Conserver des collections archéologiques pour les chercheurs : réflexions à partir des fonds de papyrologie de l’Ifao

Stage effectué à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) au Caire du 5 février au 25 mars 2022.

Dans le cadre d’un stage effectué en Égypte à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao), qui concernait les fonds de papyrologie de cet institut, je me suis posé un certain nombre de questions sur le « passif » des fouilles anciennes et les questions d’interdisciplinarité qui heurtent parfois frontalement l’organisation de la recherche en France, et la protection du patrimoine. Mais il faut d’abord donner un peu de contexte.

L’Ifao, vue depuis la rue Cheikh-Aly-Yussef. © photo Julien Jourand.

L’Ifao est, depuis le XIXe siècle, un pilier des missions archéologiques françaises à l’étranger. En dépit de ce que son nom sous-entend, son action se concentre avant tout sur l’Égypte et le Soudan, sans cependant s’y limiter. Placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), l’Ifao fait partie, avec l’École française d’Extrême-Orient, la Casa de Velásquez à Madrid, l’École française de Rome et l’École française d’Athènes, du Réseau des écoles françaises à l’étranger (ResEFE), qui soutient et diffuse la recherche en sciences sociales ainsi que la protection du patrimoine dans les pays où il est implanté. L’Ifao se rattache par ailleurs à l’histoire de la présence française en Égypte, en particulier depuis la campagne napoléonienne d’Égypte (1798-1801) – moment fort mais ambigu de la constitution de l’archéologie en tant que discipline.

Son histoire commence officiellement près d’un siècle plus tard, par un décret du 28 décembre 1880 signé par le ministre Jules Ferry, mais s’enracine tout autant dans les efforts d’étude et de recherche entrepris par des savants européens comme Auguste Mariette ou Gaston Maspéro sur le patrimoine pharaonique que dans ceux des autorités égyptiennes sous la période des vice-rois pour protéger ledit patrimoine du pillage et de la destruction (mise en place d’un décret contre le pillage par Mohammed Ali en 1835, du Service des antiquités égyptiennes et du musée de Boulaq par Saïd Pacha et Auguste Mariette dans les décennies 1850-1870). Il ne s’agit pas ici de revenir en détail sur la déjà longue histoire de l’Ifao, qui a vu passer des générations de chercheurs en archéologie, histoire, codicologie, anthropologie, histoire de l’art, sociologie, philologie… depuis 1907 et son implantation définitive dans ses locaux actuels, le palais de la princesse al-Mounira, rue Cheikh-Aly-Yussef dans l’extension XIXe siècle du Caire.

L’objet de mon stage concernait le fonds de papyrologie de l’Ifao, qui comprend en théorie 3 019 objets inventoriés, en majorité des papyrus. Ce fonds n’est qu’une petite partie des collections archéologiques conservées par l’Ifao depuis sa création (voire avant) jusqu’aux années 1970. L’ensemble de ces collections archéologiques est peu voire pas inventorié, et n’a été que ponctuellement étudié par les chercheurs, de sorte que même son volume exact est inconnu, estimé à 50 000 items, dont sans doute environ 25 000 ostraca[1] (en cours d’étude par plusieurs chercheurs, notamment Annie Gasse et Pierre Grandet).

Ces collections archéologiques sont, au sein de l’Ifao, conservées et régies par le service des Archives et Collections, dirigé actuellement par Cédric Larcher, qui s’occupe en outre d’un fonds de codicologie orientale (manuscrits, imprimés et parchemins écrits en diverses langues, depuis le ge’ez à l’araméen en passant par l’arabe, le grec, le copte…) et d’une cartothèque de plus de 4 000 documents, parfois de format hors norme. De plus, ce service s’occupe aussi plus généralement du mobilier patrimonial de l’Ifao (un certain nombre d’items sont la propriété du Mobilier national) ainsi que de toutes les archives, tant administratives que scientifiques, produites depuis 1880, et parfois avant.

Les chiffres sont énormes : « Les archives scientifiques, ce sont plus de 253 fonds comprenant 220 mètres linéaires (ml) de documents, soit 1 419 boîtes d’archives, environ 40 000 documents graphiques, plus de 500 000 photographies, presque 300 microfilms ; auxquels s’ajoutent 1225 boîtes d’archives administratives historiques[2]. ». Or ce service ne comptait au moment de mon arrivée que quatre personnels : le directeur, son adjoint (Mazen Essam actuellement) et deux chargés de numérisation (embauchés en CDD en 2021, Cindrella Fayze et Andrew Michel Antoun).

