Projet Lapatex

Selon leur contexte de conservation, les textiles patrimoniaux sont acquis par les musées, au mieux dans un état propre mais parfois malheureusement en divers états de saleté (présence de taches, de sels, d’adhésifs, de produits de dégradation, de saleté atmosphérique, etc.). Dans le second cas, les restaurateurs de textiles doivent effectuer des choix de conservation-restauration en faisant appel à leur compréhension chimique des textiles historiques, à partir de laquelle ils déterminent un processus de nettoyage. Conscients que le fait de nettoyer est une opération irréversible et que toute intervention, même minime, sur l’objet est dommageable car perturbatrice d’un certain équilibre, les restaurateurs assument par ces choix de prendre des risques calculés.

État avant intervention de nettoyage et de restauration par Mylène Ducharme de la robe haute couture « Mariée d’avril » de Madame Grès, 1960, Palais Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris (GAL 2016.44.1). © Chloé Bernard.

Dans le cadre de la restauration de la « Mariée d’avril[1] », une robe confectionnée par Madame Grès en 1960, conservée au Palais Galliera à Paris, le projet scientifique mené par une élève restauratrice a pour objectif de rechercher une méthode de lavage adéquate pour la cigaline[2] empoussiérée. L’observation de l’état de la robe ayant conduit à penser que l’altération de la matière pourrait être catalysée par la présence de poussière, il fut décidé de nettoyer l’étoffe de nylon. Or, l’élimination des saletés indésirables ne devait pas risquer de déstabiliser l’objet patrimonial[3].

Vue microscopique des fibres de cigaline de la « Mariée d’avril », 2022. © Mylène Ducharme.

 

Encouragé par cette première expérience, l’objectif de ce projet de recherche est d’étudier plus largement et plus systématiquement l’efficacité des agents nettoyants utilisés en atelier et leurs altérations possibles des fibres naturelles et synthétiques. Pour ce faire, il est nécessaire d’évaluer les effets de ces produits sur des textiles de composition variée mais aussi sur des textiles présentant des états différents, neufs et diversement vieillis.

Le projet Lapatex consistera, dans un premier temps, à mener des recherches sur les protocoles de lavage en contexte patrimonial, et dans un second temps à déterminer une méthodologie multimodale d’évaluation de l’efficacité des produits de lavage des fibres naturelles et synthétiques.

Porteuses du projet
  • Mylène DUCHARME, restauratrice textile indépendante.
  • Chloé RANCHOUX, ingénieure d’étude en physico-chimie, laboratoire de l’INP.
Partenaires
  • Laboratoire de recherche des Monuments historiques (LRMH), représenté par Mohammed Dallel, ingénieur de recherche spécialisé en textiles, docteur en génie des procédés.
  • Musée des Arts décoratifs (Mad, Paris), représenté par Florence Bertin, conservatrice en chef, responsable du département de la Restauration.
Financement

Fondation des sciences du patrimoine (FSP).

 

[1] Mylène DUCHARME, « Étude et conservation-restauration d’un prototype de robe de mariée réalisé par Madame Grès, collection printemps/été 1960 (musée de la Mode de la Ville de Paris, Palais Galliera, Paris). Évaluation de l’efficacité et de l’impact du lavage aqueux sur une étoffe en polyamide altérée », mémoire de diplôme de conservateur-restaurateur soutenu à l’Institut national du patrimoine (Paris, 2022), https://mediatheque-numerique.inp.fr/documentation-oeuvres/memoires-diplome-restaurateurs-patrimoine-0/etude-conservation-restauration-dun-prototype-robe-mariee-realise-par-madame-gres-collection-printemps/ete-1960-musee-mode-ville [lien valide en octobre 2023].

[2] La cigaline est une étoffe de nylon créée en 1957 par la prestigieuse soierie lyonnaise Bucol. Son extrême légèreté et sa transparence modulée par un relief presque imperceptible des fibres l’ont fait adopter durant les années 1960 par des maisons de couture telles que Christian Dior, Balenciaga, Yves Saint-Laurent et Madame Grès.

[3] Pour une description du protocole technico-scientifique mis en place à cette occasion, puis des étapes de nettoyage de la « Mariée d’avril », voir ibid., p. 91-143.



Citer ce billet
INP (2023, 10 octobre). Projet Lapatex. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd22

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search