à propos

Éditorial

L’Institut national du patrimoine participe depuis sa création à la réflexion sur le patrimoine culturel, sa protection, sa transmission, la place qu’il occupe dans la société française et dans les sociétés contemporaines. Cette contribution se nourrit des sessions de formation initiale et continue que l’Institut organise, des travaux des enseignants, des élèves conservateurs et restaurateurs, des colloques, séminaires et journées d’études qui se tiennent galerie Colbert ou à Aubervilliers et dorénavant bien souvent à distance, grâce aux moyens numériques. À ces éléments s’ajoutent les doctorats par le projet conduits dans le cadre de l’École universitaire de recherche (EUR) « Humanités, créations et patrimoine », à laquelle participe l’Inp et qu’accueille l’université de Cergy. Cet ensemble forme un forum permanent ouvert à tous les professionnels du patrimoine, aux chercheurs et au-delà à un large public intéressé par ces questions.

Par nature, l’étude du patrimoine intéresse de nombreuses disciplines des sciences humaines et des sciences expérimentales. Les dernières années ont encore accentué ces rencontres interdisciplinaires. Dans ce contexte, il nous semblait important d’améliorer la diffusion et de donner un plus large écho aux recherches entreprises, de mieux prendre en compte les retours d’expérience venus des institutions et des praticiens, de donner de la résonance aux riches débats académiques et publics suscités par les questions patrimoniales. Ces carnets de recherche répondent à cette ambition. En cela, ils complètent la revue annuelle Patrimoines et la programmation scientifique et culturelle de l’Inp. Ils sont ouverts à tous les acteurs du patrimoine. Qu’ils nous permettent d’approfondir et d’élargir le champ de nos regards, de les croiser, d’enrichir les pratiques en gardant une saine distance critique à l’égard de nos objets d’étude et de nos exercices professionnels, sans toutefois exclure la passion, l’émotion et l’engagement. Souhaitons une longue fécondité à ces carnets de recherche de l’Inp !

Charles Personnaz
directeur de l’Institut national du patrimoine

.

.

.

 

Un carnet, pour quoi faire ?

De manière très concrète, le projet de création d’un carnet de recherches associé à l’Inp s’ancre dans la fréquentation de nombreux espaces de diffusion de la recherche qui se sont développés depuis quelques années[1]. Ces lieux ont en commun une grande souplesse dans les modalités de publication (il n’y a, par exemple, pas d’obligation que les textes soient scrupuleusement ajustés les uns par rapport aux autres, comme c’est le cas dans un numéro de revue ou un ouvrage collectif) et une capacité à épouser les développements d’un projet (les articles courts, peuvent se suivre chronologiquement pour rendre compte des différentes étapes du travail, une place existe pour l’imprévu, l’inattendu). Ils permettent en outre de créer des liens entre une communauté de scientifiques réunis par un même objet d’attention, au sein du projet comme à l’extérieur de celui-ci.

Le carnet dans son contexte

S’agissant de l’Institut national du patrimoine et de la position particulière de cet établissement dans le monde de la recherche scientifique, la création d’un carnet de recherches spécifique nous a semblé en outre présenter un intérêt stratégique pour l’établissement : celui de montrer une recherche abondante, quoique diffuse, encore souvent émergente. Il n’en a pas toujours été ainsi.

Établie à la fin des années 1980 en tant qu’école d’application pour les conservateurs du patrimoine et fondée explicitement sur le modèle de l’école nationale d’Administration, l’ENP (école nationale du Patrimoine) entretenait une relation pour le moins distante à la recherche scientifique, et ses équipes dirigeantes souhaitèrent d’emblée faire la part belle à la dimension professionnalisante et appliquée de la formation, ce qui était un moyen, en outre, de se démarquer des écoles des Chartes ou du Louvre, institutions de longue tradition savante et importantes pourvoyeuses de lauréats. La recherche scientifique et les publications se trouvaient, pour la période de formation des élèves, renvoyées à une dimension strictement individuelle.