Dans le cadre de ce stage, je ne m’occupais donc que d’un « petit » fonds, pour lequel j’étais chargé de repenser le conditionnement, le stockage des conditionnements et le système d’inventaire des papyrus tout en effectuant le récolement. J’étais de surcroît chargé d’établir la base de données (BDD) du service en vue de sa mise en ligne sur des BDD de papyrologie consultables en ligne (en particulier le système Trismegistos). Si j’en trouvais le temps, il m’était en outre confié une mission « bonus », à savoir proposer un nouveau logiciel de gestion en open source de la BDD du service. Enfin, pour les propositions de conditionnement, il m’était demandé de prendre en compte les possibilités d’approvisionnement en outils et matériaux sur le marché local égyptien.

L’ensemble de ces tâches peut sembler difficilement réalisable sur une période de deux mois, d’autant que ma spécialité en archéologie ne concerne pas l’Égypte et que je n’avais jamais été confronté au matériau « papyrus », qui est assez particulier. Il s’agit en effet presque toujours d’un matériau trouvé en fouille archéologique, dans l’immense majorité des cas en Égypte. Cela induit des particularités touchant sa conservation après découverte, sachant que ses contextes d’enfouissement diffèrent parfois fortement : à même le sol dans une carrière abandonnée pour les papyrus du Ouadi el-Jarf, au creux d’une jarre enfouie dans du sebakh (argile de construction) à Edfou, au sein d’un sarcophage pour de nombreux Livres des morts, parfois rejetés voire carbonisés dans une décharge antique ou réemployés dans un cartonnage de momie… Les papyrus sont le plus souvent retrouvés sous forme de rouleaux : l’une des principales tâches, tant des papyrologues que des restaurateurs, consiste alors, en préalable à leur étude, à les dérouler sans les endommager.

Les papyrus[3] sont ensuite traités et restaurés par des restaurateurs spécialisés qui viennent le plus souvent de la spécialité œuvres sur papier / arts graphiques, et qui peuvent être déconcertés par ses aspects similaires au papier associés à des spécificités mécaniques et chimiques propres. Cependant, à l’Ifao la plupart des restaurateurs qui interviennent en qualité de contractuels sur les papyrus sont égyptiens et ont été spécifiquement formés à travailler sur des papyrus en plus des autres supports papiers[4]. Si, de nos jours, les restaurateurs bénéficient d’une formation propre et portent une attention forte à la conservation préventive des matériaux sur le long terme, les papyrus étaient souvent, par le passé[5], tout simplement conservés à la va-vite par les musées ou les marchands, voire, au XIXe siècle contrecollés sur du carton acide ou de la baudruche (intestin animal). Heureusement, de telles pratiques n’ont pas eu cours à l’Ifao.

Une des salles de conservation et de consultation des papyrus pour les chercheurs à l’Ifao. Les papyrus sont conservés dans les armoires en bois ménagées le long des murs, soit en boîtes de conservation soit en montages sous-verre. © photo Julien Jourand.

Les papyrus sont ensuite étudiés par des chercheurs spécialisés, notamment formés à la philologie sur l’un ou l’autre des systèmes d’écriture antiques : spécialistes égyptologues des écritures hiéroglyphique / hiératique / démotique d’un côté, spécialistes antiquisants du grec ou du latin de l’autre, puis spécialistes alto-médiévistes du copte ou de l’arabe (le copte étant la dernière étape de l’évolution de la langue de l’Égypte pharaonique, notée avec des caractères basés sur l’alphabet grec). L’une des problématiques de conservation de cette étude est que les papyrus sont traités par les chercheurs comme des documents d’archive, sans grande précaution, comme le sont des livres dans une bibliothèque. Il m’est ainsi arrivé de voir des chercheurs manipuler des papyrus montés par piles de 4 ou 5 montages à la fois, puis de laisser les montages exposés à la lumière du jour pendant des semaines, voire plus longtemps encore.

Deux des modes de conservation des papyrus à l’Ifao. À gauche : boîtes de conservation (fournies par la société CDX/Atlantis/Stouls) ; à droite : en montages sous-verre entreposés verticalement. © photo Julien Jourand.

