Chantier école de Retournac. Découverte de l’articulation des compétences entre les conservateurs-restaurateurs et les métiers d’art autour de la collection de dentelles du musée de Retournac en Haute-Loire

Dentelle à l’aiguille dite « punto in aria », réalisée en lin vers 1590-1610 (numéro d'inventaire 2009.18.2).

Dentelle à l’aiguille dite « punto in aria », lin, vers 1590-1610 (inv. 2009.18.2). © Noémie Tournilhac.

La Haute-Loire en général et la région du Puy-en-Velay en particulier sont connues pour les lentilles, les randonnées et… les dentelles aux fuseaux. À quelques kilomètres au nord-est du Puy, à cheval sur la Loire, se trouve la petite ville de Retournac. Son histoire est marquée par la création de manufactures de dentelles. Le destin mouvementé de ces dernières, premier secteur d’embauche de Retournac est lié à celui de la famille fondatrice, tout au long du XIXe siècle. Initialement créée en 1899 par Claire Experton et ses frères François-Joseph et Auguste, la manufacture Experton frères [au pluriel] et sœur devient Experton frère [au singulier] et sœur lorsque François-Joseph décide de créer sa propre entreprise dans le village en 1903.

L’entreprise de Claire et Auguste prospère jusqu’en 1932, date à laquelle une brouille familiale conduit à scinder l’entreprise en deux. Les modèles, les cartons, les calques, les fils, les dentelles déjà réalisées et les registres sont répartis équitablement entre les deux nouvelles entreprises : Claire Experton & Cie et Auguste Experton & fils. Les ouvrières elles-mêmes sont sommées de choisir entre l’une et l’autre entreprise ! La vie quotidienne de Retournac en est évidemment affectée. Les deux entreprises vont cependant coexister jusque dans les années 1960. À partir des années 1950, le chiffre d’affaire des différentes manufactures de la région baisse en partie en raison de la progression de la dentelle mécanique. Les manufactures ferment les unes après les autres. Auguste Experton & fils ne fait pas exception. On estime qu’elle cesse son activité entre la fin des années 1960 et le début des années 1970 : les ouvrières quittent une à une l’entreprise, puis ce qui reste du fonds de commerce est vendu. De son côté, Claire Experton & Cie a su investir dans la dentelle mécanique. En 1894, son gérant, Francis Alibert, installe un atelier qui fonctionne jusqu’en 1997 – ses machines sont actuellement toujours visibles et en état de marche, au rez-de-jardin du musée.

Les bâtiments des deux manufactures sont finalement achetés par la mairie de Retournac en 1998, avec comme projet de les transformer en musée. Le musée des Manufactures de dentelles, labellisé « musée de France » ouvre ses portes en 2007. Il est cependant délaissé dès 2010. En 2022, après des travaux sur le bâtiment (notamment la construction d’une annexe pour la billetterie), une nouvelle attachée de conservation est recrutée. Autour de la directrice Fanny Roilette, l’équipe, désormais constituée de Marion Faure (dentellière diplômée, chargée de l’accueil du public), de Magalie Delorme (dentellière amateure, technicienne au musée, responsable de l’accueil du public) et de Sandrine Gibert, (dentellière amateure également, technicienne à la mairie), déploie une énergie considérable pour donner à ce musée une place à la hauteur de la qualité de ses collections.

C’est dans ce cadre que notre responsable d’atelier, Patricia Dal Prà, a réalisé une première mission d’évaluation des collections en 2017, puis a proposé la tenue d’un chantier-école qui s’est déroulé du 12 au 16 juin 2023. Trois niveaux de promotions de l’INP ont été impliqués dans ce chantier, de la 1re à la 3e année, encadrés par Patricia Dal Prà et Cécile Argenton, assistante de la spécialité. Le chantier s’est déroulé sur deux espaces : d’une part le musée, d’autre part les réserves.

 

Les 2e et 3e années, chargées du musée, ont œuvré au sein d’un espace d’exposition permanent de 1000 m2 répartis sur trois étages auquel s’ajoute une salle d’exposition temporaire. Le parcours permanent, divisé en six sections, retrace l’industrie dentellière dans sa globalité (sous ses aspects ethnographiques, historiques, commerciaux, etc.). Le premier étage du musée accueille la première section consacrée à l’histoire européenne de la dentelle, et la deuxième section consacrée aux dentellières (témoignages et informations sur la vie des dentellières dans la première moitié du XXe siècle). Le rez-de-chaussée est occupé par la troisième section, le « grand atelier » qui permet de découvrir toutes les étapes de production de la dentelle, et par la quatrième section qui met en lumière le rôle du dessinateur, depuis ses sources d’inspiration (dessin, architecture, vitrail…) jusqu’à la mise en carte du modèle. Enfin au rez-de-jardin se trouvent la cinquième et la sixième sections, qui permettent de visiter l’atelier mécanique où les machines sont toujours fonctionnelles, puis de découvrir quelques productions dans leur usage final (lingerie, robes « Belle Époque », nappes…) Au total, près de 630 pièces sont exposées au long du parcours permanent. Un dernier espace est dédié aux expositions temporaires qui mettent en regard techniques ancestrales et créations contemporaines.

