Étude d’un plafond peint au sein de l’hôtel de Rouvière (Marvejols, Lozère). Chantier-école en vue de la remise en place du plafond dans son emplacement d’origine

Introduction

Construit en 1657 par Pierre de Rouvière au cœur de la Lozère, l’hôtel de Rouvière témoigne d’un style classique imprégné d’une forte influence médiévale. Le premier consul de la ville, Pierre de Rouvière, juriste de formation décide de lancer la construction d’un hôtel particulier dès 1660. L’hôtel, construit sur la base de bâtisses existantes, est voué à constituer sa résidence principale. Aspirant à la noblesse, Pierre de Rouvière fait représenter ses armes sur la rampe d’escalier et le plafond de son cabinet privé. L’analyse des contrats de travaux de construction renseigne sur les transformations qui ont été opérées sur les édifices antérieurs, ainsi que sur l’identité des artisans qui ont participé à ce chantier[1].

À la faveur d’héritages successifs, l’hôtel est transmis à la famille Aldin en 1715, à la famille de Sauvage en 1738 puis à la famille de Framont en 1765. Un impôt sur les fenêtres de façade en vigueur de 1798 à 1926 entraîne des modifications en façade de l’hôtel de Rouvière, dont une partie est murée. L’édifice est vendu en 1857 à la famille Dides[2], qui y effectue des travaux importants à la fin du XIXe siècle, dont une modification des cheminées, la mise en place de nouveaux cloisonnements et l’installation de plafonds en plâtre sur lattis de bois. Les dernières habitantes connues de l’hôtel particulier sont deux sœurs, qui n’occupent qu’une partie du premier étage du bâtiment, qu’elles modernisent partiellement dans les années 1970. Après leur décès, l’hôtel de Rouvière est abandonné. Il est vendu à la ville de Marvejols en 2003, et classé au titre des Monuments historiques (MH) en 2006. Une étude préalable réalisée en 2010 par Christophe Amiot[3], architecte en chef des Monuments historiques, permet de mettre en avant des données historiques associées à une description architecturale du bâtiment. Celui-ci est ensuite vendu à Geoffrey Malaval en 2020.

Contexte du chantier

Reconnu comme un édifice important pour l’histoire de la ville de Marvejols ainsi que pour la qualité de son architecture et de ses décors, l’hôtel de Rouvière est sélectionné par la mission Bern « Patrimoine en péril » en 2022 pour faire l’objet d’une vaste campagne de restauration. Avant le début des travaux, le bâtiment présentait des risques d’effondrement dus aux nombreuses infiltrations d’eau occasionnées par l’état de la toiture. D’importants travaux structuraux ont été menés en urgence pour stabiliser les murs de l’édifice, avant de procéder à la rénovation de la toiture. Les rénovations vont se poursuivre afin de mettre en valeur les décors exceptionnels de l’hôtel. La finalité de cette campagne de restauration est de réhabiliter les lieux pour créer une résidence d’artistes au rez-de-chaussée et des logements locatifs à l’étage. La création de ces espaces permettra de dynamiser le bâtiment et de rendre ses décors à l’appréciation du public. Les logements permettront en outre de contribuer au financement de l’entretien du bâtiment et les travaux qui y seront réalisés.

Représentations d’animaux exotiques (autruches et dromadaires) sur les planches déposées 1, 2, 3 et 4.

Représentations d’animaux exotiques (autruches et dromadaires) sur les planches déposées 1, 2, 3 et 4. © Mathilde Waroquier.

C’est dans ce contexte que l’Institut national du patrimoine (INP) a organisé avec M. Malaval, un chantier école pour permettre aux élèves de découvrir un chantier de restauration en contexte MH. Notre équipe était composée de trois élèves spécialisées en restauration de mobilier, encadrées par le restaurateur de mobilier, Sylvain Lucchetta, ainsi que de sept élèves spécialisées en restauration de peinture, encadrées par la restauratrice de peinture Nelly Cochet, assistante de la responsable de la spécialité à l’INP. Le chantier, qui comportait deux phases, s’est déroulé du 12 au 24 juin 2024. La première phase – qui fait l’objet du présent article – a consisté en une étude conjointe des élèves des spécialités mobilier et peinture sur un plafond déposé d’une chambre du 2e étage. Pendant la deuxième phase, les étudiantes de la spécialité peinture ont mené une seconde étude sur un plafond en place dans la garde-robe du premier étage.