Le rapprochement progressif avec l’Ifroa, et pour finir la réunion des deux écoles au sein de l’Inp, au début des années 2000, a joué un rôle important dans l’émergence d’une activité de recherche mieux identifiée au sein de l’Inp, en particulier grâce aux mémoires rédigés par les élèves restaurateurs en cinquième année, travail de recherche de première main qui n’a pas son équivalent dans la formation de conservateurs. Cette formation, et le laboratoire de recherches qui lui est associé, ont en outre largement bénéficié du développement progressif des sciences du patrimoine, présentes non plus seulement au sein d’équipes dédiées aux musées ou aux monuments, mais portées par de nombreuses institutions, au premier rang desquelles le Labex Patrima et la Fondation des sciences du patrimoine (FSP) qui l’a pérennisé.

Ce dernier point invite en outre à reconsidérer la place de l’Inp dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de mieux comprendre les raisons de cette évolution importante de la place de la recherche en son sein. D’une part, les réformes initiées à partir de 2007 ont favorisé l’émergence de nouveaux regroupements d’établissements, ont permis la construction de partenariats évolutifs aux configurations variées et ont beaucoup aidé à créer des ponts entre universités et grandes écoles. Pour l’Inp, l’insertion en 2017 dans le projet porté par l’université de Cergy (aujourd’hui CY Cergy-Paris université) en vue de la création d’une école universitaire de recherche (EUR) permettant, entre autres, la création d’un doctorat par le projet en études patrimoniales et conservation-restauration, a été un tournant majeur. D’autre part, bien plus que ce n’était le cas au début des années 1990, le patrimoine est devenu pour les sciences humaines et sociales un objet d’études et de recherches, que ce soit en droit, en économie, en sociologie, en ethnologie, en géographie ou en histoire. Une institution dédiée au patrimoine à travers la formation de ses scientifiques n’a pu que bénéficier de cet engouement, à travers les propositions de partenariats de plus en plus nombreuses en provenance du monde académique.

Depuis quelques années, une attention particulière a été portée, au sein des actions de l’établissement, à l’implication des élèves (création d’ateliers de recherche, mise en place par leur association d’une journée d’études annuelles , implication dans d’autres projets, notamment avec l’ISP Paris-Saclay), au développement de la programmation scientifique et culturelle (qui associe désormais colloques, journées d’études, séminaires de recherche et cycles de conférences) et enfin aux publications : d’abord avec la refonte éditoriale de la revue Patrimoines et la rénovation de sa maquette, ensuite avec la création du présent carnet.

Le carnet comme tiers lieu d’expression

Parmi les outils de diffusion dont l’Inp dispose pour faire connaître son activité, le carnet est positionné comme un tiers lieu, entre le site internet et la revue Patrimoines. Au site internet revient la présentation institutionnelle, la diffusion des informations factuelles relatives à l’agenda de l’établissement, l’ouverture vers les ressources pérennes que sont les catalogues des bibliothèques et la médiathèque numérique. À la revue revient, avec une périodicité annuelle, le traitement approfondi de deux thèmes de recherche, la diffusion sous la forme d’articles scientifiques de recherches portées par des élèves ou des anciens élèves, l’ouverture à la pensée d’intellectuels intéressés par les questions patrimoniales.

Le carnet se situe dans une temporalité de diffusion de l’information et dans un espace de mise en forme de celle-ci qui sont intermédiaires. Plus ancré dans l’actualité que la revue, il suit le rythme des formations et de la programmation scientifique, en accueillant des comptes-rendus de colloques et de journées d’études, des travaux individuels d’élèves en rapport avec le développement de leur parcours pédagogique (résumés des travaux scientifiques, projets expérimentaux, articles tirés des expériences de stage à l’étranger). Moins factuel et strictement informatif que le site internet, le carnet de recherches permet de prolonger la découverte de la vie de l’école par la lecture de textes rédigés, illustrés, au sein desquels les auteurs développent une analyse ou restituent une expérience en la mettant à distance.

Même s’ils sont le lieu d’une activité de recherche, et même s’ils produisent et diffusent les résultats de celle-ci, les établissements culturels patrimoniaux apparaissent bien souvent comme assez peu conscients de l’importance de cette activité, et peu en capacité de la représenter de manière effective et concrète, notamment lorsqu’on les compare aux laboratoires de recherche universitaires : sur les sites internet, l’activité de recherche est comme diluée dans la présentation d’autres aspects des politiques culturelles (« médiation », « diffusion », ou encore le très passe-partout « valorisation ») ; de même, l’identification des agents qui dédient une partie de leur activité à la recherche scientifique est difficile, faute de pages personnelles dédiées[2]. À ces questions, l’Inp a apporté ces dernières années des éléments de réponse : à côté des CV des élèves, déjà disponibles en ligne[3], ceux des responsables de module et des membres des équipes pédagogiques sont désormais présents sur le site internet[4]. À bien des égards, le carnet s’inscrit dans la même démarche : il a pour objectif de rendre la recherche visible à travers la restitution de ces actes.

