Place des Vosges, Paris. Élaboration d’un cahier des charges, outil méthodologique référencé pour la restauration des façades, toitures et galeries classées au titre des Monuments historiques

La place des Vosges, ensemble architectural unique, est considérée comme un joyau de l’architecture parisienne du XVIIe siècle et participe pleinement de l’image patrimoniale de la capitale.

Vue de l’angle nord-est et du square central de la place des Vosges, Paris, 2021. © photo Anne-Laure Flacelière.

Synthèse historique

Commandée par Henri IV en 1605, la place Royale s’inscrit dans un programme urbain de relance économique, et marque l’alliance de la Couronne et de l’industrie. Elle est conçue dès son origine comme une place marchande adossée à une manufacture de drap de soie et or. Faute de moyens financiers, les pavillons sont bâtis par des investisseurs privés sur des terrains offerts par la monarchie. L’implantation topographique et l’élévation des façades relèvent d’un cahier des charges précis, établi par la surintendance des Bâtiments du Roi, affirmant le caractère commercial de cette place dotée d’une galerie de boutiques. L’ordonnancement des façades et le choix des matériaux, alliant brique, pierre et ardoise, témoignent du caractère royal du projet. La réussite architecturale de la place incite les propriétaires à s’y installer, transformant les pavillons initialement prévus comme immeubles de rapport en hôtels particuliers aux décors raffinés. Ce n’est qu’après l’échec du projet royal et l’abandon du programme commercial que la place prend véritablement un caractère aristocratique.

Durant la période révolutionnaire, la place Royale est débaptisée et les actes de ventes des hôtels particuliers, devenus bien nationaux, témoignant d’une préoccupation pour cet ensemble patrimonial, mentionnent l’interdiction de modifier la décoration et les matériaux des façades. En cela, ils reprennent les dispositifs prescriptifs énoncés dans l’édit royal de 1604, incluant déjà aux contrats de vente l’obligation d’entretenir les façades dans l’état fixé par les plans approuvés. Au XIXe siècle, le recensement national des édifices jugés remarquables contribue à l’établissement des premières listes des monuments historiques, parmi lesquelles figurent deux hôtels de la place des Vosges dès 1862. Ces inscriptions témoignent de la reconnaissance de l’intérêt patrimonial de la place, confirmée par une première campagne de classement qui débute en 1916. Les protections qui s’en suivent se font progressivement, et sont concomitantes d’opérations de restaurations entreprises en urgence. Dans un premier temps, seules les façades et toitures orientées sur la place sont protégées. En 1954, la protection s’étend à la totalité des édifices, et les périmètres s’amplifient, incluant des parties intérieures et des ailes sur cour. La fragmentation et la disparité des protections engendrent cependant des incohérences et des confusions qui nécessiteraient une révision globale des protections en vue d’harmoniser les pratiques et d’établir une stratégie à l’échelle de la place. En complément de ces mesures, la place des Vosges bénéficie d’une protection élargie par la création du Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du Marais, créé en 1964, en application de la loi Malraux de 1962. La mise en œuvre du PSMV du Marais renforce la conservation et la préservation des immeubles de la place des Vosges, favorise d’importantes campagnes de restaurations et contribue à la renaissance de ce monument historique.

Deux façades de l’aile ouest, place des Vosges, 2021. © photo Anne-Laure Flacelière.

De la nécessité d’établir un cahier des charges réglementaire appliqué à la restauration des parties classées de la place des Vosges

Aujourd’hui, bien que le module type du pavillon symétrique et l’ordonnancement des façades d’origine aient survécus dans leurs lignes et volumes, la place fait état des nombreuses modifications apportées au fil des siècles. Lotie, déstructurée, entresolée et cloisonnée en ses intérieurs, elle a subi des mutations qui ont contribué à la transformation de son bâti, déréglant l’harmonie primitive et induisant des changements architecturaux historiques qu’il convient, dans le respect de son intégrité patrimoniale, d’intégrer à sa conservation-restauration. La place des Vosges demeure un lieu de vie, d’habitations privées, d’activités économiques et commerciales, de tourisme et de loisirs. Outre ses fragilités structurelles intrinsèques, de nombreux facteurs – usage, érosion, pollution – contribuent à sa dégradation et nécessitent de mener des restaurations régulières sur les pavillons.

Face aux demandes croissantes d’autorisation de travaux et de permis de construire soumises aux services de l’État, l’établissement d’un cahier des charges réglementaire pour la restauration de la place s’avère opportun. Il relève d’un besoin exprimé dès le début des années 2000 par la conservation régionale des Monuments historiques. En effet, une étude préalable à l’établissement d’un tel cahier est commandée en 2002 par la Drac Île-de-France à un architecte en chef des Monuments historiques, en vue d’obtenir une synthèse et une actualisation des restaurations menées depuis les années 1960, complétée d’un état sanitaire des pavillons. Cette étude, remise en 2004, conclut à la difficulté d’établir un cahier des charges très prescriptif pour la restauration des immeubles de la place des Vosges, du fait de la singularité de chacun de ses pavillons, et souligne qu’il est préférable de ménager des marges d’adaptation. La commande d’un cahier des charges est alors abandonnée, cependant la nécessité d’un outil méthodologique de référence est régulièrement réaffirmée, dans le but de permettre une gestion qualitative et efficiente des demandes de travaux, et de faciliter l’exercice d’un contrôle scientifique et technique objectivé et cohérent.

Le travail scientifique qui m’a été confié répond à cette double demande : définir les constantes à observer pour la conservation-restauration des pavillons et proposer un schéma directeur de prescriptions, outil d’aide à la décision, construit à partir d’une bonne connaissance de l’histoire de la place, de sa création et de ses transformations successives, de la doctrine évolutive qui a accompagné ses restaurations, et en pleine conscience de ce qui a jadis été autorisé ou non, afin de ne pas bouleverser des éléments déterminants de l’histoire de l’évolution du bâti et des partis de restauration appliqués.

