La valorisation de la rotonde de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

La mission scientifique effectuée dans le cadre du stage de spécialité de la formation des conservateurs des Monuments Historiques, réalisé à la Conservation régionale des monuments historiques de Bourgogne-Franche-Comté d’août à décembre 2023 sous la direction d’Arnaud Alexandre, conservateur des monuments historiques en charge de la Côte d’Or et de la Nièvre, référent pour l’éducation artistique et culturelle, avait pour objectif l’élaboration du projet de valorisation des vestiges de la rotonde de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. Monument majeur de l’art roman en grande partie détruit à la Révolution et redécouvert au XIXe siècle, la rotonde de Saint-Bénigne a été restaurée de 2020 à 2023.

Les vestiges de la rotonde de Saint-Bénigne de Dijon – église abbatiale du XIe siècle à la Révolution, cathédrale depuis 1792, classée au titre des Monuments historiques[1] – ont fait l’objet d’une restauration entre 2020 et 2023 sous la maîtrise d’ouvrage de l’État par l’intermédiaire de la conservation régionale des Monuments historiques (CRMH), direction régionale des Affaires culturelles (Drac) de Bourgogne-Franche-Comté, et sous la maîtrise d’œuvre de Martin Bacot, architecte en chef des Monuments historiques.

Dessin en coupe de la rotonde et de la sacristie de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, par l'architecte en chef des Monuments historiques Martin Bacot,

Dessin en coupe de la rotonde et de la sacristie de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon par l’architecte en chef des Monuments historiques, Martin Bacot. © Martin Bacot / Archipat.

Monument insigne de l’art roman, édifié autour de l’an Mil sous l’abbatiat du moine piémontais Guillaume de Volpiano (962-1031), la rotonde à trois étages de Saint-Bénigne de Dijon, détruite à la Révolution, est bien connue grâce aux sources, parmi lesquelles la chronique de l’abbaye, manuscrit du XIe siècle conservé à la bibliothèque municipale de Dijon[2], aux plans et dessins publiés au XVIIIe siècle par le moine mauriste Urbain Plancher[3] (1665-1750) et grâce aux fouilles archéologiques réalisées depuis les années 1970[4]. Les vestiges du niveau inférieur de la rotonde sont redécouverts au milieu du XIXe siècle et restaurés à l’occasion de la construction de la sacristie néogothique par les architectes diocésains Jean-Philippe Suisse (1807-1882) puis de son fils Charles Suisse (1846-1906). C’est ce niveau inférieur de la rotonde romane, réinterprétée au XIXe siècle, qui a fait l’objet d’une restauration entre 2020 et 2023. Les travaux ont été accompagnés de plusieurs campagnes de fouilles archéologiques[5], menées par le Centre d’études médiévales (CEM) d’Auxerre, qui ont notamment mis au jour les vestiges des tours d’escalier nord et sud et du transept roman.

Photographie du tableau de François Favier initulé "La Démolition de la rotonde de Saint-Bénigne en avril 1792" (huile sur bois, propriété de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, en dépôt à la bibliothèque municipale de Dijon, numéro d'inventaire 90.130).

François Favier, La Démolition de la rotonde de Saint-Bénigne en avril 1792, huile sur bois, propriété de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, en dépôt à la bibliothèque municipale de Dijon (inv. 90.130), classé Monuments historiques le 23 mai 2011. © photo Marie Pintre / Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

La restauration de la rotonde s’est achevée progressivement au mois de décembre 2023 tandis qu’une ouverture au public était envisagée au premier trimestre 2024. Si des propositions de médiation (maquettes tactiles, panneaux explicatifs) étaient détaillées dans l’avant-projet définitif de l’architecte en chef des Monuments historiques[6], des contraintes budgétaires, l’absence de définition au préalable des rôles respectifs de la Drac et du Centre des monuments nationaux (CMN), gestionnaire domanial de la cathédrale, et un défaut de temps des agents de la CRMH pour s’y consacrer, ont retardé jusqu’alors l’élaboration du parcours de visite.

