Deux familles de marchands d’art dans la première moitié du XXe siècle

Les familles Kalebdjian et Demotte

Les frères Kalebdjian – Hovhannes (1869-1928), Hagop (1871-?) et Garbis (1885–1954) – ouvrent leur boutique d’antiquités « Kalebdjian frères[1] » en 1903. Elle restera active jusqu’en 1954[2]. Rejoignant leur oncle, Mihran Sivadjian[3], les Kalebdjian se sont sans doute installés à Paris dans les années 1890 pour échapper aux violences et à la répression sanglante dont est victime la communauté arménienne au sein de l’empire ottoman depuis les années 1860[4]. Loin d’être les seuls antiquaires arméniens[5] de la place parisienne, ils font toutefois partie des rares à posséder une boutique à Paris et au Caire[6]. Nés tous trois à Istanbul d’une famille originaire de Kayseri, ils ont reçu une éducation axée sur les langues étrangères français et anglais, en plus du turc ottoman qu’ils maîtrisent, et certainement de l’arménien et de l’arabe égyptien[7]. Leurs connaissances du Proche et du Moyen-Orient combinées à un réseau familial étendu au-delà de l’empire ottoman, leur permettent d’accéder à de nombreux territoires, et d’être des acteurs privilégiés du commerce d’antiquités (égyptiennes, grecques, mésopotamiennes, etc.) mais aussi d’art islamique – encore que ce dernier semble ne représenter qu’une part réduite de leurs ventes. À l’instar d’autres marchands arméniens, tels Kelekian et les Kevorkian, ils participent plus ou moins directement à l’élaboration d’une histoire des arts de l’Islam.

La famille Demotte, dont la galerie est active sur une période plus courte, de 1905 à 1935, occupe néanmoins un rôle majeur dans le commerce transcontinental grâce à une politique particulière et des choix audacieux quant à la nature des œuvres auxquelles ils s’intéressent. Initialement installés à Paris, dans un premier temps rue de Provence puis rue de Berri, ils ouvrent une seconde galerie à New York en 1918, dans un quartier proche du Metropolitan Museum of Art. Loin des marchands de curiosités spécialistes de tout et de rien, ces antiquaires se positionnent au contraire spécifiquement sur deux domaines de « niche » : la miniature dite « persane » et, parallèlement, l’art monumental médiéval français. Très impliqués dans la vie scientifique de leur temps, ils sont adhérents de nombreuses associations vouées à la mise en valeur du patrimoine[8], et participent à sa connaissance en tant qu’éditeurs de livres d’art. Ils sont notamment amenés à publier les acquisitions du musée du Louvre après la Première Guerre mondiale[9].

La découverte et l’étude des arts de l’Islam

L’étude des arts de l’Islam est, dans un premier temps, issue d’une sous-branche de la discipline universitaire orientaliste. À la fin du XIXe siècle, les arts de l’Islam sont avant tout perçus comme un vivier de formes – d’origines géographiques peu différenciées – pour les arts décoratifs européens.

Entre 1900 et 1915, un groupe très actif de collectionneurs, de marchands et de conservateurs développent les connaissances sur les arts de l’Islam, entreprennent de caractériser plus finement ses productions, et d’isoler cette caractérisation des autres domaines d’études orientaux. Cela s’observe notamment par les sujets des expositions de 1903 et 1912 au musée des Arts décoratifs. La première, intitulée « Arts musulmans[10] », est fondée sur une approche érudite qui s’oppose aux fantasmes coloniaux du XIXe siècle. Elle n’en reste pas moins ancrée dans des principes racistes qui distinguent les capacités esthétiques des différentes populations à partir de fondements ethniques flous. La seconde exposition, « Miniatures persanes[11] », acte une scientifisation du discours. Six ans séparent un titre très généraliste d’un titre précis, focalisé sur un domaine qui n’avait pas encore été étudié. L’action conjointe de collectionneurs comme Raymond Koechlin (1860-1931), de marchands comme Dikran Garabed Kelekian et des Kalebdjian, et de conservateurs comme Gaston Migeon (1861-1930) assurent la vivacité de ce marché restreint.

