à propos

Éditorial

L’Institut national du patrimoine participe depuis sa création à la réflexion sur le patrimoine culturel, sa protection, sa transmission, la place qu’il occupe dans la société française et dans les sociétés contemporaines. Cette contribution se nourrit des sessions de formation initiale et continue que l’Institut organise, des travaux des enseignants, des élèves conservateurs et restaurateurs, des colloques, séminaires et journées d’études qui se tiennent galerie Colbert ou à Aubervilliers et dorénavant bien souvent à distance, grâce aux moyens numériques. À ces éléments s’ajoutent les doctorats par le projet conduits dans le cadre de l’École universitaire de recherche (EUR) « Humanités, création et patrimoine », à laquelle participe l’INP et qu’accueille l’université CY Cergy Paris Université. Cet ensemble forme un forum permanent ouvert à tous les professionnels du patrimoine, aux chercheurs et au-delà à un large public intéressé par ces questions.

Par nature, l’étude du patrimoine intéresse de nombreuses disciplines des sciences humaines et des sciences expérimentales. Les dernières années ont encore accentué ces rencontres interdisciplinaires. Dans ce contexte, il nous semblait important d’améliorer la diffusion et de donner un plus large écho aux recherches entreprises, de mieux prendre en compte les retours d’expérience venus des institutions et des praticiens, de donner de la résonance aux riches débats académiques et publics suscités par les questions patrimoniales. Ce carnet de recherche répond à cette ambition. En cela, il complète la revue annuelle Patrimoines et la programmation scientifique et culturelle de l’INP. Il est ouvert à tous les acteurs du patrimoine. Qu’il nous permette d’approfondir et d’élargir le champ de nos regards, de les croiser, d’enrichir les pratiques en gardant une saine distance critique à l’égard de nos objets d’étude et de nos exercices professionnels, sans toutefois exclure la passion, l’émotion et l’engagement. Souhaitons une longue fécondité à ce carnet de recherche de l’INP !

Charles Personnaz
directeur de l’Institut national du patrimoine

.

.

.

Un carnet, pour quoi faire ?

De manière très concrète, le projet de création d’un carnet de recherches associé à l’INP s’ancre dans la fréquentation de nombreux espaces de diffusion de la recherche qui se sont développés depuis quelques années[1]. Ces lieux ont en commun une grande souplesse dans les modalités de publication (il n’y a, par exemple, pas d’obligation que les textes soient scrupuleusement ajustés les uns par rapport aux autres, comme c’est le cas dans un numéro de revue ou un ouvrage collectif) et une capacité à épouser les développements d’un projet (les articles courts, peuvent se suivre chronologiquement pour rendre compte des différentes étapes du travail, une place existe pour l’imprévu, l’inattendu). Ils permettent en outre de créer des liens entre une communauté de scientifiques réunis par un même objet d’attention, au sein du projet comme à l’extérieur de celui-ci.

Le carnet dans son contexte

S’agissant de l’Institut national du patrimoine et de la position particulière de cet établissement dans le monde de la recherche scientifique, la création d’un carnet de recherches spécifique nous a semblé en outre présenter un intérêt stratégique pour l’établissement : celui de montrer une recherche abondante, quoique diffuse, encore souvent émergente. Il n’en a pas toujours été ainsi.

Établie à la fin des années 1980 en tant qu’école d’application pour les conservateurs du patrimoine et fondée explicitement sur le modèle de l’école nationale d’Administration, l’ENP (École nationale du patrimoine) entretenait une relation pour le moins distante à la recherche scientifique, et ses équipes dirigeantes souhaitèrent d’emblée faire la part belle à la dimension professionnalisante et appliquée de la formation, ce qui était un moyen, en outre, de se démarquer des écoles des Chartes ou du Louvre, institutions de longue tradition savante et importantes pourvoyeuses de lauréats. La recherche scientifique et les publications se trouvaient, pour la période de formation des élèves, renvoyées à une dimension strictement individuelle.

Le rapprochement progressif avec l’Ifroa, et pour finir la réunion des deux écoles au sein de l’INP, au début des années 2000, a joué un rôle important dans l’émergence d’une activité de recherche mieux identifiée au sein de l’INP, en particulier grâce aux mémoires rédigés par les élèves restaurateurs en cinquième année, travail de recherche de première main qui n’a pas son équivalent dans la formation de conservateurs. Cette formation, et le laboratoire de recherches qui lui est associé, ont en outre largement bénéficié du développement progressif des sciences du patrimoine, présentes non plus seulement au sein d’équipes dédiées aux musées ou aux monuments, mais portées par de nombreuses institutions, au premier rang desquelles le LabEx Patrima et la Fondation des sciences du patrimoine (FSP) qui l’a pérennisé.

Ce dernier point invite en outre à reconsidérer la place de l’INP dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de mieux comprendre les raisons de cette évolution importante de la place de la recherche en son sein. D’une part, les réformes initiées à partir de 2007 ont favorisé l’émergence de nouveaux regroupements d’établissements, ont permis la construction de partenariats évolutifs aux configurations variées et ont beaucoup aidé à créer des ponts entre universités et grandes écoles. Pour l’INP, l’insertion en 2017 dans le projet porté par l’université de Cergy (devenue CY Cergy Paris Université) en vue de la création d’une école universitaire de recherche (EUR) permettant, entre autres, la création d’un doctorat par le projet en études patrimoniales et conservation-restauration, a été un tournant majeur. D’autre part, bien plus que ce n’était le cas au début des années 1990, le patrimoine est devenu pour les sciences humaines et sociales un objet d’études et de recherches, que ce soit en droit, en économie, en sociologie, en ethnologie, en géographie ou en histoire. Une institution dédiée au patrimoine à travers la formation de ses scientifiques n’a pu que bénéficier de cet engouement, à travers les propositions de partenariats de plus en plus nombreuses en provenance du monde académique.