 

La mission scientifique qui m’a été confiée dans le cadre du stage de spécialité de la formation des conservateurs du patrimoine en spécialité monuments historiques, effectué à la CRMH de Bourgogne-Franche-Comté, à Dijon, du mois d’août au mois de décembre 2023, avait donc pour objet de réfléchir aux dispositifs de médiation au sein de la rotonde de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. Les objectifs étaient de proposer un parcours de médiation depuis l’espace d’accueil de la rotonde jusque dans les différents espaces de visite (chapelle Saint-Jean-Baptiste, martyrium, vestiges des escaliers latéraux et du transept roman…), de réaliser une synthèse architecturale, en lien avec les équipes de maîtrise d’œuvre et d’archéologues, pour la commande d’une maquette pédagogique de présentation des espaces, de rédiger les supports de médiation, de suivre le projet d’exposition prévue en 2025 au musée archéologique de Dijon ainsi que de réfléchir aux partenariats, sous l’égide du CMN, avec la direction de la Valorisation de la Ville de Dijon et les associations animant la cathédrale en vue de l’ouverture du site à la visite.

Cette proposition de mission scientifique centrée sur la valorisation fait encore figure d’exception au regard des missions habituellement confiées aux élèves de la spécialité monuments historiques de l’Institut national du patrimoine (INP). La mise en valeur est l’une des trois grandes missions qui incombent aux conservateurs et aux conservatrices des monuments historiques, avec la protection et la conservation des monuments et des objets mobiliers protégés. Néanmoins, les actions de valorisation à destination du grand public (publications, expositions, conception d’outils de médiation, projets d’éducation artistique et culturelle…) restent occasionnelles et tributaires du temps restreint dont disposent les services pour s’y consacrer. Le défi de mettre en œuvre un projet de valorisation au sein de la rotonde de la cathédrale Saint-Bénigne était donc de concevoir des outils permettant de rendre accessible ce monument, véritable palimpseste architectural, à un public néophyte ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite. L’architecte en chef des Monuments historiques ayant relevé en grande partie le défi de l’accessibilité physique au sein du parcours de visite par la mise en place d’un monte-personnes permettant d’accéder au niveau inférieur de la rotonde, il revenait à la médiation de prendre en compte l’accessibilité pour tous les publics[7].

 

L’enjeu principal de la mission était d’imaginer des dispositifs permettant aux visiteurs de comprendre l’architecture de la rotonde, à l’époque romane et de nos jours, et de parvenir à situer les espaces disparus correspondant aux deuxième et troisième niveaux. La rédaction d’un cahier des charges pour la réalisation d’un dispositif de médiation comprenant plans et maquettes était la première étape de ce travail. Afin d’éviter une maintenance quotidienne, le recours au numérique a été écarté.

La réflexion s’est inspirée de la proposition élaborée dès 2018 par l’architecte en chef des Monuments historiques, en l’adaptant afin de présenter une hypothèse de restitution de la rotonde et de l’église romane telles qu’elles sont connues à ce jour par les documents anciens et les recherches archéologiques récentes. Une première version du cahier des charges a été rédigée en début de stage, puis complétée et corrigée au cours d’une série de réunions de travail[8]. La réflexion a par ailleurs été affinée grâce aux divers échanges entrepris avec des services des publics de musées, d’autres CRMH ayant mené des projets de médiation similaires et le CMN.[9]

 

Le cahier des charges pour la conception, la réalisation et l’installation d’un dispositif de médiation comprend deux maquettes tactiles ainsi que deux plans tactiles en impression reliefs, accompagnés chacun d’un cartel développé et d’un mobilier destiné à les recevoir. L’ensemble doit permettre la lisibilité et la compréhension de l’édifice en grande partie disparu à la fin du XVIIIe siècle, dont subsiste la partie inférieure restaurée et modifiée aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Il doit s’adresser aux publics venus découvrir la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon en visite individuelle ou en groupe (adultes, enfants, familles, publics en situation de handicap). L’attention se porte particulièrement sur les personnes non voyantes et malvoyantes afin de proposer une découverte sensorielle de l’architecture de la rotonde et de la cathédrale. Les visiteurs seront ainsi invités à identifier et à appréhender le site dans ses aspects architecturaux, volumétriques, esthétiques et matériels.

