Sortir du littéraire et réexposer Flaubert. Les enjeux scientifiques de l’exposition « Flaubert, corps et âme » (2022-2023)

Exposer la littérature en musée constitue un défi de taille. Maintes institutions ont tenté le pari ; maintes ont échoué aussi. L’année du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert (2021) a offert un terrain particulièrement fertile en propositions muséales de toutes sortes et donc propice à l’analyse. Près de 200 événements ont ainsi été recensés par un comité « Flaubert 21 », qui les a labellisés après examen. Parmi les expositions sélectionnées, trois retiennent plus particulièrement l’attention à Rouen, ville qui a vu naître l’écrivain : « Dans l’intimité de Gustave Flaubert » au musée Flaubert et d’Histoire de la médecine (1er juillet 2021-27 février 2022) ; « L’élève Flaubert : “Nous étions à l’étude…ˮ » au musée national de l’Éducation (3 juillet-31 octobre 2021) et « Gustave Flaubert. La fabrique de l’œuvre » à la Bibliothèque patrimoniale Villon (11 décembre 2021-12 mars 2022).

Bien qu’issues de trois tutelles différentes – dans l’ordre : métropolitaine, ministérielle et municipale – ces institutions n’en ont pas moins proposé des accrochages qui présentent bon nombre de traits communs : une appétence pour évoquer en un même mouvement à la fois la vie privée de l’auteur et son œuvre littéraire  – comme si les deux étaient fatalement reliées ; un goût prononcé pour les manuscrits et autres documents révélant l’homme au labeur, retouchant indéfiniment ses phrases ; enfin, un rapport assez fétichiste aux objets – mèches de cheveux, cahiers d’écolier ou autres notes et journaux ayant appartenu à l’auteur.

Certes, la nécessité de commémorer ce « monument littéraire » qu’est Gustave Flaubert explique de tels partis-pris. Ils s’inscrivent, toutefois, à l’encontre de tendances actuelles visant, en particulier dans l’univers anglo-saxon, à renoncer au culte de l’auteur[1] et à s’intéresser davantage au contexte de création, à la culture visuelle et à la manière dont la littérature – et l’écriture plus généralement – exerce une influence sur les autres arts et, par-delà, sur la société. Dès lors que l’on ambitionne de monter un nouveau projet dédié à Gustave Flaubert, comment s’y prendre pour renouveler l’approche et pour proposer ce que Jérôme Glicenstein nomme une « méta-œuvre[2] », « une sorte de liant entre des objets variés – formant une sorte de collage » propice à créer du sens et à inscrire l’exposition littéraire dans une dynamique nouvelle ? Comment orchestrer ce « passage du lisible au visible », dont parle Alain Fleischer, tant il est vrai qu’un écrivain « s’expose à la lecture, non à la contemplation visuelle[3] » ?

Le travail scientifique mené dans le cadre de la préparation de l’exposition « Flaubert, corps et âme », qui se tiendra, du 26 octobre 2022 au 22 mai 2023, au musée Flaubert et d’Histoire de la médecine de Rouen, propose d’explorer d’autres directions et de renoncer au « sacre » du manuscrit, apparu au XIXe siècle[4] et qui caractérise bon nombre de manifestations littéraires, pour mieux ouvrir le champ des possibles. Dans le cadre du « Temps des collections », programmation initiée en 2012 par la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie afin de remettre sur le devant de la scène muséale des collections permanentes quelque peu négligées au bénéfice des expositions temporaires, la démarche a consisté à interroger les fonds du musée Flaubert et d’Histoire de la médecine mais aussi ceux du Muséum d’histoire naturelle de Rouen pour présenter un projet permettant d’appréhender différemment l’œuvre littéraire de Gustave Flaubert.

Afin de favoriser des collaborations croisées entre les onze institutions qui constituent la Réunion des musées métropolitains, et d’offrir une meilleure visibilité aux événements, le « Temps des collections » s’orchestre, chaque année, autour d’une thématique : le « corps » a été retenu pour l’automne 2022. À partir de cette notion-clé, il a été possible de revisiter les inventaires et de mettre en rapport les romans de Flaubert avec des objets muséaux et des œuvres picturales.

L’exposition est structurée en quatre parties qui tiennent compte des conditions spatiales. En ouverture, le cabinet de curiosité du musée sera enrichi d’items en provenance du Muséum afin de se rapprocher de célèbres descriptions flaubertiennes, en particulier celle de la visite, aux galeries de sciences naturelles, de Bouvard et Pécuchet, qui s’ébahissent devant « les quadrupèdes empaillés », « les papillons » ou « les fossiles »[5]. Une petite salle présentera ensuite le corps anatomique, écorché et modélisé, à partir de l’évocation, toujours dans Bouvard et Pécuchet, des modèles en cires du docteur Auzoux (1797-1880), dont le musée conserve un exemplaire. Cette section permet en outre d’illustrer combien, pour Flaubert, « l’hôpital […] fut son univers d’enfant[6]» ; lui dont le père était chirurgien-en-chef de l’Hôtel Dieu, où il grandit en côtoyant la mort en permanence. Donner à voir ce contexte, à travers une sélection d’objets emblématiques et frappants, plutôt que de simplement l’évoquer dans des textes de salles, offre aux visiteurs l’occasion de ressentir ce mélange de répulsion et de fascination envers la mort que manifestent les écrits de l’auteur normand.

Affiche de l’exposition « Flaubert, corps et âme », musée Flaubert et d’Histoire de la médecine, Rouen, octobre 2022-mai 2023.