Christian HOTTIN
directeur des Études du département des Conservateurs de l’Institut national du patrimoine

[1] À titre d’exemple, on pourra consulter les Chroniques chartistes des élèves de l’école nationale des Chartes et le carnet consacré au programme de recherches Osmose, porté par l’ISP Paris-Saclay et l’Académie de la culture de Lettonie.

[2] Il est frappant, par exemple, de constater que les services de l’Inventaire en région, qui comptent parmi les services patrimoniaux les plus intensément impliqués dans l’activité de recherche, ne disposent pas de pages individuelles permettant aux chercheurs et conservateurs de leur équipe de présenter leur parcours ni leurs travaux. A contrario, un grand établissement public, la Bibliothèque nationale de France, a accompli un remarquable travail d’explicitation de son activité de recherche avec son annuaire des experts, qui pourrait servir de modèle à bien des musées ou services d’archives.

[3] Voir, par exemple : https://www.inp.fr/Formation-initiale-et-continue/Formation-des-conservateurs/Eleves-et-anciens-eleves/Trombi-CV-Promo-2021

[4] Voir, par exemple : https://www.inp.fr/Formation-initiale-et-continue/Formation-des-restaurateurs/Direction-des-etudes-et-enseignants-de-specialite/Direction-des-etudes

.

.

.

Rédaction

Directeur de la publication
Charles Personnaz

Rédacteur en chef
Christian Hottin

Responsable éditoriale
Émilie Maume

Chargé dédition
Laurent Bruel

Comité de rédaction
Olivier Zeder, directeur des études du département des conservateurs, conservateur en chef du patrimoine.

Sandie Le Conte, responsable du laboratoire.

Maroussia Duranton et Anne Genachte-Le Bail, adjointes au responsable, chargées des fonctions d’ingénieur d’études.

Angèle Dequier, chargée de l’imagerie scientifique.

Les doctorants rattachés au laboratoire.

Les élèves conservateurs  restaurateurs du patrimoine de l’Inp.

Les doctorants par le projet de l’École universitaire de recherche « Humanités, création, patrimoine ».

.

.

.

Consignes aux auteurs

Les manuscrits soumis au comité de rédaction des carnets de recherche doivent être envoyés à laurent.bruel@inp.fr

L’envoi via un service de transfert de fichiers (type WeTransfer) comprendra :

  • L’article (entre 8 000 et 12 000 signes, espaces et notes comprises) et un résumé (1 200 signes maximum). Les fichiers seront enregistrés au format .docx.
  • Une ou des illustrations (1 min., 3 max.) dont l’auteur aura obtenu les droits de reproduction. La résolution des images devra atteindre au minimum 150 dpi pour une largeur de 2 000 pixels (sans rééchantillonnage). L’éditeur se réserve le droit de ne pas publier une illustration de mauvaise qualité.
  • Les coordonnées précises de l’auteur (e-mail, téléphone).

Attention : aucune contribution incomplète ne sera présentée en comité de rédaction.

Les contributions devront observer la présentation et les normes bibliographiques suivantes :