Organisation et déroulement du chantier, état du plafond

Suite à l’apparition d’importantes faiblesses structurelles et de moisissures dues à des infiltrations d’eau, le plafond fut démonté en 2007 et conditionné dans des caisses en bois. Ce plafond se compose de cinquante-sept lattes de bois de résineux décorées de médaillons peints en grisaille et de dix éléments de corniches.

Vue de l’emplacement du plafond, montrant les solives et le plancher supérieur.

Vue de l’emplacement du plafond, montrant les solives et le plancher supérieur.

L’objectif du chantier était d’effectuer une étude approfondie de l’état actuel de conservation du plafond et de son conditionnement, afin de proposer un diagnostic et un protocole de restauration comprenant des propositions de remontage et une amélioration du conditionnement. Le travail d’étude s’est déroulé in situ, dans deux pièces adjacentes du 1er étage, alors que les premiers travaux de restauration du clos et du couvert avaient déjà démarré. Le premier jour, une chaîne opératoire a été mise en place afin de traiter la totalité des éléments du plafond en une semaine. Il était fondamental d’établir un constat d’état de tous les éléments avant de les reconditionner dans de nouvelles caisses. Une organisation scrupuleuse a été nécessaire pour mener à bien ce chantier, l’espace de travail n’étant pas adapté à la manipulation d’œuvres fragiles et de grandes dimensions (les lattes mesurant jusqu’à trois mètres de long).

Pour optimiser l’espace et réduire les manipulations au strict nécessaire, nous avons organisé trois groupes de travail :

  • un groupe de prise de vues et de manutention (élèves en spécialité peinture),
  • un groupe de constat d’état du support (élèves en spécialité mobilier),
  • un groupe de constat d’état de la couche picturale (élèves en spécialité peinture).

À la fin de la semaine, cette organisation s’est révélée adaptée : les lattes ont été photographiées, constatées, et leurs altérations ont fait l’objet d’un relevé graphique. Enfin, les lattes ont été conditionnées dans de nouvelles caisses.

Photomontage de l’ensemble du plafond avec localisation des éléments de la corniche.

Photomontage de l’ensemble du plafond avec localisation des éléments de la corniche.

Le plafond de forme trapézoïdale mesure 5,96 mètres côté nord, 6,29 mètres côté sud, 4,28 mètres côté ouest et 3,07 mètres côté est. Il est constitué de lattes de bois résineux massif, débitées en coupe tangentielle pour les lattes les plus longues et en coupe radiale pour les lattes les plus courtes. Les lattes fixées dans le sens est-ouest – avec un complément côté est par des lattes de plus petites dimensions – sont fixées aux solives par des clous en fer forgé, assemblées entre elles par un système de rainures et de languettes sur les faces nord-sud, et ne sont pas assemblées en bois de bout (c’est-à-dire sur le complément à l’est). Le plafond est bordé par une corniche en bois massif de résineux, fixée au mur par des clous en fer forgé. Cette corniche permet d’occulter le joint entre le plafond et le mur.

Les lattes présentent de nombreuses dégradations structurelles résultant d’une pourriture cubique et d’attaques d’insectes xylophages. On relève également la présence de moisissures en bois de bout (c’est-à-dire sur le chant transversal en contact avec le mur). Des consolidations ont été effectuées sur la structure du bois, et les zones présentant de la pourriture cubique ont été nettoyées par brossage de surface lors du démontage du plafond en 2007. Une latte est manquante et les clous sont corrodés. La surface peinte, quant à elle, présente des repeints. Ses principales altérations sont des soulèvements, des écailles et des lacunes. Des moisissures sont présentes sur l’ensemble de la surface. Toutes ces altérations sont la conséquence des mauvaises conditions de conservation dues à la dégradation du bâtiment.

Photomontage de l’ensemble du plafond avec localisation des solives.

Photomontage de l’ensemble du plafond avec localisation des solives. © Mathilde Waroquier.

Les infiltrations d’eau qui ont affecté la chambre du 2e étage ont fortement endommagé la structure des solives et des lattes. Dans le cadre des travaux de consolidation de structure du bâtiment, quatre des sept solives en place ont été remplacées (entièrement ou partiellement) par des solives neuves.

