Étude préalable à la restauration du Trône de Sargon conservé au Mobilier national

Alors que le site archéologique de Khorsabad a récemment fait l’actualité suite à la mise au jour d’une nouvelle sculpture de lamassu[1], l’atelier de recherches du 23 janvier 2024 animé par Marianne Cotty (élève conservatrice du patrimoine) et Lauriane Boudeau, (élève restauratrice du patrimoine) a permis de se pencher sur le Trône de Sargon, un objet à l’histoire étonnante qui vient d’être redécouvert dans les réserves du Mobilier national. Ce siège a en effet été créé à l’initiative de Léon Heuzey en 1889 pour l’Exposition universelle, d’après les célèbres reliefs de Khorsabad conservés au musée du Louvre. En vue de son exposition au Louvre, une étude préalable à sa restauration a été menée par cinq élèves restauratrices de l’Institut national du patrimoine en 2023.

C’est par hasard que le Mobilier national a redécouvert, à l’automne 2022 dans ses réserves, un objet jusqu’alors totalement oublié : le Trône de Sargon. Malgré son nom aux connotations archéologiques, cette œuvre est une création du XIXe siècle, qui fut conçue pour le pavillon d’anthropologie, ethnographie et archéologie de l’Exposition universelle de 1889 à Paris. La principale source d’inspiration des artistes ayant contribué à sa réalisation, dirigés par Léon Heuzey (alors conservateur au département des Antiquités orientales du Louvre) et parmi lesquels on compte des figures majeures comme Henry Cros[2], semble avoir été les bas-reliefs du palais de Sargon II à Khorsabad. Ces derniers, découverts en 1847 par Paul-Émile Botta (alors consul de France en Irak) et conservés au musée du Louvre, sont aussi connus par des dessins du Monument de Ninive[3], ouvrage publié en 1849, consacré au site de Khorsabad alors confondu avec cette autre capitale assyrienne. Ce « trône » a vraisemblablement ensuite passé une centaine d’années dans les réserves de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), suite à son transfert par Léon Heuzey en 1893. Il a subi durant cette période un certain nombre d’altérations.

Vue de face et vues latérales de la sculpture dite "Trône de Sargon" réalisée par Léon Heuzey et messieurs Pottier, Pecquereau, Frettel et Henry Cros (pour les sculptures). Objet en bois, cuivre, fer, plâtre et celluloïd, exécuté en 1889, conservé à Paris, au Mobilier national.

Vue de face et vues latérales du Trône de Sargon réalisé par Léon Heuzey (codirection), messieurs Pottier (codirection), Pecquereau (exécution) et Frettel (contre-maîtrise), Henry Cros (sculptures), bois, cuivre, fer, plâtre, celluloïd, 1889, Paris, Mobilier national, 2023. © Mathilde Waroquier, Diane Messager, Sarah Fernandes, Gaëlle Di Giacomo & Lauriane Boudeau.

Sa redécouverte a constitué l’occasion d’un exercice pédagogique pour des élèves restauratrices de l’Institut national du patrimoine, dans le cadre du module « Objets composites », ainsi que de recherches de la part du service de documentation des Antiquités orientales du Louvre (où travaillait jusqu’à peu Marianne Cotty, aujourd’hui élève conservatrice du patrimoine à l’INP). Son objectif final était la présentation de l’œuvre au sein d’une exposition consacrée, au musée du Louvre, à la réception des antiquités orientales en Europe au XIXe siècle. Pour ce faire, la restauration devra permettre, outre de stabiliser l’état de conservation de l’œuvre et de la rapprocher esthétiquement de son état premier (en particulier en ce qui concerne les matières et les couleurs), de restituer ses éléments perdus pour que l’on puisse de nouveau identifier les orthostates assyriennes du musée du Louvre comme sources d’inspiration du Trône.

Bas relief en albâtre gypseux conservé au musée du Louvre, intitulé "Orthostate avec deux porteurs de trône", provenant du palais de Sargon II, à Khorsabad, actuelle Irak, daté de 721-705 av. J.-C.