  1. Le texte, avec titre et intertitres, sera rédigé dans la police Times New Roman, 12 points, interligne 1,5. Les notes seront présentées en bas de page, avec une numérotation continue en chiffres arabes (1, 2, 3…) dans la police Times New Roman, 10 points, interligne 1,5.
  2. La bibliographie sera indiquée sous forme de notes de bas de page, en suivant la normalisation exposée ci-dessous :
  • les références à une monographie seront citées comme suit [la virgule est l’élément séparateur principal] : Prénom NOM de l’auteur, Titre de l’ouvrage [en italique], Sous-titre éventuel [en italique, séparé du titre par un point], Ville de parution, Éditeur, année de parution [si c’est utile, on donnera, à la suite de l’année de l’édition consultée, l’année de première édition, entre crochets], Nom éventuel de la collection [entre guillemets français, précédé de l’indication « coll. »], pagination du passage concerné ;
    exemple — Claude MEILLASSOUX, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, coll. « Pratiques théoriques », 1986, p. 153-155 ;
  • dans le cas où l’on se réfèrerait à une partie d’un ouvrage ou à un chapitre seulement, on indiquera en outre, après le nom de l’auteur, le titre du chapitre ou de la section [entre guillemets français] ;
    exemple — Fernand BRAUDEL, « L’industrialisation de l’Europe », Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1993, p. 412-436 ;
  • dans le cas où il y aurait deux ou trois auteurs, on indiquera les noms dans le même ordre qu’ils sont inscrits sur la page de titre de l’ouvrage, non en respectant l’ordre alphabétique. Le dernier nom sera précédé d’une éperluette « & », indiquant ainsi la fin de l’énumération ;
    exemple — Anne CAROL, Jean GARRIGUES & Martin IVERNEL, Dictionnaire d’histoire du XXe siècle, Paris, Hatier, coll. « Initial », 1993 ;
  • dans le cas où il y aurait plus de trois auteurs, on ne retiendra que le premier et on remplacera les autres par la mention « et al. » [en italiques] ;
    exemple — Georges LANGLOIS et al., Histoire du XXe siècle, Laval, Beauchemin, 1994 ;
  • dans le cas d’un ouvrage collectif, on indiquera uniquement le nom de la personne qui a assumé la direction du projet, suivi de la mention « (dir.) » ;
    exemple — Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1991 ;
  • dans le cas où l’on se réfèrerait à une partie de l’ouvrage collectif seulement, ou à un article dans cet ouvrage, on procèdera comme pour un chapitre dans une monographie, en reprenant cependant, après la mention « in », le nom du directeur de la publication et le titre de l’ouvrage ;
    exemple — Marc FERRO, « Penser la Première Guerre mondiale », in André VERSAILLE (dir.), Penser le XXe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 19-30 ;
  • dans le cas d’actes de colloque, de journées d’étude, de séminaire, etc., on indiquera cette circonstance après le titre, en précisant le lieu et les dates entre parenthèses ;
    exemple — Grégory QUENET, « La catastrophe naturelle, l’événement et l’historien : une histoire ambiguë », in Luc BUCHET et al. (dir.), Vers une anthropologie des catastrophes, actes des 9es Journées anthropologiques de Valbonne (Valbonne, 22-24 mai 2007), Antibes / Paris, Éditions APDCA / Ined, 2009, p. 65-76.
  • dans le cas d’une coédition, on séparera les divers lieux d’édition et les divers noms d’éditeur par un slash ;
    exemple — Bruno LATOUR, Un monde pluriel mais commun. Entretiens avec François Ewald, La Tour-d’Aigues / Paris, Éditions de l’Aube / Maison de la radio, coll. « Monde en cours. Intervention », série « VO », 2003.
  • les références à un catalogue d’exposition seront citées comme suit : Nom de l’auteur, Titre, mention « catalogue d’exposition », lieu, institution et dates où l’exposition s’est tenue [entre parenthèses], lieu de parution de l’ouvrage, date de parution ;
    exemple — Laura ALDOVINI (dir.), Maître de Fontainebleau, catalogue d’exposition (Paris, musée du Louvre, 22 septembre 2004-3 janvier 2005), Paris, Réunion des musées nationaux / musée du Louvre, 2004 ;
  • pour un article dans un catalogue d’exposition, on procèdera comme pour un chapitre dans une monographie ou un ouvrage collectif, à quoi on ajoutera les spécificités associées à la présentation d’un catalogue ;
    exemple — Jean-Pierre SODINI, « La sculpture protobyzantine », in Jannic DURAND (dir.), Byzance. L’art byzantin dans les collections publiques françaises, catalogue d’exposition (Paris, musée du Louvre, 6 novembre 1992-1er février 1993), Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 30-33 ;
  • Pour une notice dans un catalogue, on indiquera le titre de la notice ou à défaut son numéro, et bien entendu sa pagination ;
    exemple — François BARATTE, notice 23, in Trésors d’orfèvrerie gallo-romains, catalogue d’exposition (Paris, musée du Luxembourg, 8 février-23 avril 1989 ; Lyon, musée de la Civilisation gallo-romaine, 16 mai-27 août 1989), Paris, Réunion des musées nationaux, 1989, p. 92 ;
  • les références à un article de journal seront indiquées comme suit :
    Jooneed KHAN, « Les incohérences des pays riches exacerbent le sous-développement. Un rapport d’ONG réclame une mondialisation réglementée et équitable », La Presse, 1er novembre 1997, p. 6 ;
  • les références à un article de périodique papier seront indiquées comme suit (même lorsque la revue elle-même suit une tomaison en chiffres romains, on simplifiera celle-ci en chiffres arabes) ; chaque fois qu’il y a lieu, on indiquera entre guillemets françaises, après la tomaison, le titre spécifique du numéro ; chaque fois que c’est possible, on indiquera l’URL de la version électronique et la date de validité constatée de l’URL ;
    exemple — Michael STEWART, « Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Terrain, n° 54, « Catastrophe », 2010, p. 100-121. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/terrain/13989 [lien valide en juillet 2021].
  • les références à un article de périodique numériquement natif seront distingués des articles précédemment mentionnés par la mention entre crochets « [en ligne] »  ;
    exemple — Cécile FABRIS, « Le patrimoine des lycées dans les fonds d’archives publiques », In Situ. Revue des patrimoines, n° 44, « Les patrimoines des lycées français du XIXe au XXIe siècle », 2021 [en ligne], https://journals.openedition.org/insitu/32400 [lien valide en juillet 2021].
  • les références à une notice de dictionnaire seront indiquées comme suit :
    Eugène-Emmanuel VIOLLET-LE-DUC, [notice] « Restauration », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, tome 8, Paris, B. Bance, 1866, p. 14-34. ;
  • les références à un rapport ou à un mémoire de diplôme non publié verront le titre indiqué en caractères romains entre parenthèses ;
    exemple — Narivelo RAJAONARIMANANA, « Traités divinatoires et recettes médico-magiques de la tradition malgache Antemoro », thèse de doctorat soutenue à l’Inalco (Paris, 1990) ;
  • Si le nom d’auteur est inconnu, indiquer « S. N. » à la place du nom ;
  • Si la date de parution est inconnue, indiquer « s. d. » à l’endroit où la date doit être précisée. Une date de parution peut cependant être connue bien qu’elle ne soit pas indiquée dans l’ouvrage : en ce cas, on la mentionnera entre crochets ;
    exemple — Eugène MÜNTZ, Guide de l’École nationale des beaux-arts, Paris, Maison Quantin, s. d. [1889], p. 82.
  • Si le lieu de publication est inconnu, indiquer « s. l. » à l’endroit où le lieu doit être précisé. Un lieu de publication peut être connu bien qu’il ne soit pas indiqué dans l’ouvrage : dans ce cas, on le mentionnera entre crochets ;
    exemple — [Paris]