Les années 1920 marquent un effacement progressif du goût pour les arts de l’Islam en France, et donc de son marché. Cela s’explique notamment par la mort des grands défenseurs des arts de l’Islam (Gaston Migeon, Raymond Koechlin) et du déplacement progressif de son marché vers l’Angleterre et les États-Unis. À la fin des années 1930, les expositions quant à elle se concentrent davantage sur un discours colonial et folkloriste[12]. Les Kalebdjian vendent toujours des antiquités, et commercialisent toujours – quoique dans une proportion réduite – des objets issus des cultures d’Islam. Pour répondre à une demande, ils ne s’interdisent pas de vendre des œuvres d’artistes contemporains européens. De plus, ils deviennent les intermédiaires privilégiés de grands collectionneurs, notamment Calouste Gulbenkian, au nom desquels ils procèdent à l’achat d’œuvres d’art.

Paradoxalement, bien que leurs contemporains les perçoivent comme des spécialistes de l’Orient du fait de leur origine ethnique, eux-mêmes ne se présentent comme tels qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale : obligés, en 1946 devant la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration[13] (CNIE), de justifier leur activité entre 1940 et 1945, ils se désignent en tant que « spécialistes d’Orient ». Des recherches récentes montrent que les Kalebdjian ont vendu bien plus d’items aux Nazis que ce qui est rapporté dans le dossier de la CNIE[14]. Toutefois, innocentés par la commission, ils poursuivent leur activité durant la fin des années 1940, avant qu’on ne perde toute trace au cours des années 1950[15]. La fuite des grands marchands juifs et le décentrement du marché de l’art vers les États-Unis laisse Paris à la marge jusqu’aux années 1970.

Le goût pour l’art persan

Une des spécificités du marché des arts de l’Islam du début du XXe siècle est la prééminence de l’art persan – ou considéré comme tel. Deux facteurs conduisent alors à son émergence : la présence ancienne de manuscrits persans en Iran, et les troubles politiques qui agitent ce pays. L’instabilité politique de l’Iran facilite la sortie hors du territoire de manuscrits peints dont la provenance avérée permet de différencier, sur le marché européen, d’autres productions (comme celles des empires ottomans et moghols). Ces manuscrits contribuent ainsi à caractériser des particularités stylistiques et à exercer l’œil des connaisseurs et des marchands. Cette situation encourage l’organisation d’expositions de peinture et de miniatures persanes, comme celle de 1912[16]. L’intérêt pour cette production trouve son point d’orgue dans les années 1920, allant jusqu’à influer sur la mode parisienne[17].

Un intérêt renouvelé pour l’art médiéval français

C’est également au début du XXe siècle que se renouvelle l’intérêt pour l’art médiéval français sous l’impulsion, en 1904, d’une exposition consacrée aux peintres dit alors « primitifs », organisée conjointement à la Bibliothèque nationale de France et au musée du Louvre[18]. Cet intérêt s’étend aux autres formes artistiques médiévales, en particulier à l’art monumental (éléments d’architecture, sculptures et vitraux). Mais surtout, la loi de séparation des Églises et de l’État occasionne, à partir de 1905, le transfert de vastes pans du patrimoine religieux à la responsabilité des édiles locaux, qui parfois s’en désintéressent et n’hésitent pas à le vendre. Ce patrimoine, jusque-là incessible, intègre alors les circuits commerciaux traditionnels. Enfin, les destructions de la Première Guerre mondiale – dont la plus marquante est, dès les premiers temps du conflit, la destruction de la cathédrale de Reims – sensibilise le public aux monuments médiévaux présents sur l’ensemble du territoire.

Se trouvent alors sur le marché une grande quantité d’œuvres, monuments entiers ou éléments détachés, dont quelques rares marchands vont se faire une spécialité. Parmi ces marchands les Demotte, Georges Joseph (1877-1923) et son fils et unique héritier Lucien (1906-1934), occupent une place particulière en raison de la quantité et de la diversité des œuvres qu’ils commercialisent par l’entremise d’un important réseau d’intermédiaires en province et de marchands partenaires : Charles Vignier[19] (1863-1934) et Dikran Kelekian (1867-1951) pour l’art dit « persan », George Grey Barnard (1863-1938) et Jacques Seligmann (1858-1923) pour l’art médiéval.

Les Demotte se distinguent également de leurs concurrents par une politique commerciale très élaborée. Leurs expositions donnent parfois lieu à des publications dont les textes sont signés d’historiens de l’art reconnus, tandis que leur usage de la photographie s’étend à la publicité et à la promotion : grâce à l’édition de catalogues illustrés de photographies, leur clientèle nord-américaine peut aisément choisir les œuvres qu’elle souhaite acquérir.