Orthostate avec deux porteurs de trône, palais de Sargon II, Khorsabad (Irak), 721-705 av. J.-C., albâtre gypseux (hauteur 298 cm, largeur 243 cm), Paris, musée du Louvre (inv. AO 19882), https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010122706. © Musée du Louvre.

« Porteurs de trône », illustration d’Eugène Flandin constituant la planche 17 de l’ouvrage de Paul-Émile Botta intitulé "Monuments de Ninive", publié en 1849-1850.

« Porteurs de trône », illustration d’Eugène Flandin, planche 17 de l’ouvrage de Paul-Émile Botta, Monuments de Ninive, 1849-1850. © New York Public Library.

À ce jour, l’étude préalable à la restauration de l’œuvre a été menée par cinq élèves restauratrices de l’INP : une spécialiste du métal (Lauriane Boudeau), deux élèves spécialisées en sculpture (Gaëlle Di Giacomo et Diane Messager) et deux élèves spécialisées en mobilier (Sarah Fernandès et Mathilde Waroquier). Après une étude historique, qui leur a notamment permis de se plonger dans un article publié par Léon Heuzey au moment de la présentation du Trône à l’Exposition universelle[4], et plusieurs allers-voir au Mobilier national, le travail de ces élèves a constitué en la réalisation d’un constat d’état, incluant le relevé précis des altérations et de nombreuses prises de vue.

Reproduction de la planche XIII de l’ouvrage de Léon Heuzey, intitulé "L’Antiquité orientale à l’Exposition universelle de 1889". La planche, intitulée « Trône roulant de Sargon », représente le "Trône de Sargon" photographié en noir et blanc.

« Trône roulant de Sargon », planche XIII de l’ouvrage de Léon Heuzey, L’Antiquité orientale à l’Exposition universelle de 1889, 1891-1915.

Photographie des objets exposés à la section I du pavillon « Anthropologie, ethnographie, archéologie », de l'Exposition universelle de Paris, en 1889. Photo donnée par Eugène de Rozière, conservée à la Bibliothèque nationale de France, à Paris (département Société de géographie, SG W-15). Le Trône de Sargon est visible à l’arrière-plan, équipé de son char aujourd’hui disparu. © Société de géographie.

Exposition universelle, Paris, 1889. Photographie des objets exposés à la section I, pavillon « Anthropologie, ethnographie, archéologie », don Eugène de Rozière, Paris, Bibliothèque nationale de France (département Société de géographie, SG W-15). Le Trône de Sargon est visible à l’arrière-plan, équipé de son char aujourd’hui disparu. © Société de géographie.

Le trône est en effet loin de son état originel : le char est manquant (sans doute perdu lors de son séjour dans les réserves de l’ENSBA), son côté senestre est désolidarisé (l’empêchant de tenir debout), la surface de bois est hétérogène et encrassée, les sculptures sont lacunaires et fissurées, cassées ou manquantes, la polychromie altérée ou partiellement effacée, les éléments cuivreux oxydés en surface voire lacunaires, et les éléments ferreux corrodés. Mais c’est surtout la marqueterie de celluloïd – matériau identifié par une mention de l’usine d’un fabricant dans l’article de Léon Heuzey[5] puis attesté par la réalisation au laboratoire de l’INP d’un spot-test après prélèvement de deux échantillons – qui semble la plus problématique. Même si les dégradations sont ici limitées, compte tenu du très mauvais vieillissement de ce matériau synthétique moderne qui a tendance à craqueler, à devenir opaque voire à s’effriter, la marqueterie est tout de même soulevée, lacunaire, dissociée, et présente des changements de couleurs en surface, ce qui empêche de comprendre l’intention initiale d’imiter le lapis-lazuli.