Ces descriptions bibliographiques complètes s’appliquent à la première occurrence d’une citation ou d’une référence à une source. Par la suite, lorsqu’une référence déjà donnée au long est remobilisée, on emploiera une forme abrégée qui constituera un simple renvoi vers la notice complète :

  • lorsqu’une même référence suit immédiatement la première notice, on se contentera d’un simple « Ibid. », suivi, le cas échant, d’une pagination ;
    exemple — Ibid., p. 45.
  • lorsqu’une référence est éloignée d’une ou plusieurs notes de bas de page de sa première occurrence, on rappellera le Prénom et le NOM de l’auteur, une amorce significative du titre (soit de l’article soit de l’ouvrage) suivie de points de suspension pour en signifier l’incomplétude, et éventuellement suivie d’une pagination ;
    exemple 1 — Grégory QUENET, « La catastrophe naturelle… », p. 13.
    exemple 2 — Bruno LATOUR, Un monde pluriel, p. 93-96.

Le système de bibliographie au fil des notes de bas de page décrit ci-dessus se substitue à une liste de références bibliographiques de fin d’article. Il se peut toutefois que vous éprouviez la nécessité de renvoyer vos lecteurs vers d’autres lectures. Une « Bibliographie complémentaire » pourra être établie à cet effet, selon les mêmes normes. Elle sera placée en fin d’article.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search