Objectifs

Le cahier des charges attendu répond à plusieurs objectifs croisés. À partir d’un schéma directeur, sa finalité première est la gestion qualitative de l’instruction des demandes de travaux, dans les délais réglementaires impartis, et la conduite d’un contrôle et d’un suivi cohérents. L’objectif second est la conciliation d’une vision d’ensemble du site urbain et d’une vision modulaire de chaque pavillon, avec des prescriptions architecturales adaptées, respectant la doctrine de restauration en vigueur et la singularité de chaque édifice. Le troisième objectif consiste à favoriser une collégialité professionnelle et une complémentarité d’expertises avec les acteurs concernés : le conservateur des Monuments historiques, l’architecte des Bâtiments de France, l’architecte en chef des Monuments historiques ou l’architecte du patrimoine et les services de la Ville de Paris. Ce cahier des charges devra être régulièrement enrichi des apports des nouvelles études réalisées, tout comme il devra intégrer les évolutions de doctrine et l’usage de nouveaux protocoles de restauration. Par la mutualisation des connaissances, cet outil évolutif permettra d’ajuster les solutions et réflexions applicables à cet ensemble patrimonial.

Pavillon de la Reine, place des Vosges, 2021. © photo Anne-Laure Flacelière.

Méthodologie

Pour construire le cahier des charges proposé, la première partie de mon travail a consisté à établir une synthèse des études historiques existantes afin de bien comprendre les étapes de création de la place, d’analyser les mutations d’usages qui vont de pair avec ses transformations architecturales, et de percevoir les approches évolutives et nuancées des restaurations menées au XXe siècle. Cette étude approfondie, complétée de séances d’observation sur site, m’a permis de lister les altérations apportées à l’ordonnance de 1605 dès le début du XVIIe siècle et tout au long des siècles suivants.

L’étude préalable au cahier des charges datée de 2004 a également constitué une solide entrée dans la conduite de ce travail. Elle propose divers éléments de réflexion pour le traitement des façades, menuiseries, toitures et galeries, sans pour autant affirmer des choix d’orientations pour les restaurations à venir. J’ai ensuite cherché à établir des comparaisons avec d’autres cahiers des charges appliqués à la restauration d’ensemble architecturaux semblables. Malheureusement, la Place ducale de Charleville-Mézières et les pavillons d’Escures d’Orléans n’ont pas fait l’objet de cahiers des charges à ce jour. J’ai alors consulté le cahier des charges de la place Vendôme, commandé en 1995 à un architecte en chef des Monuments historiques, offrant un cadrage technique précis en vue de conserver l’intégrité des dispositions d’ensemble et de limiter les dénaturations. Ce document dresse des prescriptions par typologie d’éléments, je m’en suis fortement inspirée, tout en l’adaptant à mon sujet. En effet, ce cahier des charges fixe un état de référence précis que permet l’histoire spécifique de la place Vendôme, et ne permet pas l’histoire plus mouvementée de la place des Vosges, l’ensemble des strates d’occupations successives ayant un intérêt patrimonial pour retranscrire l’histoire du monument.

Les données historiques n’intégrant pas les travaux réalisés sur la place depuis les années 2000, j’ai, dans un second temps, procédé au récolement de l’ensemble des travaux et études scientifiques et techniques menés, tels que recensés dans la base AgrÉgée. Cette base renseignant toutes les protections établies, j’ai procédé au récolement complémentaire de l’ensemble des protections appliquées aux XXe et XXIe siècles, mentionnant très souvent les éléments remarquables d’origine conservés, vestiges archéologiques référentiels dont j’ai également effectué le récolement, en complément de mes observations et autres sources historiques. L’ensemble de ces récolements figure au sein d’un tableau récapitulatif organisé par hôtel, et joint en annexes de mon rapport.

La rédaction de mon cahier des charges résulte de l’analyse de ces données, complétée des conseils et échanges professionnels dont j’ai bénéficié dans le cadre de mon stage. Cet outil méthodologique relève d’un raisonnement construit à partir d’une typologie d’éléments, de matériaux et d’altérations, permettant de cibler les curseurs à appliquer entre permanence, restauration et substitution. Ce schéma directeur est établit en fonction des différentes parties structurantes des bâtiments – couvertures, façades, menuiseries, galeries sous arcades et sols –, et le cahier des charges décline chacune de ces parties en trois points majeurs : principes d’origine, matériaux et prescriptions de restauration. Ce cahier des charges intègre également les enjeux actuels de la restauration, la prise en compte des nouvelles normes environnementales dans la conservation des Monuments historiques, favorisant la mise en œuvre de mécanismes d’adaptation.

Conclusion

L’étude de la place des Vosges soulève des points non résolus et laisse entrevoir de nouvelles perspectives : la définition d’un parti de restauration des cours intérieures, l’harmonisation de la protection des décors, l’amélioration de l’entretien du square Louis-XIII…

Au-delà du sujet d’étude, ce travail scientifique m’a donné l’occasion de considérer l’architecture à travers le prisme du temps et de ses usages, sans perdre à l’esprit la nécessaire conciliation entre passé et présent, dans un juste équilibre, respectueux des qualités patrimoniales d’un monument historique.

Autrice

Anne-Laure FLACELIÈRE

conservatrice du patrimoine, spécialité Monuments historiques.

 

ANNEXE : état des lieux de la place des Vosges

dénomination, adresse dates de construction caractéristiques de construction arrêtés de protections au titre des MH état sanitaire actuel récolement des restaurations antérieures vestiges historiques
côté sud
pavillon Royal, dit du Roi,

no 1 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1605-1606 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 3.

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments remarquables : médaillon au portrait d’Henri IV au-dessus de la baie centrale du 1er étage, et frise sculptée de la corniche surplombant les arcades côté rue de Birague.

6.11.1956 : classement MH (façades et toitures sur place et rue de Birague, galerie voûtée et sol, passage sous le pavillon et sol). Mauvais état. 1942-1949 : dégagement des matériaux de la façade.

1963-1968 : restitution d’une lucarne centrale sur la place, restauration des piles et voûtes du passage.

1996 : ouverture d’une baie de fenêtre au 3e étage.

2018 : restauration et restitution de fenêtre au 1er étage.

2019 : restauration de menuiseries extérieures au 1er étage.

2021 : étude dendrochronologique des poutres du plafond à solives et poutres peintes découvert au 1er étage.

•  Balcon et garde-corps en pierre à balustre apparus début XIXe siècle côté place et balcons en fer forgé XVIIIe siècle côté rue de Birague.

•  Buste d’Henri IV ajouté début XIXe siècle à la fenêtre centrale du 1er étage (culte du Béarnais sous Louis XVIII).

•  Entablement dorique au-dessus des arcades (côté rue de Birague) orné des symboles de la force et des arts, chiffre royal souligné par une guirlande de fleurs.

•  Croisées à carreaux XVIIIe, XIXe, XXe siècles.

•  Verrière et châssis d’atelier XIXe siècle du rampant nord de la toiture côté place.