En raison du caractère évolutif des altérations du celluloïd, les préconisations des élèves restauratrices incluent une inspection régulière de l’objet avant, pendant mais aussi après l’intervention de restauration, ainsi que la mise en place de conditions de transport adaptées et la réalisation d’éventuelles analyses complémentaires pour déterminer comment restaurer au mieux ce matériau. Une exposition minimale à la lumière, une bonne aération, une température comprise entre 19 et 25°C, ainsi qu’une humidité relative limitée à 45-50 %, s’imposent enfin. Après discussion avec Ariane Thomas, directrice du département des Antiquités orientales du musée du Louvre, le choix a été fait d’une restauration poussée, comprenant notamment la restitution des parties disparues (à l’exception du char, qui pourra toutefois être suggéré par la scénographie de l’exposition) en s’appuyant sur les nombreuses sources historiques disponibles, à commencer par les photographies de l’Exposition universelle de 1889. Cette restauration lourde, qui sera menée par une équipe pluridisciplinaire compte-tenu du caractère composite du Trône de Sargon, a été estimée à vingt-deux jours et demi de travail.

La rédaction précise du cahier des charges en vue de l’appel d’offres, et bien sûr la restauration elle-même, feront l’objet d’autres exercices pédagogiques à l’INP. Des recherches passionnantes, pour documenter l’objet et comprendre son histoire, restent en outre à mener du côté du musée du Louvre.

Autrice

Chiara Perez
Élève conservatrice du patrimoine, spécialité musées, promotion Champollion (2024-2025).

 

 

[1] Laurie MADIOT, « Irak : découverte un gigantesque taureau ailé à tête humaine de 18 tonnes sur le site assyrien de Khorsabad », Connaissance des arts [site internet], rubrique « Monuments et patrimoine », 27 octobre 2023, https://www.connaissancedesarts.com/monuments-patrimoine/archeologie/irak-decouverte-un-gigantesque-taureau-aile-a-tete-humaine-de-18-tonnes-sur-le-site-assyrien-de-khorsabad-11186657/.

[2] Henry Cros (1840-1907) fut peintre, sculpteur, céramiste et verrier. Admiré par Auguste Rodin et Antoine Bourdelle, ami de Paul Verlaine et d’Édouard Manet, Cros, qui inventa et pratiqua notamment la sculpture en pâte de verre, est aujourd’hui une figure quelque peu oubliée que le musée des Arts décoratifs propose de redécouvrir : « Henry Cros (1840-1907). Sculpteur et dessinateur » (Paris, musée des Arts décoratifs, 6 mars-26 mai 2024).

[3] Paul-Émile BOTTA & Eugène FLANDIN (illustrateur), Monument de Ninive, Paris, Imprimerie nationale, 1849-1850.

[4] Léon HEUZEY, « L’Antiquité orientale à l’Exposition universelle de 1889 », in Les Origines orientales de l’art. Recueil de mémoires archéologiques et de monuments figurés, Paris, E. Leroux, 1891-1915, p. 209-233 ; S. N., Exposition militaire. Catalogue des objets, produits et appareils présentés par les départements de la Guerre et de la Marine dans la classe 66 de l’Exposition universelle et dans la section V, arts militaires, de l’exposition rétrospective du travail et des sciences anthropologiques, Lille, L. Danel, 1889, p. 133-143 ; Ariane THOMAS, « A royal chariot for Sargon II », in Irving L. FINKEL & St John SIMPSON (dir.), In context. The Reade Festschrift, Oxford, Archaeopress, 2020, p. 90-100.

[5] La mention des incrustations réalisées « d’après les procédés de l’usine de M. Boissyge » a pu être rapprochée d’un encart publicitaire de l’Almanach de 1881 mentionnant la « Compagnie française du Celluloïd » et son directeur, E. Boissaye. En outre, l’Almanach de 1890 cite, parmi les récompensés à l’Exposition universelle de 1889, la Compagnie française du celluloïd.



Citer ce billet
INP (2024, 8 avril). Étude préalable à la restauration du Trône de Sargon conservé au Mobilier national. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6n1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search