Exposer la littérature en 2022 : l’exemple américain

Stage effectué à l’American Writers Museum (Chicago, Illinois, États-Unis d’Amérique), février-mars 2022.

« Mais les Lettres… Quoi de plus abstrait que l’activité littéraire ? Que faire voir ?[1] » se demandait Paul Valéry en 1937, à l’occasion de la création d’un éphémère musée de la Littérature qui vit le jour, à Paris, lors de l’Exposition internationale des arts et techniques. Donner à voir la littérature ne constitue-t-il pas, pour citer le titre de la thèse de Justine Delassus, un « pari impossible[2] » ? Un pari pourtant que nombre d’institutions à travers le monde s’affaire à relever – les exemples récents, rien qu’en France, sont légion : de « Baudelaire, la modernité mélancolique » à la Bibliothèque nationale de France (03 novembre 2021-13 février 2022), au « Chef-d’œuvre inconnu. Entre génie et folie » à la Maison de Balzac (18 novembre 2021-06 mars 2022), en passant par « Marcel Proust, un roman parisien » au musée Carnavalet (16 décembre 2021-10 avril 2022), ou bien encore « Salammbô : Fureur ! Passion ! Éléphant » au musée des Beaux-Arts de Rouen (19 mai-19 septembre 2021) puis au Mucem (20 octobre 2021-07 février 2022). Témoignent aussi de cette ambition, d’un point de vue académique, des publications récentes stimulantes, aussi bien en français – Exposer la littérature[3], notamment – qu’en anglais[4] – ainsi que la production de thèses de doctorat[5]. Toutefois, comment orchestrer, plus précisément, ce « passage du lisible au visible », dont parle Alain Fleischer, tant il est vrai que, par définition, tout texte « s’expose à la lecture, non à la contemplation visuelle[6] » ? À l’occasion de ma récente expérience aux États-Unis dans le cadre de ma formation de conservateur du patrimoine, je m’arrêterai sur trois options – patrimonialisation, immersion et scientifisation – riches d’enseignements multiples.

Patrimonialisation : The New York Public Library (New York)

Musées littéraires et bibliothèques appréhendent désormais de plus en plus « l’exposition comme une situation permettant à la littérature d’obtenir une nouvelle forme de transcendance au prix d’une migration “hors de son site d’origineˮ », comme l’affirme Jérôme Glicenstein[7]. Une telle quête se traduit parfois par une approche qui tend à magnifier le livre et, plus largement, l’activité littéraire et à les transformer en objets patrimoniaux à part entière. C’est ainsi que The New York Public Library a conçu l’exposition « Trésors », qui sera présentée jusque fin 2025.

figure 1. La canne de Virginia Woolf, ouvrages et manuscrits précieux, exposition « Trésors », The New York Public Library, New York, jusqu’à fin 2025. © photo Jean-Baptiste Chantoiseau.

L’écrin prestigieux que constitue le bâtiment de la bibliothèque publique new yorkaise – un authentique temple de marbre – favorise une patrimonialisation à l’extrême [fig. 1] : derrière de luxueuses vitrines et dans une ambiance à l’éclairage tamisé, se révèlent des artefacts sublimés par la scénographie. La muséographie, à peu près chronologique et principalement thématique, met à l’honneur les plus belles pièces de la collection, depuis la Déclaration d’Indépendance de 1776, dans sa version manuscrite par Thomas Jefferson, aux lettres de l’écrivain James Baldwin. La tradition séculaire du prince exposant, dans une noble galerie, « son trésor » se voit réinvestie dans un contexte démocratique d’ouverture gratuite à tous les publics. Objet essentiel de cette patrimonialisation du littéraire opérée par les bibliothèques[8] depuis le début du XIXe siècle, le manuscrit constitue la pièce maîtresse de la présentation, que l’écrin scénographique s’emploie à faire apparaître comme un authentique bijou. Outre les notes, les brouillons et autres lettres, des objets d’exception – à l’instar du bureau de Mark Twain et de la canne de Virginia Woolf – participent d’une certaine fétichisation du littéraire et soutiennent un culte porté aux auteurs ; fascination pour la figure de l’écrivain qui remonte au dernier tiers du XVIIIe siècle, comme Olivier Nora, s’intéressant à « la visite au grand écrivain », l’a rappelé dans Les Lieux de mémoire[9].

Une telle manière d’envisager l’exposition littéraire ne risque-t-elle pas, toutefois, de mettre à distance le visiteur et d’engendrer une certaine mortification de la littérature par le musée ? En réaction à cela, de nouvelles approches tentent de rebattre les cartes, longtemps trop figées, du monde littéraire muséal.