De nombreux fragments non inventoriés et inédits sont conservés à l’Ifao dans des bonbonnières alimentaires. © photo Julien Jourand.

Un exemple de montage de papyrus sous-verre. © photo Julien Jourand.

C’est ainsi que la conservation des papyrus pose aujourd’hui souvent problème dans les différentes institutions où ils sont déposés – qui sont aussi bien des musées que des bibliothèques ou des centres de recherche. La plupart des papyrus conservés par l’Ifao sont issus de fouille effectuées entre les années 1920 et 1960, notamment mais pas uniquement sur les sites bien connus d’Edfou et de Deir el-Medinet[6]. Mais certains sont issus de fouilles antérieures[7].

Le statut juridique de ces objets pose fréquemment problème : certains sont des dépôts de la défunte Société royale de papyrologie égyptienne, collection du roi Fouad Ier et inventoriés comme tels, d’autres sont des dépôts pour étude de l’État égyptien, d’autres sont issus du partage de fouille 50/50 qui prévalait avant l’entrée en vigueur de la convention Unesco de 1970, certains sont issus du marché de l’art, d’autres encore ont été achetés à des pilleurs au vu de leur valeur documentaire. Le tout sans que cela ait forcément été bien reporté voire pas du tout dans les inventaires papier, qui sont très parcellaires.

Proportion des provenances des papyrus de l’Ifao. Capture d’écran BDD. © infographie Ifao.

L’un des problèmes majeurs de l’Ifao à l’égard de ces témoignages écrits du passé tient aussi au fait qu’ils sont conservés de façon très différenciée, depuis des montages « sous-verre » jusqu’au stockage « en vrac » dans des bonbonnières de verre, en passant par la mise en enveloppe acide ou en « fragments volants » dans des boîtes neutres de conservation d’archives.

La conservation des papyrus est de plus l’objet de débats dans la petite communauté des restaurateurs spécialisés, qui hésitent souvent, suivant les contextes locaux et le budget des institutions, entre des solutions high-tech onéreuses et des solutions low-tech de plus faible budget. Parmi les premières solutions, on peut mentionner la mise en légère tension dans un montage en papier japonais à la Fondation Bodmer en Suisse, la solution Stabiltex Sling Housing System développée par Ted Stanley à Princeton University, ou l’usage de montages simples en plaques de plexiglas dans certaines collections nord-américaines. Parmi les solutions low-tech et low-cost, des techniques basées sur le Stabiltext Sling ont été mises au point par des équipes égyptiennes rattachées à la Dar al-Koutoub (Bibliothèque nationale d’Égypte[8]) mais aussi par des restauratrices françaises exerçant en libéral pour le compte du Louvre, comme Eve Menei[9].

Un exemple de solution « low-tech, low-cost » basée sur le Stabiltex Sling Housing System de Princeton, développée par des restaurateurs égyptiens de la Bibliothèque nationale d’Égypte, utilisée sur un papyrus arabe du IXe siècle exposé au musée d’Art islamique du Caire. © photo Julien Jourand.

La méthode ancienne de conservation du montage « sous-verre », devenue majoritaire dans les collections au cours du XXe siècle, présente ses inconvénients propres. Cette méthode a l’avantage d’être peu onéreuse et facile à mettre en œuvre puisque ce sont le plus souvent les chercheurs en papyrologie eux-mêmes – et non des restaurateurs[10] – qui effectuent les montages, démontages et remontages dans le même temps qu’ils consultent, étudient et réarrangent les fragments de papyrus pour en reconstituer le sens. Cette méthode a démontré qu’elle assure une certaine stabilité dans le temps aux fragments montés (au contraire des techniques plus anciennes de contrecollage). Elle consiste en clair à prendre « en sandwich » les fragments entre deux épaisses plaques de verre scellées par un ruban adhésif, le plus souvent avec une languette de papier japonais adhésif voire de scotch plastique pour fixer les fragments entre les plaques. Différentes variantes de ce type de montage existent, que j’ai tenté de documenter tant à l’Ifao que dans les collections exposées en Égypte (ces montages sont souvent exposés tels quel dans les musées).

