La collection S. M. Tagore au musée de la Musique : une donation ambivalente

À l’instar de nombreuses institutions, le musée de la Musique conserve dans ses collections des dons effectués par le rajah Sourindro Mohun Tagore en 1879 et 1889 à deux présidents de la République française (Jules Grévy et Sadi Carnot). Musicologue bengali de la fin du XIXe siècle et du début du Xe siècle, Tagore a œuvré à faire connaître et reconnaître auprès de chefs d’État et de savants la musique indienne en réaffirmant ses caractéristiques nationales, quitte à prendre parfois des libertés historiques ou musicologiques.
L’atelier de recherche animé le 30 janvier 2024 par Guillaume Lecoester et Méline Cournil exposait cette histoire singulière et les effets qu’elle continue d’exercer sur une partie des collections du musée de la Musique (Paris).

Le musée de la Musique

Le musée de la Musique est l’une des entités de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris, établissement public national à caractère industriel et commercial (Epic) placé sous la tutelle du ministre chargé de la Culture[1]. Il a pour mission de contribuer à la connaissance de la musique et à la conservation du patrimoine instrumental, d’enrichir, d’étudier et de présenter les collections nationales dont il a la garde, d’exercer un rôle de conseil et d’animation du réseau des collections publiques dans le domaine musical, ainsi que de gérer des activités de documentation, de recherche et de restauration au sein de son laboratoire[2].

L’histoire du musée de la Musique remonte à la création en 1795 du Conservatoire national de musique[3], dont le cabinet d’instruments antiques ou étrangers était constitué d’objets confisqués, sous la Révolution, aux émigrés et aux condamnés, et dont ne subsiste plus à présent qu’une douzaine des trois cents instruments recensés à l’époque. En 1864, suite au rachat de la collection d’instruments de Louis Clapisson, les collections devinrent accessibles au public avec l’ouverture du musée instrumental du Conservatoire. Soixante-dix ans plus tard, en 1934, les collections du musée furent transférées du Conservatoire à l’État et une trentaine d’instruments fut déposée au musée de l’Homme. C’est à la fin des années 1970 que naquit le projet d’une Cité de la musique, qui aboutit en 1995 à la création de l’Epic que nous connaissons de nos jours et, en 1997, à l’ouverture du musée de la Musique.

À ce jour, l’équipe du musée est composée de 50 agents[4]. Elle a en charge la conservation, la gestion et la mise en valeur de 8640 objets[5], parmi lesquels les instruments de musique comptent pour moitié, le reste étant constitué d’œuvres d’arts, d’accessoires ou encore d’éléments d’instruments (chevilliers, sillets, etc.). Au sein de ces collections, 1 100 instruments font partie des « collections non-occidentales ». Parmi les principaux donateurs se trouvent Victor Schoelcher (1872), le prince coréen Ming Yông Ch’an (1900), la poétesse Pauline Tarn (1909) ou encore les époux Boulanger-Bouhière (2021).

Graphique indiquant la répartition de l’origine des « collections non-occidentales » conservées par le musée de la Musique. Graphique établi à partir du rapport d’activité du musée de la Musique, 2022.

Répartition de l’origine des « collections non-occidentales » conservées par le musée de la Musique (source : « Rapport d’activité du musée de la Musique », 2022).

Sourindro Mohun Tagore, ou l’exaltation de la musique indienne

Sourindro Mohun Tagore[6] (1840-1914) appartenait à une famille bengalie de grands propriétaires fonciers polyglottes dont la fortune provenait du commerce avec l’empire britannique, et qui joua un rôle important dans la naissance intellectuelle du nationalisme indien. Sourindro Mohan Tagore reçut une éducation britannique complète, incluant notamment l’étude des sciences. De fait, ses travaux – parmi lesquels une histoire du Royaume-Uni versifiée en sanskrit[7] – dénotent une excellente connaissance de la littérature et de la culture anglaises. Son éducation fut complétée par une formation intensive à la pratique du sitar mais aussi du piano et du violoncelle. Pour compléter ses connaissances en ce domaine, Tagore engagea des professeurs européens de théorie musicale qui lui permirent de débuter des travaux de musicologie comparative.

Les travaux de Tagore s’inscrivirent dans un contexte d’émulation de la culture musicale bengalie résultant notamment de l’exil à Calcutta en 1956 du roi Wajid Ali Shah[8]. Le déplacement de celui-ci avec l’ensemble de sa cour, constituée notamment de trois cents musiciens, transforma radicalement la pratique musicale à Calcutta en démultipliant l’offre de services musicaux et en important une pratique d’excellent niveau.