La salle principale se divise en deux parties qui se répondent en miroir. La première illustrera le passage de la souffrance de Flaubert à celle de ses personnages. Flaubert a en effet subi toute sa vie de nombreuses maladies, nécessitant des soins auxquels réfèrent un grand nombre d’instruments : lancettes, perchoir à sangsues, instruments pour la saignée, clystère, et autre trousse de trépanation. Quant à la douleur dans ses fictions, elle s’avère aussi bien physique – l’opération du pied-bot dans Madame Bovary en est le parfait exemple – que psychologique – comme le montre le suicide d’Emma, et avant lui les tourments incessants que son esprit éprouve. Dessins et peintures d’Albert Fourié (1854-1937), représentant La Mort d’Emma Bovary (1883), rendront possible l’exploration de ce thème. La mort de l’écrivain est aussi, en elle-même, une thématique, évoquée par le Masque funéraire de Flaubert (1907) par Francis Picabia (1879-1953) ; œuvre méconnue et acquise en 2022 par la RMM. La seconde partie portera sur le « corps désiré et bestial ».

Symboles des tourments de saint Antoine et très présents dans la correspondance de Flaubert, les animaux, au travers de modèles naturalisés, occuperont l’espace central de la salle, renforçant la théâtralité des lieux. Les lithographies d’Odilon Redon (1840-1916) pour La Tentation de saint Antoine, récemment acquises par la RMM, démontreront, de manière frappante, ce lien entre folie et animalité qui hante l’œuvre de Flaubert. Le désir n’en existe pas moins, c’est pourquoi l’exposition s’achève sur des représentations sublimes de Salammbô et de modèles féminins susceptibles d’avoir inspiré à Flaubert Madame Bovary, notamment celles de Joseph-Désiré Court (1797-1865).

Ce parcours de la mort vers la vie constitue d’une certaine façon une métaphore de la trajectoire de l’écrivain qui, dans un contexte marqué par une indéniable morbidité, a su édifier une œuvre littéraire lui assurant, aujourd’hui encore, une renommée mondiale ; œuvre dans laquelle l’érotisme et le désir occupent une place de choix. On voit en tout cas ici combien, à partir d’une thématique aussi large et universelle que celle du « corps », il est possible de faire parler autrement des corpus à la fois littéraires et muséaux.

De manière plus générale aujourd’hui, le dialogue entre « musées » et « littérature » n’est plus à sens unique : il ne s’agit pas seulement de faire « entrer » à tout prix les livres dans l’institution en reprenant des dispositifs muséographiques et scénographiques non conçus, au départ, pour ce type de contenus. Au contraire, comme le constate Jean-Max Colard, les expositions, de plus en plus, sont appréhendées à la manière de scénarios. Ce serait, en définitive, en puisant dans les ressources de l’art poétique, au sens que lui donne Aristote, que les commissaires parviendraient à proposer des sortes de fictions « mises en espace », afin de mieux intéresser leurs publics en créant des moments de suspense. Dès lors, « par un effet de renversement, c’est l’exposition tout entière qui se trouve devenue le dispositif paratextuel d’un récit ou d’un livre, écrit en amont voire en aval du projet artistique[7]. » Au croisement même de tous ces phénomènes récents, les musées littéraires ont encore beaucoup à offrir, à exposer et à théoriser pour les années à venir.

Auteur

Jean-Baptiste CHANTOISEAU
conservateur du patrimoine, spécialité musée.

 

Remerciements

L’auteur tient à remercier chaleureusement Sylvain Amic, conseiller de la ministre de la Culture depuis juillet 2022 et auparavant directeur de la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie ; Murielle Grazzini, administratrice ; Sophie Demoy-Derotte, responsable des collections du musée Flaubert ; Virginie Thénoz, assistante de direction ainsi que les équipes des musées, de la conservation au service des publics en passant par l’accueil, la surveillance et la communication.

 

 

[1] Nathaniel PROTTAS, « Beyond the cult of the author. The literary museum today » [éditorial], Journal of museum education, vol. 45, no 3, « Beyond the cult of the author. The literary museum today », 2020, p. 221-225 [disponible en ligne], https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10598650.2020.1799144 [lien valide en septembre 2022].

[2] Jérôme GLICENSTEIN, L’Art : une histoire d’expositions, Paris, PUF, coll. « Lignes d’art », 2009, p. 12.

[3] Alain FLEISCHER, « Du lisible au visible », in Jérôme BESSIÈRE & Emmanuèle PAYEN (dir.), Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques », 2015, p. 83.

[4] Voir Thomas CAZENTRE, « Exposer le manuscrit littéraire », mémoire d’étude soutenu à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib, Paris, 2008).

[5] Gustave FLAUBERT, Œuvres complètes. V, 1874-1880, édition établie par Stéphanie Dord-Crouslé, Anne Herschberg Pierrot, Jacques Neefs et Pierre-Louis Rey, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2021, p. 356.

[6] Michel WINOCK, Flaubert, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2018 [2013], p. 22.

[7] Jean-Max COLARD, « Quand la littérature fait exposition », Littérature, 2010, no 160, « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre », p. 74-88 [disponible en ligne] https://www.cairn.info/revue-litterature-2010-4-page-74.htm, [lien valide en septembre 2022].



Citer ce billet
LB (2022, 28 novembre). Sortir du littéraire et réexposer Flaubert. Les enjeux scientifiques de l’exposition « Flaubert, corps et âme » (2022-2023). Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1m

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search