Cette méthode ne va cependant pas sans poser quelques inconvénients. Les principaux tiennent au poids des plaques de verre, qui induit des risques de chutes et de bris lors des manipulations, mais qui a surtout des effets mécaniques et photochimiques sur les fibres du papyrus. Outre l’écrasement, celles-ci ont tendance à subir des remontées de sel lorsque le montage est exposé trop longtemps à la lumière (effet de serre jusque à 7°C à l’intérieur du montage). De plus, dans de nombreuses institutions, dont l’Ifao, ces montages sont stockés comme des livres, à la verticale, afin d’obtenir un gain de place, ce qui est susceptible de nuire à la solidarité des encres avec leur support, et induit des tensions mécaniques au sein des fibres végétales.

Fort de ces constats, le service des Archives et Collections souhaitait que soit envisagé, budgétisé et évalué la faisabilité d’un nouveau système de conditionnement et de stockage (jusque-là dans des armoires de bois susceptibles aux infestations des xylophages), incluant l’évaluation du métrage linéaire nécessaire.

Un exemple de montage sous-verre exposé au public au musée national d’Alexandrie, contenant un papyrus copte du VIIIe siècle, décrit comme « parchemin » dans le cartel. © photo Julien Jourand.

Par la même occasion, le service cherchait à reprendre entièrement le système d’inventaire établi empiriquement et alimenté au coup par coup à mesure de leurs études par les chercheurs. Un inventaire si composite et fluctuant qu’il en existe jusqu’à dix systèmes différents dans la BDD[11] – que le service souhaitait par ailleurs remplacer par un système en technologie open source. Après réflexion, tests, recherches et entretiens avec une quinzaine de chercheurs et professionnels[12], j’ai été conduit à produire un rapport de 84 pages d’évaluations et de préconisations concernant la conservation préventive, le conditionnement, l’inventaire et le récolement de ce fonds. Ce rapport est susceptible de servir ultérieurement à l’Ifao pour justifier l’obtention de nouveaux postes et budgets auprès du Mesri. En effet, l’Ifao avait engagé, sous la présidence précédente de Laurent Bavay, une politique poursuivie par le directeur actuel, Laurent Coulon, qui vise à sécuriser ses collections patrimoniales (dont la bibliothèque qui continue d’accueillir chercheurs et étudiants) mais aussi son bâtiment actuel en créant un nouveau bâtiment de bibliothèque et d’accueil sur la parcelle du palais al-Mounira. Une partie de ce nouveau bâtiment pourrait éventuellement héberger la conservation d’une partie des collections archéologiques.

 

Au-delà de l’objectif de ce stage, j’ai été amené à réfléchir à certaines limites disciplinaires et juridiques, et même à certaines limites de la finalité de la conservation puisque ces papyrus, y compris les plus importants historiquement, ne peuvent être montrés au public. L’Ifao a vocation à diffuser la connaissance produite, mais accompli cette mission avant tout par le biais de conférences et de publications[13]. Le statut juridique flou de la plupart de ses collections comme le contrôle strict du gouvernement égyptien sur son patrimoine culturel empêchent la mise en exposition de ses collections (qui feraient la joie de nombreux musées français).

Le patrimoine est un enjeu de fierté et de « roman national » en Égypte autant qu’une image qui attire – en temps normal – des millions de touristes chaque année. Dans un pays à majorité musulmane mais doté d’une minorité chrétienne se comptant en millions d’individus et traversé par de forts clivages politiques, il est un vecteur d’unité de la nation pour le pouvoir. Celui-ci a énormément investi dessus depuis la fin de la Révolution du Nil[14] et le retour de l’armée au pouvoir[15]. De sorte que dans l’organigramme de l’Ifao, il est intéressant de noter que deux postes à temps plein sont désormais chargés des relations avec le Ministry of Antiquities (MoA), soit autant que les agents permanents du service des Archives et Collections.

Ces collections sont donc avant tout destinées à être des objets d’étude pour les chercheurs, malgré leur indéniable valeur patrimoniale, ce qui est assez paradoxal dans une optique de valorisation de la recherche. De plus, comme souligné plus haut, la segmentation professionnelle entre archéologues, restaurateurs et papyrologues nuit parfois à la bonne compréhension d’un matériau particulier, fragile et aujourd’hui unique, au statut ambivalent pour nous modernes. Alors que pour les anciens le papyrus était un matériau utilitaire d’une certaine valeur, il est parvenu à nous comme un objet archéologique analogue à – mais différent de – notre papier contemporain, porteur de différentes écritures, langues et « strates » de civilisation. Ce qui en fait le piquant et l’intérêt sans cesse renouvelé.