•  Porte piétonne à grille de fonte XIXe siècle donnant accès à l’escalier.

•  Escalier installé dès l’origine dans l’arcade occidentale de ce fait obturée.

 

hôtel de Coulanges,

no 1bis place des Vosges (et 11bis rue de Birague), Paris 4e

(propriété privée)

1606-1607 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Travées : 6.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit), sauf 2 travées ouest en brique apparente.

•  Voûtes : enduit sans décor.

•  Éléments intérieurs remarquables : 2 escaliers à rampe de fer forgé milieu XVIIe siècle. Décors : cheminée début XVIIe siècle à manteau de pierre sculpté, plafond à poutres et solives peintes du XVIIe siècle au second étage.

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures).

 

22.10.1953 : inscription MH (2 escaliers avec rampes en fer forgé XVIIe siècle).

 

24.10.1954 : classement MH (galerie voûtée et sol, versant sur cour des toitures du bâtiment, porte cochère à vantaux de bois cloutés Louis XIII).

 

08.09.1967 : inscription MH (plafond à poutres et solives peintes du 1er tiers du XVIIe siècle au second étage).

Mauvais état. Restauration en cours en 2021-2022, réhabilitation en hôtel de tourisme.

•  Lucarnes et oculi repris lors de la restauration de 1977-1982 avec pierre et décor de briqueterie, état restitué non conforme à l’état d’origine, à supprimer lors d’une prochaine opération de restauration.

•  Façade côté rue de Birague refaite dans un style pseudo XVIIe siècle.

1965-1980 : reprise de la façade.

1975 : réfection de la couverture.

1977-1982 : restauration de la façade sur place et sur rue de Birague.

1994 : restauration des façades côté cour, ensemble des menuiseries sur cour et côté rue de Birague est remplacé par des croisées à petits carreaux.

2020 : étude stratigraphique de la galerie.

2021 : étude des menuiseries anciennes.

2021-2022 : restauration en cours de la façade, des toitures et de la galerie voûtée.

•  Balcon et garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle au 1er étage et restitué au 2nd étage.

•  Porte cochère à vantaux de bois cloutés Louis XIII (couleur bois).

•  Pierre à trous originelle subsiste dans le sol de la galerie.

•  Escalier à rampe de fer forgé milieu XVIIe siècle.

•  Cheminée début XVIIe siècle à manteau de pierre sculpté.

•  Plafond à poutres et solives peintes du XVIIe siècle au 2nd étage.

•  Affouillement de la cour a permis la découverte d’un ancien bassin.

hôtel de Sève, Genou de Gimbeville,

no 2 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1607-1608 •  Corps de logis : 1 pavillon. Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit) sur parement de brique.

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs

remarquables : escalier à vide central et barreaux ronds du 1er tiers du XIXe siècle.

16.08.1955 : classement MH (façade, galerie voûtée et sol, toitures des 2 versants sur place). Restauration complète en 2001.

Modèle de référence, façade vibrante avec une belle polychromie des briques apparentes.

1994 : restauration des parties classées.

1996 : restauration partielle de la couverture.

2001 : restauration de la façade et de la couverture côté place.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle au 1er étage.

•  Croisées à grands carreaux avec trace d’imposte à plinthe début XVIIe siècle au 1er étage (reste de meneau et traverse subsistant au niveau de l’imposte de baie, derniers vestiges des croisées XVIIe siècle).

•  Porte cochère XVIIIe siècle à vantaux moulurés et son marteau.

•  Escalier à vide central et barreaux ronds XIXe siècle.

hôtel de Phélypeaux, puis de Bouthillier, no 2bis place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1606-1608 •  Corps de logis : 1 pavillon

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 4

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central ovale, départ XVIIe siècle, et rampe

à barreaux ronds du XIXe siècle.

16.11.1956 : classement MH (façade, galerie voûtée et sol, toitures sur la place). État moyen. 1943 : restauration de la façade et de la toiture.

1994-1995 : restauration de la façade et de la toiture.

•  Balcon et garde-corps fer forgé XIXe siècle.

•  Escalier à vide central ovale, départ XVIIe siècle, et rampe à barreaux ronds du XIXsiècle.

hôtel de Saint- Hérem, puis d’Estrades, de Montmorin,

no 3 place des Vosges, Paris  4e

(copropriété)

1606-1607 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Travées : 6.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Voûtes : enduit, sans décor.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central à rampe de fer forgé XVIIe siècle (Louis XIV) ; salons lambrissés et cheminée de marbre Louis XV au 1er étage.

22.10.1953 : inscription MH (escalier XVIIe siècle avec sa rampe en fer forgé).

 

02.03.1957 : classement MH (façade, galerie voûtée et sol, toitures sur la place).

État moyen.

•  Façade dégradée, enduit de fausse brique altéré, menuiseries aux peintures dégradées.

1968 : réfection de la toiture.

1974-1976 : restauration de la façade et couverture.

•  Balcon et garde-corps XVIIIe siècle au 1er étage (et restitués au 2nd étage).

•  Baie de loge avec grille de fer forgé XVIIIe siècle.

•  Croisées à grands carreaux XIXe siècle.

•  Porte cochère début XIXe siècle.

•  Garde-corps XIXe siècle des lucarnes.

•  Escalier à vide central et rampe de fer forgé XVIIe siècle (Louis XIV).

•  Salons lambrissés et cheminée de marbre Louis XV au 1er étage.

hôtel Regnouart,

no 4 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1606-1607 ? •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit, sans décor.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central ovale et rampe de fer forgé Louis XV, décor mural faux- marbre XIXe siècle. Décors : salon orné de boiseries XVIIIe siècle.

16.08.1956 : classement MH (façade, galerie voûtée et sol, vantaux de la porte cochère, toitures sur la place).

 

16.08.1956 : inscription MH (escalier XVIIe siècle avec sa rampe en fer forgé et décoration XVIIIe siècle d’un salon du 1er étage).

État moyen.

•  Façade enduit fausse brique dégradé, coulures noires sous les baies du 2nd étage.

1944 : restauration de la façade et réfection de la toiture.

1974 : restauration des souches de cheminée.

2019 : modification de la vitrine de la galerie en rez-de-chaussée sous arcades.

•  Balcon et garde-corps en fer forgé à cerces croisées Louis XVI, XVIIIe siècle.

•  Baies de loge à grille de fer forgé XVIIIe siècle (2).

•  Porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII (couleur verte).