Si le goût pour la miniature persane est d’abord, après la Première Guerre mondiale, le fait de quelques amateurs européens puis nord-américains, la sculpture médiévale est quant à elle très tôt appréciée et collectionnée aux États-Unis. D’abord envisagés comme des éléments de décor pour quelques riches acquéreurs, les éléments architecturaux et les sculptures médiévales touchent un public de plus en plus large, puis rejoint progressivement les collections de nombreux musées – allant parfois, tels les célèbres Cloisters ouverts au public sous leur forme initiale en 1916 à New York, jusqu’à en former le cœur. Les Demotte tiennent un rôle de premier plan dans ce commerce. Ils contribuent plus particulièrement à l’enrichissement des collections des Cloisters du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum d’Harvard et de nombreux autres musées nord-américains[20]. L’activité de la galerie cesse progressivement avec la mort inattendue de Lucien Demotte, des conséquences d’une pneumonie, à l’âge de 29 ans.

Des pratiques et des intérêts communs

La clientèle cosmopolite des Kalebdjian et des Demotte se partage entre riches amateurs et institutions muséales. Parmi les collectionneurs parisiens, on remarque des personnalités telles que l’homme d’affaires Georges Marteau (1851-1916), les bijoutiers joailliers Henri Vever (1854-1954) et Louis Cartier (1875-1942), ou encore Maurice de Rothschild (1881-1957) et Calouste Gulbenkian (1869-1955). Parmi les amateurs nord-américains, on peut mentionner Sir Alfred Chester Beatty (1875-1933), Alby Aldrich (1874-1948) et John D. Rockefeller Jr. (1874-1960), Isabella Stewart Gardner (1840-1924), William Randolph Hearst (1863-1951), George (1858-1941) et Florence Blumenthal (1873-1930), John Pierpont Morgan (1837-1913), Raymond Pitcairn (1885-1966), Charles Lang Freer (1854-1919), Mildred (1879-1969) et Robert (1875-1962) Woods Bliss. Par le biais de dons, la plupart de ces amateurs enrichiront à leur tour les collections des musées nord-américains.

Les deux familles de marchands ont également en commun d’avoir été impliqués dans des pratiques plus contestables : accusés de commercialiser des œuvres fausses ou excessivement complétées – céramiques orientales pour les uns, sculptures romanes pour les autres[21] – ; complices du démembrement de monuments ou d’ouvrages[22] ; voire, pour les Kalebdjian, d’être en lien avec des faussaires avérés comme Oxan Arslanian, connu dans les années 1930 pour avoir forgé de toute pièce des sculptures égyptiennes de l’époque d’Amarna[23].

Il reste sans doute beaucoup à explorer sur l’activité de ces deux familles dont la notoriété a traversé le XXe siècle et qui n’avaient jusqu’à présent pas fait l’objet d’études détaillées.

Peu étudiés jusqu’à présent les marchands deviennent de nouveaux sujets de recherche depuis quelques années que ce soit d’un point de vue économique[24], sociologique[25] ou d’histoire de l’art[26], mais toutefois tourné plus particulièrement sur le marché de la peinture. Cela permet de mieux appréhender un écosystème où les interactions entre les différents acteurs définissent une histoire du goût et des collections.

Orphée LAMOTTE
Élève conservateur du patrimoine, promotion Magdeleine-Hours (2022-2023).

Christine VIVET-PECLET
Élève conservatrice du patrimoine, promotion Magdeleine-Hours (2022-2023).

 