Ces problématiques et ces tensions interrogent : tensions entre ce qui peut être montré et diffusé, et ce qui ne le peut pas, entre la (difficile) interdisciplinarité et la (nécessaire) spécialisation scientifique, entre le patrimoine universel et la fierté nationale, entre les volumes extraordinaires d’objets et de documents conservés en réserve parfois à peine connus des chercheurs les plus spécialisés et ce qui est publié, numérisé et réellement étudié… D’autant plus que l’Ifao est loin d’être la seule institution dans ce cas : les autres écoles françaises à l’étranger du Resefe connaissent le même genre de problématiques. Dans le cours de mon stage j’ai ainsi pu discuter avec Bruno Morandière, ingénieur de recherche au CNRS, en charge du dossier de la transition numérique des écoles françaises à l’étranger et membre de l’Institut d’Asie orientale. Il m’a indiqué l’importance des efforts de numérisation des collections, notamment à l’École française de Rome et à l’École française d’Athènes, incluant la volonté d’étendre aux autres instituts du Resefe le projet « Archimage » (outil de gestion et de diffusion des documents du service des archives de l’EFA).

Il faut en outre considérer le risque politique qui motive pour une part la volonté du Mesri de numériser les fonds de papyrologie de l’Ifao. Lors des troubles consécutifs à la Révolution de 2011, l’Institut d’Égypte (fondé lors de l’occupation française de l’Égypte mais aujourd’hui institution de recherche égyptienne presque voisine de l’Ifao) a brûlé dans des circonstances troubles, entraînant la perte irrémédiable de documents exceptionnels. Même si la situation politique égyptienne a retrouvé une stabilité, une copie numérique des documents de l’Ifao serait une garantie pour les chercheurs du monde entier au cas où de tels incidents, qui peuvent avoir lieu dans tous les pays, se reproduiraient.

Au-delà des institutions françaises de recherche à l’étranger, un certain nombre de musées en France sont d’ailleurs dans le même cas : en mai 2021, nous avions effectué avec plusieurs collègues de promotion et des camarades restaurateurs de l’INP un cours pratique de chantier des collections au musée d’Archéologie nationale (MAN) de Saint-Germain-en-Laye. J’avais alors été frappé par l’absence d’inventaire numérique centralisé : seul un inventaire papier traditionnel recensait les collections, dont le nombre d’objets conservés restait inconnu (de quelques centaines de milliers à plusieurs millions).

Je conclurai en remarquant que mes interrogations sur la conservation et le stockage, et surtout l’étude et la présentation des biens archéologiques mobiliers (les fameux « BAM ») rejoignent des problématiques et des débats récurrents dans les milieux archéologiques et muséaux : inventaire et récolement des « indénombrables », question du « réenfouissement », création, gestion et maintien dans le temps des centres de conservation et d’étude (CCE), gestion des dépôts mobiliers et des archives des chercheurs… Je ne prétends pas apporter de réponse, mais simplement souligner que maintenir la mémoire des sites et des chercheurs, comme connaître et étudier les collections archéologiques en dépôt ou réserve, c’est aussi contribuer à l’avancée de la recherche, parfois autant que la fouille elle-même. Cela implique précisément un investissement et une réflexion au-delà de la fouille elle-même, qui souvent absorbe entièrement l’énergie de chercheurs trop sollicités de tous les côtés. La mobilisation régulière et planifiée des étudiants sur des stages de durée moyenne (1 à 5 mois) pour aider à inventorier, récoler et étudier des ensembles précis mais aussi les archives de fouille qui vont avec, comme pour interroger les chercheurs à la retraite, est à mon avis une solution possible, et ce peut-être dès la seconde année de licence. Ce serait un moyen non seulement de les familiariser avec les collections et les objets archéologiques dans leur aspect le plus concret et matériel, beaucoup mieux que par des photographies dans des ouvrages ou des présentations PowerPoint, mais aussi de les motiver et de leur fournir un « coup de pouce » en matière de CV scientifique. Cela pourrait aussi les ouvrir à d’autres métiers et spécialités scientifiques (archives, musées, restauration, régie…), et créer de façon naturelle le « dialogue entre disciplines » nécessaire pour des objets qui échappent à nos grilles d’analyse contemporaines, tels les papyrus…

Auteur

Julien Jourand
Élève conservateur du patrimoine, spécialité archéologie, promotion Daniel-Cordier (2021-2022)

[1] Dérivé, par analogie formelle, du terme grec ancien désignant les coquilles d’huître, « ostraca », pluriel d’« ostracon », désigne les tessons de poterie antiques ainsi que les éclats de calcaire utilisés dans l’Antiquité comme support d’écriture.