•  Escalier à vide central ovale et rampe de fer forgé Louis XV, décor mural faux-marbre XIXe siècle.

•  Décors : salon orné de boiseries XVIIIe siècle au 1er étage.

hôtel de Castelnau, puis de Rotrou,

no 5 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1608-1610 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit, sans décor.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central ovale et rampe de fer forgé Louis XV, décor mural faux- marbre XIXe siècle. Décors : salon orné de boiseries XVIIIe siècle et deux plafonds peints en 1646 par Alexandre David au 1er étage.

22.02.1926 : inscription MH (plafond avec peinture XVIIe siècle).

 

16.08.1955 : classement MH (façade, galerie voûtée et sol, toitures des deux versants sur place).

État moyen.

•  Façade dégradée, enduit de fausse brique altéré, menuiseries aux peintures dégradées

1958-1959 : restauration des deux plafonds peints par Alexandre David en 1646.

1975-1976 : restauration de la façade et de la toiture

•  Garde-corps en fer forgé milieu XVIIe siècle au 1er étage et appui de fonte du XIXe siècle au 2nd étage.

•  Baies de loge à grille.

•  Porte cochère XIXe siècle (couleur bleue).

•  Rails industriels (1914, création d’un bâtiment industriel en brique jaune dans la cour, les cuisines de la Cie internationale des Wagons-Lits, plus tard locaux Azzedine Alaïa) subsistants sur le passage cocher côté place.

•  Escalier à vide central ovale et rampe de fer forgé Louis XV, décor mural faux-marbre XIXsiècle.

•  Décors : deux plafonds peints en 1646 par Alexandre David au 1er étage

côté est
hôtel Le Redde, de Fourcy,

no 8 place des Vosges, Paris 4e

(propriété publique, Ville de Paris depuis 1930, lycée professionnel Théophile-Gautier)

1606-1608 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier en bois à balustres XVIIe siècle, aile sud.

26.10.1954 : classement MH (façades, toitures du bâtiment sur place, galerie voûtée et sol, vantaux de la porte cochère). Mauvais état.

•  Façade très altérée, enduit rose abrasé et joints disparus.

•  Harmoniser les garde-corps des oculi.

1965 : remise en état de la façade.

1969-1973 : restauration de la façade et réfection de la toiture.

2021 : restauration des parties classées, restitution d’un pan de toiture XVIIe siècle sur cour et restauration de la façade avec réouverture des arcades.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle, Louis XV.

•  Croisées à grands carreaux XIXe siècle

•  Porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII (couleur verte).

•  Baies sous arcade à grilles.

•  Escalier en bois à balustres XVIIe siècle, aile sud.

•  Façade de l’aile gauche sur cour ayant conservé les arcades de l’ancien escalier d’honneur.

hôtel de Chastillon,

no 10 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1606-1607 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central et rampe en fer forgé Louis XIV.

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures sur place).

 

22.10.53 : inscription MH (escalier avec sa rampe en fer forgé XVIIIe siècle dans l’aile gauche).

 

19.11.1958 : classement MH (galeries voûtées et sol, les 2 versants des toitures sur place).

Bon état. 1932

1963 : réfection de la couverture, façade et galerie voûtée.

1976 : restauration façade et toiture.

2021 : restauration des couvertures, versant sur rue et croupes adjacentes, restauration des souches de cheminées.

•  Garde-corps en fer forgé style Louis XV.

•  Croisées à grands carreaux milieu XIXe siècle.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XVIIIe siècle (couleur bleue).

•  Escalier à vide central et rampe en fer forgé Louis XIV.

•  Frontons originaux des lucarnes côté cour sont toujours conservés : création originale et unique de Claude Chastillon.

hôtel de Castille, puis de Nouveau, de Dangeau et Le Tonnelier

no 12 place des Vosges, Paris 4e

(propriété publique, Ville de Paris depuis 1896, école maternelle)

1608-1610 • Corps de logis : 1 pavillon et demi.

• Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

• Travées : 6.

• Voûte : enduit à décor feint pierre et brique.

26.10.1954 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol). État moyen.

Enduit de fausse brique très dégradé.

1965 : remise en état de la façade.

1968-1970 : restauration des façades et toitures.

2000 : restauration des couvertures côté cour, des croupes et du faîtage.

•  Balcon (1721) et garde-corps en fer forgé style Louis XV, broches refaites au XIXe siècle avec enroulements.

•  Porte piétonne fin XIXe siècle.

hôtel de La Rivière, puis Potier de Novion, de Canillac, de Villedeuil, de Ribault,

no 14 place des Vosges, Paris 4e

(propriété publique, Ville de Paris, synagogue construite en 1865)

1606-1607 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 6.

•  Voûte : enduit à décor feint pierre et brique.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central avec rampe de fer forgé XVIIe siècle, mur d’échiffre sculpté.

1862 : hôtel mentionné sur la Liste des Monuments historiques à préserver.

26.10.1954 : classement MH (façades, toitures, galerie voûtée et sol, escalier intérieur avec sa rampe en fer forgé et sa cage).

29.12.1987 : classement MH de la synagogue de la rue des Tournelles.

État moyen.

Façade altérée, enduit dégradé, galerie très encrassée.

1848 : installation d’un campanile sur la toiture, marque de son affectation administrative (ancienne VIIIe municipalité de Paris entre 1800 et 1860), déplacement du balcon dans l’axe du clocheton.

1914 : ravalement (brossage).

1965 : remise en état de la façade.

1979 : restauration de la façade et toiture.

1982 : réfection du versant côté cour de la couverture.

•  Balcon (1708) et garde-corps en fer forgé style Louis XV, broches refaites au XIXe siècle avec enroulements.

•  Escalier à vide central avec rampe de fer forgé XVIIe siècle (transformé au XIXe siècle), mur d’échiffre sculpté.

•  Trois portes piétonnes peintes d’allégories civiques, milieu XIXe siècle : la loi, l’instruction, le mariage, la naissance, l’épargne.

•  En 1878, les décors des appartements de l’abbé Rivière (peintures et lambris de 5 pièces) ont été déposés au musée Carnavalet (seuls le cabinet doré et la chambre de l’abbé ont été restaurés).

hôtel de Leles, d’Asfleldt,

no 16 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1605-1612 •  Corps de logis : 1 pavillon.

Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit)

•  Travées : 4

•  Voûte : enduit neutre sans décor

•  Éléments intérieurs remarquables :

•  Escalier à vide central avec rampe de fer forgé Louis XIV.