Immersion et approche sensorielle : Planet Word (Washington D.C.)

Inauguré en 2020, Planet Word a ouvert ses portes dans le contexte muséal hautement concurrentiel propres à Washington et sa pléiade d’institutions patrimoniales historiques, immenses et gratuites. Il déclare offrir à ses visiteurs une expérience « épanouissante » et de « haut niveau technologique » : « high tech » et « feel good » constituent les mots d’ordre[10]. Le soin porté à l’esthétique des espaces, tout comme l’ultra modernité des dispositifs multimédias, permet une immersion complète dans un univers visuel et sonore, où se déclinent les ressources infinies du langage.

figure 2. Salle principale du musée Planet Word, Washington D.C., mars 2022. © photo Jean-Baptiste Chantoiseau.

La visite démarre au troisième étage dans une salle présentant un immense globe scintillant [fig. 2], autour duquel sont disposés une pléiade de tablettes numériques donnant à voir des visages prêts à entrer en discussion avec le public : grâce à un système de reconnaissance vocale, un dialogue s’orchestre, d’un poste à l’autre, avec les représentants des langues de tous les recoins de la planète. Un peu plus loin, un mur de lettres géantes en relief fait office de décor à un spectacle lumineux tout au long duquel est retracée, en voix-off, l’histoire de la langue anglaise. Plus généralement, de nombreux jeux sur écran sont proposés pour mieux appréhender la grammaire et les usages lexicaux. Le second étage invite les usagers à s’emparer d’une multitude de dispositifs – karaoké, pinceaux électroniques, salles de lecture, d’enregistrement… – pour devenir des « acteurs » du langage sous tous ses aspects. Le tout dernier niveau du parcours invite à réfléchir sur le pouvoir des mots et des idéologies, notamment grâce à un atelier où il s’agit de concevoir une publicité numérique puis de l’éditer : elle rejoint alors le flux des créations des participants qui défilent en continu sur un long écran horizontal.

Ici, plus de distance : à l’aide d’une « débauche de spectacularisation[11] », le visiteur se livre à une activité littéraire ludique et interactive, où les notions de jeu et de divertissement s’avèrent centrales. Toutefois, que retenir d’une telle expérience et quelles connaissances historiques permet-elle d’acquérir ?

Scientifisation et digitalisation : The American Writers Museum (Chicago)

À mi-chemin entre une patrimonialisation reposant sur des artefacts exceptionnels et une immersion déconnectée de tout contexte, The American Writers Museum offre une troisième voie qui tente de réconcilier les extrêmes au profit d’un public soucieux d’en savoir plus sur la littérature américaine, tout en restant actif lors de sa visite. Cette institution, qui a ouvert ses portes en mai 2017 à Chicago, bénéficie d’une muséologie et d’une scénographie où les dimensions immersives, documentaires et ludiques alternent afin de transmettre des connaissances tout en maintenant l’attention en éveil.

figure 3. Panorama de la littérature américaine des origines à nos jours (à gauche) et « Cent voix qui ont fait l’Amérique » (à droite), The American Writers Museum, Chicago, mars 2022. © photo Jean-Baptiste Chantoiseau.

Après une vidéo d’accueil (A nation of writers) projetée sur une carte en relief des États-Unis et accompagnée d’une bande sonore soignée, le parcours se poursuit dans une grande galerie [fig. 3] qui propose, à gauche, une présentation chronologique des grands auteurs et mouvements qui caractérisent la littérature américaine, tandis qu’à droite sont mises à l’honneur « cent voix qui ont fait l’Amérique » : poésie, discours politiques, théâtre, film… il s’agit ici d’explorer diverses formes d’écritures et de représentations. Jeux et dispositifs numériques accompagnent ces présentations : le modèle des musées des sciences et découvertes se voit ici adapté à des contenus littéraires. Après une seconde installation vidéo contemplative – des mots en reliefs s’éclairant en musique sur un mur pour donner forme à des citations – un salon confortable permet de lire des romans mis à disposition avant de se diriger vers deux espaces d’expositions temporaires, présentant objets, vidéos et autres créations en lien avec un écrivain ou une thématique. La dernière galerie propose, enfin, des tables interactives pour découvrir de grands romans ou récits américains, tandis que des machines à écrire anciennes et des jeux permettent un moment de détente, avant une dernière salle consacrée aux écrivains et aux institutions littéraires de Chicago.