Rapidement, Tagore chercha à diffuser à internationalement la connaissance de la musique indienne par la mise en œuvre d’une politique de dons d’instruments, de traités et de photographies. Le cliché ci-dessous est l’une d’entre elles. Tagore y a mis en scène des musiciens indiens regroupés à la manière, fort inhabituelle, d’un orchestre européen : en Inde à cette époque, les ensembles musicaux se limitaient en réalité à trois ou quatre musiciens et ne comprenaient qu’un seul instrument principal à cordes pincées (sitar, sarod ou vina) ou frottées (vièle sarangi ou violon).

Photographie de groupe montrant un orchestre indien composé de 15 instrumentistes, prise à Calcutta entre 1875 et 1882.

Photographe inconnu, « An amateur orchestra party, playing upon Indian musical instruments », Calcutta, entre 1875 et 1882, tirage photographique conservé au Museum für Völkerkunde, Dresde (inv. F 2016-5/2.38). Don de Sourndro Mohun Tagore. © Museum für Völkerkunde, Dresden.

Une véritable politique du don

Il est difficile d’effectuer un recensement exhaustif des collections expédiées en divers lieux du monde par Tagore. On estime entre 1 500 et 2 000 le nombre d’objets concernés. À ce jour, 167 de ces instruments sont conservés au musée de la Musique, une centaine à l’Ethnologisches Museum de Berlin, 98 au musée des Instruments de musique de Bruxelles, 97 au Museo delle Civiltà à Rome, 61 au Weltmuseum à Vienne, une trentaine au Metropolitan Museum à New York, et plus d’une centaine dans différentes institutions anglaises ainsi que dans les capitales scandinaves. L’empire ottoman, la Chine impériale et encore le royaume de Thaïlande ont également reçu des dons – dont nous n’avons plus trace à ce jour – de la part de Tagore. Ces envois visaient à faire connaître dans le monde entier la musique indienne et ses instruments. À cet effet, Tagore prenait soin d’accompagner ses instruments d’une notice rédigée en anglais qui lui permettait de diffuser ses théories ethno-musicales.

Outre ces dons à des institutions muséales, Tagore effectua de nombreux dons personnels à des musicologues tels Victor-Charles Mahillon[9] et Friedrich Chrysander[10], dans l’intention de contribuer à l’histoire de la musique. Ses envois comportaient également de nombreux traités de théorie musicale, dont certains écrits de sa main qui visaient à proclamer l’ancienneté et la légitimité de la musique indienne face à la musique occidentale dite « savante ». Certains de ces traités sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Une démarche contestable au service du rayonnement de l’art musical indien

Les quelques tentatives de jeu – certes peu nombreuses – effectuées sur des instruments des collections Tagore, n’ont pas été probantes. De fait, les analyses de musicologues[11] du XXe siècle ont démontré que de nombreux instruments transmis par Tagore, conçus et nommés par lui, n’étaient autre que le fruit de son imagination. Parmi ces instruments fantaisistes, certains étaient visiblement motivés par des considérations esthétiques bien plus que fonctionnelles, en vue d’être exposés, tandis que d’autres, d’assez mauvaise facture, ont été assemblés au moyen de piètres matériaux. N’étant pas à proprement parler des instruments de musique, les premiers d’entre eux mériteraient donc d’être plutôt qualifiés d’œuvres d’artisanat d’art (comprenant par exemple des éléments de marqueterie, des décors peints, voire des incrustations de diamants).

Une vue générale et deux vues de détail (manche et corps) du luth « sitari » conservé au musée de la Musique, à Paris (numéro d'inventaire E.792 bis). Instrument en métal, argent, bois, soie, or et os (longueur totale 925 mm, largeur caisse 118 mm). Ancienne collection Sourndro Mohun Tagore (don effectué en 1879).

Luth « sitari », musée de la Musique, Paris (inv. E.792 bis), métal, argent, bois, soie, or et os (longueur totale 925 mm, largeur caisse 118 mm), ancienne collection Sourndro Mohun Tagore (don effectué en 1879). © photos à gauche Claude Germain / musée de la Musique ; photo à droite Jean-Marc Anglès / musée de la Musique.