État sommaire des sources pour l’étude des familles Demotte et Kalebdjian
Activité de la galerie Demotte
  • Christine VIVET-PECLET, « Les Demotte, marchands d’art inclassables au début du XXesiècle », thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Claire Barbillon et Dominique de Font-Réaulx, soutenue à l’université de Poitiers et à l’École du Louvre (Paris, 2019) (Prix de l’association de l’École du Louvre, 2020).
  • Inventaires après décès de Georges Joseph et de Lucie Sehma Demotte conservés aux Archives nationales (Caran, Paris) :
    • Étude de maître Alexandre Eugène Josset, Paris (MC/ET/CXVI/1548) ; « Inventaire après décès de Georges Joseph Demotte, 14 septembre 1923 ».
    • Étude de maître Morot, Paris (MC/ET/CXVI/748), « Inventaire après décès de madame Veuve Marcus, 8 juin 1936 ».
  • Les archives de la Sauvegarde de l’art français, et en particulier celles de leur fondateur le duc de Trévise, fervent défenseur du patrimoine et opposé à l’activité d’exportation des œuvres par les Demotte, sont conservées aujourd’hui à la Médiathèque de la photographie et du Patrimoine (Charenton-le-Pont).
Activité des Kalebdjian
  • Orphée LAMOTTE, « Recherches autour du marché de l’art islamique à Paris de 1900 à 1950 : la famille Kalebdjian », mémoire de l’École du Louvre (Paris, 2020).
  • Archives nationales, fonds Sambon, « Inventaire des marchandises d’Arthur Sambon, avec prix des objets et mention des ventes en participation avec KALEBDJIAN frères » (613 AP/5 AS16 et 613 AP/7 AS20).
  • Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (CNIE) : dossier « Antiquaires et marchands de tableaux. 1945 à 1950 » (F/12/9630).

  

 

 

[1] La première mention des Kalebdjian dans le bottin mentionne : « Kalebdjian (O.), curiosités, r. Le Peletier 32. (9e). ». Ce n’est qu’en 1905 que la société prend le nom de « Kalebdjian frères », toujours à la même adresse. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, ou Almanach des 500 000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers. Firmin Didot et Bottin réunis, t. 1, 1903, p. 417 [en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3208950j/f453.item ; Ibid., t. 1, 1905, p. 427 [en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3212492k/f453.item.

[2] La mort de Garbis Kalebdjian en 1954 cause la dissolution de la société.

[3] Orphée LAMOTTE, « Recherches autour du marché de l’art islamique à Paris de 1900 à 1950 : la famille Kalebdjian », mémoire de l’École du Louvre (Paris, 2020), p. 86-87.

[4] L’acte de mariage de Hovhannes Kalebdjian indique qu’il épouse Amélie Guillet en 1900. Journal officiel, 23 mars 1925, p. 3005.

[5] Le plus célèbre et le plus étudié de ces marchands arméniens – pour son activité d’antiquaire mais surtout pour son activité de collectionneur – est Dikran Khan Garabed Kelekian (1868-1951). On peut aussi mentionner les frères Agop (1871-1951) et Mergueditch (1881-1927) Indjoudjian, les frères Hagop (1880-1962) et Carnig (v. 1887-1964) Kevorkian, ou encore Kirkor Minassian (1874-1944).

[6] D’abord au 32 rue Pelletier, puis au 2 rue de la Paix. Leur dernière adresse parisienne est enregistrée au 52 avenue d’Iéna. Pour ce qui est du Caire, deux adresses sont à noter : une première au 19 rue Kasr el-Nil, nerf du quartier européen réunissant les grands hôtels, et la seconde rue el-Méligui, au cœur du Khan el-Khalili. Dikran Khan Garabed Kelekian avait lui aussi une adresse au 3 rue el-Méligui. Voir Orphée LAMOTTE, 2020, p. 93-110.

[7] Dans une enquête sur la communauté arménienne, le sociologue Paul Descamps rencontre Hovhannes Kalebdjian qui lui fait le récit de sa fratrie et de leur installation à Paris : Paul DESCAMPS, La Formation sociale des arméniens, Paris, Firmin Didot, coll. « Bibliothèque de la Science sociale », 1926, p. 86-91.

[8] Les Demotte sont en particulier les membres de l’Association française d’expansion et d’échanges artistiques, créée en 1920, et du Comité de diffusion de l’art français en Amérique, et encore de la Société des amis du Vieux Reims et de la Société française de reproductions de manuscrits à peintures créée en 1910.

[9] Henri RIVIÈRE (dir.), Les Accroissements des musées nationaux. Recueil annuel, t. 1-2, Le Musée du Louvre depuis 1914. Dons, legs et acquisitions, Paris, Demotte, 1919.

[10] Gaston MIGEON (dir.), Exposition des arts musulmans. Catalogue descriptif, catalogue d’exposition (Paris, Union centrale des arts décoratifs, Pavillon de Marsan, avril 1903), Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1903.