22.10.1953 : inscription

MH (porte cochère, mascaron de l’arcade du passage cocher sur cour, escalier avec rampe en fer forgé XVIIe siècle).

 

16.08.1955 : classement MH (façades, toitures des deux versants du bâtiment sur place, galerie voûtée et sol).

Mauvais état.

·  Problème de stabilité, risque d’écroulement de la façade, restauration en cours.

·  Façade, enduit de fausses briques très altéré.

1937-1939 : restauration de la couverture et des souches de cheminées.

1968-1970 : restauration de la façade et de la couverture.

1997 : consolidation de l’escalier d’honneur.

1999 : remplacement de fenêtres au 2nd étage.

2019 : étude et investigations des sols et fondations préalables à la restauration de l’édifice.

•  Balcon en fer forgé style Louis XV et garde-corps en fonte Louis-Philippe.

•  Escalier à vide central avec rampe de fer forgé Louis XIV.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XIXe siècle (couleur verte).

•  Mascaron de l’arcade du passage cocher sur cour.

hôtel de Tessé, de Clermont-Tonnerre,

no 18 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1609 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit, brique et pierre feintes.

•  Éléments intérieurs remarquables.

26.10.1954 : classement MH (façades, ensemble des toitures du bâtiment sur place, galeries voûtées et sol).

 

25.04.1997 : classement MH (façades et toiture sur rue, cour et jardin, vestibule, grand escalier avec sa rampe, sol de la parcelle sur laquelle l’édifice est classé.

Bon état. 1981-1982 :

Restauration de la façade et de la couverture.

•  Garde-corps en fer forgé style Louis XVI.

•  Croisées à grands carreaux XIXe et XXe siècles.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XVIIIe siècle (bois naturel).

•  Baie de loge à grille.

•  Décor vermiculé des pierres de chaîne et décor sculpté (grecques simplifiées) du bandeau des arcades (transformation des clés latérales arasées et clés centrales en console doriques avec bandeau habillé à la fin Ancien Régime).

hôtel de Fieubet, d’Argennes de Rambouillet,

no 20 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1607-1608 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit, brique et pierre feintes.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle du bâtiment au fond de la cour donnant sur la rue des Tournelles.

1862 : hôtel mentionné sur la Liste des Monuments historiques à préserver.

 

17.07.1920 : classement MH (façade et toitures sur place).

 

16.08.1955 : classement MH (façades, toitures des deux versants du bâtiment sur place, galerie voûtée et sol, aile en retour sur cour et 2nd bâtiment sur la rue des Tournelles).

 

16.08.1955 : inscription MH (escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle du bâtiment au fond de la cour).

Bon état.

•  Enduit de fausse brique altéré, abrasé (comme un chanci).

•  Vérifier si la façade de brique creuse ajoutée au XXe siècle sur cour est toujours présente. À supprimer à l’avenir.

1936 : ravalement, peinture de la façade.

1974 : remplacement illégal des menuiseries des baies de la façade par de nouvelles croisées à petits carreaux (établissement d’un PV).

1976 : ajout d’un doublage en brique creuse sur la façade sur cour, PV établi, mais travaux réalisés.

1979 : ajout refusé d’un ouvrage d’aluminium et de verre dans la cour par Fernand Pouillon.

1999-2000 : restauration de la façade et de la couverture.

1997 : modification d’une devanture commerciale en rez-de-chaussée.

1999 : restauration façade et couvertures.

2005 : démolition d’une partie de toiture du bâtiment du fond de la cour.

•  Porte cochère à vantaux moulurés début XVIIIe siècle (bois naturel).

•  Balcon et garde-corps en fer forgé XVIIIsiècle.

•  Escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle du bâtiment au fond de la cour donnant sur la rue des Tournelles).

pavillon Marchant, puis hôtel d’Argenson,

no 22 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1609 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 4.

•  Voûte : enduit.

•  Éléments intérieurs remarquables : passage cocher avec pilastres ioniques XIXe siècle.

16.08.1955 : classement MH (façades et toitures sur place et retour sur rue du Pas de la Mule, galerie voûtée et sol, porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII). Restauration récente.

Façade vibrante avec une belle polychromie des briques apparentes.

1905-1906 : travaux illégaux, allèges et corniches modifiés.

1955 : clôture des arcades.

1970 : réouverture des arcades.

1975 : restauration façade et couverture.

1992 : étude de restauration.

1993 : restauration des combles sur cour.

1997 : restauration des façades et couvertures.

2007 : ravalement des façades rue du Pas de la Mule.

2009 : réfection des toitures et remplacement de l’isolant par l’extérieur.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle au 1er étage, copie au 2nd (1976).

•  Croisées à grands carreaux.

•  Porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII (couleur bois).

•  Passage cocher avec pilastres ioniques XIXe siècle.

côté ouest
hôtel de Chaulnes, puis de Nicolaï,

no 9 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété, privée et personne publique)

1607 •  Corps de logis : 2 pavillons.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 8.

•  Voûte : décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier Louis XIV (volume d’origine), rampe XIXe siècle dans l’aile nord. Décors : 4 salons Nicolaï XVIIIe siècle aménagés sous Louis XVI (1er étage aile nord et pavillon nord sur la place) : Salon des gypseries, Salon carré dit des faux-marbres, salon d’angle et plafond à solives et poutres peintes de la salle haute (aile sud).

03.04.1954 : inscription MH (façades et toitures des bâtiments en aile sur cour, décors intérieurs XVIIIe siècle du grand salon, vestiges des décorations des pièces du 1er étage : dessus de portes, cheminées XVIIIe siècle au rez-de-chaussée, côté nord).

 

26.10.1954 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol).

 

28.01.2021 : inscription MH (décors intérieurs situés au 1er étage : Salon des gypseries, Salon carré dit des faux-marbres, Grand Salon, salon d’angle, antichambre et plafond à poutres et solives peintes de la salle haute, plan annexé).

Arrêté à modifier en 2022.

État moyen.

•  Restauration de la façade des années 1980.

•  Croisées à petits bois d’après un modèle existant au 2nd étage.

•  Harmoniser les garde-corps sur les lucarnes.

•  Supprimer l’antenne sur le toit.

•  Peindre en gris anthracite les menuiseries des lucarnes de 2nd rang pour les fondre dans la toiture.

1969 : restauration intérieure.

1983-1986 : restauration de la façade et des toitures sur la place.

1996 : changement de menuiseries extérieures.

2002 : réfection de la toiture.