Remontage du plafond

Le remontage du plafond à son emplacement d’origine devra prendre en compte plusieurs critères. Le premier critère est la planéité du plafond du côté polychromé, essentielle pour garantir la lisibilité du décor. Plusieurs systèmes sont envisagés, l’un d’eux envisage la fixation des lattes directement sur les solives, les deux autres la fixation des lattes par l’intermédiaire d’une structure apposée au revers des lattes, s’inspirant des parquetages réalisés pour consolider les panneaux de bois peint.

Le système de parquetage pourra être fixé sur le côté des solives ou bien au-dessous d’elles. Quelle que soit la solution adoptée, il sera nécessaire de remonter le plafond et les corniches à leur hauteur d’origine ou au moins à une hauteur qui permettra de sauvegarder la vision des peintures murales. Les mouvements du bâtiment et le poids de la toiture ont poussés les murs fragilisés par les intempéries vers l’extérieur, créant une ouverture de la pièce. De plus, l’épaisseur du système de fixation devra être prise en compte. Enfin, le système de fixation ne devra pas contraindre les éléments afin que ceux-ci puissent se déformer librement en fonction des variations hygrométriques qui se produiront immanquablement dans un contexte dont le climat n’est pas contrôlé.

On propose les trois options de remontage du plafond suivantes :

  • Option 1 : vissage.

Ce système de remontage du plafond permet de réutiliser les anciens trous de clous pour fixer les lattes du plafond dans les solives. Cette option dépend fortement de l’état de conservation des lattes (dans le cas présent, certains trous de fixation sont très fragiles ou manquants). Ce choix nécessite une consolidation des  lattes ou le percement de nouveaux trous.

  • Option 2 : parquetage.

Un système de rails pourrait être fixé au moyen de vis sur les côtés des solives ou sous elles. Les lattes – fixées aux rails par des taquets en bois collés à leurs revers et par un système de suspension en chaînettes ou en téflon – pourront coulisser le long des rails.

  • Option 3 : parquetage.

Une troisième proposition de parquetage, similaire à la deuxième proposition mais totalement indépendante car le système de rail serait fixé indépendamment entre les solives, faciliterait le montage du plafond car les solives ne sont pas parallèles entre elles. Toutefois, ce parquetage serait plus encombrant.

Schéma du système de parquetage (option 2) pour le remontage du plafond.

Schéma du système de parquetage (option 2) pour le remontage du plafond. © Mathilde Waroquier.

Retour de l’expérience

Si l’expérience globale du chantier fut très enrichissante, les contraintes liées au travail sur place n’étaient pas négligeables. Pour l’organisation des postes de travail, nous disposions d’un espace restreint inadapté aux dimensions des lattes du plafond. Nous étions dix élèves et deux professionnels encadrants en charge de l’organisation du chantier : la mise en place d’un système de travail rationnel, la division efficace des tâches attribuées aux groupes de travail et une communication fluide ont été primordiales pour le bon déroulement de ce chantier. La majeure partie du premier jour de chantier fut consacrée à l’investissement des lieux et à notre organisation. Au vu de l’état de conservation des œuvres, cette organisation rigoureuse s’est avérée d’autant plus importante pour assurer la sécurité de ces dernières lors des manipulations.

Enfin, le contexte du chantier de rénovation de l’hôtel de Rouvière apportait ses propres contraintes : lors de nos déplacements, nous devions faire attention aux parties de plancher manquantes, l’entrée et l’escalier principal n’étaient pas éclairés, et lors d’intempéries de l’eau était susceptible de s’infiltrer à l’intérieur du bâtiment. Par conséquent, notre espace de travail manquait de lumière, était très poussiéreux et assez humide, ce qui compliqua le travail mais aussi la prise de photos de qualité satisfaisante pour notre documentation.

Élèves déplaçant une latte du plafond pour la prise de vue.

Élèves déplaçant une latte du plafond pour la prise de vue. © Mathilde Waroquier.