De leur côté, les 1re et 2e années (ces dernières en alternance avec le chantier « musée ») ont découvert les réserves. Installées dans les anciens bâtiments de la manufacture Auguste Experton & fils, elles abritent, selon un pré-inventaire rédigé à la fin des années 1990, une collection d’environ 400 000 items. Ce fonds regroupe l’intégralité de ce qui se trouvait dans les deux manufactures au moment de l’achat par la municipalité (modèles, cartons, calques, dentelles déjà réalisées mais aussi registres et archives). À cela se sont ajoutées par la suite des acquisitions ainsi que des donations. L’inventaire complet est en cours actuellement.

 

L’objectif initial de ce chantier-école était d’assurer la rotation des collections dans les premières vitrines du musée – l’équipe « musée » se chargeant de démonter l’exposition et de remplacer les œuvres par d’autres, l’équipe « réserves » se chargeant de remettre en place dans les réserves les items extraits du musée. De cet objectif large ont découlé de nombreux objectifs secondaires.

Dans un bureau du musée, une élève de l'INP procède à un constat d’état des dentelles qui reviennent de l’exposition permanente.

Constat d’état des dentelles revenant de l’exposition permanente. © Noémie Tournilhac.

Côté musée, la gestion de la lumière a été primordiale. L’équipe a pu constater les effets cumulatifs de la lumière sur les différentes dentelles (certaines pièces étaient restées exposées depuis 2007). En effet, la lumière, et notamment les rayonnements ultraviolets, favorisent des réactions chimiques qui dégradent les fibres textiles, ce qui les fragilise, et font pâlir les teintures des fils colorés et jaunir les textiles blancs. Le chantier a donc été l’occasion de mesures objectives de l’intensité lumineuse reçue par les œuvres (qui se sont avérées globalement conformes aux recommandations).

Vue de détail sur la bordure d'une dentelle présentant de nombreuses tâches brunes non actives et oxydées, liées à d’anciennes moisissures.

Tâches non actives et oxydées liées à d’anciennes moisissures. © Noémie Tournilhac.

La mise en place des nouvelles œuvres en vitrine a été l’occasion d’apprendre les gestes et les règles de montage des œuvres sur un textile de fonds[1] dans le respect de l’intégrité physique de ces pièces fragiles. Celles-ci étant amenés à être exposés sur des périodes prolongées, il convient en effet de veiller à les disposer autant que possible à plat, ainsi que d’éviter pli et déformation.

Enfin, les élèves ont pu mettre en application les connaissances acquises en atelier pour le traitement des œuvres sortantes, c’est-à-dire mener une campagne de constats d’état et de dépoussiérage accompagnée de prises de vues systématiques, et réaliser un conditionnement permettant le stockage en réserves dans de bonnes conditions.

Côté réserves, la chaîne opératoire comprenant constat d’état, dépoussiérage, prise de vues et conditionnement a également été mise en œuvre. Elle s’est en outre insérée dans l’exercice de récolement décennal alors en cours.

Dans l'un des ateliers du musée, deux personnes (dont l'autrice l'élève de l'INP, autrice du présent article Noémie Tournilhac) conditionnent un large panneau de dentelle sur un rouleau en carton habillé d’un film pare-vapeur destiné à protéger la dentelle des composés organiques volatiles.

Conditionnement d’un large panneau sur rouleau (en carton habillé d’un film pare-vapeur, protégeant la dentelle des composés organiques volatiles). © Fanny Roilette.

Magalie Delorme, membre de l’équipe du musée de Manufacture des dentelles de Retournac, conditionne une dentelle sur un rouleau avec une élève de l'INP.

Conditionnement sur un rouleau avec Magalie Delorme, membre de l’équipe du musée. © Noémie Tournilhac.

Cylindre de conditionnement en mousse polyuréthane entouré d'un fourreau de jersey tubulaire.

Habillage d’un cylindre en mousse polyuréthane (fourni par le musée) avec un jersey tubulaire (trouvable en pharmacie). © Noémie Tournilhac.

Conditionnement des dentelles de petite taille dans une vaste boîte en polypropylène.

Conditionnement des dentelles de petite taille dans une boîte en polypropylène (fournie par le musée). © Noémie Tournilhac.