2006 : remplacement de 3 fenêtres au 2nd étage sur cour et réfection des garde-corps.

2012 : restauration de la porte cochère avec nettoyage et mise en peinture à l’identique.

2014-2015 : restauration des couvertures et ravalement du mur pignon du bâtiment E sur cour.

2016 : réouverture d’une baie au 2nd étage en façade sur cour avec pose d’une fenêtre et d’un garde-corps

2017 : restauration de la façade sur cour et du retour droit du pavillon sur l’aile sud de la cour d’honneur.

2021 : restauration des élévations sous arcades.

2021 : restauration de l’élévation nord des bâtiments D et E sur cour, des élévations sous porche et galerie du bâtiment A avec réouverture de 3 soupiraux et création d’un placard technique.

2021-22 : demande d’autorisation en cours pour la restauration de la porte-cochère, de la fenêtre de la baie de loge et d’une partie de la façade sur cour et passage cocher.

•  Garde-corps fer forgé et doré début XVIIIe siècle au 1er étage et néoclassique au 2nd étage. Les garde-corps du 1er étage ont un motif décoratif central doré, unique sur la place des Vosges.

•  Devanture de vitrine XIXe siècle.

•  3 baies à grille XIXe siècle.

•  Porte cochère à vantaux moulurés avec son marteau milieu XVIIIe siècle (couleur verte). Numéro « 9 » au-dessus de la porte cochère à conserver.

•  Escalier Louis XIV (volume d’origine, rampe XIXe siècle dans l’aile nord.

•  Décors : 4 salons Nicolaï, XVIIIe siècle, aménagés sous Louis XVI (1er étage, aile nord et pavillon nord sur la place) : Salon des gypseries, Salon carré dit des faux-marbres, salon d’angle et plafond à solives et poutres peintes de la salle haute (aile sud).

hôtel Colbert de Villacerf,

no 11 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1607 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 4 travées.

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier avec rampe en fer forgé XVIIe siècle, aile sud. Plafond à poutres et solives peintes au 2nd étage (mis au jour en 1965, non protégé).

26.10.1954 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol). État moyen.

•  Ancien désordre structurel (affaissement) au niveau de certaines fenêtres.

1988-1989 : restauration de la façade (pose de croisées à petits bois), de la toiture et de la galerie.

2020 : modification de façade en rez-de-chaussée sous les arcades avec création de 3 vitrines commerciales.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIsiècle.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XVIIe siècle (bois naturel).

•  Baie à grille sous arcade.

•  Escalier à rampe en fer forgé XVIIe siècle, aile sud.

•  Plafond à poutres et solives peintes au 2nd étage.

hôtel de Rohan,

no 13 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1607-1609 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte.

•  Travées : 8 travées.

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escaliers à vide central avec rampe en fer forgé Louis XIV (aile nord) et néoclassique (aile sud).

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures sur place).

 

16.08.1955 : inscription MH (façades et toitures de l’aile droite et gauche avec leurs escaliers à rampe en fer forgé XVIIIe siècle).

 

30.11.1956 : classement MH (façade et toitures encore non classées sur la place, galerie voûtée et sol).

Restauration récente, un peu sèche.

Épis de faîtage remplacé en forme d’obélisque.

1975-1978 : restauration des façades et couvertures (lucarnes de pierre remises en place), plantation d’un jardin, aile neuve sur la rue de Turenne.

2002 : remplacement de fenêtres.

2004-2005 : restauration de la façade sur place.

2013 : création de 4 châssis de toit versant cour en vue de l’aménagement des combles avec démolition du plafond du 2nd étage donnant sous les combles.

2014 : réaménagement d’un appartement au 2nd étage.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle au 1er étage.

•  Croisées à grands carreaux de diverses époques, XVIIIe, XIXe, XXe siècles.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XVIIIe siècle (couleur verte).

•  Escaliers à vide central avec rampe en fer forgé Louis XIV (aile nord) et néoclassique (aile sud).

hôtel Le Chanteur,

no 15 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1607-1608 •  Corps de logis : 1 pavillon.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 4 travées.

•  Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle, avec deux colonnes doriques, aile nord. Cheminée Louis XV en marbre au 1er étage (volée en 2001). Des sondages ont révélé la présence d’un plafond à poutres et solives peintes, a- t-il été restauré ?

22.10.1953 : inscription MH (escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle).

 

21.09.1955 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol).

Restauration complète en 2001.

Modèle de référence, façade vibrante avec une belle polychromie des briques apparentes.

1932 : ravalement de façade.

1996 : arrêté de péril, purge de la façade sur la place.

2001 : restauration de la façade, des toitures et de la galerie.

•  Balcon et garde-corps en fer forgé fin XVIIIe siècle au 1er étage et en fonte Louis-Philippe au 2nd étage.

•  Porte cochère à vantaux moulurés.

•  Arcade percée de deux baies de loge avec volet bois XVIIIe siècle.

•  Escalier avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle, avec deux colonnes doriques, aile nord.

hôtel Larcher,

no 17 place des Vosges, Paris 4e

(copropriété)

1606-1607 • Corps de logis : 1 pavillon et demi.

• Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

• Travées : 6 travées réparties sur 3 pavillons.

• Voûte : enduit, décor feint brique et pierre.

• Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle, aile gauche.

• Plafond à poutres et solives peintes au 1er étage découvert lors des travaux des années 1980 (non protégé).

17.07.1920 : classement MH (façade et toitures

sur place).

 

22.10.1953 : inscription MH (escaliers avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle, aile gauche).

 

16.08.1955 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol).

Bon état.

•  Petit escalier dénaturé par un ascenseur (pose illégale), aile nord.

•  Plafond à poutres et solives peintes au 1er étage, en partie dénaturé par le propriétaire.

•  Persiennes retirées des lucarnes des combles mais restent les ferronneries d’arrêt, à supprimer.

•  Fenêtre de loge sans intérêt patrimonial, à supprimer.

•  Harmoniser la couleur des menuiseries sur la façade.

1960-1964 : restauration des

toitures et lucarnes.

1982-1984 : restauration de la façade et de la couverture.

2002 : remise en peinture des boiseries extérieures.

2009 : modification de la devanture d’une vitrine.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIIe siècle modifiés.

•  Croisées à grands carreaux (imposte ancienne au 1er étage).

•  Porte cochère à vantaux moulurés Louis XVI (bois naturel).

•  Pierre à trous originelle subsiste dans le sol de la galerie.

•  Escalier à vide central avec rampe en fer forgé XVIIIe siècle, aile gauche.