Malgré ces difficultés, l’expérience du chantier fut riche et collaborative. La mise en place de relevés détaillés des altérations et de photographies groupées des lattes, organisées par caisse, a contribué à documenter chaque étape du processus de travail, et permet de garder une trace de l’état actuel des lattes. Nous avons réussi à créer un espace de travail fonctionnel en utilisant le peu de moyens à notre disposition – en improvisant par exemple des plans de travail et des bancs à partir d’anciennes caisses de stockage. La collaboration entre les élèves de la spécialité mobilier et les élèves de la spécialité peinture est devenue une aventure interdisciplinaire où la mise en commun des réflexions et le partage des connaissances a enrichi chaque étape du processus. Mais cela a également été une aventure humaine en dehors du chantier : habitant sur place durant deux semaines, nous avons pu créer des souvenirs uniques dans notre scolarité.

Ce chantier nous a permis de rencontrer les acteurs essentiels d’un chantier MH, tel l’architecte en chef des Monuments historiques, le conservateur Monuments historiques de la direction des Affaires culturelles (Drac) Occitanie, l’ingénieur du patrimoine et les interlocuteurs locaux. Nous avons eu l’occasion de découvrir le travail des charpentiers et leurs objectifs de restauration dans un contexte patrimonial. Ces rencontres nous ont permis de comprendre le fonctionnement d’un chantier MH et d’observer les nombreux corps de métiers qui participent, à des degrés divers d’implication, à une restauration de cette envergure. Ces rencontres ont favorisé la compréhension des objectifs et des attentes du chantier. Pour des questions de sécurité, la coordination avec les autres corps de métiers fut d’ailleurs nécessaire lors des déplacements au sein du bâtiment.

En permettant une connaissance approfondie de l’hôtel particulier, de son histoire et de la pièce accueillant le plafond, le travail in situ s’est avéré essentiel pour acquérir une compréhension spatiale du lieu, des mouvements et des modifications du bâtiment dans le temps. En effet n’étant pas souvent confrontées à la projection dans les différentes dimensions de l’espace, la compréhension de l’emplacement du plafond vu de dessous et l’emplacement des points cardinaux correspondants, fut un exercice de gymnastique cognitif complexe. Nous avons pu découvrir la remise en place de plafond à l’aide de parquetage grâce à notre encadrant, et proposer des solutions de remontage adéquates.

Nous avons pu découvrir les attentes et les objectifs des projets de conservation-restauration en MH, différents des projets menés en atelier à l’INP sur des objets muséaux et dans les institutions. Les conditions de travail au sein des ateliers de l’INP et d’institutions sont plus encadrées et contrôlées, et bénéficient le plus souvent d’espaces de travail, d’éclairages et d’un contrôle de thermique et hygrométrique adaptés aux conditions de conservation des objets. De plus, les travaux menés en ces lieux sont le plus souvent centrés sur un objet déconnecté de son contexte patrimonial ou historique.

Conclusion

Les plafonds de l’hôtel de Rouvière sont des œuvres exceptionnelles en raison de leurs valeurs historique et matérielle. Leur étude permet de mieux appréhender leur complexité, la qualité et la nature du décor, et de mettre en évidence l’urgence de leur restauration. Le plafond devrait faire l’objet d’une restauration qui permettra d’envisager son remontage une fois achevés les travaux de consolidation structurelle du bâtiment. Nous espérons que ce travail d’étude et le futur travail de restauration qui en découlera permettra aux visiteurs du lieu d’apprécier sa beauté.

Irene MENEGHETTI
élève en conservation-restauration, spécialité mobilier, 4e année.

Mathilde WAROQUIER
élève en conservation-restauration, spécialité mobilier, 4e année.

 

 

[1] Pierre-Jean TRABON, « Hôtel de Rouvière. Étude de diagnostic », rapport remis à la Drac Occitanie, 2021, p. 8.

[2] Le bâtiment est nommé « maison Dides » dans le cadastre (référence D.482).

[3] À noter que nous ne disposons pas des références exactes de l’étude préalable effectuée par Christophe Amiot, que nous n’avons pas pu consulter.



Citer ce billet
INP (2024, 29 avril). Étude d’un plafond peint au sein de l’hôtel de Rouvière (Marvejols, Lozère). Chantier-école en vue de la remise en place du plafond dans son emplacement d’origine. Variations patrimoniales. Le carnet de l’INP. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/zenf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search