La découverte de ces inventions incite à examiner de plus près – dans la limite de sources historiques hélas très lacunaires – les notices qui accompagnaient les dons de Tagore, afin d’y discriminer les informations authentiques, les faits historiques des fabrications de son cru. Dans une visée nationaliste plus soucieuse d’idéologie que de science, et au prix d’importantes libertés, l’un des objectifs poursuivis par Tagore avec ses envois internationaux semble en effet avoir été de proposer une histoire de la musique indienne expurgée de ses influences persanes ou afghanes. L’influence de Tagore sur la doxa historique indienne reste d’ailleurs considérable de nos jours. C’est ainsi, par exemple, que l’assertion de Tagore qui fait remonter l’origine du sitar à l’époque d’Amir Khusrau, poète et musicien du XIIIe siècle, reste constamment reprise sans qu’aucune source historique ne permette de la vérifier : depuis la fin du XIXe siècle, cette « information » continue d’être infailliblement répétée dans tous les programmes qui accompagnent un concert de sitar

Une nouvelle approche de Sourindro Mohun Tagore et de ses instruments

Dans le cadre de ses travaux de réaménagement de juin à novembre 2024, le musée de la Musique entend donner une place plus importante qu’auparavant à Sourindro Mohun Tagore, figure bien particulière de donateur qui soulève de nombreuses questions épistémologiques. Doit-on – et si oui, comment – exposer des instruments de musique qui n’ont jamais été conçus pour être utilisés ? Faut-il envisager de les modifier afin de les rendre jouables, nonobstant les risques de conservation inhérents à une telle intervention ? Comment traiter des artefacts de statut et de qualité bien inégaux ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les conservateurs et les restaurateurs mais aussi les scénographes du musée de la Musique devront apporter une réponse pour mettre en valeur cette passionnante collection « d’instruments de musique ».

Auteur et autrice

Guillaume LECOESTER
élève conservateur de l’Institut national du patrimoine, spécialité musées, promotion Magdeleine-Hours (2023-2024).

Méline COURNIL
élève conservatrice de l’Institut national du patrimoine, spécialité archives, promotion Champollion (2024-2025).

 

 

[1] Article 1er du décret n° 2015-1178 du 24 septembre 2015 relatif à l’établissement public de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris.

[2] Article 2 du même décret.

[3] À propos de la création et du fonctionnement du Conservatoire national de musique, voir la notice France archives.

[4] L’Epic en compte environ 500.

[5] Chiffre correspondant au récolement de 2020, avant l’acquisition de 280 lamellophones (sanzas ou m’bira) de la collection Boulanger-Bouhière.

[6] Translittération usitée du bengali শৌরীন্দ্রমোহন ঠাকুর.

[7] Sourindro Mohun TAGORE, Victoria-gítika, or sanskrit verses, celebrating the deeds and the virtues of Her Most Gracious Majesty the Queen Victoria and her renowned predecessors, partition musicale en sanskrit avec traduction, Calcutta, I. C. Bose, 1875.

[8] Mirza Wajid Ali Shah (1822-1887) fut le onzième et dernier roi d’Awadh. Son règne, conditionné par une alliance avec la Compagnie des Indes orientales (EIC), dura neuf ans, à partir de 1847. En 1856, l’EIC annexa le royaume d’Awadh et exila Wajid Ali Shah à Garden Reach, en banlieue de Calcutta, où il vécut le reste de sa vie doté d’une généreuse pension. Poète, dramaturge, danseur et grand mécène des arts, Wajid Ali Shah soutint de nombreux musiciens.

[9] Victor-Charles Mahillon (1841-1924), facteur d’instruments et musicologue belge, fut le fondateur et le premier conservateur du Musée instrumental du Conservatoire royal de musique, devenu musée des Instruments de musique de Bruxelles.

[10] Karl Franz Friedrich Chrysander (1826-1901), de nationalité allemande, philosophe de formation, fut un important historien de la musique et critique musical. Son édition des œuvres de Georg Friedrich Haendel ainsi que les ouvrages qu’il a consacrés à d’autres compositeurs font de lui un des pionniers de la musicologie.

[11] Charles CAPWELL, 1991, « Marginality and musicology in nineteenth century Calcutta. The case of Sourindro Mohan Tagore », in Bruno NETTL & Philip Vilas BOHLMAN (dir.), Comparative musicology and anthropology of music. Essays on the history of ethnomusicology, Chicago, University of Chicago Press, 1991, p. 228‑245.



Citer ce billet
INP (2024, 11 avril). La collection S. M. Tagore au musée de la Musique : une donation ambivalente. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w73u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search