La première maquette consiste en une reproduction au 1/50e (2 cm/m) de l’élévation avec une vue en coupe longitudinale de la rotonde et du transept du XIe siècle tels qu’ils peuvent être restitués par les sources écrites, visuelles et par les découvertes archéologiques récentes. Cette maquette devra rétablir le volume architectural de l’édifice mais ne s’attachera pas à restituer les éléments de décors dont la connaissance reste trop partielle. La seconde maquette, réalisée à l’échelle 1/200e (0,5 cm/m), représentera l’abbatiale Saint-Bénigne, actuelle cathédrale, et la rotonde dans leur état de 1792. Les deux plans, conçus spécialement pour en permettre une lecture tactile, montreront quant à eux l’évolution des premier et deuxième niveaux de l’église et de la rotonde du XIe au XVIIIe siècle. Ce dispositif prendra place dans le vestibule de 15 m2 qui donne accès à la rotonde.

 

Pour la réflexion sur la réalisation du dispositif de médiation comme pour la rédaction du contenu des panneaux les accompagnant, nous nous sommes confrontés à la difficulté d’appréhension des sources et des travaux scientifiques publiés sur la rotonde de Saint-Bénigne. Les fouilles archéologiques conduites entre 2020 et 2023 en accompagnement des travaux de restauration de l’édifice n’ont pas encore fait l’objet d’un rapport complet. Lors des diverses rencontres, les archéologues ont avancé des éléments nouveaux venant modifier d’anciennes hypothèses[10] (implantation de la chapelle d’axe Saint-Jean-Baptiste, du transept roman). Enfin, une réflexion a dû être menée pour déterminer et harmoniser l’emploi d’un vocabulaire adapté (« crypte », « rotonde »), pour atteindre une clarté de propos et faire œuvre de pédagogie à destination d’un public néophyte.

Vue du dessus (depuis les échafaudages) du chantier de fouilles de la tour d’escalier sud de la rotonde de Saint-Bénigne, en 2020. Une volée d'escalier se distingue clairement, au pied de laquelle un archéologue poursuit le dégagement de la maçonnerie médiévale.

Fouilles de la tour d’escalier sud de la rotonde de Saint-Bénigne, 2020. © Centre d’études médiévales (CEM) d’Auxerre.

Parallèlement à la réflexion menée pour la réalisation des dispositifs et des contenus de médiation, un état des lieux sur les modalités d’accueil du public au sein de la cathédrale et de la rotonde a été établi, proposant ainsi des pistes de travail et des propositions à mettre en œuvre dans le cadre de la réouverture du site au public. Le rôle de chacun des acteurs a été identifié : l’État propriétaire (CRMH-Drac), le CMN, gestionnaire domanial de la cathédrale, l’association diocésaine, affectataire cultuel, la direction de la Valorisation du patrimoine de la Ville de Dijon, en charge du label Ville et pays d’art et d’histoire, ou encore le musée archéologique voisin. Le CMN, sur proposition de la CRMH, a décidé de déléguer l’ouverture du site et la gestion des visites à l’association diocésaine par le biais d’une convention de partenariat, tandis que la direction de la Valorisation du patrimoine sera amenée à réaliser des visites guidées dans le cadre de la politique d’animation du label Ville et pays d’art et d’histoire. Le musée archéologique de Dijon, installé dans les anciens bâtiments abbatiaux de Saint-Bénigne, détenteur de nombreux vestiges de la rotonde, a entrepris pour sa part la réalisation d’une exposition dédiée à la mise en valeur de l’histoire et de la restauration du monument. Il a dans ce cadre été envisagé que les maquettes tactiles conçues pour l’espace d’accueil de la rotonde soient présentées dans l’exposition.

 

Cette mission m’a conduite à m’interroger sur l’accessibilité au site, et plus largement sur la place de la médiation dans les cathédrales appartenant à l’État qui, si elles sont prioritairement affectées au culte catholique, ne disposent pas toujours d’espaces d’interprétation[11] – le 1204, Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de la ville de Dijon, fait l’impasse sur l’histoire de Saint-Bénigne. Plusieurs outils de médiation pourraient voir le jour afin de mettre en valeur l’ensemble cathédral et plus particulièrement les vestiges de la rotonde : livret de visite de la collection du label Ville et pays d’art et d’histoire, ou encore site internet sur le modèle de celui de la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier. Cette dernière option permettrait d’inclure des vidéos en audiodescription, en langue des signes ainsi que l’accès à un livret « facile à lire et à comprendre » (Falc). La réflexion autour du site internet confirme l’importance à terme de travailler sur un outil de médiation complet au sein de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon et pas seulement pour la visite de la rotonde.