Les différents contenus – conçus par des universitaires spécialistes de différentes périodes – sont bel et bien au rendez-vous, et les écrivains mis à l’honneur. Toutefois, le rôle actif du lecteur-visiteur, dans la construction du sens et la personnalisation du parcours, en font autre chose qu’une institution célébrant la littérature américaine de manière désincarnée et uniquement professorale. L’enjeu ici est avant tout de faire du musée un lieu de vie où débats, rencontres, échanges, podcasts sont régulièrement organisés et filmés. En l’absence de collections et de documents patrimoniaux – et peut-être précisément grâce à ce parti-pris, le musée ne procédant à aucune acquisition – The American Writer Museum constitue l’exemple marquant d’un espace culturel faisant de la diffusion des contenus et du dialogue avec les publics sa raison d’être.

 

Longtemps considérés comme des manifestations et des lieux quelque peu obsolètes, les expositions et les musées littéraires, en ce premier quart du XXIe siècle, semblent jouir d’un regain d’intérêt positif pour l’avenir. Aujourd’hui, les institutions muséales littéraires s’engagent, de plus en plus, dans des projets pluridisciplinaires et multimédias qui visent, au-delà de la figure canonique du « grand écrivain » et des témoins matériels d’exception, à proposer des ouvertures nouvelles, des dialogues inattendus ou à entreprendre, en partant d’une œuvre, des explorations thématiques propre à mettre en perspective idées et phénomènes historiques. De même que « l’impressionnisme s’envisage désormais bien au-delà du champ pictural[12] » comme l’écrit Sylvain Amic, il s’agit de sortir le domaine littéraire de son pré-carré classique pour mieux le faire dialoguer avec des publics avides de le redécouvrir et de se l’approprier, le temps d’une visite et au-delà.

Auteur

Jean-Baptiste CHANTOISEAU
conservateur du patrimoine, spécialité musée.

 

Remerciements

L’auteur adresse ses profonds remerciements à Carey Cranston, président de The American Writers Museum et à Christopher Burrow, directeur de la coordination ainsi qu’à toute l’équipe du musée qui l’a accueilli pendant sa mission à Chicago, en particulier Linda Dunlavy, directrice du développement, Allison Sansone, directrice de production et Catherine Ryan, chargée d’opérations.

 

 

[1] Paul VALÉRY, in Julien CAIN (dir.), Ébauche et premiers éléments d’un musée de la littérature, Paris, Denoël, 1938, p. IV.

[2] Justine DELASSUS, « Visiter les œuvres littéraires au-delà des mots : des maisons d’écrivains aux parcs à thème, l’impossible pari de rendre la littérature visible », thèse de doctorat sous la direction de Jean-Yves Mollier soutenue à l’université Paris-Saclay / université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (2016).

[3] Jérôme BESSIÈRE & Emmanuèle PAYEN (dir.), Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques », 2015.

[4] Nathaniel PROTTAS, « Beyond the cult of the author. The literary museum today » [éditorial], Journal of museum education, vol. 45, no 3, « Beyond the cult of the author. The literary museum today », 2020, p. 221-225 [disponible en ligne], https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10598650.2020.1799144 [lien valide en septembre 2022].

[5] Outre la thèse de Justine Delassus déjà mentionnée, il convient de signaler celle de Marie-Clémence RÉGNIER, « Vies encloses, demeures écloses. Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937) », sous la direction de Florence Naugrette et Françoise Mélonio soutenue à l’université Sorbonne-Paris 4 (Paris, 2017).

[6] Alain FLEISCHER, « Du lisible au visible », in Jérôme BESSIÈRE & Emmanuèle PAYEN (dir.), Exposer la littérature, p. 83.

[7] Jérôme GLICENSTEIN, « Une brève histoire des expositions littéraires », in Jérôme BESSIÈRE & Emmanuèle PAYEN (dir.), Exposer la littérature, p. 52.

[8] Voir Thomas CAZENTRE, « Exposer le manuscrit littéraire », mémoire d’étude soutenu à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib, Paris, 2008).

[9] Olivier NORA, « La visite au grand écrivain », in Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 2, La République, la nation, la France, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997.

[10] Voir le site internet de l’établissement : https://planetwordmuseum.org/.

[11] Monique PAUZAT, « Scénographier le littéraire », in Jérôme BESSIÈRE & Emmanuèle PAYEN (dir.), Exposer la littérature, p. 171.

[12] Sylvain AMIC, « Préface », in Alexandra BOSC (dir.), Camille Moreau-Nélaton. Une femme céramiste au temps des impressionnistes, catalogue d’exposition (Rouen, musée de la Céramique, 3 avril-7 septembre 2020), Milan / Rouen, Silvana Editoriale / Rouen, Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie, 2020, p. 9.



Citer ce billet
LB (2022, 28 novembre). Exposer la littérature en 2022 : l’exemple américain. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd1n

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search