[11] Georges MARTEAU & Henri VEVER, Miniatures persanes. Tirées des collections de MM. Henry d’Allemagne, Claude Anet, Henry Aubry, et Mme la Comtesse de Béarn […] et exposées au musée des Arts décoratifs, catalogue d’exposition (Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, juin-octobre 1912), Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1913.

[12] À l’exemple de l’Exposition coloniale de 1931. L’exposition de la bibliothèque nationales « Les arts de l’Iran », sous la direction de Jean David-Weill, Eustache de Lorey et Georges Salles en 1938, constitue la dernière grande exposition scientifique en France avant de longues années.

[13] La Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (CNIE) était chargée de vérifier les activités des personnes soupçonnées d’avoir collaboré avec l’ennemi pendant l’Occupation. Pour une description détaillée de la création, des activités et du fonds d’archives de la CNIE, voir : https://francearchives.gouv.fr/fr/article/91524892 [lien valide en février 2024].

[14] Mattes LAMMERT, « The antiquities trade during the German Occupation of France, 1940-1944 », RIHA Journal, numéro spécial, « The fate of antiquities in the Nazi era », 2023 [en ligne], https://doi.org/10.11588/riha.2022.2.92784 [lien valide en avril 2024].

[15] Comme indiqué précédemment, la mort de Garbis semble entraîner la dissolution de la boutique de Paris en 1954. On ignore le sort qui fut réservé à celle du Caire.

[16] Voir plus haut, note 11.

[17] À l’exemple de la tenue Minaret conçue par Paul Poiret en 1913, aujourd’hui conservée en collection particulière. Voir Juliette SINGER & Marlène VAN DE CASTEELE (dir.), 1905-1925, le Paris de la modernité, catalogue d’exposition (Paris, Petit Palais, 14 novembre 2023-14 avril 2024), Paris, Petit Palais-musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris / Paris-musées, 2023, notice n° 91, p. 122-123.

[18] Henri BOUCHOT (dir.), Exposition des Primitifs français au Palais du Louvre (Pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nationale, catalogue d’exposition (Paris, 12 avril-14 juillet 1904), Paris, Palais du Louvre / Bibliothèque nationale de France, 1904.

[19] Nader NASIRI-MOGHADDAM, « Le commerce des objets d’art en Iran à travers la correspondance Vignier (1911-1914) », mémoire de DEA soutenu à l’université Sorbonne-Nouvelle – Paris III (Paris, 1997).

[20] Christine VIVET-PECLET, « L’antiquaire Georges Joseph Demotte, le Louvre et les musées américains. S’approprier le discours sur le patrimoine médiéval de la France au sortir de la Première Guerre mondiale », Les Cahiers de l’École du Louvre, n° 11 [en ligne] 2017, http://journals.openedition.org/cel/705 [lien valide en avril 2024].

[21] Christine VIVET-PECLET, « Les sculptures du Louvre acquises auprès de Georges Joseph Demotte : de la polémique à la réhabilitation ? », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, n° 3, 2013, p. 57-71.

[22] Georges Joseph Demotte est responsable en particulier du démembrement du célèbre Livre des Rois, connu encore aujourd’hui le nom « Shah Nameh Demotte ». Sur cet ouvrage, voir en particulier Doris BRIAN, « A reconstruction of the Miniature Cycle in the Demotte “Shah Namah” », Ars islamica, 1939, vol. 6, n° 2, p. 97‑112.

[23] Jean-Jacques FIECHTER, Faux et faussaires en art égyptien, Turnhout / Bruxelles, Brepols / Association égyptologique reine Elisabeth, coll. « Monumenta aegyptiaca », 2005.

[24] Léa SAINT-RAYMOND, À la conquête du marché de l’art. Le Pari(s) des enchères, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l’économiste », 2021.

[25] Sophie JAVERLHIAC, Être antiquaire, Paris / Québec, Hermann / Presses de l’Université Laval, 2021.

[26] Parmi les études récentes, voir en particulier : Charlotte VIGNON, Duveen Brothers and the market for decorative arts 1880-1940, New York / Londres, The Frick Collection /‎ D Giles Limited, 2019 ; Sylphide de DARANYI, Paul Guillaume. Marchand d’art et collectionneur, 1891-1934, Paris, Flammarion / musée de l’Orangerie, 2023.



Citer ce billet
INP (2024, 25 avril). Deux familles de marchands d’art dans la première moitié du XXe siècle. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9zy

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search