 

Dans la mesure où les conservations régionales des Monuments historiques engagent des financements conséquents pour la restauration des cathédrales, il nous apparaît important d’inclure en amont des projets les actions de valorisation qui accompagnent les chantiers de restauration et l’ouverture des sites au public. La réflexion autour de la médiation dès les phases d’études conduites par les architectes en chef des Monuments historiques nous semble donc être une démarche adéquate. Enfin, les CRMH peuvent s’appuyer sur des partenaires tel le CMN pour les accompagner, ou encore sur les services culturels des collectivités territoriales (musées, services régionaux de l’Inventaire, archives départementales).

Autrice

Marie PINTRE
élève conservatrice du patrimoine, spécialité monuments historiques

 

 

[1] La protection comprend la crypte ou rotonde, classée par liste de 1846 et la cathédrale, classée par liste de 1862. À ces éléments s’ajoutent la sacristie, son couloir, le dortoir des bénédictins et sa clôture, le portail et le pavillon de gardien, la parcelle correspondant à l’ancien cloître, le jardin contigu à l’ancien dortoir des bénédictins, le bâtiment du XVIIIe siècle de l’ancien palais abbatial, actuelle École nationale supérieure d’art, le portail, la clôture et le sol de la cour, réunis dans l’arrêté de classement n° 35 du 6 juin 2014.

[2] Chronicon sancti benigni divionensis, Dijon, bibliothèque municipale, Ms. 591.

[3] Urbain PLANCHER, Histoire générale et particulière de Bourgogne avec des notes, des dissertations et les preuves justificatives, composée sur les auteurs, les titres originaux… par un religieux bénédictin de l’abbaïe de S. Bénigne de Dijon…, Dijon, imprimerie de A. de Fay / L.-N. Frantin, 1739-1781. Pour une édition récente : Urbain PLANCHER, Histoire générale et particulière de Bourgogne…, Paris, Éditions du Palais Royal, 1974.

[4] Carolyn MARINO MALONE, « Les fouilles de Saint-Bénigne de Dijon (1976-1978) et le problème de l’église de l’an mil », Bulletin monumental, t. 138, n° 3, 1980, p. 253-291 [en ligne], https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1980_num_138_3_5912 ; Carolyn MARINO MALONE, Saint-Bénigne et sa rotonde. Archéologie d’une église bourguignonne de l’an mil, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Art, archéologie & patrimoine », 2008 ; Christian SAPIN, « Rapport sur les recherches archéologiques conduites dans la crypte de Saint-Bénigne de Dijon en août 2003 », Auxerre, Centre d’études médiévales, février 2005 ; Christian SAPIN (dir.), « Crypte de la cathédrale Saint-Bénigne. Rapport d’étude archéologique », Auxerre, Centre d’études médiévales, 2014.

[5] Christian SAPIN (dir.), 2014 ; Sylvain AUMARD (dir.), « Projet de fouille programmée, Dijon. Cryptes de la cathédrale Saint-Bénigne », 2021.

[6] Martin BACOT, « Cathédrale Saint-Bénigne, Dijon, restauration et mise en valeur de la rotonde et de la sacristie, avant-projet, rapport de présentation et pièces graphiques », octobre 2018.

[7] Conformément à la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées publiée au Journal officiel du 12 février 2005 : « Les établissements existants recevant du public doivent être tels que toute personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont diffusées, dans les parties ouvertes au public. L’information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps. »

[8] Incluant l’architecte en chef des Monuments historiques, les archéologues du CEM et les équipes de la Ville de Dijon (musées et direction de la Valorisation du patrimoine).

[9] Service des publics des musées de Nancy, commanditaire en 2020 d’une maquette de la villa Majorelle, la CRMH Auvergne-Rhône-Alpes et la direction de la Valorisation du patrimoine de la Ville de Dijon.

[10] « L’abbaye Saint-Bénigne de Dijon et ses abords, de l’Antiquité à l’époque moderne », journée d’études organisée par l’UMR Artehis, l’université de Bourgogne, la Drac, service régional de l’Archéologie (Dijon, Maison des sciences de l’homme, 20 octobre 2023).

[11] Étienne HAMON, « Les maquettes numériques, de la recherche fondamentale à la médiation ; l’exemple de la cathédrale d’Amiens », WebTV [université de Lille], coll. « Médiation et nouvelles technologies », 2017.



Citer ce billet
INP (2024, 20 mars). La valorisation de la rotonde de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1xh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search