte », Energia ambiente e innovazione, no 1, « Scienza, tecnologia e ricerca: la grande alleanza per l’arte », 2022, p. 6-8 [disponible en ligne] https://www.eai.enea.it/component/jdownloads/?task=download.send&id=1322&catid=65&Itemid=101 [lien valide en septembre 2022].

[5] À peu près l’équivalent de nos directions régionales des Affaires culturelles (Drac), à un échelon plus local.

[6] Thématique « Verso il sistema museale nazionale : primi risultati, prossime sfide » (salle région Émilie-Romagne, 8 juin 2022) divisée en deux tables rondes : « Work in progress: il percorso di accreditamento al sistema museale in Emilia-Romagna » et « Accreditare musei: risultati, criticità, prospettive ». Voir le programme complet des conférences et tables rondes du salon : https://www.salonedelrestauro.com/programma/programma-convegnistico/ [lien valide en septembre 2022].

[7] Les grosses entreprises privées sont en effet majoritaires (à titre d’exemple, citons les entreprises qui avaient un stand au salon : Leonardo, Cobar, Magistri, etc.) mais l’association compte également parmi ses adhérents quelques institutions publiques telles que la Venaria Reale de Turin ou l’université du Salento à Lecce.

[8] Voir : https://www.assorestauro.org/it/attivita.html

[9] http://www.icr.beniculturali.it/pagina.cfm?usz=1&uid=15. Voir aussi S. N., « L’istituto Centrale per il Restauro e il patrimonio culturale nazionale », in Energia Ambiente e Innovazione, janvier 2022, p. 9-14.

[10] Le site internet de Kermesrestauro recense les travaux de fin d’études des étudiants en restauration des diverses formations italiennes. Ce site m’a été personnellement utile lorsque je cherchais à étendre un peu l’état de l’art de la problématique scientifique abordée dans mon mémoire de restauration de peinture. L’accès aux documents eux-mêmes s’avère beaucoup plus difficile.

[11] Projet Apache (Active & intelligent Packaging materials and display cases as a tool for preventive conservation of Cultural Heritage).

[12] Présentation de Rodorico Giorgi, professeur associé, université de Florence, membre associé du Consorzio Interuniversitario per i Sistemi a Grande Interfase (CSGI).

[13] Présentation de Maria Paola Staccioli, chargée de recherches à l’Institut pour l’étude des matériaux nanostructurés du Conseil national de la recherche (ISMN-CNR).

[14] Le Salon du patrimoine de Paris, très riche et très fréquenté, consacre une part importante de ses espaces à la valorisation des métiers d’art ce qui n’est pas (ou très peu) le cas à Ferrare.



Citer ce billet
INP (2022, 28 septembre). Le Salon international de la restauration de Ferrare, 2022. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1k

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search