Un autre objectif (peut être le plus important pour la suite de la conservation des collections) était de former l’équipe aux gestes de la conservation préventive appliquée à cette typologie spécifique d’objets. Nous avons ainsi montré aux équipes les méthodes qui nous sont enseignées en atelier : comment effectuer une micro-aspiration avec un aspirateur à régulateur de puissance et une petite brosse adaptée ; comment conditionner une bande de dentelle, une manchette conique, ou encore un châle particulièrement fragile… Nous avons réfléchi conjointement avec l’équipe du musée à l’optimisation du conditionnement. Le musée disposait d’un matériel de qualité (nombreuses boîtes en polypropylène de trois dimensions différentes, films d’anoxie et matériaux sorbants, papier de soie sans acide, compactus, grands espaces de stockage), mais pas forcément celui que nous attendions ou avions l’habitude d’utiliser. Chacune d’entre nous, venant de l’INP comme de musées, a donc dû faire preuve d’ingéniosité pour tirer le meilleur parti de ce dont nous disposions afin de conditionner les œuvres de manière pratique, aisément manipulable, conforme aux critères de conservation préventive et la moins volumineuse possible.

Le travail dans les réserves a permis de nous confronter à la réalité des conditions climatiques auxquelles doivent faire face les musées. Si la salle des réserves était climatisée et contrôlée en termes d’humidité relative et de température, l’espace où nous avons travaillé ne l’était pas : nous avons pu y éprouver l’intense chaleur de cet été-là.

 

En plus de ces aspects déjà très formateurs du chantier, nous avons pu découvrir – pour certaines, approfondir pour d’autres – le monde minutieux de la dentelle. Grâce à l’expertise des membres de l’équipe, et en particulier celle de Marion Faure, nous avons été formées à reconnaitre et distinguer les diverses techniques de dentelle, et ainsi à différencier les ouvrages réalisés à l’aiguille de ceux confectionnés au fuseau, ou encore résultant d’un procédé mécanique. Nous avons également recueilli de précieuses indications sur les matériaux, les époques et les localisations de fabrication. Ainsi, le « gros point de Venise » et les « points d’esprit » du Puy-en-Velay n’ont-ils (presque !) plus de secrets pour nous ! Ces petits cours, dispensés de manière informelle au gré des dentelles qui se présentaient entre nos mains, sont venus avantageusement compléter, pour les unes, le cours dispensé par Marie-Catherine Ropars dans le cadre de nos enseignements de spécialité, et ont constitué pour les autres une belle préfiguration.

Volant polychrome à décor d’oiseaux en lin. Dentelle réalisée aux fuseaux agrémentée de pièces rapportées, fabriquée à Venise par la manufacture Jesurum & Cie, en 1878-1900 (numéro d'inventaire 2007.10.1).

Volant polychrome à décor d’oiseaux, dentelle aux fuseaux à pièces rapportées, lin, Venise, manufacture Jesurum & Cie, 1878-1900 (inv. 2007.10.1). © Noémie Tournilhac.

Vue de détail d'une dentelle à l’aiguille dite « gros point de Venise ». Dentelle en lin sans doute fabriquée en Italie, vers 1670 (numéro d'inventaire 2005.11.2).

Dentelle à l’aiguille dite « gros point de Venise », lin, Italie (?), vers 1670 (inv. 2005.11.2). © Noémie Tournilhac.

Photographie en gros plan d'un volant en dentelle de soie noire réalisée aux fuseaux. Dentelle dite « Chantilly », fabriquée en Belgique ou en Normandie vers 1870-1880 (numéro d'inventaire 2003.2.2).

Volant, dentelle aux fuseaux dite « Chantilly », soie noire, Belgique ou Normandie, vers 1870-1880 (inv. 2003.2.2). © Noémie Tournilhac.

 

En conclusion, ce musée de France tend à s’imposer au niveau régional par son dynamisme. Géré par la commune, ses financements proviennent principalement de la municipalité, mais sont complétés par des subventions en provenance des divers échelons territoriaux (Europe, État, Région, département). Le musée déploie une importante activité d’organisation d’expositions temporaires, de mise en cartes de modèles anciens, d’ateliers de découvertes de la pratique de la dentelle et d’ateliers en lien avec les expositions, qui lui valent également des subventions territoriales.

L’équipe restreinte mais fort active de ce musée est un exemple de par sa volonté de remplir ses missions : un projet scientifique et culturel est actuellement en cours de rédaction, parallèlement au récolement décennal. L’équipe mène une active politique d’acquisition et de passage en commission scientifique régionale des nombreux dons qui lui sont faits. Enfin, ayant à cœur de rendre accessible à tous, petits et grands, le monde de la dentelle et ses techniques, elle place l’accueil des publics parmi ses priorités.

Autrice

Noémie TOURNILHAC
Élève en conservation-restauration, spécialité arts textiles (2e année).

L’autrice tient à remercier chaleureusement Fanny Roilette, directrice du musée des Manufactures de dentelles, pour l’aide apportée à la rédaction de cet article.

 

 

[1] La matière employée, l’Alcantara (qui est aussi une marque déposée par la société éponyme), est un textile non tissé synthétique ayant l’aspect du suède, constitué de fibres polyester très fines (environ 68 %) liées par une résine polyuréthane (environ 32 %).



Citer ce billet
INP (2024, 16 avril). Chantier école de Retournac. Découverte de l’articulation des compétences entre les conservateurs-restaurateurs et les métiers d’art autour de la collection de dentelles du musée de Retournac en Haute-Loire. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w82n

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search