•  Plafonds à poutres et solives peintes au 1er étage, en partie dénaturé par le propriétaire.

hôtel Marchand, de Montbrun,

no 19 place des Vosges, et no 1 rue des Francs-Bourgeois, Paris 4e

(propriété privée)

1606-1612 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique apparente.

•  Travées : 6 travées réparties sur 3 pavillons.

•  Voûte : enduit, brique et pierre.

Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central et rampe à barreaux de fonte XIXe siècle.

•  Deux plafonds à poutres et solives peintes au 1er étage.

22.09.1916 : classement MH (façade sur place), arrêté annulé.

 

22.10.1953 : inscription MH (escaliers avec rampe à barreaux de fonte XIXe siècle).

 

04.12.1954 : classement MH (façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol, façade et toiture en retour sur la rue des Francs-Bourgeois)

Restauration complète en 2018.

Restauration exemplaire, modèle de référence.

1920-1921 : façade démolie et reconstruite à l’identique (hormis suppression du balcon XVIIe siècle) totalement en brique de Vaugirard (unique façade tout en brique de la place)

1962 : réfection de la couverture.

1977-1978 : restauration des façades sur la place et sur la rue.

1999 : restauration générale et construction d’un bâtiment adossé en retour sur la rue des Francs-Bourgeois, démolition d’édicules.

2001 : restauration et extension, redistribution.

2003 : changement de destination et modification des façades sur cour.

2018 : restauration des façades sur la place et sur la rue des Francs-Bourgeois, des arcades et du sol de la galerie.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIIe siècle au 1er étage et copies au 2nd étage (1921).

•  Croisées à grands carreaux de diverses époques.

•  Porte cochère à vantaux moulurés XIXe siècle (couleur verte).

•  Escalier à vide central et rampe à barreaux de fonte XIXe siècle.

•  Deux plafonds à poutres et solives peintes au 1er étage.

côté nord
hôtel de Richelieu,

no 21 place des Vosges, Paris 3e

(copropriété)

1609 • Corps de logis : 1 pavillon de 1 travée, 1 pavillon complet et 3 travées d’un pavillon. Fusion de 2 hôtels en 1723.

• Parement : pierre de Saint-Leu (5e arcade construite postérieurement en moellon et non en pierre de taille) ; brique feinte.

• Travées : 8 travées réparties sur 3 pavillons.

• Voûte : brique et pierre.

• Éléments intérieurs remarquables : escalier à vide central et rampe fer forgé Louis XIV.

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures sur place).

 

22.10.1953 : inscription MH (plafond décoré et poutres peintes).

 

21.09.1955 : classement MH (galerie voûtée et sol, vantaux porte cochère, passage cocher, parties des toitures du bâtiment sur la place non classées, escalier XVIIe siècle et porte sur cour donnant accès à l’escalier).

 

01.08.1958 : classement MH (versant de la toiture sur cour et escalier avec rampe en fer forgé XVIIe siècle).

État moyen.

•  Galeries sous arcades très encrassées.

•  Parement : enduits de fausse brique altérés, joints effacés, coulures et mousses.

1976 : restauration de la façade et de la couverture.

1977 : restauration des souches de cheminées.

1982 : Réfection du faîtage et du versant intérieur nord de la couverture.

1992 : restauration de la cage d’escalier.

2003 et 2005 : étude et restauration de l’escalier d’honneur.

2016 : Réfection de 2 fenêtres sur cour au rez-de-chaussée.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIIe siècle.

•  Décor vermiculé des pierres de bossage des chaînages verticaux (le seul identifié avec le décor du Pavillon du Roi).

•  Porte cochère à vantaux moulurés XVIIIe siècle reprise au XIXe siècle (bois

naturel).

•  Passage cocher XIXe siècle de style néoclassique.

•  Escalier à vide central et rampe fer forgé Louis XIV.

•  Devantures en applique de bois des boutiques des arcades fin XIXe siècle, début XXe siècle.

•  Des panneaux de boiseries sculptées et vernies imitant la laque chinoise provenant du cabinet de la Chine du 1er étage du maréchal de Richelieu sont conservés au musée Carnavalet.

hôtel de Bassompierre,

no 23 place des Vosges, Paris 3e

(copropriété)

1608-1610 •  Corps de logis : 1 quart de pavillon et ½ pavillon, double en profondeur.

•  Parement : pierre de Saint-Leu et de Saint-Maximin ; brique apparente.

•  Travées : 3 travées réparties sur 2 pavillons.

•  Voûte : brique et pierre.

•  Éléments intérieurs remarquables : escalier en bois à balustres de bois tourné fin XIXe siècle, aile est. Décors : plafond à poutres et solives peintes au 1er étage sur cour.

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures sur place).

 

22.10.1953 : inscription MH (plafond à poutres et solives peintes au 1er étage sur cour).

 

21.09.1955 : classement MH (galerie voûtée et sol, passage voûté y compris le sol, vantaux de la porte cochère, escalier du XVIIe siècle et porte sur cour y donnant accès).

État moyen.

•  Nature de la pierre des lucarnes et oculi, enduit béton ?

•  Éclairages non conformes des boutiques, disposés sur la corniche des pilastres des arcades.

•  Révision des parties basses des chéneaux, peinture sur dauphins à reprendre

1975 : restauration d’une travée (façade et toiture).

1990 : restauration des façade et toiture côté place.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIe siècle.

•  Porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII (bois naturel).

•  Escalier en bois à balustres de bois tourné fin XIXe siècle, aile est.

•  Plafond à poutres et solives au 1er étage sur cour.

hôtel de Saint-Géran, de Duras, puis de Boufflers,

no 24 place des Vosges, Paris 3e

(copropriété)

1609-1610 •  Corps de logis : 1 pavillon complet et 1 pavillon de 3 travées sur la rue du Pas de la Mule.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 7 travées réparties sur 2 pavillons.

•  Voûte : pierre et remplissage de brique.

17.07.1920 : classement MH (façades et toitures sur place).

 

27.12.1956 : classement MH (galerie voûtée et sol, vantaux porte cochère, toiture des deux versants sur place).

Restauration complète en 2021 : restauration abusive, perte d’authenticité.

•  Souches des cheminées peintes en blanc et non enduit parisien (ton pierre).

•  Enduit imitant la fausse brique uniforme, pastiche, qui ne vibre pas.

•  Antenne sur le toit à supprimer.

1931 : reprise des lucarnes.

1976-1978 : restauration de la façade et des couvertures.