Depuis quelques années, une attention particulière a été portée, au sein des actions de l’établissement, à l’implication des élèves (création d’ateliers de recherche, mise en place par leur association d’une journée d’études annuelles , implication dans d’autres projets, notamment avec l’ISP Paris-Saclay), au développement de la programmation scientifique et culturelle (qui associe désormais colloques, journées d’études, séminaires de recherche et cycles de conférences) et enfin aux publications : d’abord avec la refonte éditoriale de la revue Patrimoines et la rénovation de sa maquette, ensuite avec la création du présent carnet.

Le carnet comme tiers lieu d’expression

Parmi les outils de diffusion dont l’INP dispose pour faire connaître son activité, le carnet est positionné comme un tiers lieu, entre le site internet et la revue Patrimoines. Au site internet revient la présentation institutionnelle, la diffusion des informations factuelles relatives à l’agenda de l’établissement, l’ouverture vers les ressources pérennes que sont les catalogues des bibliothèques et la médiathèque numérique. À la revue revient, avec une périodicité annuelle, le traitement approfondi de deux thèmes de recherche, la diffusion sous la forme d’articles scientifiques de recherches portées par des élèves ou des anciens élèves, l’ouverture à la pensée d’intellectuels intéressés par les questions patrimoniales.

Le carnet se situe dans une temporalité de diffusion de l’information et dans un espace de mise en forme de celle-ci qui sont intermédiaires. Plus ancré dans l’actualité que la revue, il suit le rythme des formations et de la programmation scientifique, en accueillant des comptes-rendus de colloques et de journées d’études, des travaux individuels d’élèves en rapport avec le développement de leur parcours pédagogique (résumés des travaux scientifiques, projets expérimentaux, articles tirés des expériences de stage à l’étranger). Moins factuel et strictement informatif que le site internet, le carnet de recherches permet de prolonger la découverte de la vie de l’école par la lecture de textes rédigés, illustrés, au sein desquels les auteurs développent une analyse ou restituent une expérience en la mettant à distance.

Même s’ils sont le lieu d’une activité de recherche, et même s’ils produisent et diffusent les résultats de celle-ci, les établissements culturels patrimoniaux apparaissent bien souvent comme assez peu conscients de l’importance de cette activité, et peu en capacité de la représenter de manière effective et concrète, notamment lorsqu’on les compare aux laboratoires de recherche universitaires : sur les sites internet, l’activité de recherche est comme diluée dans la présentation d’autres aspects des politiques culturelles (« médiation », « diffusion », ou encore le très passe-partout « valorisation ») ; de même, l’identification des agents qui dédient une partie de leur activité à la recherche scientifique est difficile, faute de pages personnelles dédiées[2]. À ces questions, l’INP a apporté ces dernières années des éléments de réponse : à côté des CV des élèves, déjà disponibles en ligne[3], ceux des responsables de module et des membres des équipes pédagogiques sont désormais présents sur le site internet[4]. À bien des égards, le carnet s’inscrit dans la même démarche : il a pour objectif de rendre la recherche visible à travers la restitution de ces actes.

Christian HOTTIN
directeur des Études du département des Conservateurs de l’Institut national du patrimoine (2016-2022)

[1] À titre d’exemple, on pourra consulter les Chroniques chartistes des élèves de l’École nationale des chartes et le carnet consacré au programme de recherches Osmose, porté par l’ISP Paris-Saclay et l’Académie de la culture de Lettonie.

[2] Il est frappant, par exemple, de constater que les services de l’Inventaire en région, qui comptent parmi les services patrimoniaux les plus intensément impliqués dans l’activité de recherche, ne disposent pas de pages individuelles permettant aux chercheurs et conservateurs de leur équipe de présenter leur parcours ni leurs travaux. A contrario, un grand établissement public, la Bibliothèque nationale de France, a accompli un remarquable travail d’explicitation de son activité de recherche avec son annuaire des experts, qui pourrait servir de modèle à bien des musées ou services d’archives.

[3] Voir, par exemple : https://www.inp.fr/Formation-initiale-et-continue/Formation-des-conservateurs/Eleves-et-anciens-eleves/Trombi-CV-Promo-2021

[4] Voir, par exemple : https://www.inp.fr/Formation-initiale-et-continue/Formation-des-restaurateurs/Direction-des-etudes-et-enseignants-de-specialite/Direction-des-etudes

.

.

.

Rédaction

Directeur de la publication
Charles Personnaz

Rédactrice en chef
Séverine Blenner-Michel

Responsable éditoriale
Émilie Maume

Chargé dédition
Laurent Bruel

Comité de rédaction
Séverine Blenner-Michel, directrice des Études du département des Conservateurs.

Laurent Bruel, chargé des publications scientifiques de l’INP.

Sandie Le Conte, responsable du laboratoire de l’INP, adjointe au directeur des Études du département des Restaurateurs.

Émilie Maume, responsable de la programmation et des publications scientifiques de l’INP.

Amélie Méthivier, adjointe au directeur des Études du département des Restaurateurs.

Olivier Zeder, directeur des Études du département des Restaurateurs, conservateur en chef du patrimoine.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search