Mourir en Guyane au temps du bagne. Étude et mise en valeur des cimetières des îles du Salut

Au large des côtes de Guyane, les îles du Salut, site archéologique avéré pour les périodes anciennes, sont surtout connues pour abriter les vestiges du bagne. Cet archipel constitue en effet le premier lieu désigné par la France pour recevoir les condamnés aux travaux forcés pour lesquels l’administration pénitentiaire édifia un vaste réseau de sites carcéraux, industriels, agricoles à travers le territoire guyanais. Aujourd’hui, les îles du Salut sont devenues le site touristique le plus fréquenté de la région accueillant près de 50 000 visiteurs par an. Lieu de villégiature et site patrimonial, les îles abritent trois cimetières qui en font un lieu de mémoire incontournable de la période des bagnes coloniaux (1852-1953).

Récemment, plusieurs études ont mis l’accent sur l’urgence d’assurer l’étude et la mise en valeur du patrimoine funéraire. Dans le cas des îles du Salut, il reste encore à faire pour préserver les lieux et permettre aux visiteurs de les comprendre. Sur les trois cimetières, seul celui de l’île du Diable était destiné aux bagnards, et ne concernait de fait que les condamnés politiques. Les deux autres étaient réservés au personnel de l’administration pénitentiaire, aux familles ainsi qu’aux civils, religieux et militaires qui habitaient les îles. Les dépouilles des forçats étaient simplement immergées. Ce traitement différencié est révélateur qu’il n’était pas anodin de mourir aux îles du Salut au temps du bagne.

Ce projet doctoral se compose en premier lieu d’une étude archivistique, architecturale et archéologique des trois cimetières. Cette approche s’accompagnera d’une étude historique du profil des défunts, des rites et traditions funéraires. L’objectif final est non seulement d’aboutir à un programme de restauration et de mise en valeur, mais aussi de réhabiliter ces sites en tant que « lieux de mémoire » essentiels à la compréhension d’une période complexe de l’histoire pénale, politique et sociale de la France des XIXe-XXe siècles.

Aurélie SCHNEIDER a démarré son doctorat par le projet en 2021 (mention « Études patrimoniales ») sous la direction de Jean-Claude Lescure (professeur d’histoire contemporaine, CY Cergy Paris Université) et Jean-Lucien Sanchez (docteur en histoire contemporaine, chargé d’études en histoire au ministère de la Justice).



Citer ce billet
INP (2023, 30 novembre). Mourir en Guyane au temps du bagne. Étude et mise en valeur des cimetières des îles du Salut. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd2h

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search