1991 : changement des menuiseries sur la place.

2021 : restauration de la façade et réfection partielle de la toiture.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIIe siècle.

•  Porte cochère à vantaux cloutés Louis XIII (couleur verte).

hôtel de Lescalopier,

no 25 place des Vosges, Paris 3e

(copropriété)

1607-1609 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 6 travées réparties sur 2 pavillons.

•  Voûte : pierre et remplissage de brique.

•  Éléments intérieurs remarquables : 2 escaliers à vide central et rampes en fer forgé Louis XIV.

14.11.1956 : classement MH (façades sur place, sur cour et sur la rue de Béarn, ensemble des toitures, galerie voûtée et sol, passage cocher voûté, escaliers avec rampe en fer forgé des ailes droite et gauche). 2012 : bilan sanitaire, mauvais état.

•  Parement enduits fausse brique altérés et délavés, coulures.

•  Lucarnes de 2nd rang en bois peintes en blanc, à peindre en gris ardoise pour se fondre dans la toiture.

•  Présence d’un système de store sur les lucarnes centrales à supprimer.

1978 : restauration de la façade et mise en petits bois des fenêtres.

1991 : restauration de la façade et des toitures.

1995 : changement des lucarnes de pierre.

2002 : ravalement de la façade rue de Béarn.

2009 : remplacement de la menuiserie de la devanture.

2012 : restauration de la façade sur rue de Béarn avec dégagement du décor ancien brique-pierre.

2013 : restauration de la façade ouest sur cour avec dégagement du décor ancien brique-pierre.

2014 : restauration de la façade est sur cour.

2016 : remplacement menuiseries extérieures côté place et côté cour.

•  Garde-corps en fer forgé XVIIIe siècle au 1er étage et XVIIe siècle au 2nd étage.

•  Oculi latéral de pierre d’origine subsiste, vestige unique.

•  Porte cochère à vantaux moulurés début XIXe siècle (bois naturel).

•  Pierre à trous originelle subsiste dans le sol de la galerie.

•  Baie de loge à grille sous galerie.

•  Escaliers à vide central et rampes en fer forgé Louis XIV.

•  Porte de l’aile occidentale sur cour surmontée d’un fronton et d’éléments décoratifs sculptés.

•  Des sondages des façades sur cour et rue de Béarn ont mis au jour des briques sous les enduits anciens dégradés.

hôtel de Tresmes, de Blérancourt, puis d’Ormesson,

no 26 place des Vosges, Paris 3e

(propriété privée)

1609-1611 •  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 6 travées réparties sur 2 pavillons.

•  Voûte : pierre et remplissage de brique.

14.11.1956 : classement MH (façades et deux versants des toitures sur place, galerie voûtée et sol). 2012 : bilan sanitaire, état moyen.

•  Parement des enduits de fausse brique altérés, fissurés et décollés.

•  Cheminée disgracieuse qui coupe la toiture et prend appui à la base des lucarnes centrales.

1923 : ravalement de la façade

1933 : restauration de la façade.

1953 : purge de la façade.

1666-1969 : restauration de la façade et nouvelles menuiseries de fenêtres à petits bois (opération test, qualifiée « pilote » par l’administration).

1996 : restauration générale.

2000 : redistribution du bâtiment principal avec modification des façades.

2002 : restauration partielle de la couverture, versant nord.

2011 : ravalement de 2 façades et 2 pignons sur cour avec remplacement de menuiseries extérieures et garde-corps et création d’un conduit de cheminée, réfection du sol de la cour.

•  Garde-corps en fer forgé fin XVIIe siècle restaurés (ceux du second étage sont des copies de type Restauration).

•  Porte cochère à vantaux moulurés XIXe siècle (couleur verte).

hôtel d’Espinoy,

no 28 place des Vosges, Paris 3e

(propriété privée)

 

pavillon de la Reine,

no 28 place des Vosges, Paris 3e

(propriété privée)

1609-1612 hôtel d’Espinoy

•  Corps de logis : 1 pavillon et demi.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 6 travées réparties sur 2 pavillons.

•  Voûte : pierre et remplissage de brique.

 

Pavillon de la Reine

•  Corps de logis : 1 pavillon formant porche au-dessus de la rue de Béarn.

•  Parement : pierre de Saint-Leu ; brique feinte (enduit).

•  Travées : 5 travées.

•  Voûte : enduit brique pierre.

21.12.1984 : classement MH

Hôtel d’Espinoy

(façades et toitures sur place, galerie voûtée et sol, vantaux porte cochère, escalier intérieur avec rampe en fer forgé Louis XIV).

 

Pavillon de la Reine

(façades et toitures sur place, passage voûté sous pavillon et sol, boiseries et décors XVIIIe siècle des deux salons du 1er étage).

2012 : bilan sanitaire, bon état.

·  Pavillon de la Reine dégradé : rez-de-chaussée encrassé, parement des enduits de fausse brique altérés, joints disparus, médaillons altérés, traces d’enduits de fixation des lanternes d’éclairage public.

·  Une véranda « illégale » a été construite entre les 2 faîtages des deux hôtels accolés, visible seulement depuis les toitures.

·  Antenne à supprimer sur le toit.

1931 : restauration façade et toitures.

1972 : destruction du garage automobile en béton créé en 1931 et création d’un hôtel de tourisme, l’Hôtel de la Reine.

1980-1985 : restauration de la façade et de la couverture, modification de la façade du pavillon de la Reine avec décor de harpes entourant les baies et croisées à petits bois.

1996 : restauration de la façade rue de Béarn et destruction d’un élément parasite (coursive couverte) sur la façade arrière du pavillon de la Reine.

1997 : création d’ouvertures en toiture.

1998 : ravalement de l’immeuble.

2001 : réunion d’appartements en duplex.

2015 : Changement de destination de logement en vue d’extension de l’Hôtel de la Reine de rez-de-chaussée en R+2, et suppression d’escalier.

Hôtel d’Espinoy

•  Balcon et garde-corps fer forgé néoclassique.

•  Porte cochère aux vantaux moulurés néoclassiques avec marteau (bois naturel).

•  Escalier à vide central avec rampe en fer forgé Louis XIV.

 

Pavillon de la Reine

•  Balcon et garde-corps fer forgé néoclassique.

•  Fenêtres XVIIIe siècle à grands carreaux sur la façade arrière du pavillon sur la rue de Béarn.

•  Boiseries et décors XVIIIe siècle des deux salons du 1er étage.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search