[2] Voir la présentation des archives et collections sur le site internet de l’Ifao : https://www.ifao.egnet.net/archives-scientifiques/archives-presentation/ [lien valide en octobre 2022].

[3] Le pluriel latin de « papyrus » est « papyri », mais les papyrologues francophones le laissent en général sous sa forme singulière, quel que soit leur nombre.

[4] Un rapport supplémentaire sur la base du volontariat, corédigé avec mes collègues Jean-Roch Dumont Saint-Priest et Juliette Chevée, en stage au Caire au même moment – au musée national de la Civilisation égyptienne (NMEC) pour Jean-Roch, et à l’Institut dominicain d’études orientales (Ideo) pour Juliette –, a été remis à l’INP sur la formation des restaurateurs du patrimoine en Égypte.

[5] Du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, hors très grands musées.

[6] Le site de Deir el-Medinet est toujours en cours de fouille en tant que chantier-école de l’Ifao.

[7] Ainsi du papyrus inventorié « Ifao inv. Objets 0003a, b et c / P.IFAO H 061 062 et 063 » (« Livre des morts de Senhotep sur lin »), acquis avant 1896 (les papiers journaux dans lesquels il était enveloppé servant de terminus post quem), publié par Annie Gasse en 1983.

[8] Ana BENY, Ahmed YOUSSEF, Mohamed HASSAN, Maiada ESMAIL, Noha SAID, « Low budget and ‘low-tech’ solutions for papyrus conservation and storage at the National Library of Egypt », in Christina ROZEIK, Ashok ROY & David SAUNDERS (dir.), Conservation and the Eastern Mediterranean. Contributions to the 2010 IIC Congress, 20-24 september 2010, Londres, The International Institute for Conservation of Historic and Artistic Works 2010. [disponible en ligne], https://docplayer.net/13008300-Low-budget-and-low-tech-solutions-for-papyrus-conservation-and-storage-at-the-national-library-of-egypt.html [lien valide en octobre 2022].

[9] Qu’elle soit remerciée pour les informations communiquées

[10] Certains papyrologues considèrent d’ailleurs que c’est avant tout aux chercheurs eux-mêmes d’effectuer les montages de conservation.

[11] Sous logiciel Filemaker Pro.

[12] Qu’ils soient tous remerciés du temps qu’ils m’ont consacré, comme les personnels du service des Archives et Collections de l’Ifao, en particulier Cédric Larcher et Mazen Essam.

[13] L’Ifao dispose depuis 1907 de sa propre imprimerie, à présent partiellement transformée en musée industriel de l’imprimerie. Voir sa présentation sur le site de l’Ifao : https://www.ifao.egnet.net/publications/pub-presentation/ [lien valide en octobre 2022].

[14] Tantôt appelée « Révolution du papyrus », « Révolution du 25-janvier » ou « Révolution du lotus », la Révolution du Nil, à la suite de la révolte tunisienne et au sein d’un mouvement plus vaste qualifié de « Printemps arabe », a débuté le 25 janvier 2011. Elle a conduit à la démission du président Hosni Moubarak et à une libéralisation du régime égyptien. La plupart des observateurs considère qu’elle a pris fin avec l’arrivée au pouvoir du général Al-Sissi, le 8 juin 2014.

[15] Création au Caire du National Museum of Egyptian Civilization (NMEC) et du Grand Egyptian Museum (GEM), rénovation de nombreux musées et monuments, gentrification du centre-ville de Wast al-Balad autour de la place Tala’at-Harb, etc.



Citer ce billet
LB (2022, 18 octobre). Conserver des collections archéologiques pour les chercheurs : réflexions à partir des fonds de papyrologie de l’Ifao. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search